Le site du parti de l'In-nocence

À qui la faute ?

Envoyé par Jean Loup B. 
03 février 2012, 13:56   À qui la faute ?
Egypte : un député accuse Israël et les USA pour les 74 morts du match de football à Port Saïd


Vous saviez que l’accusation arriverait tôt ou tard. Comme toujours, les musulmans se montrent imcapables d’assumer la responsabilité pour leurs propres actes de violence en rejetant la faute sur leurs boucs émissaire habituels.

Déclaration du député égyptien Mustafa Bakri, diffusée sur Sawt Al-Chaab TV le 2 février 2012 suite au match de football meurtrier à Port Saïd:

“Notre pays est entré dans un état d’anarchie. Cette anarchie est causée par l’Amérique, Israël et l’ancien régime. Regardez la nouvelle donne au Moyen-Orient. Ne parlons pas de tous les détails. Ce qui est arrivé à Port-Saïd est une continuation de ce qui s’est passé dans la rue Muhammad Mahmoud, dans la rue Al-Qasr Al-Ayni, en face du gouvernement, en face de Maspero, et dans le match de football contre la Tunisie. Tout est lié. C’est une tentative de mettre ce pays à terre.”

74 personnes ont été tuées dans des violences qui ont éclaté mercredi soir après un match entre deux équipes égyptiennes à Port-Saïd dans le nord du pays. Le match de football entre les équipes d’Al-Masry et Al-Ahly a dégénéré en affrontements. On compte également des centaines de blessés.
03 février 2012, 17:54   Re : À qui la faute ?
Une des constantes de la vie publique en Egypte et dans les pays arabes (une véritable règle, au sens où elle revient à intervalles réguliers comme le jour ou la nuit et où elle sert de norme ou de loi non écrite, quelque chose comme un invariant (culturel ? sans doute, dans le sens anthropologique de cet adjectif)) consiste chez les autorités, les journalistes, les autorisés de la parole, les notoires et les notables, mais aussi les masses opinantes, à faire porter la responsabilité des accidents, émeutes, dysfonctionnements, incidents, en bref de tout ce qui semble anormal, 1) sur les Juifs, 2) sur Israël, 3) sur les étrangers, 4) sur les Occidentaux et sur les Américains plus particulièrement, 5) sur les mécréants ou les chrétiens, 6) sur des forces obscures, etc. Il y a sans cesse des complots, mais fomentés ailleurs... Le mécanisme de cette folie collective est simple : l'islam étant parfait comme ensemble de lois, comme mode d'organisation sociale, comme ordre civique et politique, comme voie unique (l'islam a tout prévu, l'islam régit tout, l'islam est l'alpha et l'oméga) que les coupables ne peuvent se trouver qu'en dehors du groupe, de l'oumma, de la communauté, etc. Le sport national consiste à désigner des boucs émissaires comme on le faisait dans les religions archaïques. C'est sans aucun doute excellent pour la bonne conscience collective ("hamdoulillah", répète-t-on sans cesse); cela évite les examens de conscience, les prises de conscience, les retours sur soi douloureux, l'éveil de l'intelligence, la critique, les remises en question, etc.

Les choses étant ce qu'elles sont et quand on connaît cette règle invariante, on ne devrait pas plus s'en étonner que l'on ne s'étonne que 4 vient après 3, midi après 11 onze heures, février après janvier, la pluie après le beau temps ou inversement., etc.

Le comique dans l'affaire, ce n'est pas que les Egyptiens récitent leur catéchisme (encore que la monomanie soit source de fous rires), mais qu'un grand "expert" (pas de panique : auto-désigné) en géopolitique et en football, le dénommé Boniface, ait récité hier soir, sur Canal +, en sa qualité d'expert et d'autorisé de la parole, ce discours comploteur ou complotophile pour expliquer les événements du stade de Port-Saïd, où il n'a jamais mis les pieds, dont il n'a pas été témoin et dont il ne sait rien d'autre que ce qu'en disent les notoires égyptiens partisans paranoïaques de la recherche de boucs émissaires.
03 février 2012, 18:57   Re : À qui la faute ?
JGL, Boniface n'est pas un expert auto-désigné ; c'est un expert reconnu. Que cela nous plaise ou non, il vaut mieux voir où l'on en est.
Maintenant, en ce qui concerne le sujet du fil, comment un groupe peut-il passer du stade projectif au stade critique ? Apparemment les échecs ne suffisent pas.
03 février 2012, 19:01   Re : À qui la faute ?
Du stade de foot au stade de fous...
03 février 2012, 20:37   Re : À qui la faute ?
Pascal Boniface ne représente que lui-même et il a perdu le peu de crédibilité qu’il pouvait détenir encore en publiant son pamphlet injurieux contre les méchants intellectuels islamophobes (un chapitre est consacré à la regrettée Thérèse Delpech).
03 février 2012, 23:04   Re : À qui la faute ?
Il me semble que Boniface est assez représentatif de ces "experts" qui sont en réalité des militants, très déterminés et constants, qui ne désarment jamais et squattent des places stratégiques à partir desquelles ils imposent leur idéologie à toute notre société. Si l'un tombe, un autre le remplace au combat. Dénoncer ce mode de militantisme, qui investit voire remplace un regard plus détaché et objectif, est une priorité. De façon sérieuse et universitaire, il y a eu "le Bêtisier du sociologue" qui s'est attellé à cette tâche, mais peu d'autres travaux, ce qui pourtant serait crucial.
Tout comme Plenel, il me semble difficile de sous-estimer Boniface.
Ne sont-ils pas les MOINES-SOLDATS du Désastre? Ces troupes dévouées et univoques dont l'anti-Désastre n'a pas l'équivalent, justement.
Ce qui est assez étonnant, c'est que les idéologues de ce métal ne se lassent jamais ; au contraire, il me semble qu'en luttant contre le Désastre, on est souvent découragé, fatigué, alors que eux, la répétition sous tous les modes et les médias ne les ennuie jamais! Quelle puissance au service du Même.
Boniface est un cas fascinant, c'est une étude sereine et comme clinique qui convient à lui ou à ses semblables.
Mais tout ceci n'était que parenthèse par rapport au sujet du fil...
04 février 2012, 08:54   Re : À qui la faute ?
Ce que j’essayais de suggérer, Loik, c’est que le statut professionnel de M. Boniface ne change pas grand chose à l’affaire, me semble-t-il. Il se trouve qu’il est universitaire. Il ne le serait pas, il raconterait exactement les mêmes salades, sur les mêmes chaînes, où il serait reçu avec la même révérence.

Mme Dounia Bouzar, qui milite pour le halal dans les cantines scolaires, est présentée systématiquement dans les médias (et elle a porte ouverte partout) comme « anthropologue du fait religieux ». Tout le monde comprend que c’est une grande universitaire, alors que c’est un titre ronflant... auto-attribué. Il se trouve que cette dame est éducatrice spécialisée. Il est exact qu’elle a soutenu une thèse, ce qui lui confère le titre de docteur, mais cette thèse n’est pas diffusable (on n’a donc pas fait de microfiches comme on fait d'ordinaire). On aura compris qu’il s’agit d’un pur travail de militante.

En fait tout militant de l’extrême islam est présenté spontanément par les médias comme grand universitaire. Regardez le Dr Ramadan. J’avais entendu sur France Culture un membre de son premier jury de thèse (jury qui s’était récusé), à Genève, dire que pour lui, c'était tout simplement un prédicateur musulman. Ramadan a voulu faire une thèse d’habilitation à Fribourg, où il était titulaire de la chaire d’islamologie (c’est-à-dire chargé de cours, pour les gens comme vous et moi). On lui a déconseillé. Naturellement, on ne demande pas à un journaliste de connaître les finesses du processus de Bologne, mais les médias manifestent ici une volonté d’être abusés, et d’abuser à leur tour le public.
04 février 2012, 09:00   Re : À qui la faute ?
A qui la faute? Non pas au racisme anti-blanc, bien sûr.

Dans une cité, il est entendu que si vous êtes blanc vous allez passer de très mauvais moments. C'est institué ainsi. Le langage lui-même glisse avec aisance sur les blancs: "(un nom français), tu sais le mec là..." ( silence lourd et entendu), "il nous a insultés"
- Ah Oui!, qu'est-ce qu'il a dit?

Un autre "blanc" proche de la mort.

- Tu vois, il nous a insultés quoi!

La suite de la conversation est la montée en violence qu'il n'est même plus besoin de justifier puisque les "blancs" ont tout dit. Ces jeunes racontent comment ils ont réglé son affaire à (un nom français). La conversation a eu lieu dans le RER, elle a été rapportée par une femme affolée par le comportement de ces jeunes, qui fumaient de la marijuana dans le compartiment, alors que le train roulait. Ils auraient mis (un français) dans une BMW (où ont-ils trouvé un tel engin?), et le reste je ne peux pas le dire ici maintenant. Ces jeunes ont parlé, en se vantant, en plein wagon, de devoir repasser devant le juge pour la énième fois. "j'ai reçu ma convocation, sur l'coran, j'l'ai mangé!". La violence dont ils ont fait preuve dans leurs propos relevait d'un niveau peu imaginable, mais qui leur semblait "naturel". Ils se vantait également d'avoir échappé à une plainte devant la police en donnant de l'argent à la petite amie du français qu'ils avaient laissé chaos dans la BMW "défoncée" (ils en retrouveront une autre bien assez vite). Bien sûr, à leurs yeux, et malgré que cela les ai sortis d'affaire, cette fille n'était qu'une...
C'est comme ça que les français sont traités pour eux, c'est tout naturel.

Puisque leurs parents sont nés sous le drapeau français (sic).
04 février 2012, 09:12   Re : À qui la faute ?
Je ne sais pas si "naître sous le drapeau français" est une expression assez claire pour tous .

Je précise: en "Algérie Française".
04 février 2012, 09:14   Re : À qui la faute ?
Marie Mavra, de quoi vous étonnez-vous? C'est toujours la même chose, depuis 10 ou 20 ans, et rien ne change. C'est plutôt cette persistance qui m'intrigue, que tout cela soit archi-connu, et que pourtant on ne s'en lasse pas! Que personne n'aie vraiment envie de réagir. Car ne nous y trompons pas : avec la "volonté politique" voulue, le problème de ce genre de délinquance serait résolu en 5 ans ; ce n'est pas un problème disons technique, c'est un problème psychologique. Cela relève d'une forme de psychanalyse existentielle. Instinct de mort civilisationnel ?
04 février 2012, 09:18   Re : À qui la faute ?
D'accord avec vous, Chatteron. Ce serait intéressant de recouper les faits que vous rapportez, et qui sont souvent dispersés...
04 février 2012, 09:36   Re : À qui la faute ?
Si les choses sont si évidentes, à quoi servira le courage de quelques citoyens qui veulent bien témoigner et faire avancer la vérité. Comprenez bien que pour ces "nés sous le drapeau français", la justification est pleine de sens.
Nous prenons pour voyous, des individus très conscients des actes qu'ils perpétuent, et très sûrs d'eux. Or Loik, je ne croient pas que nous soyons si résignés et si abrutis qu'ils le pensent. Nous sommes tout simplement plus courtois et patients. Là où ils se trompent, c'est qu'ils se croient gagnants quoi qu'il arrive, puisque "fils d'oprimés" (ils y croient dur comme fer).
Je ne crois pas qu'il faille baisser les bras si vite.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter