Le site du parti de l'In-nocence

Telle fut la campagne

Envoyé par Thomas Rothomago 
18 mai 2017, 14:18   Telle fut la campagne
"On jouait une féérie ; les soleils tournants, les colonnes de lapis aux chapiteaux d’or, les grottes de paillon rouge, les fleuves de feu étalaient leurs surprenantes magies, et sur la scène il y avait un tas de Turcs.
Un de ces Turcs, qui était Aboul Hassan, avait dompté les génies au moyen de je ne sais quel talisman, et sur l’air de Robert-le-Diable : O Fortune à ton caprice, il chantait ces deux vers que je n’ai jamais oublié : Qu’un palais puisse paraître, Embelli par votre main ! Tout d’abord, je m’intéressai à ce palais, songeant combien il serait dur et cruel pour lui de ne pas pouvoir paraître ; mais Aboul Hassan m’intéressait encore bien davantage. Car j’ai dit qu’il chantait, mais j’ai parlé ainsi pour aller plus vite ; le fait est qu’un chant parvenait jusqu’à moi, conforme aux sentiments fictifs du personnage à qui je l’attribuais. Mais quoique ce Turc remuât les lèvres et accordât ses gestes aux paroles que j’entendais, il semblait évident qu’elles n’émanaient pas de lui.
De même, il eût été difficile de dire si les autres Turcs parlaient ou ne parlaient pas. Ils avaient l’air de gens qui parlent, et on entendait les discours qu’ils étaient censés prononcer ; mais il ne me semblait pas qu’il y eût connexion entre ces deux phénomènes. […]
J’eus bientôt l’explication de ce qui m’intriguait si fort ; un voisin obligeant me la donna. En ce temps-là, au commencement du règne de Louis-Philippe, le privilège d’un nouveau théâtre était une grosse affaire ; on ne l’accordait qu’à de pressantes influences politiques, et encore on l’entourait de toutes sortes de restrictions. C’est ainsi qu’au théâtre Joly […] on permettait seulement dans chaque pièce deux personnages parlants. […] Joly chercha un biais, et tortura jusqu’au sang la lettre de son privilège. Dans chaque pièce, en effet, il ne mit que deux personnages parlants ; mais il en mit beaucoup d’autres qui semblaient parler, et qui mimaient, remuaient les lèvres et faisaient les gestes, tandis qu’on parlait pour eux dans la coulisse."

Théodore de Banville – Mes souvenirs (1891)
Curieuse impression de se trouver dans les Nouvelles impressions d'Afrique de Raymond Roussel.
où il est bien question de campagne, et d'électeurs, et de tout un montage savant et africain imaginaire : extrait de la page 2 des Impressions d'Afrique de Raymond Roussel, version de 1910, disponible sur Gallica :



La connaissance par la littérature (comme on dit "connaissance par les gouffres"), un peu libre, spontanée, peu fiable mais foudroyante comme l'éclair quand il faut l'éclair et sa frappe précise, qui tue et fait naître sûrement, est bien trop injustement méprisée.
Deux pages plus loin, l'acteur, qui sur scène "récite sans voix", par de "délicates enveloppes", produit des "manigances périllieuses et précises" :

19 mai 2017, 10:32   STÈLE
Non point "connaissance des textes"

Mais

Prise de connaissance

Par les textes
21 mai 2017, 21:16   Re : Telle fut la campagne
...l'amusant est qu’avant même la campagne, l'un des membres du sérail à venir avait anticipé par écrit cet exercice de ventriloquie transcendante, comme aurait dit Lichtenberg, à défaut d'en pouvoir parler ensuite...






Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter