Le site du parti de l'In-nocence

Feministe et soumise

Envoyé par Pascal Mavrakis 
06 janvier 2017, 16:52   Re : Feministe et soumise
» Permettez-moi de remplacer votre question par : « Qu'est-ce qui vous fait dire que France Culture s'est déculturé ? Prouvez-le !

Je crois que le niveau de culture est mesurable, de façon relativement probante ; mais reprenons l'exemple, si vous voulez bien, de Ménie Grégoire et Clémentine Autain : ce sont des femmes qui chacune ont éprouvè, du moins de temps en temps, certain sentiment de satisfaction de leur vie, de leurs accomplissements etc. : il n'est pas déraisonnable de penser même qu'elles furent ponctuellement heureuses.
Essayez maintenant de classer ces sentiments, en prétendant que le bonheur ou la satisfaction ressenties par Mme Grégoire étaient plus grands, plus importants, que ceux éprouvés par Mme Autain : est-ce que cela a même un sens de faire cela (en réalité, comment diable allez-vous vous y prendre ??) qui soit comparable en tout cas à l'évaluation possible des niveaux de culture chez diverses personnes ?
À mon avis non.
06 janvier 2017, 17:07   Re : Feministe et soumise
Citation
Alain Eytan
À mon sens, ce dont vous parliez en l'occurrence concernait précisément la possibilité de se défaire du "reptilien", de n'être pas de part en part déterminé par lui et par aucun matérialisme biologique : vous parliez de ce qui fait le propre de l'homme, et de ce pourquoi il n'est plus ni un babouin ni un bonobo : vous parliez donc de la liberté possible, d'action et de conscience.

J'ai parlé de tant de choses que j'avoue ne plus savoir exactement à quoi vous faites référence. Mais pour dire simplement ma pensée, si on peut appeler cela ainsi, et qui concerne davantage le propre de la femme que le propre de l'homme (mais l'homme en subit l'impact, bien sûr), je dirais que tout ce qui nous arrive prend sa source, d'une part, dans les comportements sexuels des hommes et des femmes, leurs stratégies d'accouplement et de reproduction, qui relèvent de la biologie ; et d'autre part dans les règles et injonctions sociales, qui ont à voir avec la langage et la raison, fût-elle collective et, par moments, délirante.

Ces deux influences peuvent soit se contrôler, le social étant alors le contre-pouvoir du biologique (patriarcat occidental classique, régulation des affects, stabilité familiale avant tout), soit se renforcer (en donnant cruellement l'avantage aux hommes avec patriarcat archaïque “dur”, ou bien aux femmes, avec pour résultat le droit vote accordé aux femmes, leur libération sexuelle, le féminisme au pouvoir et la mise au ban des hommes, surtout s'ils sont blancs et âgés, autrement dit des vestiges de l'Ancien Régime Sexuel).

L'Occident, depuis un siècle, a fait le choix de laisser la biologie féminine laisser libre cours à ses pulsions, et ainsi de punir les hommes, ce qui nous a mené à la décadence, avant le retour (inexorable, à mon avis) d'un patriarcat bien plus dur que celui régnait jadis. La vidéo de “Black Pigeon Speaks”, dont j'ai donné le lien plus haut, explique tout cela très bien.
06 janvier 2017, 17:12   Re : Feministe et soumise
Le bonheur est non mesurable, cher Alain, et c'est fort heureux n'est-ce pas ?

Ménie Grégoire s'adressait aux femmes d'une manière un peu entremetteuse, du moins comme un Hermès au féminin : elle leur parlait par le truchement de la Raison avec un grand R, elle s'en voulait un peu la voix, elle était, entre la "souffrance au féminin" et le grand intelligible qui règnait alors sur les ondes d'expression française, un peu le messager de la pensée articulée, accessible à tous et donc aussi aux hommes. Elle leur disait : "ce que vous vivez est verbalisable, interprétable en raison", et de la sorte elle se faisait un peu l'écho de la mère du chanteur Carlos (Françoise Dolto). C'étaient là des femmes messagères de l'intelligible, faisant contraste avec la fureur revendicatrice, aveugle et rhynocérique d'une Clémentine Autain. Cette dernière n'a strictement rien d'humain ni bien sûr de féminin. La bestialité au féminin, le mordant chien, qui possèdent ces féministes post-beauvoiriennes n'ont strictement rien à voir avec Ménie Grégoire ou F. Dolto ou bien sûr Simone de Beauvoir, femmes sachant écrire et qui, à l'occasion, montraient qu'elles pouvaient penser et surtout (du moins pour Ménie Grégoire) parler aux femmes avant de parler pour elles.
06 janvier 2017, 17:15   Re : Feministe et soumise
Clémentine Autain n'a rien à voir avec la femme, de même que l'islamisme n'a rien à voir avec l'islam. Daech, on se tue à nous le répéter, n'a rien à voir avec l'islam.
06 janvier 2017, 18:05   Re : Feministe et soumise
Dire que les femmes seraient responsable de la dévirilisation de l'occident c'est comme dire que les immigrés africains sont responsable du climat de guerre civile qui se développe . En effet, il me semble que si les unes et les autres portent évidemment une part de responsabilité les vrais coupables sont ceux qui ont créé et entretiennent un sentiment de victimisation exacerbé chez les ''minorités'' afin de substiuer la lutte contre des discriminations, réelles ou imaginaires, à la lutte des classes, et faire de ces minorités une clientèle électorale de choix ainsi que le préconise Terra Nova. Dieu sait que je n'ai aucune sympathie pour le communisme mais en l'occurrence l'analyse marxiste me semble des plus pertinentes. Ceux qui ont encouragé cette substitution, qui comme par hasard nous vient de la Mecque du capitalisme à savoir les USA, appartiennent précisément à cette caste ''bobo'' se voulant sans racines, sans traditions, sans nation, ni culture et n'ayant d'autre ''idéal'' que l'argent ( le profit). Et si elle rend impossible la lutte des classes'' (au sens large, c'est-à-dire y compris dans son acception démocratique qui était devenue la règle en Europe), c'est qu'il faut à celle-ci des peuples soudés. C'est donc une lutte intégratrice car seules y sont prises en comptes des revendications qui sont les mêmes pour tous les '' travailleurs'' quels que soient leur race, leur sexe, leur religion ou leur histoire. Or les revendications portées par la lutte des classes peuvent coûter cher à la ''Caste'' alors que celle contre les soi disant discriminations ne lui coûtent rien tout en lui donnant le beau rôle.
On a donc dressé par une propagande incessante et calomnieuse, les immigrés africains à haïr les ''de souche'' et les juifs, les femmes ou du moins les féministes à haïr les mâles blancs, la jeunesse à mépriser les ''anciens'' et tout le monde à se méfier de tout le monde, et nous sommes tous, hommes et femmes, victimes de cette horrible combine.
06 janvier 2017, 20:15   Re : Feministe et soumise
D'accord avec votre analyse, chère Cassandre. A force d'en mettre et d'en rajouter sur le dos des femmes, "libérées" ou pas, à la longue... Et vous démontrez fort bien que c'est justement cette hyper-classe mondialisée qui, avec sa détestable "mentalité marchande" (dont j'avais parlé plus haut), mène le bal.

A propos d'une tête pensante de chez Terra Nova... :
[www.bvoltaire.fr]
06 janvier 2017, 21:36   Re : Feministe et soumise
« Dire que les femmes seraient responsable de la dévirilisation de l'occident c'est comme dire que les immigrés africains sont responsable du climat de guerre civile qui se développe. »

Ben, euh, justement... Qui d'autre ?
Chère Cassandre, les Maghrébins et autres Africains n'ont attendu personne, et certainement pas les pouvoirs remplacistes, pour nous détester. Affirmer qu'on les a “dressés” contre nous, c'est les mépriser profondément en les rendant passifs. Ils sont en train de nous conquérir, ils sont les forces de l'Histoire, en cela ils sont parfaitement actifs et respectables.

« Et vous démontrez fort bien que c'est justement cette hyper-classe mondialisée qui, avec sa détestable "mentalité marchande" (dont j'avais parlé plus haut), mène le bal. »

Ah, se réchauffer à la cheminée de ses bonnes vieilles idées traditionnelles bien sages, ne pas aller faire un tour du côté des vérités qui dérangent, c'est si confortable ! Et pour cela, rien de mieux que l'hyper-classe mondialisée, cette vieille amie si pratique, parce que si abstraite.
06 janvier 2017, 22:27   Re : Feministe et soumise
Je ne suis pas d'accord du tout avec ce que vous dites. Je suis restée en Algérie 12 ans après l'indépendance, au milieu du petit peuple, à Blida, où une communauté pied-noir relativement importante s'est maintenue environ deux ans, et je peux vous assurer que les Algériens ne haïssaient ni la France, ni les Français, ni, encore moins, les Pieds-noirs, au grand dam des coopérants gauchistes qui débarquaient dans le pays et qui malgré leurs efforts obséquieux n'arrivaient pas à cette entente à la bonne franquette qui caractérisaient encore à l'époque les rapports entre les Algériens et les ex ''colons''.

Et puis, enfin, si mettre les femmes au pas était la solution de tous les problèmes, les sociétés musulmanes seraient des phares de l'humanité. Or ce sont tout au contraire des sociétés désolantes de nullité dans tous les domaines.

(message corrigé)
06 janvier 2017, 22:37   Re : Feministe et soumise
@Trystan

Lorsqu' Alain Finkielkraut s'en prend à "l'hyperclasse" incarnée par le richissime Mathieu Pigasse (symbole à lui tout seul de l'arrachement des racines et des modes d’existence qui étaient liés à une mémoire, à une lignée, à une patrie), cela n'évoque donc rien chez vous ? Ça ne veut rien dire ? C'est "abstrait" ?

[video.lefigaro.fr]
06 janvier 2017, 23:33   Re : Feministe et soumise
Ce n'est pas complètement abstrait, ça existe, mais c'est avant tout automatique, pratique, confortable. C'est un peu comme ces gens qui se morfondent sur ce qu'est devenu l'Ecole mais qui ne vous parlent que du pédagogisme et rien d'autre. Allez leur dire que, certes, c'est en effet un aspect important et visible du problème, mais en aucun cas le fin mot de l'histoire, et que refaire des dictées et réciter des poèmes ne change rien lorsque vous avez, face à vous, des élèves de banlieue d'aujourd'hui : nos “partisans de l'Ecole républicaine” se mettent soudain en colère parce que leur cerveau n'est pas encore mûr pour imaginer d'autres raisons à l'effondrement de l'Ecole que les deux ou trois explications gentilles et acceptables qu'ils ont sous la main. Voilà pourquoi un Finkielkraut ou un Brighelli sont en fin de compte si raisonnables et insuffisants, sur la question scolaire. Ils ronronnent. Ils nous réchauffent — un peu — le cœur.

Globalement, la vulgate “réactionnaire” française, genre Valeurs Actuelles, m'ennuie de plus en plus. Plus je l'observe, et plus je constate que, comme les progressistes, elle a sa petite liste de croyances bien établies, liste qu'il ne faut surtout pas chercher à compléter ou à amender. Cette France-là, qui se veut la plus lucide pourtant, me parait complètement à côté de la plaque. Elle se contente de vérités superficielles et ne se lance que dans des combats de deuxième ordre face à des ennemis abstraits — L'Union européenne, l'hyper-classe, la mariage pour tous, etc. — qui ne sont en réalité que des signes, des manifestations de notre décadence. Des leurres, en fin de compte.

Ils veulent soigner la toux mais se refusent absolument à regarder la radio des poumons qui montre une tumeur.

Mais bon, c'est normal. Il est bien plus commode et plus confortable, intellectuellement, d'en vouloir à l'“hyper-classe”, à François Hollande ou au pédagogisme, que de reconnaître que notre mal vient de beaucoup plus loin, et que les causes réelles et profondes de nos problèmes sont à la fois plus simples et plus gênantes, pour la pensée, que celles auxquelles ils sont habitués. Il suffit d'évoquer cette question — capitale — des relations entre les hommes et les femmes pour voir nos chers “tradis” se mettre à hurler comme des gauchistes. Les armes absolues de langage sortent immédiatement (“misogyne”, etc.), comme par réflexe.

C'est drôle, prévisible, et néanmoins navrant.
06 janvier 2017, 23:58   Re : Feministe et soumise
« Et puis, enfin, si mettre les femmes au pas était la solution de tous les problèmes, les sociétés musulmanes seraient des phares de l'humanité. Or c'est tout au contraire des sociétés désolantes de nullité dans tous les domaines. »

Ah, je n'ai jamais dit cela, Chère Cassandre. Ces sociétés sont en effet désolantes dans tous les domaines, je suis bien d'accord avec vous. Cependant, dans leur nullité effrayante, elles savent encore quelque chose que nous avons oublié : comment perdurer, et même croître.

Il ne s'agit évidemment pas de les comparer sur le plan des réalisations, de la technique, de l'art, de l'art de vivre, etc. ; mais de bien savoir pourquoi la plus raffinée est en train de mourir tandis que la plus brutale semble avoir de si beaux jours devant elle.
07 janvier 2017, 08:52   Re : Feministe et soumise
Et que faites-vous de G. Sorros qui finance les ''femens'' les ''no borders'' et d'autres de la même farine ?
07 janvier 2017, 10:30   Re : Feministe et soumise
(A moins que G. Sorros ne soit une femme ? Je m'interroge...)
07 janvier 2017, 10:55   Re : Feministe et soumise
mais de bien savoir pourquoi la plus raffinée est en train de mourir tandis que la plus brutale semble avoir de si beaux jours devant elle.
///

Ouais oh bah ça n'est vraiment pas nouveau. On peut d'ailleurs établir un parallèle entre le déclin de l'Empire romain et la décadence de l'Europe. Parmi les analogies avec les attitudes de notre temps j'aimerais en évoquer une seule ici (les autres étant connues de tous) : une littérature fort abondante à cette époque qui a eu pour effet de culpabiliser les Romains face aux Barbares (Salvien, St Jérôme).
07 janvier 2017, 11:00   Re : Feministe et soumise
Montesquieu : "Trois choses influents sans cesse sur l'esprit des hommes ; le climat, le gouvernement, et la religion ; c'est la seule manière d'expliquer l'énigme du monde."
07 janvier 2017, 12:58   Re : Feministe et soumise
« Et que faites-vous de G. Sorros qui finance les ''femens'' les ''no borders'' et d'autres de la même farine ? »

Un puissant acteur du Désastre, évidemment, qui nous prouve que les “anti-capitalistes” sont les pires idiots utiles qu'on ait jamais vus. Je ne savais pas qu'il finançait les Femens : cela apporte de l'eau à mon moulin...
07 janvier 2017, 13:24   Re : Feministe et soumise
cela apporte de l'eau à mon moulin...
///

Ah bon ? Je croyais que votre moulin ne tournait qu'à la "femme libérée"... et que l'hyper-classe-mondiale-abstraction n'avait rien à voir là dedans. J'ai dû mal comprendre.
07 janvier 2017, 13:30   Re : Feministe et soumise
En effet, vous comprenez mal.
07 janvier 2017, 14:05   Re : Feministe et soumise
Chère Fanny, la haine des Blancs, des colons, de l'Occident, le ressentiment post-colonial si l'on veut, cela ne date pas, en effet, de la période qui a immédiatement suivi l'indépendance, tous les témoignages corroborent le vôtre sur ce point, mais de la période suivante, celle de l'échec des indépendances : exutoire commode, bouc émissaire tout trouvé qui a permis, en expliquant la misère qui s'aggravait par le passé colonial et l'impérialisme qui lui aurait succédé, d'éviter de s'interroger sur soi-même, nous connaissons tous cela par cœur.

Je crois que nous sommes en effet un peu comme eux à chercher des boucs émissaires commodes pour ne pas fouiller en nous-mêmes. Entendons-nous bien : il ne s'agit pas, évidemment, de minimiser les conséquences mortifères de la submersion migratoire mais de comprendre pourquoi la majorité d'entre nous Occidentaux continuons de plus belle à la tolérer et l'encourager alors que lesdites conséquences sont devenues d'une évidence hurlante.

Trystan devrait peut-être éclairer sa dernière intervention mais il me paraît évident que l'oligarchie mondialiste, l'hyperclasse si l'on y tient, les Soros et compagnie, ne sont pas le fond du problème, ils sont comme les immigré en un sens, ils profitent de l'aubaine, poussent à la roue de toutes leurs forces, mais ils n'ont pas pu créer la pulsion suicidaire, laquelle, arrivée à son terme, ne leur rapportera du reste absolument rien.
07 janvier 2017, 15:36   Re : Feministe et soumise
Je crois que nous sommes en effet un peu comme eux à chercher des boucs émissaires commodes pour ne pas fouiller en nous-mêmes. Entendons-nous bien : il ne s'agit pas, évidemment, de minimiser les conséquences mortifères de la submersion migratoire mais de comprendre pourquoi la majorité d'entre nous Occidentaux continuons de plus belle à la tolérer et l'encourager alors que lesdites conséquences sont devenues d'une évidence hurlante.


C'est de combat idéologique dont il faudrait parler ici, et non pas simplement de "fouiller en nous-mêmes"... L''homme de gauche l'a compris depuis des lustres, et c'est ce qui fait sa supériorité méthodologique. Ainsi les arts, les lettres, la mode, les symboles et les signes, rien n'échappe à l'interprétation que sa "vue du monde" spécifique est susceptible de donner. Il sait ce qu'il faut penser, de son point de vue, des rapports de production de l'époque féodale, de la peinture abstraite, du cinéma, de la forme des HLM et, bien entendu, de l'immigration, du métissage, des violences urbaines, etc. quand l'individu lambda, vaguement de droite, se contente de hausser les épaules, et de subir.

Et si "la majorité d'entre nous Occidentaux continuons de plus belle à la tolérer et l'encourager alors que lesdites conséquences sont devenues d'une évidence hurlante", c'est qu'idéologiquement parlant, la gauche est encore au pouvoir (je parle ici de "pouvoir culturel"), alors que la "droite molle" n'a toujours rien de radicalement autre à lui opposer.
07 janvier 2017, 16:21   Re : Feministe et soumise
Pardonnez-moi, mais tout ça, le pouvoir idéologique ou culturel de la gauche, me paraît très rabâché et très en surface des choses. Cela ne sert pas à grand chose de combattre la vision du monde de l'homme de gauche parce qu'elle n'est plus qu'un moulin à vent creux et vermoulu, sans prise sur le réel et en complète contradiction avec lui mais l'homme de gauche s'en fiche complètement.
07 janvier 2017, 17:12   Re : Feministe et soumise
sans prise sur le réel
/////

Iriez-vous jusqu'à dire que l'idéologie remplaciste ("de gauche", pour le dire vite) n'a aucune prise sur le réel ??? Dans ce cas, pourquoi perdre son temps à la combattre ? J'avoue ne pas bien comprendre.
07 janvier 2017, 17:14   Re : Feministe et soumise
Je veux dire que l'idéologie de gauche est en contradiction systématique avec la réalité.
07 janvier 2017, 17:31   Re : Feministe et soumise
Oui. Le problème, c'est qu'être en contradiction totale et systématique avec la réalité ne l'empêche pas d'avoir prise et d'influer sur celle-ci... Et ça peut durer encore longtemps.
07 janvier 2017, 17:58   Re : Feministe et soumise
Je voudrais aussi souligner ce paradoxe : les USA, d'où nous vient ce féminisme si agressif, sont en même temps cette nation ''virile'' qui mène partout dans le monde des guerres pour servir ses intérêts ou plutôt ceux de l'oligarchie de faiseurs de fric qui en tire les ficelles...

Cela dit, en France, il s'était établi depuis des lustres les rapports les plus harmonieux qui se puissent être entre les hommes et les femmes. Il n'y a jamais eu, à proprement parler, de guerre des sexes dans ce pays, seulement des escarmouches destinées à pimenter le jeu de la séduction. C'est ce qui a donné à notre identité ce je ne sais quoi, cette civilité peut-être, qui en faisait le charme et l'originalité aux yeux du monde entier et que l'importation d'une certaine grossièreté yankee ainsi que ce féminisme haineux et castrateur made in USA, fruit en partie du puritanisme anglo saxon, sont en train de faire disparaître.
07 janvier 2017, 18:39   Un peu La Palice
Soit dit en passant, si l'homme viril s'est laissé dévirilisé en deux coups de cuiller à pot, c'est qu'il n'était déjà plus tellement viril pour se laisser faire comme ça : autrement dit il était déjà passablement dévirilisé avant que certaines "causes" extérieures, que chacun nommera à sa fantaisie, ne profitent opportunément de cette faiblesse et occupent la place.
Un homme en bonne santé ne meurt pas de n'importe quelle saloperie pathogène qui traîne, quand même, et le cas échéant, c'est qu'il n'est plus en bonne santé et que son système immunitaire est défaillant.
Bref, le principe réel de la dévirilisation doit être immanent au ci-devant viril.
Cela a l'air un peu bête de formuler la chose de façon si triviale, mais cela vaut peut-être mieux que de chercher éperdument des poux à tous et toutes, qu'ils soient capitalistes, juifs, Blancs, Noirs, Café au lait, Africains, femelles, succubes, baiseuses frénétiques, féministes ou pas, cons universels et indifférenciés, et même migrants ou musulmans, tiens...
07 janvier 2017, 19:44   Re : Un peu La Palice
Vous avez évidemment raison, cher Alain Eytan, le raisonnement, le questionnement doivent être ici le même que pour la question de l'attitude de l'ensemble du monde occidental face à la submersion migratoire.

Les massacres tragiques du XXe siècle doivent bien y être pour quelque chose.
07 janvier 2017, 23:12   Re : Un peu La Palice
D'accord, cher Alain Eytan : c'est la faute de l'homme occidental s'il n'est plus viril. Certes, certes, mais ça ne fait pas beaucoup avancer le schmilblick car s'il n'y a pas de facteurs exogènes à ce phénomène, c'est qu'il trouve son origine dans la nature même de l'homme occidental, c'est-à-dire dans ses ...gènes, que ce soit depuis son apparition ou après une mutation, et là où il y du gène -collectif- il n'y a pas, comme dirait l'autre, de plaisir, si vous voyez ce que je veux dire. De plus le raisonnement vaut aussi pour la femme occidentale : si elle a pris le goût de castrer son mâle ce serait donc aussi entièrement dans sa nature de femme occidentale, autrement dit dans ses gènes et là encore, où il y a du gène collectif ... Mais si la nature de la femme occidentale veut qu'elle castre son mâle alors ce n'est plus la faute de ce dernier s'il se dévirilise. C'est bien un facteur exogène qui joue ... Vous voyez que l'on tourne en rond.
08 janvier 2017, 00:50   Re : Feministe et soumise
Je voudrais aussi souligner ce paradoxe : les USA, d'où nous vient ce féminisme si agressif, sont en même temps cette nation ''virile'' qui mène partout dans le monde des guerres pour servir ses intérêts ou plutôt ceux de l'oligarchie de faiseurs de fric qui en tire les ficelles...

C'est marrant : l'on retombe sur le fameux paradoxe des "femmes et des enfants d'abord" du Titanic, quand les maîtres du monde optèrent pour couler à pic dans les eaux glacées après avoir porté les femmes et les gniards dans les canoës...

Les plus hauts et puissants représentants des plus viriles des nations (les Britanniques et les Américains) qui dominaient le monde, leurs armées étant rompues à l'art de la guerre, habituées à la domination militaire implacable, devenue chez elles une seconde nature – à l'exception de leurs revers importants de l'automne 1899 dans la guerre des Boers l'armée de l'Empire britannique avait été jusque là à peu près invaincue sur tous les théâtres du monde, quatre ans avant le désastre de la Somme, et leur thalassocratie était sans rivale –, se comportèrent de manière inexplicable, parfaitement suicidaire. Pourtant ce ne fut pas le "féminisme" qui poussa ces hommes à accomplir ce geste, à appliquer cette règle de protéger les femmes et les enfants.

Alors quoi ? En 1912, la chrétienté d'Occident était à son acmée, et les hommes y étaient plutôt du genre viril, et les "féministes" et autres suffragettes, dans toute la chrétienté, Russie comprise, ne devaient pas être plus de quelques centaines.

Dans les pays où les hommes se placent "naturellement" au-dessus des femmes, au Congo, au Pakistan, en Inde, en Chine, quand un ferry chavire, c'est les chefs et les dignitaires d'abord, puis les hommes du commun et enfin, s'il reste de la place dans les canoës de sauvetage, les femmes, les enfants, les chiens et les casseroles. Voilà la virilité du sauvage dont on vante la puissance ici (dans certains messages) ! Mais le plus souvent : ce n'est pas même cet ordre d'évacuation hiérarchisé qui prévaut mais bien plutôt le "chacun pour soi", autrement dit, la loi du plus fort, du biceps et du coup de coude dans les gencives (voyez donc le nombre de femmes qui restent dans les embarcations de nos migrants d'Afrique qui auront essuyé un grain en Méditerranée !).

Détrompez-vous. Le paradoxe est peut-être mortel pour la civilisation mais il recouvre probablement une erreur d'interprétation, un leurre. Les civilisations "viriles", et les tentatives occidentales de les singer, mordent la poussière très vite ou ne décollent pas. Si l'Occident doit périr, c'est qu'il est rongé par le virus de la démoralisation, mal insidieux, qui comme la dépression chez les individus, le prive de la mémoire de ce qu'il fut quand il était grand. C'est la fameuse inversion du flux mimétique dont nous parle Toynbee : la fascination pour l'Autre n'est possible, ne prend forme que dans l'oubli, la méconnaissance de soi, la dévalorisation de son être. Cette fascination ne prend corps que sur le terreau de l'oubli, le terrain de méconnaissance de ce que l'on fut, et que l'on est ou doit être encore pour ne pas disparaître.
08 janvier 2017, 01:52   Re : Feministe et soumise
Il me semble que l'on s'égare, là.
08 janvier 2017, 03:01   Re : Feministe et soumise
Tiens donc !
08 janvier 2017, 03:11   Re : Feministe et soumise
Je tenais à rappeler que le défaut apparent de "virilité" dans le monde occidental contemporain n'est pas subsumable à un essor du féminin ou à sa valorisation, et encore moins à des conséquences sociales du féminisme puisque l'effacement du masculin devant le féminin à l'heure du trépas collectif (le Titanic) s'est manifesté avec éclat à l'acmée de la puissance occidentale "virile" (les années qui ont précédé la guerre de 14).

J'en tirais pour enseignement que décidément, tout ce raisonnement de pacotille sur le "déclin de la virilité" et son effacement devant la monté du féminin en Occident est nul puisque le dit déclin, ou ce qui pourrait être interprété comme tel sous la guise d'une valorisation suicidaire des femmes, s'est manifesté avec le plus d'évidence et d'ostentation au moment d'une apogée des forces dominatrices du même Occident. J'ai poursuivi en soulignant que le sauvage qu'il faudrait admirer pour ses airs suprémacistes sur les femmes n'est un pleutre méprisable (chaos et sauve-qui-peut, avec pillage, dans les catastrophes collectives, naturelles ou événement en mer) et que la fascination qu'il exerce sur nos contemporains n'est que le reflet d'une méconnaissance et d'un mépris de soi assimilable à une dépression collective.

En quoi me suis-je égaré en avançant cela ?
08 janvier 2017, 10:33   Re : Feministe et soumise
''J'ai poursuivi en soulignant que le sauvage qu'il faudrait admirer pour ses airs suprémacistes sur les femmes n'est un pleutre méprisable (chaos et sauve-qui-peut, avec pillage, dans les catastrophes collectives, naturelles ou événement en mer) et que la fascination qu'il exerce sur nos contemporains n'est que le reflet d'une méconnaissance et d'un mépris de soi assimilable à une dépression collective.''

Entièrement d'accord avec Francis. Il dit mieux que moi ce que je voulais dire.
Le respect des femmes, relativement aux conditions particulières que les contraintes de leur nature leur imposaient avant que la science leur eût permis de s'en émanciper, a toujours fait partie de la civilisation occidentale et plus particulièrement française, ce qui n'a jamais nui à la virilité de celle-ci, bien au contraire. C'est pourquoi le féminisme à la Clémentine Autain - et non des femmes en général - est un non sens culturel qui, malheureusement, par la force de pression qu'il représente, et là je rejoins Trystan Dee, devient mortifère pour notre civilisation.
08 janvier 2017, 12:10   Re : Feministe et soumise
Les derniers messages de Francis me semblent très pertinents.
Il apparaît donc que jusqu'à l'époque du Titanic cohabitèrent, conjointement chez l'homme, cette virilité et ce souci de protection des enfants et de la gent féminine, lequel souci, pour faire court, témoignerait de notre appartenance à la civilisation judéo-chrétienne. Guerrier et viril face à l'adversité, protecteur et plein de sollicitude envers femmes et enfants. Les qualités types héritées du chevalier croisé : fort avec les forts, doux avec les faibles.
Pourtant, nul doute qu'à ces époques bénies, quantité d'hommes ne respiraient pas cet air des cimes et étaient la proie de maintes lâchetés. Mais, pour autant, il n'en demeure pas moins que le modéle admiré, à atteindre et souhaitable pour tous, était bien celui du chevalier, de sa noblesse, sa distinction, son courage, sa sollicitude envers les faibles.
Contrairement à d'autres civilisations nous essayons toujours de tenir les deux bouts de la ficelle : force et douceur. Notre souci des plus faibles, notre galanterie ou ce qu'il en reste, ne témoigne pas de notre dévirilisation et ne représente donc pas une tare à se départir. Notre devoir est justement de faire fructifier au mieux ce qui fait le sel de notre civilisation et le génie de notre race, de faire se perpétuer notre âme et notre philosophie humaine.
Mais nous devons aussi nous défendre contre tous ceux qui se déclarent ouvertement nos ennemis. Et là, en ce domaine, nous sommes en net retrait par-rapport à d'autres époques. Peut-être aussi parce-que nous ne croyons plus à notre modèle civilisationnel, que nous ne le reconnaissons d'ailleurs qu'à peine, tout hébétés, déshistoricisés et déculturés que nous sommes devenus pour la plupart. Peut-être encore trop de consumérisme, de confort douillet, de retrait individualiste, lesquels agissent comme un somnifère ou un calmant, rendant ainsi quasi impossible une résistance résolue et un regain de sève virile.
De nos jours nous sommes devenus de moins en moins chevalier. Pour notre plus grand malheur nous sommes en passe d'être faibles envers les forts et forts envers les faibles. C'est la loi de la pesanteur et de la lâcheté. Et nous aurons ainsi, tels les munichois, tout perdu, la guerre et l'honneur.
08 janvier 2017, 12:13   Re : Feministe et soumise
Il se peut aussi que, comme le dit Marcel Meyer, l'occident soit victime d'une pulsion suicidaire, autre nom peut-être pour ''décadence'', phénomène que toutes les civilisations ou presque, ont connu.
En réalité, dans l'affaire, tous les intervenants ont un peu raison et leurs arguments se complètent plutôt qu'ils ne s'opposent. (voilà que je fais mon Hollande).
08 janvier 2017, 13:37   Re : Feministe et soumise
L'égarement, Francis, est dans ceci (et son équivalent ailleurs) : « Dans les pays où les hommes se placent "naturellement" au-dessus des femmes, au Congo, au Pakistan, en Inde, en Chine, quand un ferry chavire, c'est les chefs et les dignitaires d'abord, puis les hommes du commun et enfin, s'il reste de la place dans les canoës de sauvetage, les femmes, les enfants, les chiens et les casseroles. Voilà la virilité du sauvage dont on vante la puissance ici (dans certains messages) ! »

Si vous pensez que les questions soulevées et les hypothèses ou esquisses de réponses proposées ici par Trystan Dee et, assez différemment mais sur la même voie, par moi-même sont une glorification ou une nostalgie de ça, et si c'est un avis partagé, disons que pour moi continuer cette discussion n'a aucun sens.
08 janvier 2017, 13:41   Re : Feministe et soumise
L'idéal chevaleresque dont parle très bien M. Teyssier (trop rare sur ce forum) est bel et bien mort - impossible de le ressusciter. Pourquoi ? Parce qu'il date d'avant la séparation du pouvoir politique et de la religion qui est un fait récent dans l'histoire de l'Humanité qui s'est imposé progressivement à partir de la Révolution Française et des événements du même type qui, en Europe, ont mis fin aux anciens régimes monarchiques, dont certains s'étaient proclamés de droit divin. Jadis, toute la société se tenait, et il était souvent difficile, même idéalement, de séparer les fonctions politiques des fonctions rituelles et religieuses (inutile de mentionner ici le schéma trifonctionnel dumézilien).

En résumé : l'idéal chevaleresque appartient à un moment de l'histoire où pouvoir et religion fusionnaient de manière quasi inextricable dans les mêmes institutions et dans le (ou les) même personnage qui les incarnait et exerçait le pouvoir suprême. Pour le dire vite : plus de religion, plus de sacré, donc plus d'idéal chevaleresque (la perte de toute forme de verticalité entrainant, c'est mon avis, la perte de la virilité).
08 janvier 2017, 15:05   Re : Feministe et soumise
Citation
Marcel Meyer
L'égarement, Francis, est dans ceci (et son équivalent ailleurs) : « Dans les pays où les hommes se placent "naturellement" au-dessus des femmes, au Congo, au Pakistan, en Inde, en Chine, quand un ferry chavire, c'est les chefs et les dignitaires d'abord, puis les hommes du commun et enfin, s'il reste de la place dans les canoës de sauvetage, les femmes, les enfants, les chiens et les casseroles. Voilà la virilité du sauvage dont on vante la puissance ici (dans certains messages) ! »

Si vous pensez que les questions soulevées et les hypothèses ou esquisses de réponses proposées ici par Trystan Dee et, assez différemment mais sur la même voie, par moi-même sont une glorification ou une nostalgie de ça, et si c'est un avis partagé, disons que pour moi continuer cette discussion n'a aucun sens.

Absolument. Et dire que Francis Marche me reprochait plus haut des “insinuations lamentables”... Passons.

Je ne suis pas certain que ces histoires de femmes et d'enfants d'abord sur un radeau en péril expliquent grand-chose, en fin de compte, car ce sont des événement exceptionnels. Je reste convaincu que, globalement, la tribu humaine, quelle qu'elle soit, essaie ordinairement de protéger la jeune femme féconde, sans laquelle la tribu n'a par définition pas d'avenir, cependant que l'homme, lui, est plus facilement remplaçable. Cela s'explique très bien par la valeur relative très forte de l'œuf féminin comparée à celle de la semence masculine, facilement disponible et dont la valeur relative est par conséquent très faible.

Maintenant, en exclusivité mondiale, je vais vous révéler avec précision quand et où le Désastre occidental a commencé. Accrochez-vous.

Cassandre a raison : tout a commencé aux Etats-Unis. Plus précisément, dans le rude état du Wyoming. C'était en 1869. Dans cet état vivaient et travaillaient une grande majorité d'hommes : environ 6000, pour un millier de femmes seulement. Un désert affectif et sexuel. Nos hommes voulurent attirer des femmes, mais comment rendre attractif cet environnement peu hospitalier ? Ils eurent alors cette idée formidable : leur octroyer, pour la première fois, le droit de vote. Voilà donc comment tout a commencé : dans le simple de désir qu'avaient ces hommes d'avoir une présence féminine à leurs côtés. Ce n'est donc pas une histoire de militantes féministes, de marxistes, de banquiers juifs ou que sais-je encore. Nos hommes du Wyoming avaient, simplement, soif d'amour et de sexe. Ce désir-là détruit souvent la vie d'un homme ; il a aussi coulé la civilisation occidentale.

A partir de là, le corps électoral a mathématiquement comporté 50% d'individus préférant la sécurité à la liberté, ce qui entraîna la création et le développement d'un état-providence toujours plus massif, en opposition totale aux vœux des Pères Fondateurs de l'Amérique. Et bien sûr, une fois accordé, ce droit de vote ne saurait être repris. La boîte de Pandore était ouverte. L'Europe a suivi. Fin de l'histoire.

Wyoming grants women the vote.
08 janvier 2017, 16:40   Re : Feministe et soumise
Moi je dirais, que tout a commencé avec la guerre de sécession. C'est prétendument au nom de la lutte contre l'esclavage que la brute yankee a détruit la civilisation du sud, virile, galante et chevaleresque. La stratégie ayant si bien fait ses preuves, elle n'a cessé d'être reconduite par l'Amérique jusqu'à aujourd'hui. ( L'esclavage était de toutes façons condamné par l'évolution industrielle et aurait fini très vite par mourir de lui-même).
L'occident renoncerait-il à son incontinence compassionnelle pour revenir à un humanisme raisonnable, qu'il ne ferait toujours pas le poids face à la férocité, à la violence de l'islam (avec ou sans isme). Contrairement à nous, pour le musulman cette violence, cette férocité, sont des preuves de virilité et de courage et la lâcheté, une simple ruse. C'est ainsi que sont présentées dans la ''Sira'', comme des exploits admirables les actions dignes des pires parrains mafieux perpétrées par le Prophète.C'est en usant de cette prétendue ''virilité-là'' que l'islam s'est imposé à des civilisations brillantes dès ses débuts et depuis, comme l'Amérique yankee, il ne cesse de reconduire la même stratégie qui lui a si bien réussi.
08 janvier 2017, 18:03   Re : Feministe et soumise
Au lieu de s'escrimer à rechercher les causes et à tenter d'expliquer pourquoi l'homme occidental est-il devenu aussi peu viril (?) il conviendrait davantage de retrouver, "en bons nietzschéens" (pardon si ça fait pompeux), la vérité de tout ce que la moraline ordinaire condamne : l'égoïsme, le désir, la passion, l'injustice, le racisme (oh sorry), la méchanceté et, pourquoi pas, la "violence" (en évitant autant que faire se peut de tomber dans la fameuse "inversion du flux mimétique" dont nous parle Toynbee). Pour le dire clairement : il y a actuellement plus urgent à faire qu'à "être galant" et respectueux de la gent féminine (j'espère que Cassandre me comprendra) !

Définir d'abord tout ce contre quoi nous devons réagir :

la prédication morale qui célèbre l'altruisme, l'antiracisme (dogmatique), l'excès de bonté, de charité, de raffinement, l'humanitarisme, l'humilité, la culpabilité, bref toutes les formes de faiblesses dévirilisantes face auxquelles il faudrait dresser une autre hiérarchie, toute différente de celle communément reçue, et qui est le sens même de la "transmutation des valeurs" selon Nietzsche. Pas de fierté et de virilité retrouvées tant que l'homme occidental ne se sera pas débarrassé de sa "mauvaise conscience" : alors comment faire ? Je ne vois pas de question plus urgente, plus vitale aujourd'hui.
08 janvier 2017, 18:14   Re : Un peu La Palice
Citation
Alain Eytan
Soit dit en passant, si l'homme viril s'est laissé dévirilisé en deux coups de cuiller à pot, c'est qu'il n'était déjà plus tellement viril pour se laisser faire comme ça : autrement dit il était déjà passablement dévirilisé avant que certaines "causes" extérieures, que chacun nommera à sa fantaisie, ne profitent opportunément de cette faiblesse et occupent la place.
Un homme en bonne santé ne meurt pas de n'importe quelle saloperie pathogène qui traîne, quand même, et le cas échéant, c'est qu'il n'est plus en bonne santé et que son système immunitaire est défaillant.
Bref, le principe réel de la dévirilisation doit être immanent au ci-devant viril.
Cela a l'air un peu bête de formuler la chose de façon si triviale, mais cela vaut peut-être mieux que de chercher éperdument des poux à tous et toutes, qu'ils soient capitalistes, juifs, Blancs, Noirs, Café au lait, Africains, femelles, succubes, baiseuses frénétiques, féministes ou pas, cons universels et indifférenciés, et même migrants ou musulmans, tiens...

100 fois d'accord avec vous !
08 janvier 2017, 18:30   Re : Feministe et soumise
« Au lieu de s'escrimer à rechercher les causes et à tenter d'expliquer pourquoi l'homme occidental est devenu aussi peu viril... » : voilà qui me paraît absurde. C'est faute de comprendre les causes d'un désastre qu'on est impuissant à le combattre. Bien sûr, la mauvaise conscience occidentale, le sanglot de l'homme blanc, fait partie de ces causes mais n'en est qu'un élément.

Je ne vois pour ma part pas d'inconvénient irrémédiable au droit de vote des femmes, à leur égalité civile en général. Au reste, jusqu'aux années soixante du siècle dernier, les femmes votaient nettement plus à droite que les hommes. La nécessaire et nécessairement mouvante dialectique des sexes peut très bien s'en accommoder. Ce dont elle ne saurait s’accommoder, c'est l'effacement de l'homme, du père qui dit la loi, du mari, de l'amant ou de n'importe quel homme de la communauté qui protège. Les Polonais ont exprimé cela à merveille avec leur banderole, adressée aux Allemands lors d'une rencontre sportive juste après la Saint-Sylvestre de Cologne et alors que la chancelière et la presse allemandes lanternaient la Pologne pour manquements à la néo-démocratie des droits de l'homme : « Protégez vos femmes, pas notre démocratie ! ».
Et en effet, une des choses les plus frappantes dans cette incroyable séance de viols collectifs, c'est l'absence totale de l'homme allemand, tout aussi effacé, absent, écrasé que lors des viols de masse des femmes allemandes en 45, l'excuse de la défaite totale en moins.

Autre chose : le fait que les femmes ont largement remplacé les hommes dans les usines en 14-18 a dû jouer un rôle qu'il ne faut pas oublier.
08 janvier 2017, 18:52   Re : Feministe et soumise
Pour élargir la remarque très juste de Marcel Meyer, il faut rappeler que les femmes votent toujours, dans leur immense majorité, pour l'idéologie qui est dans l'air du temps ; pour ce qui n'est ni original, ni risqué. Quand il était novateur de voter à gauche, elles votaient à droite. De nos jours il est plus risqué de s'opposer au Grand Remplacement : elles votent pour celui-ci. Bref, elles sont profondément conservatrices. Pas dans l'absolu, bien sûr, mais de façon relative au moment historique en cours. La biologie, comme toujours, explique très bien cela : leur force physique moindre ne les incite pas à se dresser contre la majorité écrasante. Bien sûr, il y a eu une poignée d'exceptions, mais en réalité très peu. Leur méthode de survie, au cours de l'évolution, fut toujours play it safe — ne pas faire de vagues. Les femmes, également, votent et pensent comme les autres femmes. Elles lisent d'ailleurs les mêmes livres, achètent les mêmes robes, les mêmes sacs à main, etc. Personne n'est plus mimétique qu'une femme.

Que des femmes vivent ensemble suffisamment longtemps ensemble sous le même toit, il se produira le phénomène biologique suivant, toujours un peu sidérant : elles se mettront à avoir leurs règles au même moment. C'est bien la nature qui les fait se caler ainsi les unes sur les autres. La Ruche, toujours la Ruche. Cela mérite d'être médité.

Pour en revenir aux viols de Cologne comme aux innombrables viols, plus quotidiens, de Stockholm, les femmes en général — et pas seulement les féministes, car entre femmes et féministes il n'y a pas plus de solution de continuité qu'entre islam et islamisme —, les femmes, disais-je, n'ont guère bronché dans l'ensemble. On en revient toujours à la même observation, stupéfiante pour celui qui se contente de la surface des choses : après avoir castré le mâle blanc (toujours suspect de “racisme”), elles continuent de voter massivement en faveur du migrant, le nouvel alpha, le nouvel homme à l'ancienne dont elles ont en fin de compte tant besoin, de même que l'enfant a besoin d'un adulte sachant lui imposer des limites. Qu'il les viole ne semble pas avoir beaucoup d'importance. Elles semblent assumer sans trop de problème leur antique statut de prise de guerre.
08 janvier 2017, 19:15   Re : Feministe et soumise
''la prédication morale qui célèbre l'altruisme, l'antiracisme (dogmatique), l'excès de bonté, de charité, de raffinement, l'humanitarisme, l'humilité, la culpabilité, bref toutes les formes de faiblesses dévirilisantes face auxquelles il faudrait dresser une autre hiérarchie, toute différente de celle communément reçue, et qui est le sens même de la "transmutation des valeurs" selon Nietzsche. Pas de fierté et de virilité retrouvées tant que l'homme occidental ne se sera pas débarrassé de sa "mauvaise conscience" : alors comment faire ? Je ne vois pas de question plus urgente, plus vitale aujourd'hui.''

Tout à fait d'accord.

''Ce dont elle ne saurait s’accommoder, c'est l'effacement de l'homme, du père qui dit la loi, du mari, de l'amant ou de n'importe quel homme de la communauté qui protège. Les Polonais ont exprimé cela à merveille avec leur banderole, adressée aux Allemands lors d'une rencontre sportive juste après la Saint-Sylvestre de Cologne et alors que la chancelière et la presse allemandes lanternaient la Pologne pour manquements à la néo-démocratie des droits de l'homme : « Protégez vos femmes, pas notre démocratie ! ».
Et en effet, une des choses les plus frappantes dans cette incroyable séance de viols collectifs, c'est l'absence totale de l'homme allemand, tout aussi effacé, absent, écrasé que lors des viols de masse des femmes allemandes en 45, l'excuse de la défaite totale en moins.''

Tout à fait d'accord.
Je suis aussi entièrement d'accord aussi avec le message de D. Teyssier.

''Après avoir castré le mâle blanc (toujours suspect de “racisme”), elles continuent de voter massivement en faveur du migrant, le nouvel alpha, le nouvel homme à l'ancienne dont elles ont en fin de compte tant besoin, de même que l'enfant a besoin d'un adulte sachant lui imposer des limites. Qu'il les viole ne semble pas avoir beaucoup d'importance. Elles semblent assumer sans trop de problème leur antique statut de prise de guerre.''

Pas tout-à- fait d'accord. Encore une fois les sondages prouvent qu' une forte majorité d' hommes et de femmes rejettent l'islam. Evidemment on ne donne quasiment jamais la parole à la femme de la rue qui s'indigne de ces viols.
Et qui aujourd'hui clame dans la presse leur inquiétude de cette islamisation de la France : en majorité des femmes ! : E. Lévy, Céline Pina, Christine Tasin, Natacha Polony et j'en passe. Et qui a clamé la première cette inquiétude ? Oriana Fallacci !
08 janvier 2017, 19:19   Re : Feministe et soumise
« Plutôt des violeurs que des racistes »


08 janvier 2017, 19:21   Re : Feministe et soumise
@M. Meyer
Ce dont elle ne saurait s’accommoder, c'est l'effacement de l'homme, du père qui dit la loi, du mari, de l'amant ou de n'importe quel homme de la communauté qui protège.
/////

Vous avez raison et pourtant dieu sait combien le mot "protection" les fait bondir (comme si elles en avaient encore besoin ?!) !...
Mais derrière l'effacement de cette loi du père n'est-ce pas tout bonnement le religieux (dans le sens "d'être relié à"), ou une religion, qui leur manque ?
08 janvier 2017, 19:31   Re : Feministe et soumise
@Trystan

Les femmes, également, votent et pensent comme les autres femmes. Elles lisent d'ailleurs les mêmes livres, achètent les mêmes robes, les mêmes sacs à main, etc. Personne n'est plus mimétique qu'une femme

////

Je ne vois pas en quoi les femmes seraient plus mimétiques que les hommes ? R. Girard, que vous avez sûrement lu, n'a jamais écrit une chose pareille. C'est l'être humain - homme ou femme qu'importe - qui est fondamentalement mimétique, point barre.
08 janvier 2017, 19:34   Re : Feministe et soumise
« Je ne vois pas en quoi les femmes seraient plus mimétiques que les hommes ? »

En ouvrant un peu les yeux, peut-être ? En regardant un peu la vie, tout autour de vous ?

« Point barre », écrit-il. Puisque c'est M'sieur Girard qui vous l'dit !
On ne bougera pas d'un millimètre vos petites convictions lepéno-ménardo-fdesouchiennes bien sages. C'est la faute à l'hyper-classe ben ouais hein ho moi j'dis.

« C'est de combat idéologique dont il faudrait parler ici. »
(De... dont.... De... dont...)


Une poignée de Nietzsche, une poignée de Girard quand j'ai utilisé le mot mimétique. Ce qu'il y a chez eux de plus connu, de plus rabâché, évidemment. Pavlov, si tu nous lis...

Vous êtes décidément merveilleux.
08 janvier 2017, 19:51   Re : Feministe et soumise
Bein disons que René Girard revisité par M. Davoudi-tout-en-nuances, ça a de quoi en faire sourire plus d'un.
08 janvier 2017, 20:02   Re : Feministe et soumise
Je ne comprends toujours pas cette longue péréquation : disparition du père, du religieux, du sacré sous les coups de boutoirs des femmes/féministes (puisque pour Trystan Dee c'est forcément la même chose – pas plus de différence selon lui entre femmes et féministes qu'entre islam et islamisme, déclare-t-il) pour donner en bout de chaîne des femmes ouvrant les bras aux barbares violeurs dits "mâles alpha", lors même que ces derniers se trouvent justement calés sur la religion et la fratrie coercitive.

Je ne comprends pas davantage comme certains hommes parviennent à parler ici des femmes et à les caractériser avec tant d'assurance ; moi qui les ai fréquentées ma part, je ne m'y risquerais pas. Quant à la "démonstration" de Trystan Dee qui pose que la racine du mal, l'événément zéro de la déchéance de l'homme occidental serait l'octroi du droit de vote à des femmes dans une communauté du Wyoming dans les années 1860, j'espère qu'il blague.

Un cas récent, celui d'un homme de 30 ans qui, en Angleterre vient de faire la une du Daily Mail : il s'appelle Halil Cetinkayali et il est musulman. Voilà le modèle de l'homme viril, "protecteur", dominateur, et pour tout dire, super-Alpha. Il s'était mis en concubinage avec une jeune Anglaise, Atlanta Hammond, âgée de 21 ans. Ils viennent de rompre. Il la battait au quotidien, postait sur Facebook des photos des ecchymoses et blessures avec des légendes du type : "Voilà la gonzesse que je trompe et bats tous les jours depuis deux ans". Il la contraignit de quitter son travail, de ne plus voir personne sauf sa mère, et encore, à condition qu'elle lui téléphone toutes les dix minutes quand elle était chez elle. Il la viola, filma ses actes et la fit chanter : "si tu me quittes je mets tout sur Internet". Il finit par la poignarder. Elle finit par prendre refuge chez sa mère et se décida à demander de l'aide de la police et de la justice.

Je ne sais pas ce qu'en pensent MM Dee et Meyer, mais s'il faut avoir la nostalgie de cette "virilité" là, de cette poigne face aux femmes pour gagner ses galons de mâle alpha, fortement adossé à la religion et à l'ordre qui réassigne aux femmes la place de créature inférieure et obéissante qui lui revient naturellement, eh bien, au risque de me faire de nouveau recadrer par ceux qui jugent que je m'égare, qu'ils sachent bien je préfère encore le désordre des lavettes allemandes qui n'ont pas protégé les Allemandes le soir de la Saint-Sylvestre 2015 à celui de ces bestiaux dits "mâles Alpha" et de leur ordre tramé dans la "religion", voire "le sacré".

Cetinkayali a pris 19 ans et huit mois de gnouf par les soins de la justice britannique, vraisemblablement des juges femmes. Quant à la petite Atlanta (jolie comme un coeur, il va sans dire), souhaitons-lui de se mettre à la recherche d'un Bêta civilisé.

[www.dailymail.co.uk]
08 janvier 2017, 20:13   Re : Feministe et soumise
« Bein disons que René Girard revisité par M. Davoudi-tout-en-nuances, ça a de quoi en faire sourire plus d'un. »

A ceci près que c'est vous qui avez convoqué Girard, pas moi. Je n'en ai pas dit un mot. Mais apparemment vous avez déjà oublié...
08 janvier 2017, 20:20   Re : Feministe et soumise
Quant à la "démonstration" de Trystan Dee qui pose que la racine du mal, l'événément zéro de la déchéance de l'homme occidental serait l'octroi du droit de vote à des femmes dans une communauté du Wyoming dans les années 1860, j'espère qu'il blague.
/////

Non Francis, il ne blague pas. Et c'est bien la raison pour laquelle il est tellement drôle, ce M. Davoudi Dee. (C'est qu'il va vous chercher de ces trucs...)
08 janvier 2017, 20:25   Re : Feministe et soumise
« Je ne comprends toujours pas cette longue péréquation »

Francis, vous ne la comprenez pas parce qu'elle bouscule vos schémas de pensée habituels, parce qu'en effet elle n'est pas logique mais biologique et anthropologique. Ce sont les même biais mentaux (en l'occurrence, votre européo-centrisme) qui vous faisaient dire, sur un autre fil, que l'islam était partout et toujours un « cadre d'airain » (si j'ai bonne souvenance), alors qu'en bien des endroits de la terre ce patriarcat-là est tout ce qu'il y a de plus naturel, autrement dit, de plus culturel.

Pour le reste, je ne compare pas les deux systèmes selon leurs mérites respectifs en matière de douceur, de raffinement, de progrès, etc. Là n'est pas la question. Je constate simplement qu'il y a une civilisation qui a presque entièrement placé la Femme au centre de son système et de ses préoccupations, et qui disparaît en se faisant remplacer par une autre qui n'a pas fait cela.
C'est un constat, rien d'autre. Un constat fascinant.

Je pense pour ma part que tout se joue là, que la Grande Déculturation et le Grand Remplacement prennent leur source là et à peu près nulle part ailleurs. Pas dans Hitler, pas vraiment dans l'hyper-classe qui est un produit annexe de tout cela, pas dans la “pulsion de mort”, terme plaisant mais trop facile car trop vague et qui, en fin de compte, n'explique rien, ne dit rien. (« Il s'est tué en se suicidant. — D'accord, mais quel moyen a-t-il utilisé ? »)
08 janvier 2017, 21:16   Re : Feministe et soumise
Je constate simplement qu'il y a une civilisation qui a presque entièrement placé la Femme au centre de son système et de ses préoccupations, et qui disparaît en se faisant remplacer par une autre qui n'a pas fait cela.

Non mon cher Trystan, je crois que là encore vous faites fausse route. Car pour ce qui est de l''islam, la femme est justement "au centre de son système et de ses préoccupations" ! En Islam la femme est centrale (pour d'autres raisons qu'en Occident je vous l'accorde, mais peu importe), elle est même La fierté du musulman. - Que voit-on ? Que l'Islam insiste, j'ai envie de dire "passe son temps à insister", pour que les femmes soient vêtues de façon modeste, pour qu'elles portent une sorte de voile ou de coiffe qui couvre leur chevelure, etc. etc. (et dont le résultat est d'ailleurs un déploiement de vêtements très variés et parfois très beaux depuis le Maroc jusqu'à la Malaisie). Sinon allez jeter un rapide coup d'oeil du côté de Youtube, et vous y découvrirez tous ces prédicateurs ne parlant que de la femme, c.a.d. de la femme pieuse, musulmane, de son voile, de la longueur de son voile, de ce que tel verset en dit, tel hadith, etc.

sur un autre fil, que l'islam était partout et toujours un « cadre d'airain » (si j'ai bonne souvenance), alors qu'en bien des endroits de la terre ce patriarcat-là est tout ce qu'il y a de plus naturel, autrement dit, de plus culturel.

Pardonnez-moi mais face au danger qui nous menace s'attarder sur cet islam "national", "culturel", historique et hérité, n'a pas grand intérêt... Les islamistes l'ont bien compris, eux qui diffusent un islam idéologique, trans-culturel, trans-national, considérant par ex. le hijab ou la burqa comme les symboles de l'attachement aux vraies valeurs de l'Islam, comme les symboles anti-occidentaux par excellence, comme une revendication de sa foi, une fierté assumée, etc - bref, tout le contraire d'un voile "culturel" représentant un retour aux traditions usées et héritées.
08 janvier 2017, 21:36   Re : Feministe et soumise
« En Islam la femme est centrale (pour d'autres raisons qu'en Occident je vous l'accorde, mais peu importe), elle est même La fierté du musulman »

Ah bon ? Que la femme soit très souvent, chez les musulmans, un motif de honte, je vous l'accorde, mais de fierté... Pourriez-vous me citer un exemple — hormis bien sûr les Khadija, Aïcha, Fatima, etc. du Coran — un seul exemple vivant, contemporain, de femme faisant la fierté de l'islam ? Je n'en vois pas. Au mieux le femme en islam ne fait pas honte, mais c'est bien tout, et du reste on ne lui demande rien d'autre.

Cela dit, l'islam ne m'intéresse pas tant que ça en soi. Il se trouve que c'est certes la civilisation qui n'a pas octroyé de “libération” aux femmes et qui est en train de remplacer la civilisation occidentale, mais ç'aurait pu en être une autre. Au-delà de la forme que revêt le phénomène, c'est le fond dudit phénomène, qui m'intéresse : un patriarcat modéré qui a dégénéré en matriarcat féministe et qui, avec l'accord passablement enthousiaste de ses cheftaines, est sur le point d'être remplacé par un patriarcat dur.

Pour le reste, je n'ai pas parlé de « cet islam "national", "culturel", historique et hérité ». Ce ne sont pas là mes mots et à vrai dire je ne vois pas de quoi vous parlez.
08 janvier 2017, 22:23   Re : Feministe et soumise
Ah bon ? Que la femme soit très souvent, chez les musulmans, un motif de honte, je vous l'accorde, mais de fierté...

Ce que j'ai voulu dire c'est qu'il est du devoir de tout musulman de porter secours à une femme musulmane s'il voit celle-ci se faire agresser dans l'espace public, de surcroît par un non musulman, à condition bien sûr que la femme ne soit pas accompagnée (plusieurs hadiths sur ce sujet). A partir de l'instant où la femme musulmane sort dans la rue, elle représente sa religion, elle est l'islam, une sorte d'archétype, si on veut. Ainsi il est donc normal que tout musulman, pas seulement l'époux, y voit un motif de fierté. Tout cela est très "théorique", bien entendu, mais ayant vécu en Malaisie j'ai pu voir par ex. que les "salopes dans les films porno" c'est "sympa", ça excite et ça fait rire les hommes, à la condition que celles-ci ne soient pas musulmanes (ou parce que celles-ci ne sont pas musulmanes).
08 janvier 2017, 22:31   Re : Feministe et soumise
Bref, on lui demande de n'être pas un motif de honte, en contrôlant son attitude ou en empêchant un autre homme de la souiller. Aucune fierté là-dedans.
08 janvier 2017, 22:38   Re : Feministe et soumise
Citation
Trystan Dee
Bref, on lui demande de n'être pas un motif de honte, en contrôlant son attitude ou en empêchant un autre homme de la souiller. Aucune fierté là-dedans.

Je tentais de vous expliquer que la femme musulmane (idéalement parlant), par son comportement, par ses gestes, par sa façon de se mouvoir, de s'habiller, de se maquiller (ou pas), représente l'Islam, bref qu'elle incarne quelque chose de sacré, de "plus grand qu'elle" et donc... Mais non, rien. Bonne nuit.
08 janvier 2017, 22:51   Re : Feministe et soumise
Entre l'un qui croit, ou qui feint de croire, que nous sommes des admirateurs fanatiques de ceux dont nous passons notre temps à dénoncer la mainmise croissante sur notre pays, et l'autre qui nous explique doctement, à nous autres crétins, que la femme en Islam, c'est sacré, nous voilà bien !
08 janvier 2017, 23:04   Re : Feministe et soumise
Oui bah j'ai volontairement forcé le trait, je l'avoue. Maintenant, dites-moi combien de mâles occidentaux mettraient réellement leur peau en danger pour secourir une femelle (on va dire "blanche") se faisant agresser par-qui-vous-savez ? Si les hommes ne bougent plus, c'est en grande partie parce que les femmes ne sont plus un motif de fierté. Allez donc faire la même chose dans un pays musulman...
08 janvier 2017, 23:07   Re : Feministe et soumise
Non, cher Pascal Mavrakis, la femme musulmane n'est pas sacrée pour les musulmans. Elle doit signifier seulement par son accoutrement et son comportement qu'elle est leur propriété exclusive et qu'aucun non musulman ne doit marcher sur leurs plates-bandes.
08 janvier 2017, 23:16   Re : Feministe et soumise
Elle doit signifier seulement par son accoutrement et son comportement qu'elle est leur propriété exclusive et qu'aucun non musulman ne doit marcher sur leurs plates-bandes.

Mais enfin chère Cassandre, il y tout de même bien une forme de fierté là dedans ??! Même si ça nous paraît complètement con... L'instinct de propriété, l'appartenance à un groupe, à un clan, à une fratrie ou que sais-je encore, le sens du territoire, la volonté de puissance, la volonté d'en découdre, la capture des femmes... Chez les anciens Européens, il y avait aussi ça ? non ?
08 janvier 2017, 23:24   Re : Feministe et soumise
« Entre l'un qui croit, ou qui feint de croire, que nous sommes des admirateurs fanatiques de ceux dont nous passons notre temps à dénoncer la mainmise croissante sur notre pays »

J'espère tout de même que ce n'est pas la conclusion que vous tirez de mes propos ! Si c'est le cas, je crains hélas que le contresens soit total.
09 janvier 2017, 01:37   Re : Feministe et soumise
Vous vous méprenez : je faisais allusion au propos de Francis (« Je ne sais pas ce qu'en pensent MM Dee et Meyer, mais s'il faut avoir la nostalgie de cette "virilité" là, de cette poigne face aux femmes pour gagner ses galons de mâle alpha, fortement adossé à la religion et à l'ordre qui réassigne aux femmes la place de créature inférieure et obéissante qui lui revient naturellement, eh bien, au risque de me faire de nouveau recadrer par ceux qui jugent que je m'égare, qu'ils sachent bien je préfère encore le désordre des lavettes allemandes qui n'ont pas protégé les Allemandes le soir de la Saint-Sylvestre 2015 à celui de ces bestiaux dits "mâles Alpha" et de leur ordre tramé dans la "religion", voire "le sacré".) »
09 janvier 2017, 01:40   Re : Feministe et soumise
Ah, tant mieux.
09 janvier 2017, 06:50   Re : Feministe et soumise
Citation
Trystan Dee
Ah, tant mieux.

(Le pauvre Dee, il vient de vivre la trouille de sa vie... Mais le voilà rassuré, maintenant)
09 janvier 2017, 08:24   Re : Feministe et soumise
En même temps, Mavrakis, quand on voit les efforts inhumains pour déployer pour vous faire entendre deux-trois idées simples... (mais on comprend assez tôt qu'il n'y a pas grand chose à faire).
09 janvier 2017, 09:06   Re : Feministe et soumise
(Ce dont il n'a pas conscience, c'est que l'apparente complexité de sa pensée trouve sa racine la plus profonde dans une insuffisance...)

Ouais, enfin des dizaines de messages pour accoucher de l'idée "lumineuse" que la cause de tous nos malheurs, c'est le droit de vote accordé aux femmes... Mais bon, j'arrête là.
09 janvier 2017, 09:36   Re : Feministe et soumise
(Oh ! La France vient de se doter d'un nouveau psychanalyste !)

Oui, arrêtez-vous là. Vous avez assez prouvé qu'hormis le hochet qu'on vous met sous le nez vous n'entendez rien.
09 janvier 2017, 09:51   Re : Feministe et soumise
''Mais enfin chère Cassandre, il y tout de même bien une forme de fierté là dedans ??! Même si ça nous paraît complètement con... L'instinct de propriété, l'appartenance à un groupe, à un clan, à une fratrie ou que sais-je encore, le sens du territoire, la volonté de puissance, la volonté d'en découdre, la capture des femmes... Chez les anciens Européens, il y avait aussi ça ? non ?''.
Il y a un peu de tout ça sans doute, mais ça ne sacralise pas la femme pour autant. Cette interdiction de se marier à un non musulman est simplement la façon la plus élémentaire et la plus radicale de permettre aux adeptes d'une religion, en l'occurrence, la musulmane, de se multiplier et de croître, puisque la progéniture de ces mariages sera automatiquement musulmane.
Du temps où l'assimilation semblait aller de soi, les mariages mixtes pour ceux qui décidaient de rester en France étaient courants, et les enfants de ces couples n'étaient plus considérés comme automatiquement musulmans. En outre, à partir du moment où ils grandissaient dans un milieu non islamisé, ils ne le devenaient pas non plus. D'où un déperdition certaine pour l'islam à laquelle la devise ''Pas touche à la femme musulmane'' a mis fin en même temps qu'à l'assimilation, car ces mariages mixtes en étaient un facteur important.
09 janvier 2017, 11:11   Re : Feministe et soumise
Mais chère Cassandre, le fait de se marier avec tel ou telle (et maintenant avec un être du même sexe) uniquement parce que "c'est mon choix" et que "mon corps m'appartient", c'est tout de même relativement récent - non ? Aucune société, on va dire encore un peu "traditionnelle", n'accepte de gaité de coeur que l'on puisse se marier avec n'importe qui (sans distinction de religion, de race, de classe sociale, etc.). Partout, et quels que soient les systèmes de parenté où les structures politico-religieuses, il y a des interdits, des tabous, des barrières. Pour quelles raisons l'islam échapperait-il à cette règle ?
pour quelles raisons l'islam échappera-t-il a cette règle ?

Parce qu'il y a l'imam Khankan (!)
09 janvier 2017, 11:21   Re : Feministe et soumise
«Oui, la femme est précieuse dans l'islam, mais si elle n'a pas le droit de prononcer la prière... les choses n'avancent pas.»

////

Et bien justement !, ce qui fait la force (sur le "temps long") de l'islam, c'est qu'avec lui, les choses n'avancent pas ! Il n'y a qu'à voir ce que le "bougisme" et le progressisme ont fait de la religion catholique.
09 janvier 2017, 11:43   Re : Feministe et soumise
Mais personne non plus ne laisse de gaité de coeur un étranger se servir de sa voiture. Elle est sacrée à ses yeux comme l'est sa maison et tous les biens qui lui appartiennent. Le problème est que la femme n'est plus considérée en occident comme un objet. Elle est libre de choisir qui elle veut. Quel père de famille voudrait voir régresser sa fille au rang d'objet comme jadis ?
Et puis dans nos sociétés, même si le mariage avec un étranger était souvent mal vu, il n'y avait aucune loi civile ni religieuse qui l'interdisait et la femme qui désobéissait à la norme risquait la réprobation, la mise à l'écart mais pas la mort, ni pour elle, ni pour son mari.
09 janvier 2017, 11:58   Re : Feministe et soumise
Que des femmes vivent ensemble suffisamment longtemps ensemble sous le même toit, il se produira le phénomène biologique suivant, toujours un peu sidérant : elles se mettront à avoir leurs règles au même moment. C'est bien la nature qui les fait se caler ainsi les unes sur les autres. La Ruche, toujours la Ruche. Cela mérite d'être médité.

Le phénomène est bien connu en effet, et alors ? On peut penser que cette synchronisation des règles a pour fonction d'empêcher toute "concurrence déloyale" entre elles et d'accorder un temps de repos et de quiétude sexuelle collective à tous les hommes de la maisonnée, etc.

Le corps humain est un instrument subtil et merveilleux. Quand une femme perçoit les cris d'un nourrisson, les glandes de la lactation entrent automatiquement en action, même si "elle a mieux à faire que de donner le sein", le corps agit mécaniquement : ouir les pleurs d'un nourrisson dans les parages provoque mécaniquement la montée du lait dans les seins de la femme, qu'elle en soit la mère ou pas.

Le corps masculin est sujet à des automatismes équivalents : la vue d'un porte-jaretelles sous une jupe écossaise taillée court autour de cuisses rondes et potelées provoque à peu près sans exception chez Adam ce qu'un intervenant supra, qui m'a bien fait rire, qualifie "de verticalité virile", pour peu qu'Adam soit encore vert.

Au fond Mister Dee (il y a bien eu une Lady Di de triste mémoire, souffrez donc qu'il y ait aujourd'hui un Mister Dee), je trouve vos charges sur les femmes ("ruche", perruches mimétiques, etc.) très symétriques aux propos anti-hommes de certaines féministes – "les hommes sont tous les mêmes, tous des cochons", etc.

Vous connaissez les livres, articles, faits et gestes de Valerie Solanas ? Eh bien vous êtes en train de vous faire connaître comme un Valerie Solanas au masculin. Mme Solanas était une sorte de Clémentine Autain en plus moche et en plus hargneuse, mais dotée d'une verve incomparable. Voyez, je vous adresse presque un compliment là.

[fr.wikipedia.org]
09 janvier 2017, 12:13   Re : Feministe et soumise
Une chose de l'ancien monde semble bien avoir survécu : les combats de coqs.
09 janvier 2017, 12:19   Re : Feministe et soumise
Bof, tant qu'ils se font à coups d'ergo... et s'ils peuvent se conclure en faisant rabattre le caquet de celui qui a commencé ce battage bruyant et ces assommantes exhortations contre les poules de la basse-cour, pourquoi s'en plaindre ?
09 janvier 2017, 12:45   Re : Feministe et soumise
"Les femmes "nègres", également, votent et pensent comme les autres femmes "nègres". Elles Ils lisent d'ailleurs les mêmes livres, achètent les mêmes robes fringues, les mêmes sacs à main, etc. Personne n'est plus mimétique qu'une femme un "nègre"."

Version KKK j'trouve ça pas mal non plus.
09 janvier 2017, 13:05   Re : Feministe et soumise
En somme, ce que nous dit Pascal Mavrakis, c'est que les femmes et les nègres ont pris le pouvoir.

Remarquez, en un sens, ça peut se défendre.
09 janvier 2017, 13:16   Re : Feministe et soumise
Les combats de coqs ne sont jamais aussi farouches et aussi pathétiques que lorsque les coqs sont quand même à moitié d'accord entre eux. Tout ça me fait penser à ces derniers coups de becs entre poulets sur la chaîne d'abattage juste avant la mise sous cellophane...

Pendant ce temps-là, la pénalophilie galopante semble n'avoir plus aucun frein. On rémunère les putes étrangères —pour qu'elles remettent la gestion de leur corps à l'assistanat social — avec l'argent des clients pénalisés.
On sanctionne la séduction par le biais du harcèlement sexuel qui peut être ce que la victime désignée a décidé qu'il soit. On fait d'une notion aussi élastique que la contrainte morale un élément constitutif du viol. En revanche on trouve une excuse à un authentique violeur en série qui déclare avoir été victime d'exclusion raciste. Où resurgit le lien entre culture de l'excuse et féminocratie...

Alors bien sûr, les généralités abusives sur les femmes dans leur ensemble sont sûrement contestables . Mais n'est-il pas possible :

- de décrocher un temps la lame de rasoir de l'ergot ?
- de cesser de fustiger les moeurs barbares des autres peuples et de se contenter d'exiger qu'ils ne nous submergent pas, le temps que nous réglions nos graves problèmes internes ?
- de considérer en urgence l'effet désastreux sur le désir et donc l'envie de vivre, que peut avoir sur les jeunes générations d'hommes en particulier, cette envie de pénal débridée ?
09 janvier 2017, 13:40   Re : Feministe et soumise
de cesser de fustiger les moeurs barbares des autres peuples et de se contenter d'exiger qu'ils ne nous submergent pas, le temps que nous réglions nos graves problèmes internes ?

Le genre de requête qui vous vaudra le privilège d'être traîné illico presto devant la 17ème chambre mon cher Eric. Plus facile à écrire qu'à faire (je ne m'adresse pas à vous en particulier).
09 janvier 2017, 14:00   Re : Feministe et soumise
Le genre de requête qui vous vaudra le privilège d'être traîné illico presto devant la 17ème chambre mon cher Eric

Merci de me prévenir. Je n'ai pas pris la pleine mesure de la péno-folie ambiante :)
09 janvier 2017, 14:23   Re : Feministe et soumise
Avant de baisser tout à fait l'ergot j'aimerais encore faire remarquer ceci : dans une large mesure, me semble-t-il, l'origine de cette longue et quelque peu répétitive discussion se trouve dans l'hypothèse que j'ai formulée sur deux autres fils selon laquelle les néo-féministes, avant-garde d'une masse plus ou moins passivement consentante des femmes occidentales et avec le plein accord des petits-bobos-teufeurs de sexe vaguement masculin, savent au fond d'elles-mêmes très bien ce qu'elles font en poussant à la submersion migratoire par importation massive et brutale de millions de jeunes hommes en provenance du Tiers Monde, et que cela mène tout droit à la soumission c'est-à-dire à la porte de sortie de l'impasse civilisationnelle invivable dans laquelle nous avait menés le dernier demi-siècle. Or cette vision est évidemment moins méprisante pour ces femmes que celle qui les présente comme des cruches sottes, naïves, inconscientes et incapables de comprendre les conséquences inévitables de leurs actes et incapables de simplement voir ce qui se passe tous les jours sous leurs yeux.
09 janvier 2017, 14:50   Re : Feministe et soumise
« de cesser de fustiger les moeurs barbares des autres peuples et de se contenter d'exiger qu'ils ne nous submergent pas, le temps que nous réglions nos graves problèmes internes ? »

En somme, vous demandez à l'Histoire de présenter les plats dans un ordre qui vous conviendrait davantage. Pas sûr qu'elle écoute.

« Or cette vision est évidemment moins méprisante pour ces femmes que celle qui les présente comme des cruches sottes, naïves, inconscientes et incapables de comprendre les conséquences inévitables de leurs actes et incapables de simplement voir ce qui se passe tous les jours sous leurs yeux. »

Pourtant l'Occident, ou du moins la liberté d'expression en Occident, meurt ce ceci : de l'obligation de ne pas heurter les différentes “classes de (prétendues) victimes”, nos nouveaux et nouvelles intouchables. Ne pas heurter ces femmes, ne pas heurter les noirs, ne pas heurter les musulmans, ne pas heurter les gays, ne pas heurter les trans, etc. N'heurter personne, sauf le mâle blanc bien sûr, lequel a légitimement mérité d'en prendre plein la figure. Et quand il réagit un peu on le rappelle à l'ordre ; finalement il retourne sur la pointe des pieds à sa place en s'excusant encore d'exister, mais c'est promis, il mourra bientôt.

Donald Trump (qui n'est certes pas notre modèle d'homme civilisé, mais bon...) a remporté l'élection parce qu'il n'en avait rien à faire de heurter tel ou tel. Bref.

Ce que j'ai essayé de faire sur ce fil, c'est de montrer que l'Occident — l'homme occidental — n'a pas seulement commis l'erreur de sacraliser le fameux Autre (ce que tout le monde a lu, voire écrit, cent mille fois ici et ailleurs) ; il en a aussi commis une autre, peu dénoncée, guère analysée ici, et plus gênante, moins avouable, moins directement envisageable en tant qu'erreur, car après tout nous avons tous été élevés dans le culte de la Femme (et les divers chevaliers servants qui sont montés ici sur leurs grands chevaux pour La défendre le prouvent assez) : celle d'avoir au premier chef sacralisé la Femme, qui est une sous-partie de l'Autre, et fut même à dire vrai sa première manifestation.
09 janvier 2017, 15:26   Re : Feministe et soumise
En somme, vous demandez à l'Histoire de présenter les plats dans un ordre qui vous conviendrait davantage. Pas sûr qu'elle écoute.

Il n'est pas question de ce qui me conviendrait personnellement. Il me semble logique, dans la mesure où les dirigeants de mon pays ont jugé bon de révoquer dans les faits les lois sur l'immigration clandestine, de ne pas en vouloir plus que de raison aux populations "migrantes" dont les moeurs n'auraient pas à me concerner si lesdits gouvernants n'avaient pas ouvert les portes. C'est donc nos propres moeurs que je mets en question. C'est l'ordre que je choisis car je ne vois pas ce qui pourrait inciter nos hôtes à changer leurs moeurs et à adopter les nôtres qu'ils ne peuvent comprendre, qui sont incompréhensibles pour bien des autochtones eux-mêmes, et dont ils constatent(les allochtones), en en profitant, incrédules sans doute, le fiasco.
09 janvier 2017, 15:37   Re : Feministe et soumise
« Au fond Mister Dee (il y a bien eu une Lady Di de triste mémoire, souffrez donc qu'il y ait aujourd'hui un Mister Dee), je trouve vos charges sur les femmes ("ruche", perruches mimétiques, etc.) très symétriques aux propos anti-hommes de certaines féministes – "les hommes sont tous les mêmes, tous des cochons", etc. »

Je ne crois pas avoir jamais parlé de perruches. Et j'apprécie d'être, à vos yeux, aussi bête que Lady Di. Mais bon, comme ça vient d'un type qui admire Bob Dylan (et le défend en public !), je préfère hausser les épaules...

Pour le reste, serais-je un féministe à l'envers, ou plutôt en miroir — un “masculiste” (?) qui tomberait exactement dans les mêmes travers qu'elles ?

Ce que je puis vous dire, c'est que ce sont les femmes et, parmi elles, les féministes, qui ont commencé, aidées par des inconscients qui avaient besoin de reconnaissance féminine. Elles ont cru qu'à coups de lois, d'activisme et d'intimidations elles allaient pouvoir forcer l'égalité hommes-femmes en se hissant au niveau des hommes. Mais comme il s'agissait là d'une aporie biologique et anthropologique, qui a naturellement échoué, elles ont essayé, lors des vagues féministes plus tardives, d'abaisser les hommes (blancs) à leur niveau, notamment au moyen des insultes que vous suggérez. C'est là qu'elles les ont eus.

De mon côté, je ne constate qu'une seule chose : les femmes en Occident détiennent depuis quelques décennies une position de pouvoir complètement artificielle, qui ne tient que parce qu'elles ont su mettre de leur côté les gouvernements et, avec eux, une horde d'hommes prêts à tout pour obtenir leurs faveurs (les descendants des hommes du Wyoming). Sans l'action gouvernementale et les cohortes de white knights, ce pouvoir féministe tomberait immédiatement, et avec lui les masques. Peu importe cela dit, le féminisme est en train de se dévorer lui-même, en promouvant le Grand Remplacement. Tout cela sera donc bientôt derrière nous.

Ce que vous appelez mes “charges sur les femmes”, ce n'est rien d'autre qu'un appel à un très nécessaire moment de vérité. Cessons de les mettre sur un piédestal. Voyons ce qu'elles apportent vraiment, voyons un peu comment elles se débrouilleraient réellement sans leurs hordes de serviteurs beta corvéables et remplaçables, complètement hypnotisés par la déesse Femme.

Pourquoi les hommes (blancs) devraient-ils continuer à se soucier d'un matriarcat qui n'en a rien à faire d'eux, et se joue d'eux ? Pourquoi ce refus de voir que le jeu des relations hommes-femmes, en Occident, est devenu complètement truqué ? Ma seule revendication serait celle-ci : il faut sortir de ce point de vue strictement féminin, complètement “gynocentré”, que nous nous sommes peu ou prou imposés à nous-mêmes en suivant l'injonction féministe. Arrêter de vivre dans un monde pensé pour, et de plus en plus par, les femmes — un monde qui ne nous satisfait pas, que je sache, et qui nous mène dans le mur.

Mais bon, écrire cela, cela fait de moi une manière de féministe à l'envers, n'est-ce pas ?
09 janvier 2017, 15:45   Re : Feministe et soumise
« Il n'est pas question de ce qui me conviendrait personnellement. Il me semble logique, dans la mesure où les dirigeants de mon pays ont jugé bon de révoquer dans les faits les lois sur l'immigration clandestine, de ne pas en vouloir plus que de raison aux populations "migrantes" dont les moeurs n'auraient pas à me concerner si lesdits gouvernants n'avaient pas ouvert les portes. C'est donc nos propres moeurs que je mets en question. C'est l'ordre que je choisis car je ne vois pas ce qui pourrait inciter nos hôtes à changer leurs moeurs et à adopter les nôtres qu'ils ne peuvent comprendre, qui sont incompréhensibles pour bien des autochtones eux-mêmes, et dont ils constatent(les allochtones), en en profitant, incrédules sans doute, le fiasco. »

Je pense exactement comme vous. J'ai juste ajouté à cette analyse la dimension sexuée et anthropologique du problème. Mais ce faisant j'ai bien conscience d'apporter une mauvaise nouvelle — ce dont notre époque a horreur.
09 janvier 2017, 16:19   Re : Feministe et soumise
Je me permets de remettre la perte du religieux ou du sens du religieux sur la table (même si ça n'intéresse pas grand monde sur ce fil).

Machiavel (Oeuvres complètes, p. 413) : "Si l'attachement au culte de la Divinité est le garant le plus assuré de la grandeur des républiques, le mépris de la religion est la cause la plus certaine de leur ruine."

Evidemment cette observation pourrait surprendre de la part de Machiavel, puisque celui-ci passe pour n'avoir pas été un esprit religieux (même si je crois me souvenir que d'après lui, l'une des causes principales de la décadence de l'Italie dont il fut le témoin, résidait dans l'infidélité au principe du christianisme). Mais qu'importe, l'essentiel n'est pas d'avoir personnellement la foi, mais de saisir la signification politique du phénomène religieux. Il ne suffit donc pas qu'une nation soit bien gouvernée et qu'hommes et femmes vivent en parfaite harmonie (c.a.d sans féministes aux alentours...), il faut encore qu'elle veuille se survivre, et cette volonté puise avant tout ses ressources dans l'élément transcendant que constitue une religion.
Alors oui, je suis d'accord : "C'est donc nos propres moeurs que je mets en question". Mais il faut aller plus loin, et se poser la question : une religion, dans l'Europe d'aujourd'hui, est-elle encore possible ?
09 janvier 2017, 16:40   Re : Feministe et soumise
Je trouve que tout le monde a de bonnes raisons et de moins bonnes. Je voudrais simplement demander à Trystan Dee ce qu'il faudrait changer, selon lui, pour que l'occident retrouve sa puissance : interdire aux femmes le droit de vote ? D'exercer les métiers qui leur plaisent ? De se tenir toujours modestement sur la réserve ? De retourner à leur rôle ancestrale de mère au foyer ? Quel serait au juste son programme ?
09 janvier 2017, 17:02   Re : Feministe et soumise
Je dirais qu'il faudrait commencer par mettre fin à toutes les lois et discriminations pro-femmes, qui partout faussent le jeu, dans la vie privée comme au travail. Mettre fin à toutes les incitations qu'elles ont à faire des enfants tout en étant libre, ensuite, de faire imploser leur famille, non sans avoir mis le mari sur la paille. Ne plus permettre la prolifération de toutes ces familles monoparentales et/ou recomposées, qui sont, du point de vue de la civilisation et de l'anthropologie, des monstruosités.
Cela a à voir, j'imagine, avec une réforme du droit de la famille — le divorce ne devrait pas être si aisé, et pas si pénalisant pour les hommes — comme de l'état-providence, dans le sens d'une nette diminution de celui-ci. (“Libération” des femmes et obésité de l'état-providence vont toujours de pair, cela ne vous aura pas échappé.)

Il faut dé-féminiser la société, de même qu'il faut la re-franciser. La justice. L'éducation. Les médias. La politique. La culture. Tout. Mettre fin au quasi-monopole du point de vue féminin sur les choses. Remplacer l'émotion par la raison.

Je pourrais vous redire, même si cela me heurte de le penser, qu'avoir octroyé le droit de vote aux femmes sans contreparties réelles ne fut probablement pas une très grande idée, parce qu'il a mathématiquement donné aux femmes le droit d'archi-féminiser la société, ce qui ne nous a pas réussi. Mais honnêtement je pense que c'est trop tard. Le “programme”, de toute façon, c'est la nouvelle civilisation qui vient qui l'appliquera. Cela ne prendra pas quarante-huit heures, et ce sera bien plus brutal que tout ce que je pourrai imaginer.
10 janvier 2017, 10:36   Re : Feministe et soumise
Mais il y a quelque chose qui ne colle pas dans votre raisonnement. On ne peut à la fois reprocher à la féminisation de la société de surprotéger les faibles et de culpabiliser les forts, idéologie progressiste mise en oeuvre bien avant le Grand Remplacement, à l'époque où les mâles ''alpha'' de l'islam, comme vous dites, n'existaient pas encore, et en même temps de reprocher aux femmes leurs penchants ''naturels'' pour l'homme brutal et sans pitié...

Et puis, que je sache, nombre de pays musulmans et non des moindres ont accordé le droit de vote aux femmes, et certains, comme la Turquie, bien avant la France. Cela a-t-il amoindri pour autant leur virilité ?
Enfin, que faites-vous de l'exemple d'Israël ? C'est une démocratie exemplaire, les femmes y votent et y ont, je pense les mêmes droits que nous et pourtant elles ne semblent pas fascinées par les mâles ''alpha'' palestiniens. C'est pourquoi je pense que les raisons que je donnais plus haut jouent au moins autant que la soi-disant ''nature'' de la femme. Ce n'est pas pour rien qu'Israël est si mal vu de l'''Empire Mol'', comme dit Francis : Il refuse son multiculturalisme mortifère et résiste à sa propagande sermonneuse et culpabilisatrice, et il semblerait que les femmes, là-bas, soient d'accord avec cette résistance.
10 janvier 2017, 11:20   Re : Feministe et soumise
« Mais il y a quelque chose qui ne colle pas dans votre raisonnement. On ne peut à la fois reprocher à la féminisation de la société de surprotéger les faibles et de culpabiliser les forts, idéologie progressiste mise en oeuvre bien avant le Grand Remplacement, à l'époque où les mâles ''alpha'' de l'islam, comme vous dites, n'existaient pas encore, et en même temps de reprocher aux femmes leurs penchants ''naturels'' pour l'homme brutal et sans pitié... »

C'est la fameuse “péréquation” qui gênait également Francis et que j'ai expliquée et ré-expliquée plus haut : je ne vois pas l'intérêt de me répéter une fois encore. Relisez-moi, vous verrez notamment que ce qui est “fort” de nos jours en Occident, c'est l'alliance des femmes occidentales (qui ont toutes bénéficié, si tant est que l'on puisse parler de bénéfice, des acquis des différentes vagues féministes) et de l'hyper-mâle alpha qu'est aujourd'hui le gouvernement-état-providence, celui-ci ayant bien souvent remplacé l'homme occidental dans son rôle traditionnel de pourvoyeur, ce qui fut une façon de mettre l'homme blanc au pas.
Le féminisme, la féminisation, comme toutes les autres formes de marxisme culturel visant à instaurer une “justice sociale” artificielle, a donc instauré en Occident une tyrannie des faibles-devenus-forts, par les biais des lois, de l'activisme politique, de la moraline, des intimidations, du chantage affectif et sexuel.

L'antiracisme, l'autrisme, a également créé un régime de faveur pour les immigrés, qui sont eux aussi des faibles-devenus-forts.

L'Europe — l'homme européen — a ainsi donné un pouvoir jamais accordé auparavant aux femmes et aux étrangers. Ces deux nouvelles puissances vont à présent se disputer la place du chef. Cologne nous a donné une idée assez nette du vainqueur à venir : je crains hélas qu'il n'y ait pas beaucoup de suspense. Déjà, les femmes occidentales se plient d'assez bonne grâce à leurs nouvelles obligations vis-à-vis des exotiques vainqueurs : les vieilles leur font des tartines de Nutella et les jeunes leur ouvrent leurs organes. Bref, la vie continue.

Pour ce qui est du droit de vote, je n'ai pas dit que cela faisait tout, même si j'ai tendance à penser que dans un régime non vérouillé son impact est considérable à terme, et en effet ses effets peuvent être longs, très longs à se faire sentir — et c'est tant mieux : l'Histoire est aussi faite de parenthèses enchantées. Il n'empêche que si la Turquie a naguère fait un pas dans ce sens-là, il ne vous aura pas échappé que ces derniers temps, ce pays est reparti à toute volée dans le patriarcat. Pas folle la bête. Quant à Israël, il s'agit d'un pays en état de danger de guerre permanent. Ce genre de contexte fait un vaccin anti-féministe incroyablement efficace. Il faut en effet, sur une assez longue période, la paix et une certaine abondance de ressources pour que les choses se mettent à déconner sérieusement. Tant qu'il y a du danger, de la guerre, de la tragédie, les vieilles hiérarchies tiennent bon.
10 janvier 2017, 16:44   Re : Feministe et soumise
J'ai bien lu ce que vous avez écrit, mais, encore une fois,je ne suis pas convaincue. Je trouve que démontrer que les femmes ont permis le triomphe de l'état-providence qui rend fort les faibles et faibles les forts, tout en assurant que la ''nature'' de la femme la pousse vers l'homme brutal et impitoyable, relève, un peu beaucoup, du sophisme. D'ailleurs les premiers marxistes étaient des hommes, il me semble, et je doute que Marx et Engels aient écrit le manifeste du parti communiste dans le seul but de séduire les femmes et de coucher plus facilement avec elles. Les communistes en général et la Russie soviétique en particulier cultivaient plutôt la virilité. Enfin, autour de moi, toutes les femmes que je connais sont horrifiées par l'islam.
C'est pourquoi je pense que ce féminisme agressif et dominateur relève, au moins pour une bonne part, d' une cause externe à la prétendue ''nature'' des femmes. Je pense qu'il joue aussi le rôle de marqueur de caste, comme l' engouement pour le multiculturalisme, les immigrés et la salade d'algues bio.

(message modifié)
10 janvier 2017, 20:37   Re : Feministe et soumise
Il est pourtant difficile de nier que “libération” des femmes et gonflement de l'état-providence sont allés de pair ces dernières décennies en Occident. Les femmes votent volontiers pour davantage d'Etat, d'imposition, de dette publique et de redistribution. Les personnes d'origine étrangère également.

Au reste, Chère Cassandre, il est très intéressant que vous parliez de communisme. Que ses grands théoriciens aient été des hommes ne change rien à l'affaire : de toute façon, les grands écrivains, les grands artistes, les grands penseurs sont presque toujours des hommes. Je pense pour ma part que féminisme et communisme ont beaucoup en commun, et que la féminisation de nos sociétés explique aussi pourquoi — bien qu'elles se disent en surface “libérales” ou “capitalistes” — notre environnement juridique, social, éducatif, médiatique, etc. a pris une tournure si “soviétique”. L'unification obligatoire, l'égalitarisme aporétique, la collectivisation des biens et des pensées — la Ruche n'est-elle pas collectiviste ?

En société féministe et féminisée, dire la vérité, celle qui dérange, devient de plus en plus impossible. La sécurité qu'offre l'appartenance à l'idéologie dominante passe bien avant la liberté de la critiquer.

Ce qui est propre à notre époque et bouleverse un peu la donne, c'est bien sûr l'existence miraculeuse d'Internet.

Je ne doute pas que les femmes autour de vous soient horrifiées par l'islam. Il n'empêche que pour défendre l'islam en France et dans le reste de l'Europe, on trouve bien souvent une cohorte de femmes prêtes à vous inculquer des leçons de moraline antiraciste. Pourquoi faut-il qu'elles soient toujours aux premières loges dès qu'il s'agit de s'occuper des “migrants” ? Elles sont habituellement secondées, il est vrai, par leurs petits roquets domestiqués, fascinés et acquis à la cause anti-raciste et anti-machiste, et qui voient là l'occasion de leur plaire (provisoirement), d'être du bon côté du manche et parfois de faire carrière.
11 janvier 2017, 16:54   Re : Feministe et soumise
Le système en rêvait, la bobocratie médiatique a réussi à dégotter Dieu sait comment la perle : le sdf ''de souche'' s'affichant antifasciste, pro migrants, se disant écoeuré par le comportement des flics à leur encontre et rappelant pieusement à l'assistance qui buvait religieusement ses paroles lors de l'émission-phare de la bobocratie ''C' est vous'', qu'un con est un con qu'il soit Français ''de souche'', arabe ou noir. Sauf que cet encore jeune homme, au look bizarrement très étudié : bandana indien et barbiche florentine, loin d'être une victime du système en représentait la quintessence. En effet il ne s'agissait pas d'un modeste ''souchien'' au chômage à la suite d'un licenciement, d'une délocalisation de sa branche professionnelle à Tataouine ou d'une infirmité physique mais d'un 'bobo'' pur jus, si j'ose dire, meilleur sommelier de France du temps où il travaillait et qui, après que sa femme l'eut quitté, a fait une dépression; dépression si grave qu'il ne fut plus en mesure de travailler. Et il paraît que ça dure depuis...20 ans ! En somme cet invité de l'émission réunissait en lui toutes les tares de cette société d'hommes dévirilisés que chacun sous un angle différent analysait sur ce fil.
M'est avis que sa femme a bien fait de le quitter !
29 janvier 2017, 15:33   Re : Feministe et soumise


Manifestation anti-Trump (ou, pourrait-on avancer imprudemment, quand les escouillés protestent contre un qui en a encore).
30 janvier 2017, 20:13   Re : Feministe et soumise
Mais regardez-moi ça ! video: [www.youtube.com]

Une jeune féministe française aux cheveux verts qui se lance en mauvais anglais dans une apologie des musulmans (gentils, forcément gentils). Le terrorisme ? Un truc d'Européens et d'Américains, dont les musulmans sont les premières victimes. Les viols en masse ? Les territoires perdus ? Pas un mot, ou sinon pour dire que c'est la faute aux blancs (coupables, forcément coupables). Et elle vous explique que les musulmans sont gentils (elle parle de ses amis arabes, probablement). Les pas gentils sont... on ne sait pas trop — quoi qu'il en soit ils sont toujours excusables, et excusés. Et s'il y a des choses qui ne fonctionnent pas dans les pays musulmans, eh bien c'est encore et toujours la faute aux blancs (et à Israël, nous dit-elle en passant).

Elle nous apprend aussi qu'elle fréquente davantage de musulmans que de chrétiens. Ah, ces féministes, toujours attirées, curieusement, par des hommes issus d'une culture passablement haineuse des femmes. Par des hommes qui mettront fin à cette aporie (car au fond d'elles, elles savent que c'en est une), et les délivreront de leur insupportable “liberté”.

Tout — le Grand Remplacement, la Grande Déculturation, le remplacisme, si l'on y tient —, tout est là, intégralement concentré dans ce merveilleux petit monologue en globish.

On en arrive à se dire : Vivement la Soumission, et qu'ainsi le cancer féministe, qui aura tué la civilisation occidentale plus que toute autre chose, prenne fin.

C'est ce qui se produira, de toute façon.
01 février 2017, 15:22   Re : Feministe et soumise
Mais vous plaisantez Trystan ? Cette jeune femme est infiniment plus modérée et douce que ne pouvaient l'être ses létales consœurs gaucho-féministes des années 70, par exemple ! De plus, elle ne parle pas si mal l'anglais, et elle a d'beaux yeux ; sans parler de ses mèches vertes...
Mais bref, franchement, dit-t-elle quoi que ce soit que désavouerait un Onfray, qui lui aussi estime que l'exportation de la violence moyen-orientale est avant tout la conséquence des politiques occidentales dans cette région (et il n'est certes pas le seul) ?
Ou Rémy Brague, pour qui il y a plusieurs islams possibles, et donc des lectures diverses du Coran, et des pratiques possiblement différentes ?
Ou que vous et moi, après tout, quand elle affirme que pris individuellement, il y a toutes sortes de musulmans, des bons, des méchants, des idiots et des intelligents, et que la religion ne fait pas nécessairement le bonhomme ?
Reconnaissons-le : cette petite n'essaye pas de nous dire que l'islam et tous les musulmans représentent forcément le Bien, et qu'ils soient en toute circonstance incritiquables ; et non plus ne prétend-elle qu'ils soient fatalement le Mal.
On aimerait peut-être entendre une analyse un peu moins conforme, moins sympathique, plus fine et lucide, bien sûr ; mais rien dans ses propos n'est réellement inacceptable, et symptomatique d'un mal spécifiquement et exclusivement féminin, rien.
01 février 2017, 15:27   Re : Feministe et soumise
« Ou que vous et moi, après tout, quand elle affirme que pris individuellement, il y a toutes sortes de musulmans, des bons, des méchants, des idiots et des intelligents, et que la religion ne fait pas nécessairement le bonhomme ? »
Vous peut-être mais pas moi car s'en tenir à ça, qui n'est certes pas faux en soi, c'est écarter toute analyse de ce que l'islam a de spécifiquement violent, intolérant, conquérant — et fermé a l'interprétation historicisante.
01 février 2017, 15:39   Re : Feministe et soumise
Ce n'est pas à proprement parler "l'écarter", mais ne pas prendre en compte la différence qu'il peut y avoir entre un individu considéré isolément, et le même comme représentatif et possiblement déterminé par un ensemble, une collectivité : mais cela relèverait d'une analyse plus fine, donc, qui intégrerait le fait qu'il y ait des niveaux de complexité et d'organisation différents du réel, produisant à chaque niveau des phénomènes différents : il ne faut pas non plus trop en demander.
02 février 2017, 00:07   Re : Feministe et soumise
Alain, c'est fou, tout de même... Cette petite mélodie, dans son discours, qui répète que le blanc (et accessoirement le juif...) est toujours globalement coupable, tandis que le musulman est toujours globalement victime, est-ce qu'elle ne s'entend pas ?

Et quand elle dit qu'en cas d'attentat, les premières victimes sont les musulmans, naturellement victimes d'amalgames ?

Comment réconcilie-t-elle son féminisme et sa sympathie a priori pour les musulmans, qui ne sont pourtant pas connus pour constituer la communauté humaine la plus tendre qui soit envers les femmes ?

On n'en saura rien, bien sûr.
02 février 2017, 15:27   Re : Feministe et soumise
Eh bien, à mes oreilles insuffisamment prévenues sans doute, cela ne s'entend pas tellement : l'argument imparable de son discours consiste en définitive à vouloir égaliser les choses et les gens, en assénant cette "évidence" que les musulmans sont des gens comme nous, des "hommes", quoi, ni plus ni moins coupables donc ; quant à détenir le record en matière de victimes du terrorisme, je pense qu'elle a raison : les musulmans comptent en effet le plus grand nombre de victimes d'actes terroristes islamistes, cela me semble peu contestable ?...
Ce qu'elle dit de la question de l'islam et des femmes est un peu flou, reconnaissant toutefois que soulever le problème est une démarche "valide" (bien,ça !), et soulignant le fait qu' il faut aider les femmes musulmanes et compatir : mon effort exégétique s'arrête là...
02 février 2017, 15:59   Re : Feministe et soumise
Mais enfin, vous ne comprenez pas qu'elle ne parle pas des victimes du Moyen Orient, mais bien des musulmans d'Europe (elle parle en effet de ses amis maghrébins) qui, les pôôvres, se retrouvent honteusement “stigmatisés” après chaque attentat ?

Qu'il y a à l'origine de chacune de ses phrases un biais pro-musulman qui rend tout musulman bon, gentil et innoncent a priori, tandis que l'homme blanc est toujours coupable (de racisme, de machisme, d'inégalitarisme) a priori ?

Ne percevez-vous sa façon bien particulière d'instruire ce procès, qui est précisément celle de tous les médias, de tous les politiques, de la plupart des femmes de son âge (et pas de son âge) — et, aujourd'hui encore, d'une majorité d'Européens ?
02 février 2017, 16:15   Re : Feministe et soumise
Ah non, ce n'est vraiment pas ce que j'ai compris, puisqu'elle fait également mention des victimes des Talibans, et ajoute que les musulmans sont également la cible d'un terrorisme américain, voire européen : c'est donc qu’elle parle des musulmans en général, où qu'ils se trouvent ?...
02 février 2017, 17:57   Re : Feministe et soumise
D'où il s'ensuit — message (à peine) implicite de la vidéo — que l'islamisme n'a rien à voir avec l'islam. Il faut aider les migrants qui fuient la guerre. Un Padamalgam et au lit.
02 février 2017, 20:08   Re : Feministe et soumise
Pour le Padamalgam c'est évident, je n'ai jamais prétendu le contraire, mais il n'est pas d'usage spécifiquement féminin non plus : ce qui m'amène à l'affaire du lit, à propos de quoi j’émets les plus grandes réserves, car je subodore que cette beauté est une pépée à filles...
03 février 2017, 03:22   Re : Feministe et soumise
Sinon il reste encore la bonne vieille "méthode Zinedine" : "Toi, ferme-là, t'es une femme, espèce de salope !"

[www.midilibre.fr]
03 février 2017, 11:28   Re : Feministe et soumise
J'aime beaucoup, sur cette page, la une du Midi Libre reproduite à droite où l'on voit des jeunes femmes pratiquant une “danse contre le cancer”. Festivette danse contre le cancer, mais elle a trouvé mieux : accueillir d’enthousiasme des Zinedine qui lui enverront, qui lui envoient déjà, des « Toi, ferme-là, t'es une femme, espèce de salope ! ».

En somme, et pour paraphraser le célèbre poème de Cavafy :

Que serions-nous devenues sans les Barbares ?
Ces gens-là, c'est une espèce de solution.

14 février 2017, 11:49   Re : Feministe et soumise
Le “premier gouvernement féministe du monde”, suédois bien sûr, lorsqu'il défie Trump et lorsqu'il défile devant le président iranien.

14 février 2017, 12:29   Re : Feministe et soumise
Sur la seconde photographie, elles se dirigent en réalité vers la cuisine, en remerciant les hommes de leur avoir montré le chemin.

(Si j'étais Donald Trump, je ferais construire un mur autour de chaque cuisine américaine, et m'arrangerais pour le faire payer par la Suède.)
14 février 2017, 13:48   Re : Feministe et soumise
Le "nouveau Calais" se porte bien... Et là aussi, et là encore, silence radio des féministes.


"Multiplication des viols de femmes et d’enfants dans le camp de réfugiés de Grande-Synthe (59) 14/02/2017
La situation décrite par les volontaires dans le camp de réfugiés près de Dunkerque est alarmante : agressions sexuelles, prostitution forcée, viols d’enfants… Face à la recrudescence de violences, les bénévoles sont désemparés. Des femmes et des enfants sont régulièrement agressés et violés par des trafiquants à l’intérieur du camp de réfugiés de Grande-Synthe, selon plusieurs bénévoles interrogés par "The Guardian". «La violence sexuelle est bien trop courante», déplore l’une de ces volontaires sous couvert d’anonymat. «Les mineurs sont agressés et les femmes violées, ou contraintes de se prostituer», alerte-t-elle. Les actes violents se multiplient en dépit des précautions mises en place : «Les toilettes sont fermées la nuit, mais il semble que des individus particulièrement dangereux aient les clefs et y emmènent les femmes.»
Le calvaire quotidien que vivent particulièrement les femmes et les plus jeunes inquiète les bénévoles qui travaillent dans le camp. Ces violences mènent parfois à des situations dramatiques. «Une petite fille de 12 ans a été agressée par un homme deux fois plus âgé qu’elle, tandis qu’un petit garçon de 13 ans a dû retourner dans son pays d’origine après avoir été violé», raconte un autre bénévole. Des cas encore plus extrêmes ont été rapportés, dont des viols de fillettes de sept ou huit ans."
(…)
14 février 2017, 13:59   Re : Feministe et soumise
« Face à la recrudescence de violences, les bénévoles sont désemparés. »

Moi aussi, face au fait qu'un objet lâché dans le vide finisse par rejoindre le sol, je suis désemparé. Les lois de la physique ont quelque chose de désespérant.
14 février 2017, 15:34   Re : Feministe et soumise
Clémentine Autain, sur Twitter, s’affiche tout sourire, accoudée au bar PMU de Sevran – où elle est élue Front de Fauche – avec cette légende :

« Je consomme et demande au CSA de visionner intégralité bande caméra cachée France 2. Stop stigmatisation banlieue. »

//////

Gageons que nous allons bientôt decouvrir Clémentine Autain s'affichant tout sourire, un rouleau de papier toilette à la main, dans les toilettes du camp de réfugiés de Grande-Synthe...

"Je fais pipi et demande au CSA de visionner intégralité bande caméra cachée France 2. Stop stigmatisation migrants. »
16 février 2017, 21:36   Re : Feministe et soumise
Des étudiants américains annoncent qu'ils se feront castrer sir le mur voulu par Trump à la frontière avec le Mexique est construit.

L'un d'eux explique : « Je pense que la construction du mur de Trump est simplement une extension de son pénis, et une expression de la culture patriarcale du viol. Vraiment, par la construction du mur, nous allons violer le peuple mexicain, et je ne suis plus disposé à être un propagateur de la culture du viol. En faisant retirer mon pénis, j'affirmerai mon rejet de cette mentalité. »

C'est ici.
16 février 2017, 21:42   Re : Feministe et soumise
Bah, dans les harems de l'islam victorieux, on aura toujours besoin d'eunuques.
16 février 2017, 23:32   Re : Feministe et soumise
Des étudiants américains annoncent qu'ils se feront castrer sir le mur voulu par Trump à la frontière avec le Mexique est construit.

Hoax !!
17 février 2017, 00:53   Re : Feministe et soumise
Ah, dommage, c'était grandiose !
19 février 2017, 14:01   Re : Feministe et soumise
En voici une qui n'est pas un hoax, et elle est tout aussi grandiose :

c'est à Londres.
19 février 2017, 14:47   Re : Feministe et soumise
Convergence des "luttes"...

Lyon : rassemblement contre "la police coloniale"



"Vendredi soir, une nouvelle manifestation contre les violences policières a eu lieu à Lyon.
Environ 80 personnes se sont retrouvées à la Guillotière pour soutenir Théo d’Aulnay-sous-Bois mais aussi réclamer justice pour Adama Traoré ou encore Zyed et Bouna.

"Adama et Théo nous rappellent pourquoi Zyed et Bouna fuyaient. A bas la police coloniale", pouvait-on lire sur la banderole du cortège sauvage."

Lyon.fr
19 février 2017, 18:16   Re : Feministe et soumise
@Meyer

En visionnant ça on se dit qu'un régime autoritaire, ultra-nationaliste, s'il advient, ne sera qu'une manifestation excessive des forces que le régime remplaciste aura excessivement méconnues et méprisées. Il ne sera qu'une riposte.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter