Le site du parti de l'In-nocence
Voilà qui va réjouir Trystan Dee :

[www.lci.fr]
Utilisateur anonyme
14 octobre 2017, 09:35   Re : Les pisseuses en action de choc
« Les règles, rappelle le collectif, ont aussi un coût financier souvent entièrement supporté par les femmes : les protections hygiéniques coûtent ainsi 23 500 euros dans la vie d’une femme. »

Comme toujours, et comme les associations anti-racistes, elles réclament de l'argent. Et cet argent, ce sont naturellement les hommes qui vont devoir le leur verser, via ce racket qui s'appelle état-providence. Non pas un homme en particulier, donc, mari ou compagnon, mais tous les hommes, collectivement et sans exception, car ils sont tous coupables. Il faut bien qu'ils saignent, eux aussi (c'est déjà le cas, mais ce n'est jamais assez).

Dans peu de temps, vous verrez que les membres de la vaginocratie seront dispensées de travailler les jours où elles saignent. Ce sera leur prochaine conquête. Il faut dire qu'après avoir obtenu le “droit” de travailler, elles se sont rendues compte que le travail, finalement, ce n'était pas si amusant que cela. Il convient donc de réduire autant que possible le dit travail, tout en conservant avantages et salaire. Les menstrues sont une excellente excuse.
Les pisseuses en action de choc


Quelqu'un obligé de supporter ces performances sans fin n'aura bientôt plus qu'une idée en tête: se précipiter chez lui pour ne plus jamais en ressortir.
Il passera sa vie entière à éviter le théâtre de ces femmes, et prendra soin de ne jamais lire Aristophane, de peur de tomber sur l'Assemblée des femmes.
Les ekklésiazouses sont ainsi devenues les aquapartouzes.

En fait, c'est comme ça qu'on brûle les livres.
 
Utilisateur anonyme
14 octobre 2017, 11:03   Re : Les pisseuses en action de choc
Speaking of L'Assemblée des femmes, celles-ci veulent faire de la Catalogne une république féministe.
Arrêtez de flipper.
Ann Rice a connu la célébrité avec ses mauvais romans sur les vampires (la série des Lestat). Elle ne mériterait même pas d'être citée par son nom si elle n'avait eu l'idée lumineuse, dans un de ses nombreux volumes, de faire observer par un de ses héros, âgé de 500 ans, que cinq siècles, ça finissait par paraître long, et qu'on finissait par ne plus rien comprendre au monde. Ce vampire est en-dessous de la réalité : cette histoire de menstrues me stupéfie, me fait me sentir d'un autre âge devant ce nouveau délire moderniste, et je n'ai pas encore 500 ans. La langue dans laquelle s'exprime ce "collectif" - "les règles ont aussi un coût financier souvent entièrement supporté par les femmes"- dit tout. La langue ne ment jamais.
Anne effet. Elles voudraient que la collectivite prenne en charge leurs règles comme a peu près tout de leur corps (contraception, gestation, IVG, etc.) tout en gueulant par dessus les toits que "leur corps leur appartient". Miserables pantins hystériques.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter