Le site du parti de l'In-nocence

Réponse à cette féministe, qui suggère d’élargir les trottoirs et d'améliorer l’éclairage

Envoyé par Pascal Mavrakis 
Excellent commentaire sur Fdesouche, et qui mérite un fil à lui tout seul :

Diabolo
il y a 2 jours
Vous avez probablement raison, Caroline.
Élargissons les trottoirs, allumons des lampadaires, installons des bacs à fleurs, repeignons les immeubles en rose, bloquons les rues à la circulation et donnons-nous les moyens d'adapter notre aménagement urbain au comportement primitif et agressif de quelques clandestins débarqués la semaine dernière dans notre pays pour squatter nos rues et polluer nos trottoirs avec leur marché noir.
De même, obligeons les femmes à ne sortir qu'en scaphandre entre 8h et 12h en prenant bien soin de regarder par terre lorsqu'elles marchent des fois que la sensibilité d'un clandestin soit heurtée par un croisement de regard ou la vue d'un genou féminin.
Vous avez probablement raison, adaptons-nous aux mœurs caverneuses de nos invités quitte à renier tout ce que nous sommes, notre culture, notre liberté et notre douceur de vivre.

Ceci dit, je trouve votre militantisme féministe bien timide lorsque l'oppression et l'inégalité vous sont imposées par la présence d'étrangers belliqueux, à croire que vous préférez renier votre féminité et votre liberté plutôt que d'être accusée de racisme en dénonçant la véritable source de la nuisance.
Pourtant, en voyant ces images de rafiots repêchés en mer, bondés de jeunes hommes aux testicules pleines et venus de pays où la femelle vaut moins qu'une chèvre à trois pattes, votre instinct de femme devrait vous alerter sur les conséquences à suivre fatalement sur votre quotidien jusque-là insouciant et inconséquent.
Tout ceci finira très mal, tout ceci est aussi prévisible qu'une réaction physico-chimique et c'est vous, les femmes, qui en serez les premières victimes.

Alors si vous souhaitez remédier au problème, arrêtez de tourner autour du pot, arrêtez les cocktails au GHB, les délires métonymiques ou le relativisme du syndrome de Stockholm et commencez par désigner clairement qui sont vos harceleurs puis demandez-vous ce qui vous oblige à subir leur présence malfaisante.
Le secret pour préserver sa liberté, c'est d'être plus fort, mieux armé ou mieux protégé que celui qui cherche à vous en priver.
Hors votre idéologie vous amène, par un mécanisme de logique perverse et suicidaire, à protéger vos agresseurs en justifiant leur présence et leur comportement nocif.

En réalité, la source de la nuisance est simple à comprendre. Il n'y a pas de problème de harcèlement de rue, pas plus que de problème d'homophobie, d'antisémitisme, de radicalisation djihadiste, d'insécurité, de porc dans les cantines scolaires, de signes religieux ostentatoires dans l'espace public, d'émeutes en banlieue, de surpopulation carcérale ou d'effondrement du niveau scolaire.
Il y a un problème d'immigration massive, tout le reste n'est que son corrolaire de nuisances et tout ceci pourrait être neutralisé facilement si nos pouvoirs publics avaient le courage et la lucidité de remonter à la source et prendre les décisions qui s'imposent.

Mais voilà, des gens comme vous trouvent toujours les subterfuges les plus rocambolesques pour déculpabiliser et choyer la minorité qui emmerde la majorité.
Allez-y, élargissez les trottoirs et bientôt vous y retrouverez simplement des harceleurs plus nombreux.
Autant donner une cartouche de clopes à un malade pour le guérir du cancer des poumons
.
Diabolo est bien méritant.
Il dialogue et argumente avec l'idéologie.
Aussi utile, agréable, enrichissant qu'une conversation
avec un communiste dans les années 1950.
Et qu'est-ce qui serait utile, impérativement utile, d'après vous ?
Dans ce cas de figure l'utilité serait apprendre, voir différemment, convaincre ou se laisser convaincre,
éventuellement changer d'avis, donner raison même partiellement, nuancer son propos. Toutes choses que Caroline ne fera pas car elle sait qu'elle détient la vérité et que son interlocuteur est un gros bourrin bas du front.
User d'arguments raisonnables face à ces personnes déraisonnables que sont les féministes, c'est en effet se condamner à perdre son temps, même si toutes ces histoires burlesques ne manquent pas de saveur, pour l'amateur d'art absurde. Mais enfin, autant apprendre à son chien à compter jusqu'à cent...

Sérieusement, qu'est-ce que le Grand Remplacement ? C'est l'homme blanc qui s'est écrasé face à sa femme, et celle-ci qui maintenant s'écrase face à l'homme de couleur. En toute logique, ces niveaux de pouvoir une fois établis, il s'ensuit que l'homme blanc s'écrase face à l'homme de couleur. L'homme blanc sait que s'il ose dire quelque chose, ne parlons même pas de réagir, alors la femme blanche le rappellera à l'ordre. Tout le Grand Remplacement se joue là. Les autres explications ne sont que des subtilités, des ajouts, des raffinements.

Plutôt que nous demander éternellement pourquoi nous disparaissons, nous devrions aussi nous demander pourquoi ces civilisations perdurent et gagnent du terrain. Ce n'est certes pas dû à une quelconque supériorité militaire, scientifique ou culturelle — cela, c'est toujours nous qui l'avons.

Le Grand Remplacement est un phénomène anthropologique. Il ne saurait être analysé et compris qu'en termes anthropologiques. Il n'est que le reflet — et la conséquence — des rapports entre les hommes et les femmes en Occident.

Le féminisme n'a jamais été autre chose qu'une provocation d'enfants gâtées. Il mine l'Occident depuis un siècle, et de façon aggravée depuis trente ans. Mille fois l'homme blanc aurait pu siffler la fin de la récréation et remettre Princesse dans le droit chemin ; mille fois il ne l'a pas fait, préférant jouer au chevalier blanc et glorifier sa soumission à la Femme en en faisant une vertu. L'actualité nous permet déjà de le deviner : la femme occidentale, toute féministe qu'elle est, reprendra immédiatement le chemin des bonnes mœurs une fois que la règle étrangère et patriarcale s'imposera en Occident. C'est d'ailleurs ce dont elle rêve, plus ou moins secrètement. C'en sera alors fini du féminisme, et les femmes elles-mêmes vous diront que c'est mieux ainsi, finalement, que c'était une idée absurde, source de graves désordres dans la société, et qu'à présent elles n'ont plus le temps pour ces bêtises, car il faut bien préparer le dîner et s'occuper des enfants, activités qui leur procurent un épanouissement sans mélange.

Oh, il y aura toujours, de temps en temps, des proto-féministes pour relancer la farce, les femmes étant ce qu'elles sont. Mais l'oriental, moins crédule que l'occidental, saura tuer le shit test dans l'œuf.

Le féminisme a ceci de commode que c'est un problème qui se règle tout seul : il suffit pour cela de lui laisser une certaine quantité de temps, qui est exactement celle du parachèvement du Grand Remplacement.
D'accord avec vous. Le GR, sans ces femmes œuvrant à la promotion du « droit-de-l’hommisme » et d’un intégrisme individualiste négateur de toute nature (qu’il s’agisse de nature féminine, de nature masculine ou de nature humaine tout court), ne pourrait avoir lieu. Car ce feminisme-là, qui ne repose évidemment sur rien de sérieux, n'obéit qu'à ses seuls désirs et caprices : ces pauvresses s'imaginent que l’être humain, en plus d’être nomade, deviendra totalement indéterminé, le fameux "citoyen du monde", le "je choisis mon genre"... Cette idéologie, car il s'agit bien d'une idéologie, se situe aux antipodes de toute forme de pensée traditionnelle, et elle ignore les découvertes les plus récentes des sciences anthropologique, éthologique et génétique.
De toutes façons ce baratin de petites filles gâtées n'intéresse guère tous ceux qui, quasi quotidiennement, débarquent sur les côtés italiennes ou ailleurs, et qui chez nous commencent d'imposer leur loi.
Ça continue : ""Marie-Pierre Badré, Conseillère générale d'Ile de France, était interrogée ce matin sur RMC à propos de ces femmes "malmenées" par des hommes dans les XVIIIème et XIXème arrondissements de Paris. Pour celle-ci, "ça n'a pas grand chose à voir avoir les immigrés et/ou les migrants..." "Tout ça se vérifie à chaque fois qu'il y a une concentration d'hommes... "
Notez que cette dame Badré est une Les Républicains, comme ils veulent que l'on dise — ou bien faut-il déjà que l'on écrive “Les Républicain-e-s” ?
((((Mais quelle bande de cons..., ils sont vraiment i-rré-cu-pé-rables.))))


La Chapelle-Pajol : une manifestation pour dénoncer les stigmatisations et le racisme le 25/05/2017
La polémique qui avait éclaté après la parution d’un article sur le harcèlement de rue dans certains endroits de Paris bat toujours son plein. Voulant dénoncer l’image biaisée dont souffrirait leur quartier, des citoyens ont appelé à une discussion.


Deux habitants du quartier La Chapelle-Pajol, dans les Xe et XVIIIe arrondissements de Paris, ont appelé à un rassemblement le 25 mai à partir de 18h.

Leur objectif : montrer que «les femmes n’ont pas déserté la Chapelle et ne le souhaitent pas», que «les migrants ne sont pas des agresseurs sexuels en puissance» et que «le quartier n’est pas un coupe-gorge».


(…)

RT France
Le retournement de veste autruiphile et la posture antiraciste doivent s’observer comme autant de réflexes conditionnés. L'antiracisme est mille fois plus biologisé que le racisme d'antan.
Eric Zemmour (Lefigaro) :
" ... C’est beau, le féminisme expliqué aux enfants. Mais si vous rappelez qu’une des grandes différences entre les patriarcats islamique et chrétien, c’est justement l’enfermement des femmes, vous êtes islamophobe. Vous niez le sens de la pudeur de ces «féministes islamiques». Si vous prétendez que les femmes ne sont pas seulement insultées et menacées Porte de la Chapelle dès qu’elles sont en jupe ou qu’elles sortent le soir, mais qu’elles ne sont qu’un prétexte, et qu’un moyen efficace pour occuper l’espace public, le conquérir, l’islamiser, le purifier de sa mécréance, vous êtes un raciste xénophobe. C’est ce qui était arrivé aux journalistes qui avaient filmé un café de Sevran, où la gent féminine était rare. Un reportage qui a fait une victime, Pujadas, si l’on en croit le syndicat des journalistes de la chaîne, qui se félicitait par ailleurs du renvoi du présentateur, coupable d’avoir montré de jeunes banlieusards clamer haut et fort: «Ici, on n’est pas à Paris, on est au bled». Au bled, c’est-à-dire en territoire étranger. Avec des mœurs et des traditions étrangères.
Ne comptez pas sur la droite pour en parler. Elle tient un bien meilleur thème de campagne: la hausse de la CSG. Il paraît que les chefs de la droite sont gaullistes: ils ont, comme le Général, une certaine idée de la France… Ne comptez pas sur le nouveau pouvoir non plus : Macron a été élu par ceux qui ont les moyens d’ignorer ce genre de désagréments. Leurs femmes et leurs enfants ne se rendent jamais Porte de la Chapelle. Et les ministres, de Philippe à Collomb, ont une conception «bienveillante» de la laïcité. C’est-à-dire qu’ils y ont renoncé."
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter