Le site du parti de l'In-nocence

L'Afrique, phare de l'humanité

Envoyé par Pierre Jean Comolli 
Et l'on se demande bien pourquoi les Européens crurent bon de coloniser et de civiliser ces peuplades :


Louis, « hyène » du Malawi et fier de l’être
Cependant que les Africains, eux, se demandent bien comment l'homme blanc peut à ce point s'écraser devant la Femme. Chacun ses motifs de stupéfaction.

Remarquez que l'article s'achève par cette admirable déclaration toute cratylienne :
« Le gouvernement peut faire des campagnes médiatiques et dépêcher des policiers, ça ne servira à rien. Nous continuerons le kusasa fumbi, car c’est ce qui nous définit comme hommes de Nsanje, comme malawites. C’est notre histoire et notre culture, on ne peut pas les renier. »

(Le Monde, curieusement, n'a pas le réflexe de traiter notre ami de fasciste.)

Tout cela pour dire que ces choses-là sont éminemment relatives. Le Monde pond ce genre de reportage pour activer, une fois encore, la capacité sans fin de l'homme blanc à s'indigner sur commande — mais pas trop, tout de même, car il s'agit ici d'Africains. C'est de la pure manipulation journalistique, comme d'habitude. Ces peuplades-là font ce qu'elles font : voilà tout. Qui sommes-nous pour les juger ? Ah, oui, des occidentaux civilisés, autrement dit les phares du monde — je l'oublie tout le temps.

Hormis cela, M. Comolli a raison : nous n'aurions sans doute jamais dû poser pied là-bas et, surtout, nous n'aurions jamais dû leur laisser poser pied chez nous. Chacun chez soi, chacun sa barbarie, chacun ses psychoses, et tout ira déjà mieux.
[...]
" Les habitants de deux pays contigus
se contentent de s' apercevoir réciproquement
et d' entendre leurs chiens et leurs coqs ;
ils mourront de vieillesse
sans qu' il y ait eu de visites réciproques. "

Lao-tseu
Concernant l'Afrique ce dont il faut s'étonner ce n'est pas tant qu'il y ait tellement de dérèglement et de violence, c'est qu'il n'y en ait pas davantage, et que "tout fonctionne assez bien", et pour longtemps encore, finalement.
Je note que la province du Malawi où perdure l'épouvantable coutume est à majorité musulmane. Et quand on connaît la propension des Européens à acheminer d'Afrique de l'est des hordes de mâles musulmans pas franchement faciles à vivre, ma foi, on est en droit de se faire du mouron.

Après l'importation des conflits, les mariages forcés, l'excision et la prostitution organisée par les mères maquerelles en boubou, pourquoi pas cette énième calamité imposée du dehors ? De toute manière, ce ne sera jamais grave, puisque les briseurs de réel (Tobie Nathan, Raphael Liogier...) veilleront à conjurer toute association d'idées nous conduisant aux plus simples évidences. (Quel rapport, par exemple, entre l'explosion en Angleterre du nombre d'attaques à l'acide et la pakistanisation de ce pays ? Aucun !)
pourquoi pas cette énième calamité imposée du dehors ?
///

Je vois déjà nos feministes nous expliquer (sans rire) que ces "hyènes"-là, après tout, ne font rien d'autre que perpétuer l'ancienne mentalité coloniale : le rapport maître/esclave, l'autre comme objet, etc.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter