Le site du parti de l'In-nocence

Femmes dans le 18ème : le mâle migrateur impose sa loi

Envoyé par Pascal Mavrakis 
On sent bien que, même après avoir eté violées dans un local poubelle par cinq jeunes clandestins soudanais, la principale hantise de ces femmes (blanches) harcelées serait d'imaginer que de telles "incivilités" puissent être "instrumentalisées par le FHAINE".
Mais bon, pas vraiment grave tout ça... Demain elles et ils s'opposeront à l'expulsion de ces mêmes migrants, tout en continuant de faire "barrage au fascisme" aux prochaines élections.
Après tout, qu'est-ce qu'une petite douleur au cul comparée à une affreuse migraine causée par des idées nauséabondes ?

Silence ou réactions gênées des "assoces" féministes, comme d'hab.
Un article du Parisien nous apprend en effet que le quartier Chapelle-Pajol, dans l’est de Paris, est "interdit aux femmes"... Elles ne peuvent se déplacer sans subir les remarques et les insultes des hommes. L’une d’entre elles déclare : « L’ambiance est angoissante, au point de devoir modifier notre itinéraire, notre tenue vestimentaire. Certaines ont même renoncé à sortir de chez elles. »

Une autre raconte que « ça fait des mois que [sa] fille de 12 ans ne va plus seule au collège, ni nulle part dans le quartier, d’ailleurs ». Dernièrement, c’est une vieille dame de 80 ans qui a été agressée sexuellement, en rentrant dans son immeuble : elle reste désormais retranchée dans son appartement...


Pour rire : un auteur du Club Mediapart écrit que "la surpopulation masculine du quartier peut créer un sentiment de malaise pour les femmes", ajoutant que le "non-aménagement public accentue le sentiment d’insécurité dans une zone où on aurait du mal à tenir sur un trottoir"...
"la surpopulation masculine du quartier peut créer un sentiment de malaise pour les femmes"

Et voilà que ça nous fait des vapeurs quand il y a trop d'hommes alentour à présent. Chochottes va !
La faute aux trottoirs trop étroits... Ouais, c'est h'évident. (Si on y mettait "plus de moyens et une vraie volonté d'aboutir"...)
« Nous ne tolérerons pas l’utilisation abusive de notre déclaration par le maire Boris Palmer et par d’autres commentateurs à des fins politiques et racistes. » Cela ferait passer au second plan le véritable problème, à savoir le sexisme.
(Cette explication, par l'étroitesse du trottoir, m'a plongé dans un état de sidération dont j'ai le plus grand mal à sortir.)
Citation
Pierre Jean Comolli
(Cette explication, par l'étroitesse du trottoir, m'a plongé dans un état de sidération dont j'ai le plus grand mal à sortir.)

Peut-être que la mise en place de trottoirs roulants... ?, pour fluidifier le vivrensemble...
(...) "Ces zones sont abandonnées à une immigration clandestine très majoritairement musulmane et à un multiculturalisme qui sont applaudis par des bobos qui se gardent d’habiter sur place. Les solutions qu’envisage Hidalgo, qui admet "un fort sentiment d’insécurité", sont à la hauteur de l’irresponsabilité des politiques. La maire assure que "sur le projet spécifique de la discrimination à l’égard des femmes, un processus de marche exploratoire va être lancé". Un projet de "promenade urbaine" est à l’étude. La mairie du XVIIIe prévoit un éclairage accentué le soir et la suppression de certains bancs. Déjà, le square pour enfants Louise de Marillac a été fermé. La féministe Caroline de Hass a suggéré d’élargir les trottoirs… Le poids des interdits de penser est tel qu’il reste inconcevable d’établir les liens entre l’insécurité grandissante et les clandestins qui affluent, entre la culture islamique et le machisme qui gagne y compris des bistrots alentours. Même les habitants du 4 place de La Chapelle se gardent d’aller si loin. Ils se contentent, avec d’autres associations (Demain La Chapelle, SOS La Chapelle, etc.) de demander une protection publique qui n’existe pas. En attendant, les "migrants" sont toujours "bienvenus" par une mairie uniquement préoccupée par son avantageuse posture humanitariste."

BN. d'I. Rioufol, extrait.
Mais la "France soumise" sait s'adapter. Ainsi à Pantin Bertrand Kern (PS) a résolu le problème, qui n'est pas nouveau. Là bas l'occupation du trottoir s’accompagnait d'un étalage de richesses (de grosses berlines stationnées n'importe où). Évidemment, notre brave homme n'a jamais osé envoyer la force publique pour verbaliser... Alors, suite à une « votation » où plusieurs solutions furent proposées (notamment la verbalisation renforcée) est sortie des urnes, miraculeusement, la décision de mettre la voie en sens unique, puis de la rétrécir par une piste cyclable, empêchant ainsi tout stationnement irrégulier...

Bref, Paris a bien changé. Aujourd'hui les Parisiens ne sont ni Communards ni Versaillais, ils sont "républicains"... au sens moderne que l'on donne à ce qualificatif, à savoir modérés, compassés, tièdes, médiocres, chiasseux.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter