Le site du parti de l'In-nocence

Ce soir on va zouker !

Envoyé par Pascal Mavrakis 
07 mai 2017, 17:02   Ce soir on va zouker !
[www.letelegramme.fr]

Preuve que la doxa dominante (revêtant ici les habits du zouk, du "teufeur" et du "Black"), nulle part vraiment éliminée, ne tient que par toujours plus de domination.


À partir de ce soir, ça sera le monde à l'envers pour de bon.
Eh oui seront bien là tous ceux qui considèrent que la culture Française n'existe pas, que la colonisation Française doit être assimilé à un crime contre l'Humanité, tous ceux qui n'ont de cesse, dans leur interminable harangue rapeuse, d'insulter et de salir tout ce qui a trait à la France, qui nous haïssent et nous vomissent. Ils seront tous de la fête !
Se préparer à l'agitation des drapeaux algériens et marocains, et palestiniens ce soir place de la République. Pays désespérant.
S. Royal sur France 2 : "il faut parler à ces Français qui ont peur de l'immigration, et qui ne la comprennent pas..."
Arrogante connasse...
L'électorat très "France d'après" de Mr. Macron (à part ça le vote ethnique ou communautariste n'existe pas...) :

"Je suis enceinte, j’appellerai mon enfant Emmanuel" :
[www.fdesouche.com]

"on va pas au pays, on va rester ici" :
[www.fdesouche.com]

"on va continuer à gratter la France" :
[www.fdesouche.com]

"La France c’est à nous ! C’est à tout le monde" :
[www.fdesouche.com]

Électeur macroniste :[www.fdesouche.com]

Et aussi concert de klaxon, applaudissements, Barbès se lâche...
Tout révèle "l'ébranlement de ce monde", pour parler comme Hegel dans la préface de la Phénoménologie de l'Esprit :
"La frivolité et l'ennui qui envahissent ce qui subsiste encore, le pressentiment vague d'un inconnu sont les signes annonciateurs de quelque chose d'autre qui est en marche."
Les images de la bamboula d'hier soir au Carrousel du Louvre ne désignent plus EM comme président du Grand remplacement, mais comme président caricatural du Grand remplacement. Le phénomène était une tragi-comédie, son achèvement tourne déjà à la plus pure bouffonnerie. C'est sous Macron que l'on verra les premiers Blancs se faire opérer pour devenir des Africains. Et que l'arabe supplantera le français résiduel dans lequel s'expriment encore les jeunes.
Eh bien voilà, la "France en colère" a accouché d’un pet de souris. Le Système prétendument honni a gagné puisque les Français, pusillanimes mais qui se croient "frondeurs" et "insoumis", ont voté pour la fin de la France, pour l’immigration de masse, le Grand Remplacement et la soumission.
Illogiques, ils détestent l’immigration mais ils ont voté pour ; ils trouvent qu’il y a trop d’islam en France mais ils ont voté pour en avoir d’avantage ; ils trouvent que l’UE des commissaires se mêle de tout en dépit du bon sens mais ils ont voté pour la marche forcée vers le fédéralisme ; ils trouvent que l’Euro est une monnaie qui les appauvrit mais ils ont voté pour son maintien.
Il y avait pourtant un choix tout simple, évident : retrouver la grandeur et la liberté perdues ou accepter l’érosion de plus en plus rapide et la proche disparition. Dans ce quitte ou double, les "Macron de Panurge" (mot de Gilbert Collard) ont lâchement choisi « quitte ». Et les autres ont détourné les yeux en disant : c’est pas moi. Seuls 34 % ont choisi de lutter. Pas assez !
Je suis en colère. Je suis écoeuré. Mais je suis certain d'une chose : je ne serai pas Charlie au prochain attentat ! Je danserai la bamboula (c'est mon droit !) et je me contenterai de me soucier uniquement de mes proches en espérant qu’ils ou elles ne figurent pas parmi les victimes, puisque les Français ont accepté que ça se reproduise encore et encore en votant pour conserver leurs fichés S, en votant pour entretenir leurs salafistes et en accueillir d'autres, en votant pour le favori de l’UOIF qui avait en toute logique choisi celui qui favoriserait le mieux son implantation.
Je ne serai pas Whirlpool non plus puisque les Français ont voté pour l’avenir des délocalisations et la désindustrialisation de la France. Le XXème siècle avait eu ceci d’extraordinaire qu’il avait vu pour la première fois dans l’histoire du monde l’avènement et la prospérité d’une immense classe moyenne éduquée allant des ouvriers aux notables. Ça n'aura été qu’une courte parenthèse dans l’Histoire...

Je ne crois plus en l’avenir. Je suis en deuil. Le deuil de la France et, au-delà, de l’Occident tout entier. La choix de Marine (qu'importe si elle fut décevante lors du "grand débat") aurait été un étendard de liberté brandi à tous les peuples européens afin qu’ils s’en saisissent. Son éviction entérine La Soumission.

En 2022 il sera trop tard.
Trop d’eau putride aura coulé sous les ponts. Les dégâts du GR seront irréparables.
La honte d'être français indélébile.
(Pas un chat aux célébrations du 8 mai? Non, rien...)
Citation
Pierre Jean Comolli
(Pas un chat aux célébrations du 8 mai? Non, rien...)

A Marseille, en tout cas, on ne se laisse pas abattre aujourd'hui. La fête, comme hier soir au Louvre, sera éminemment américano-arabe : " Dès 14 h, le kiosque à musique et le haut de La Canebière prendront des airs de guinguette. Une ambiance jazz et swing des années 40 sera assurée par le groupe marseillais Louise & the Po'boys, DJ Nasim et DJ Arkhease de Speakeasy." (La Provence)
Ah c'est sûr qu'on a zouké

"VIDÉO - LA DANSE "ENDIABLÉE" DE MARINE LE PEN POUR OUBLIER SA DÉFAITE"

sur "I Love Rock'n'roll" de Joan Jett et "Quand la musique est bonne" de Jean-Jacques Goldman.

[www.europe1.fr]

[www.lci.fr]

Et dans cinq ans, la nièce fêtera sa victoire sur l'air de la danse des canards, en solidarité avec les palmipèdes français victimes de la réglementation mortifère de l'Empire européen hitléro-stalinien
M. Pascal Mavrakis, votre désarroi est touchant, sincèrement, mais pourquoi n'arrivez-vous pas à penser que MLP porte la responsabilité du désastre et non pas les Français qui ont refusé de voter pour elle ?

Pourquoi les Français auraient-ils dû consentir à se ruiner en détruisant l'Europe pour... régler un problème qui ne pourrait trouver de solution qu'au niveau européen, par le renforcement de la solidarité des Etats européens ?

Il ne fallait pas soutenir MLP en la tenant pour un pis-aller, il fallait la combattre en tant qu'elle discréditait la cause qu'elle prétendait défendre (comme son père avant elle, pour d'autres raisons)
Prenez garde, cher Rémi Pellet, on va encore vous accuser de sous-entendre des choses : entre une danse des canards et le pas de l'oie, il n'y a après tout guère plus qu'une sorte de pas...

Quoi qu'il en soit, comme toujours en retard, je viens seulement maintenant de lire le billet de Millet et de prendre connaissance du fil y consacré (édifiant !) ; voici, voici, s'il faut en croire M. Millet, ce à quoi nous aurons échappé !

« Si l’on pouvait souhaiter la victoire de Marine Le Pen (à supposer que celle-ci veuille vraiment le pouvoir, et non la puissance de l’opposition), c’eût été uniquement pour qu’il se passe enfin quelque chose : l’état insurrectionnel que ne manquerait pas de déclencher son élection, et qui amènerait un groupe d’officiers catholiques à prendre le pouvoir pour mettre de l’ordre »

Bien, en attendant que les colonels cathos s'emparent du pouvoir et procèdent à une mise au pas définitive, tenez bon !
La Une la plus honnête :

Editorial de Laurent Joffrin-Mouchard intitulé « Une dette envers le peuple ».

"Dans l’ultime bataille, la République l’emporte. Ebranlée, fissurée, bousculée par un parti de l’intolérance qui a réuni jusqu’à 42% des intentions de vote durant la campagne, la France vient de signifier aux xénophobes – même s’ils restent forts, menaçants, actifs – qu’elle ne voulait pas d’eux. En fin de compte, une certaine idée de la liberté a résisté. Il est ainsi démontré, grâce à ce vote, que l’ascension nationale-populiste est résistible. […]



Un jeune premier est premier en France : il lui reste à tenir le rôle. Emmanuel Macron le doit à son talent, qui lui a permis de passer en revue ses concurrents blanchis sous le harnois et de laisser sur place tous les anciens partis. Il faut remonter à Bonaparte pour trouver un chef d’Etat plus jeune. Président alors qu’il s’est lancé il y a moins de deux ans…[…]

Un succès assorti d’un gros bémol : selon toutes probabilités, les voix qui se sont portées sur Marine Le Pen, et celles qui ont choisi le bulletin blanc ou l’abstention, sont en majorité des voix populaires. […]

C’est le défi principal du nouveau président : combler peu à peu le fossé qui sépare France heureuse et France en colère, France d’en haut et France décrochée. Une République qu’une bonne partie du peuple abandonne n’est plus une République. Emmanuel Macron a toute légitimité pour mettre en œuvre, s’il gagne les législatives, le programme qu’il a présenté aux Français. Mais si ce programme ne favorise pas le peuple, s’il se contente de satisfaire les ambitions réformatrices de ceux d’en haut, seraient-ils bien intentionnés, sa présidence tournera mal."
Alain Eytan : "Prenez garde, cher Rémi Pellet, on va encore vous accuser de sous-entendre des choses..."

C'est fait, cher Alain Eytan, le nervi de service, Trystan Dee, alias qui vous savez, s'occupe de moi, sur un autre fil.

Celui-là même qui écrivait il y a quelques jours, sous pseudonyme bien sûr, "Quel homme hétérosexuel de moins de 75 ans pourrait en effet avoir envie de la simiesque Trogneux ?"

Et le fait de dialoguer avec vous ne peut qu'aggraver mon cas.
Ils vont pouvoir continuer à niquer la France…
[ripostelaique.com]
« Celui-là même qui écrivait il y a quelques jours, sous pseudonyme bien sûr, "Quel homme hétérosexuel de moins de 75 ans pourrait en effet avoir envie de la simiesque Trogneux ?" »

La question, à défaut d'avoir été formulée de façon à ne pas heurter l'âme trop tendre de notre cher Pellet, reste entière (en tout cas pour moi).
Citation
Pascal Mavrakis
S. Royal sur France 2 : "il faut parler à ces Français qui ont peur de l'immigration, et qui ne la comprennent pas..."

Pour ma part, il me semblait pourtant que je comprenais très bien l'immigration : il me suffisait de me promener dans les quelques rues où on peut encore le faire sans trop de danger et de lire les faits-divers édifiants de la presse...
"La jeunesse", "le renouveau", "casser les vieux codes", "faire de la politique autrement" qu'ils disaient...

Voir la photo : [www.ladepeche.fr]
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter