Le site du parti de l'In-nocence

#Balancetonporc

Envoyé par Francis Marche 
15 octobre 2017, 12:20   #Balancetonporc
Ca y est, ça démarre. Et ça promet d'aller loin, avec ces appels à la délation publique. Tant pis pour celles, et elles sont des milliers en France, qui auront profité des avances "du porc" pour promouvoir leur carrière dans l'entreprise où devenir "maîtresse" d'un homme influent, ou qui rêvent d'en profiter ainsi.

Si ces avances étaient universellement subies et rejetées par ces femmes, comment se fait-il que les "porcs" continuent de les tenter auprès de leurs "victimes potentielles" ? Victimes, forcément victimes, puisque femmes.

Un peu comme pour les jets de pierre sur la femme adultère (où pour tout cas d'hystérie dénonciatrice en mode collectif, cf, la dénonciation de "collabos" après la Libération par d'autres collabos devenus résistants en cinq minutes, et se montrant plus véhéments qu'aucuns dans leurs dénonciations) : elles ne doivent pas être rares celles qui, "balançant leur porc", ne lui auront pas toujours dit non :

[www.lemonde.fr]
15 octobre 2017, 12:57   Re : #Balancetonporc
L'actuel scandale Harvey Weinstein illustre bien cela. Des starlettes se jettent sur lui pour qu'il fasse décoller leur carrière, après quoi elles l'accusent de harcèlement voire de viol, et comme il y a de l'argent à récupérer toute la ruche s'y met. Mais il n'est même pas nécessaire d'être un méga-producteur hollywoodien pour être touché par ce phénomène. Aux Etats-Unis, sur les campus comme dans les entreprises, une véritable une épidémie d'accusations mensongères est en train de se répandre. A vrai dire c'est la définition même du viol qui est en train de s'élargir dans des proportions délirantes. Bientôt sera considéré comme violeur, et justiciable à ce titre, quiconque aura eu le malheur de vexer une femme. Bientôt la moindre relation avec une femme vous vaudra une inscription indélébile à votre casier judiciaire.

Thomas Rothomago a beau nous dire d'arrêter de flipper, que tout va bien Monsieur le marquis, déjà beaucoup d'hommes préfèrent ne plus avoir rien à voir avec elles. Être emprisonné pour défaut de paiement de prestations compensatoires après un divorce, c'était déjà odieux, mais là...

Mais enfin, toutes ces tortures abjectes et stupides, c'est surtout valable pour notre brave ami l'homme blanc, que l'on a dressé dès l'enfance à adorer la Femme et qui se fait pourtant traiter de machiste quand il lui offre des fleurs. Quand elles ont affaire à des remplaçants, on l'aura remarqué, les princesses ne font pas tant d'histoires. Après avoir piétiné les faibles elles volent au secours des forts. Tout un programme.
15 octobre 2017, 12:59   Re : #Balancetonporc
Les commentaires des lecteurs de l'Immonde insistent souvent sur le caractère "anglo-saxon puritain" de cette vision des rapports entre les sexes dans l'espace public et l'entreprise, sans doute avec raison.

Récemment, Xavier Raufer (criminologue) faisait observer que les tueries de masse, commises spontanément par des hommes blancs (comme récemment à Las Vegas) n'étaient pas à coreller au "nombre d'armes à feu en circulation" (de toute façon inférieur aux USA à celui du Brésil, par exemple) mais bien à cette persécution omniprésente du fait masculin dans les sociétés post-chrétiennes de tradition protestante (Etats-Unis, Europe du Nord) et il évoquait à ce propos le phénomène Breivik en Norvège.

En Suède, il semblerait que dans certains lieux publics on interdise désormais aux hommes de pisser debout dans les toilettes. Et il y a cette affaire de "man-spreading" qui commence à arriver en France, et qui émeut fort nos féministes jamais en retard quand il s'agit d'imiter en le singeant ce qui se fait dans ces pays ou d'en reprendre les idées sur les hommes.

Pour l'heure, le type de tuerie "à l'Américaine" par un homme un peu las de beaucoup de ces choses, et d'être traité de "mâle blanc" par ces dingues à tout bout de champ, n'a pas encore été recensé (du moins pas depuis quinze ans environ – tuerie au conseil municipal de Nanterre en 2002), en tout cas pas comme récurrent.

Faites confiance à nos pisseuses nationales, qui s'emploient à faire que ça change.
15 octobre 2017, 13:47   Re : #Balancetonporc
Balancer des porcs n'importe où, comme ça, dans l'espace public, me paraît être une attaque directe et répugnante contre nos amis musulmans. Pourquoi pas #dispersetontpinard, pendant qu'on y est ?
15 octobre 2017, 13:53   Re : #Balancetonporc
Parfaitement. Et que dire alors de #Balancetapurée ?
15 octobre 2017, 14:17   Re : #Balancetonporc
Hahaha ! (1)

L’Elysée estime qu’Harvey Weinstein n’est plus digne de porter sa Légion d’honneur


Quelle prodigieuse affaire... Qu'un disciple sérieux de René Girard se lève et nous dise ce qu'il se passe ! Après le suicide de Wenstein-poussé-à-bout ? Ah d'accord, on attend alors.
15 octobre 2017, 14:48   Re : #Balancetonporc
Hahaha ! (2)

[www.facebook.com]

(Je suis un Indien de Pierre Clastres, qui rit de ce qui lui fait peur.)
17 octobre 2017, 11:19   Re : #Balancetonporc
Les dénonciatrices des "porcs" sont toutes actrices aux carrières accomplies, Adjani devenue rombière, et ce débris de Jane Fonda qui était star confirmée quand l'homme de 62 ans que je suis avait encore de l'acnée. Aucune starlette, jamais : les dénonciatrices sont celles qui n'auront jamais plus besoin d'un "porc" pour faire avancer leur statut dans le métier. Les autres, les aspirantes, se gardent bien de balancer qui que ce soit sur le dos de qui, au bon moment, elles pourraient piggy-backing allègrement, comme l'ont toutes fait en leurs temps leurs collègues sur le retour qui donnent aujourd'hui de la voix.

L'hypocrisie féministoïde, dans toute sa splendeur, et doublée de lâcheté encore, et d'esprit de lynchage.
17 octobre 2017, 11:57   Re : #Balancetonporc
Qui ne voit que, dans cette affaire, ce sont tous les hommes hétérosexuels qui sont visés, et déclarés coupables d'être ce qu'ils sont ?

Au-delà de ces histoires de gens célèbres, n'importe quelle shampooineuse ou assistante de direction se voit encouragée à casser les pieds — à harceler, justement — le pauvre gogo qu'elle se tape actuellement, et qui n'aura qu'à baisser la tête et s'excuser encore et encore d'exister, parce que tous les hommes sont des porcs. (All men are like that est un vieux slogan féministe).

Il ne faut donc surtout pas croire que ces attaques féministes ne concernent qu'une poignée d'enragées. Ce serait tomber dans le piège grossier du “pas d'amalgame”.

De même que les islamistes radicaux travaillent en réalité pour tous les musulmans contre les mécréants, les féministes travaillent en réalité pour toutes les femmes contre les hommes (blancs, hétérosexuels).
17 octobre 2017, 13:55   Re : #Balancetonporc
Donc, mais on le savait déjà (pourquoi diable Freud a-t-il abandonné sa théorie de la séduction?), toutes les femmes baisables de l'hémisphère nord ont été victimes de harcèlement sexuel, y compris...une actrice porno célèbre ! Mais quid des autres, les laiderons qui rêvent en douce de se faire mettre la main au panier ? Rose McGowan and Co. se battent aussi pour elles ou bien #Balancetonporc et me too ne sont pas des mouvements universaux défendant la cause de TOUTES les sisters ?
17 octobre 2017, 14:04   Re : #Balancetonporc
Savoureux, d'ailleurs, ces me fucking too d'indignées manhataniennes.
17 octobre 2017, 15:05   Re : #Balancetonporc
Toutes ces histoires de harcèlement de rue ne sont que des couvertures. D'ailleurs les féministes elle-même s'inquiètent de ce que les divers puissent être les premières victimes de ces nouvelles lois. L'obsession première des neo féministes - qui était déjà celle des suffragettes - est de renforcer leur propre valeur sur le marché du sexe en éliminant la concurrence des jeunes filles nubiles proches de leur pic de fertilité. Il faut donc monter tout un théâtre, à force de pseudo-science, pour démontrer que la jeune fille séduite ou seductrice est en fait violée/sidérée par le mâle prédateur qui se trouve assimilé à un pervers pédophile salivant sur des enfants impubères. Le but de cette dernière manœuvre est d'élargir encore la définition du viol et de permettre à des femmes 48 ans, en proie aux difficultés de la ménopause, de porter plainte aujourdhui pour un acte imaginaire ou regretté survenu plusieurs décennies auparavant. Cet incessant lobbying, cette frénétique envie du pénal n'ont pas d'autre but à mon sens.
17 octobre 2017, 15:22   Re : #Balancetonporc
Il y aurait donc, en sous-jacence à cette campagne, une sorte de concurrence intergénérationnelle entre les femmes dont un camp, celle des ménopausées ou ménopausables, voudrait jeter l'opprobre sur les relations hommes-femmes où la différence d'âges entre un homme mûr et sa partenaire devrait frapper d'interdit tout contact sexuel, au chef qu'il y aurait toujours défaut de consentement éclairé chez la jeune femelle, que l'acte sexuel dans ces conditions n'en serait pas un véritable du fait que "les pauvres petites sont victimes et n'osent pas se plaindre".

Ce qui expliquerait que seules des vieilles guenons jalouses semblent vouloir entraîner la curée à laquelle on assiste.

On sent qu'il y a là à l'oeuvre une sorte de loi primitive de la horde simiesque dans laquelle les femelles babouins dominantes se coalisent pour mordre férocement aux jarrets des vieux mâles intéressés par les jeunes en âge génésique.

Variante d'une coalition stratégique des vieilles épouses âpres à vouloir garder avec elles les maris. Comme elles sont "féministes" par idéologie, c'est sur les maris que ces harpies jettent la pierre en épargnant les jeunes femmes avec un soin condescendant, maternaliste et hypocrite.

Comment reprocher à cette approche d'être "animaliste et dégradante" quand nos féministes rougissent l'eau des fontaines de la capitale pour attirer l'attention sur leurs règles ? Quand on est femme, on ne joue pas à la guenon sans certains risques pour son image ni sans déclencher une certaine logique dans l'interprétation de ses sempiternelles récriminations "politiques".
17 octobre 2017, 15:55   Re : #Balancetonporc
« Il faut donc monter tout un théâtre, à force de pseudo-science, pour démontrer que la jeune fille séduite ou seductrice est en fait violée/sidérée par le mâle prédateur »

Sans doute. Mais il me semble que les jeunes filles d'aujourd'hui sont nombreuses à tomber dans le panneau et à imiter les mauvais procédés de leurs aînées. A force d'entendre partout répéter que tous les hommes sont des violeurs, elles finissent par le croire. L'une des caractéristiques du féminisme récent, c'est peut-être, en fin de compte, de n'être pas qu'un mouvement de rombières. Il a su mettre de son côté des millions de jeunes cruches. Ainsi s'expliquerait pourquoi tant de jeunes femmes donnent l'impression d'être déjà “vieilles dans leur tête”, et incapables de faire autre chose que de répéter les slogans du troupeau.

Il semble aussi probable que les hommes, à force, finissent par y croire et se prendre pour des violeurs en puissance (en dépit d'un taux de testostérone historiquement bas et d'un éjaculat de plus en plus pauvre en sperme...). Mais bon, ils se sont déjà tellement soumis... alors un peu plus ou un peu moins...
17 octobre 2017, 16:26   L'argument massue
Distinguons tout de même les faits du tapage médiatique par quoi on veut les rapporter : je ne serais pas autrement surpris si une partie au moins des "plaignantes", dont pour la plupart la carrière et la fortune sont déjà faites, disaient vrai, et qu'il y ait eu en l'affaire un comportement réellement blâmable du producteur, car il a vraiment, et c'est parfois un plaisir de constater à quel point les apparences ne trompent pas, il a vraiment la gueule de l'emploi...
17 octobre 2017, 16:58   Re : #Balancetonporc
Oui, le délit de sale gueule de Weinstein est incontestable. Il est le seul délit pleinement attestable dans cette affaire. Dans ma jeunesse il existait une bande dessinée de Reiser autour du personnage de "gros dégueulasse". Weinstein, s'il perd tout, pourra toujours se recycler en acteur pour jouer ce rôle au théâtre ou au cinéma. De ce point de vue, Weinstein est parfait.



Enfin, si ses "méthodes" n'avaient jamais rien donné auprès d'aucune jeune femme, pourquoi diable a-t-il persisté tant d'années à les appliquer ? Aujourd'hui, une ancienne midinette déclare qu'en 1994, elle eut à subir les propositions immondes de Weinstein, et que, les ayant vertueusement rejetées, sa carrière en a manifestement souffert, puisqu'elle n'a jamais joui (pardon) d'une notoriété comparable à celle de beaucoup d'autres, qui ne possèdent pas un talent plus grand que le sien. Un peu comme le "soupçon de dopage dans le sport", si l'on veut : celle qui réussit, doit avoir couché, puisque moi qui n'ai pas couché, je n'ai pas réussi.

Si cette femme, qui fut jeune et jolie en 1994, s'est trouvée seule à ne pas réussir aussi bien que tant d'autres, et si celles-ci doivent leur réussite à leur docilité présumée sous les caresses du monstre, c'est que le nombre de filles complices du monstre, qui ont positivement dealé avec lui, positivement et avec fruit, est immense. Sans fille docile, ambitieuse et pas bégueule, Gros dégueulasse se serait évaporé de lui-même dans le néant. Non ? Gros dégueulasse, avec la tête qu'il a, aurait logiquement fini sous les ponts, et non comme magnat d'Hollywood, sans la complicité bienveillante de petites délurées dévorées d'ambition et n'ayant pas froid aux yeux. Logique, me semble-t-il. Quoi qu'il en soit, là où il y a deal et système gagnant-gagnant, le mot "viol" n'a pas sa place.
17 octobre 2017, 17:32   Re : #Balancetonporc
Si je me souviens bien, le "gros dégueulasse" de Reiser était un type adorable, la gentillesse même, sous des dehors un peu pétants, si l'on peut dire, une couille à l'air... jamais, à ma connaissance, jamais il n'aurait tenté d'introduire de force sa molle queue dans la bouche d'une jeune femme rétive, enfin, ce dont est bel et bien accusé le pauvre Weinstein...
Pardon, Francis, mais quel que soit l'état du monde et le rapport de force entre les sexes, cela ne se fait pas...
17 octobre 2017, 18:47   Re : L'argument massue
Est-ce que les mêmes auraient fellationné ou couché pour un emploi de dactylo ?
17 octobre 2017, 19:22   Re : L'argument massue
A contrario, on pourrait trouver simplement injuste d'être contraint de s'exécuter au seul motif qu'on soit jolie et veuille être actrice.
17 octobre 2017, 19:58   Re : #Balancetonporc
La vie est faite de contraintes injustes, Alain.

Il serait amusant de "plaider" la cause de Weinstein sur la corde du violon compassionnel : les laids sont des handicapés comme les autres, eux aussi ont droit à une vie sexuelle ; oui on a le droit de ne pas être ragoûtant, d'être né maudit par la nature (les laids aussi ont commencé moches) et, néanmoins, de vouloir aimer, oui, M'âme la présidente, de vouloir aimer malgré un physique accablant. Comment s'y prendre alors, M'âme la présidente, quand, comme mon client, il faut vivre habité dès le réveil matinal par cette vision d'horreur que l'on sait que l'on projette autour de soi, que l'on expose malgré soi au regard des autres, et que, en dépit de ce sort infâme, le désir d'être aimer, universel à l'espèce humaine, vous porte irrésistiblement vers la beauté inatteignable ? Quand pour une main que l'on a osé, au prix d'affres indescriptibles, poser sur une autre on se voit taxé de geste d'aggression sexuelle sans qu'il n'y ait à cela d'autre raison que son irrémédiable laideur ?

Mon client, il suffit de le regarder, est condamné, et sa peine est permanente, elle est de tous les instants depuis son plus jeune âge, cette peine est incompressible, elle a nom laideur. Et je le dis sans crainte, je le dis parce que cela n'est jamais dit : ce serait lui imposer une double peine que de lui infliger encore une sanction pénale, surajoutée à la damnation du rejet des autres qui accable mon client depuis que sa mère elle-même, poussée par un dégoût qu'on ne saurait lui reprocher, dût, elle aussi, elle la première, l'abandonner...

Et puis, il y a cette question, incontournable et que pourtant, la rumeur publique qui s'abat sur mon client, s'applique à contourner : nombreuses, on le sait enfin et trop tardivement, ont été celles qui, ayant refusé ses avances, n'ont encouru pas plus de représailles que de regrets, plus nombreuses, infiniment plus nombreuse celles-là que le nombre insignifiant de ses victimes présumées. Alors, M'âme la présidente, cette question en appelle une autre : celles qui ont succombé à ses pressions, ne l'ont-elles pas fait de leur plein gré, dans la plénitude du choix assumé, etc.. N'ont-elles pas généreusement consenti à donner du bonheur, ce peu de réconfort, qui a permis à mon client de continuer de vivre malgré tout, don que certaines, une poignée en vérité, inclinent aujourd'hui à regretter publiquement ?

Quel vil reniement ! M'âme la Présidente, quel vil reniement que de rappeler, de retirer, un don, celui d'un geste d'amour que la rumeur publique, l'intérêt parfois, pousse l'âme faible à regretter et à dénoncer ...
17 octobre 2017, 22:45   Re : #Balancetonporc
» La vie est faite de contraintes injustes, Alain

C'est indéniable. Raison de plus pour les Erynnies nouvelles de forcer sur le goudron et les plumes : que cette foutue vie soit au moins justement injuste.
17 octobre 2017, 23:14   Re : #Balancetonporc
Je veux dire que s'il s'était agi d'un emploi de dactylo, ces demoiselles n'eussent sans doute aucunement cédé aux avances du monsieur. Elles ont cédé parce que pour la plupart des jeunes femmes être actrice représente le chemin le plus sûr vers la richesse et la célébrité. Je ne les condamne pas pour ça. Ce n'est pas très beau mais c'est humain. En revanche ce qui me paraît plus que choquant c'est qu'au lieu d'assumer franchement et, pourquoi pas ? crânement, leur attitude, elles jouent les saintes Nitouches et la vertu outragée.
18 octobre 2017, 09:19   Re : #Balancetonporc
Cassandre,

On les invite à se venger d'avoir vieilli. C'est tentant. On peut admettre qu'il leur soit insupportable de voir un vieux cacique, plus vieux qu'elles et qui aujourd'hui ne les regarderait même plus, se taper des petites jeunes qui pourraient bien "céder sans consentir" ce qui constitue une des nouvelles définitions du viol. Il y a encore des vides juridiques à combler pour finir de domestiquer le mâle. Les lois sont prêtes elles n'attendent plus qu'un fait divers pour surgir.
18 octobre 2017, 10:25   Re : #Balancetonporc
"Il leur est dur de voir déserter les galants.
Dans un tel abandon, leur sombre inquiétude
Ne voit d'autre recours que le métier de prude."
Le Tartuffe, I, 1, v. 130-134
18 octobre 2017, 10:30   Re : #Balancetonporc
''On les invite à se venger d'avoir vieilli. C'est tentant. On peut admettre qu'il leur soit insupportable de voir un vieux cacique, plus vieux qu'elles et qui aujourd'hui ne les regarderait même plus,''

Je suis bien d'accord. J'ai toujours pensé que la motivation principale et inavouée des féministes (je dis bien ''féministes'' et non ''femmes'') est le dépit de constater qu'à partir d'un certain âge les femmes ne font plus bander les hommes.
18 octobre 2017, 10:40   Re : #Balancetonporc
On assiste sinon à la libération du langage de la femme (opprimée), du moins à la libération de celui de Cassandre !
18 octobre 2017, 10:42   Re : #Balancetonporc
« Je veux dire que s'il s'était agi d'un emploi de dactylo, ces demoiselles n'eussent sans doute aucunement cédé aux avances du monsieur. »

C'est mal connaître les dactylos. Et du reste il n'y a plus de dactylos — il y a des “assistantes de direction”.

C'est d'autre part faire preuve de naïveté, il me semble, que de croire que la promotion canapé n'existe qu'à Hollywood. Elle a lieu aussi, et peut-être surtout, dans n'importe quelle sordide PME de province, entre deux inventaires des stocks de poutrelles ou de jambon.
18 octobre 2017, 11:04   Re : #Balancetonporc
Ce que j'aime chez vous, Trystan Dee, c'est le sens de la nuance.
18 octobre 2017, 11:04   Re : #Balancetonporc
Le langage de Cassandre m'a toujours semblé libéré.

La question du déli de sale gueule, très présente dans cette affaire : il est un autre porc, mort récemment nonagénaire, qui a passé toute son existence adulte entouré de bimbos qu'il sautait généreusement avant de les mettre sur papier glacé. C'est l'ancien directeur de Playboy, Hugh Hefner. Or Hugh Hefner fut dans la nécrologie de notre journal national l'Immonde, arbitre de la morale, traité très avantageusement comme "un acteur majeur de la libération sexuelle", si si, dans les années 60.

Quelle différence entre le comportement de Hugh Hefner et celui du malheureux Weinstein ? Aucune. La différence est ailleurs : Hefner était plutôt bel homme, Hefner, c'est éclatant, portait beau, et surtout il ne ressemblait pas à un iguane obèse comme l'autre gros "porc", voyez-vous. Cela suffit à déclencher la curée motivée par la répulsion posthume de toutes celles qui soit ont couché, soit se sont refusé (avec perte d'opportunité et regret) de coucher avec l'iguane obèse.

Les femmes (et dans une certaine mesure les hommes aussi), sont enclines à la rancoeur à postériori à l'endroit de leurs anciens partenaires de coucherie. Elles ont ce talent d'éprouver une furieuse amertume matinée de remords vengeurs quelque vingt ou trente ans après les faits ou les non-faits, quand il est sans risque pour leur carrière de ventiler le caca.

Elles possèdent cet art tout en finesse et en audace de réécrire leur histoire personnelle et de flouter les figures des méchants sur les vieilles photos.

***
"céder sans consentir". La formule n'est-elle pas tout à fait applicable au "violeur" lui-même ? qui cède à ses pulsions sans y consentir ? Le céder-sans-consentir établit l'égalité homme-femme dans plus de 90% des rapports sexuels entre adultes.
18 octobre 2017, 11:21   Re : #Balancetonporc
Francis,

95 % même d'après Georges Brassens
18 octobre 2017, 11:40   Re : #Balancetonporc
Cassandre

La plupart des femmes sont un jour en proie à la peur de vieillir, au regret de n'avoir jamais plu, à la tentation de s'estimer victimes, non pas d'une tragédie humaine mais d'une tragédie féminine. Les femmes en général estimeront souvent que le féminisme comporte des excès regrettables mais que, grosso-modo, c'est un phénomène "globalement positif".
18 octobre 2017, 11:54   Re : #Balancetonporc
Je trouve que ce que dit Francis est d'une totale évidence. Coucher avec un Alain Delon ne revient qu'à se faire une ''douce violence'', coucher avec un HW, relève de la pénible contrainte et du dégoût dont les soi disant victimes chercheront à se venger... à tort, me semble-t-il. Je trouve, en effet, que tout cela sent la tartufferie à plein nez : les hommes laids se servent du pouvoir pour avoir les belles et les belles se servent de leur beauté pour avoir la richesse. Il me semble que c'est donnant-donnant et qu'il n'y a pas lieu de stigmatiser les uns plus que les autres, sauf que le pouvoir s'acquiert souvent à la force du poignet et du mérite alors que la beauté est donnée de naissance. Dans ce cas la morale, si morale il y a, serait presque du côté du pouvoir.
18 octobre 2017, 14:02   Re : #Balancetonporc
Je dois avouer un peu penaud que ma réussite professionnelle n'est pas seulement due à mes qualités.
Il m'est arrivé de céder aux avances de la hiérarchie et même de devancer les avances.
Tout le monde y trouve son compte.
18 octobre 2017, 14:47   Re : #Balancetonporc
Des noms ! Serge, nous voulons des noms ! Dénoncer dans le vague ne suffit pas. Pensez à Alain, qui fait chauffer le goudron depuis hier pour rien si vous nous taisez les noms !

L'époque vous a ouvert cette semaine une fenêtre d'opportunité pour infliger à vos bourreaux le châtiment expiatoire de leurs crimes, trop longtemps retardé ! C'est maintenant qu'il faut lâcher les noms, Serge, l'heure a sonné de la rétribution collective, de la vengeance salutaire. Pensez au goudron, pensez aux plumes qui n'attendent qu'un mot de vous !
18 octobre 2017, 15:21   Re : #Balancetonporc
C'est quand même stupéfiant : on en est à vouloir défendre bec et ongles un type surpuissant dans ce milieu, qui très vraisemblablement s'est comporté en brute grossière méritant au moins un bon coup de poing dans la figure, et qui a possiblement, c'est ce dont il est aussi accusé, commis des viols, à le défendre donc pour de vagues motifs strictement idéologiques qui n'ont rien à voir avec les faits incriminés, et surtout à cause de l'inepte campagne lancée par des imbéciles pour soutenir les victimes.
18 octobre 2017, 15:37   Re : #Balancetonporc
Citation
Cassandre
Je veux dire que s'il s'était agi d'un emploi de dactylo, ces demoiselles n'eussent sans doute aucunement cédé aux avances du monsieur. Elles ont cédé parce que pour la plupart des jeunes femmes être actrice représente le chemin le plus sûr vers la richesse et la célébrité. Je ne les condamne pas pour ça. Ce n'est pas très beau mais c'est humain. En revanche ce qui me paraît plus que choquant c'est qu'au lieu d'assumer franchement et, pourquoi pas ? crânement, leur attitude, elles jouent les saintes Nitouches et la vertu outragée.

Je ne comprends sincèrement pas pourquoi vous ne songez qu'à condamner les filles, dans cette histoire, et n'envisagez même pas qu'on puisse reprocher quoi que ce soit au type qui aurait usé de force pour les contraindre ??
Cela me dépasse, c'est comme s'il était évidemment établi d'avance que l'homme en l'occurrence, en sa qualité de mâle dominant dans son marigot, avait par une sorte de prérogative naturelle indiscutable pouvoir de s'arroger tous les droits. Le pensez-vous vraiment ?
18 octobre 2017, 15:58   Re : #Balancetonporc
Ingrid Riocreux, jeune professeur en Sorbonne et auteur talentueuse (qui a signé un ouvrage remarqué sur la langue des médias), enfonce le clou :

C’est un porc, mais la plupart de ses victimes sont consentantes, voire demandeuses. Ce petit jeu malsain, qui peut aller très loin, ne leur déplaît pas, et peut-être leur convient-il même assez. Par rapport à une vieille femme laide, par rapport à un homme, elles ont un argument supplémentaire qui les distingue, un atout à faire valoir auprès du grand manitou. Pourquoi n’en profiteraient-elles pas ? Il y a même quelque chose de flatteur à être convoitée par un homme puissant.

S’il y a des Harvey Weinstein, si « personne n’a rien dit », c’est aussi parce qu’il y a des femmes qui s’en accommodent très bien.

[blog.causeur.fr]
18 octobre 2017, 16:00   Re : #Balancetonporc
Cher Alain Eytan, comme je crois l'avoir écrit, au fond je ne condamne personne (ou je condamne tout le monde), mais ce que je trouve assez minable est l'indignation ''vertueuse'' à retardement de celles qui ont accepté d'y passer alors qu'elles n'y étaient pas forcées.
18 octobre 2017, 16:18   Re : #Balancetonporc
Chère Cassandre, ce dont est accusé Weinstein justement, ce pour quoi, le cas échéant, il serait condamnable, est de les avoir forcées : un viol, c'est une relation sexuelle non consentie, donc forcée.
18 octobre 2017, 17:05   Re : #Balancetonporc
Evidemment, s'il est avéré qu'il a employé la violence pour arriver à ses fins, il ne saurait être excusable, mais pour le moment tous les témoignages me semblent bien flous. J'ai lu par exemple que l'actrice qui a parlé de viol a renouvelé à deux reprises, sachant donc très bien ce qu'il en était, ses entrevues avec son violeur.
19 octobre 2017, 13:26   Re : #Balancetonporc
Porcine, l'instigatrice, non ? En tout cas, c''est sûr, elle ne se prend pas pour Zola ("Ouais bon euuuh, balancetonporc c'est pas très classe comme nom, euuuh").

[tempsreel.nouvelobs.com]
19 octobre 2017, 21:51   Re : #Balancetonporc
Je disais donc nous y voilà. Si cette image vous en rappelle d'autres, plus lointaines dans l'histoire mais qui accompagnèrent des événements particulièrement odieux, ne vous privez pas de le faire savoir :

20 octobre 2017, 17:34   Re : #Balancetonporc
Accuser de harcèlement ou de viol l'homme qui, moyennant quelques faveurs, a lancé leur carrière, c'est le moyen qu'ont trouvé ces actrices de se repentir. Une façon comme une autre d'oublier, d'exorciser ce que leur comportement a pu avoir de putassier.
20 octobre 2017, 18:01   Re : #Balancetonporc
Vous en avez de bonnes Trystan : comme si on ne pouvait violer une pute !
20 octobre 2017, 19:45   Re : #Balancetonporc
Tariq Ramadan accusé de «viol, agressions sexuelles et harcèlement» Le Figaro.fr le 20/10/2017 à 17h41
Alors là, je suis déçu. Cassandre m'avait enseigné que les vierges étaient réservées, par paquet de quarante, aux seuls candidats à la ceinture de chasteté définitive. J'ai du mal comprendre.
20 octobre 2017, 20:01   Re : #Balancetonporc
En période d' hystérie collective le tempérament putassier a le vent en poupe: il se vend classiquement une première fois pour un quelconque bénéfice. Il peut ensuite, quand ça l'arrange, balancer son porc, émarger à la commisération sociétale et, finalement, toucher de substantiels dommages et intérêts,
21 octobre 2017, 22:41   Re : #Balancetonporc
Citation
Éric Veron
Tariq Ramadan accusé de «viol, agressions sexuelles et harcèlement» Le Figaro.fr le 20/10/2017 à 17h41
Alors là, je suis déçu. Cassandre m'avait enseigné que les vierges étaient réservées, par paquet de quarante, aux seuls candidats à la ceinture de chasteté définitive. J'ai du mal comprendre.

Quelle prodigieuse affaire ! Ramadan l'a pas peut-être violentée pour lui faire payer d'être passée de salafiste à salle fille. (Car oui, cette dame était salafiste avant de devenir laïco-féministe!)

Je me demande à présent si le balançage de porc ne va pas finir par éclabousser un certain Ed. Plen. J'dis ça, j'dis rien.
23 octobre 2017, 13:55   Re : #Balancetonporc
Le plus lamentable, dans cette affaire, c'est que Harvey Weinstein était un grand féministe devant l'éternel. On essaie de le faire passer pour un suppôt du capitalisme et du patriarcat, mais récemment encore il donnait de l'argent à la puissante National Organization for Women (NOW) et fut un important mécène de Hillary Clinton lors de la dernière présidentielle. Michelle Obama n'avait que du bien à dire de ce Monsieur qui, comme à peu près tout le monde à Hollywood, n'appartient à aucun cercle néo-conservateur et ne revendique aucun conservatisme, bien au contraire.

C'est la gauche féministe, spectaculaire et libertaire qui a fait émerger le lubrique Harvey Weinstein, lequel n'a cessé, en contrepartie, de financer cette gauche. L'homme était parfaitement du bon côté du manche, si j'ose dire. Avec son argent, il était celui qui faisait les rois à Hollywood, et surtout les reines. Mais il a fini par lui arriver ce qui arrive aux gens qui nourrissent le monstre : ils se font dévorer par lui.

Cette histoire nous montre une fois encore que le féminisme, la bave aux lèvres, a toujours besoin d'un nouvel ennemi à terrasser. A présent qu'il a étranglé le vieux patriarcat imaginaire et honni, il est obligé de s'en prendre à ceux-là mêmes qui le financent. Ainsi l'affaire Weinstein est surtout un grand moment d'autophagie féministe, en plus d'une grossière chasse aux sorcières.

Il faut espérer qu'après cette ridicule histoire, les Américains riches cesseront de financer le monstre (croyant ainsi se mettre à l'abri de sa fureur), monstre qui vient tout de même de se priver de l'une se ses plus importantes sources d'argent. Bête, violent et incontrôlable, le féminisme finira par s'auto-détruire — mais seulement après avoir tout ravagé sur son passage, hélas.

Et toujours ce parallèle entre féminisme et islamisme : leurs principaux collaborateurs sont et seront les premiers à être massacrés.
23 octobre 2017, 14:09   Re : #Balancetonporc
Et toujours ce parallèle entre féminisme et islamisme : leurs principaux collaborateurs sont et seront les premiers à être massacrés.

Ce trait a souvent été relevé dans le cas iranien : les groupes marxistes qui, croyant bien faire, avaient soutenu Khomeiny contre le Shah d'iran dans le moment pré-révolutionnaire, furent les premiers à être dévorés (passés par les armes après une parodie de procès) une fois les mollahs au pouvoir.

Le destin du crétin utile est immuable : finir en méchoui sous la dent de ceux/celles avec qui il aura collaboré en se figurant d'aller dans le vent de l'histoire (qui pousse devant lui les orages qui ont nom "ironie de l'histoire")
23 octobre 2017, 16:24   Re : #Balancetonporc
Simone, crétine utile à la retraite, veut simplement "se regarder dans la glace"... :

[www.francetvinfo.fr]-[article]-[connexe]
24 octobre 2017, 07:33   Re : #Balancetonporc
Dimanche, Alain Finkielkraut lisait à Elisabeth Lévy, à la fin de l'émission "L'esprit de l'escalier", une de ces inénarrables déjections que l'on appelle "tweet". En substance, le message reçu par le philosophe associait Dominique Strauss-Kahn, Elisabeth Lévy et Alain Finkielkraut, Allen (Woody ?) et Harvey Weinstein et les enveloppait dans le même opprobre : les uns défendaient les moeurs infâmes des autres. Vous signalez, Trystan, les amitiés et les contributions de H. Weinstein aux bonnes causes des puissants : cela me rappelle le phénomène historique du "Juif de Cour" dont les nazis firent un film en se servant de la figure de Süsskind Oppenheimer. La différence, peut-être, entre H. Weinstein et les Juifs de Cour du XVII°s, c'est que ces derniers intercédaient pour leur communauté en cas de besoin, auprès des puissants dont ils avaient l'oreille et auprès desquels ils acceptaient de vivre dans une espèce d'exil. La métaphore du porc, dans cette campagne actuelle, semble avoir aussi d'étonnantes connotations.
24 octobre 2017, 18:17   Casherout et libido juive
Dire que le dénommé Katsav, huitième président d'Israël en personne, fut lui aussi accusé de violences sexuelles, destitué puis emprisonné ; homme pieux et très pratiquant, son nom veut dire en hébreu "boucher"...
24 octobre 2017, 19:41   Re : #Balancetonporc
Le spectacle médiatique est divertissant. Il y a quelques mois, des femmes ont exprimé leur révolte au sujet des agressions sexistes qu'elles devaient subir sur les trottoirs de La Chapelle-Pujol. Comme tout le monde savait
quel était le profil des agresseurs on a assisté à des contorsions médiaticopolitiques fabuleuses pour minimiser l'affaire.
À ce moment il n'était pas question de balancer les porcs. Au contraire nos féministes hurlaient au racisme.
25 octobre 2017, 05:58   Re : #Balancetonporc
Citation
Serge Diot
Le spectacle médiatique est divertissant. Il y a quelques mois, des femmes ont exprimé leur révolte au sujet des agressions sexistes qu'elles devaient subir sur les trottoirs de La Chapelle-Pujol. Comme tout le monde savait
quel était le profil des agresseurs on a assisté à des contorsions médiaticopolitiques fabuleuses pour minimiser l'affaire.
À ce moment il n'était pas question de balancer les porcs. Au contraire nos féministes hurlaient au racisme.

En effet. Les porcs, c'était celles et ceux qui osaient faire le lien entre une certaine population et un certain type de comportement. A chacun ses porcs.
25 octobre 2017, 16:53   Re : #Balancetonporc
Porcs dans le milieu hospitalier :


[fr.yahoo.com]
02 novembre 2017, 13:50   Re : #Balancetonporc
« La métaphore du porc, dans cette campagne actuelle, semble avoir aussi d'étonnantes connotations. »

Les sociétés occidentales se mettent à ressembler furieusement à la Ferme des Animaux d'Orwell. L'ancien propriétaire — l'homme blanc — a été chassé (en fait, il est devenu un citoyen de seconde zone) ; règnent à présent les porcs (féministes et leurs séides) qui ont créé, au nom d'une égalité haineuse, une société bien plus dysfonctionnelle que la précédente. N'ayant plus de réel ennemi primaire (le patriarcat), ils leur faut sacrifier de temps en temps l'un des leurs (le porc Weinstein) pour continuer à faire croire qu'il reste un “combat” à mener, cependant qu'avec les vrais ennemis de l'extérieur (l'islam), on s'entend fort bien et laisse à peu près tout passer.
03 novembre 2017, 20:12   Re : #Balancetonporc
@Trystan
"pour continuer à faire croire qu'il reste un combat” à mener"


Et quel combat !...

L’homogénéité sociologique du milieu associatif dans lequel ces militantes évoluent, et qui détermine et organise ce qu’elles croient être les priorités du combat féministe contemporain, n’est par ailleurs jamais interrogée... Nous avons affaire à une très grande majorité de femmes blanches, cheveux courts, plutôt non maquillées, mangeant bio, lisant "Libé", dont le compagnon fait la vaisselle un jour sur deux. Elles sont bien éduquées, toujours bien intentionnées et, pour l’essentiel, bien insérées professionnellement.
Pour résumer : une toute petite catégorie de femmes, dans les faits, est en charge du féminisme français depuis plus de vingt ans.
03 novembre 2017, 21:28   Re : #Balancetonporc
Mon Cher Mavrakis, vous vivez encore au pays des bisounours. Le genre de féministe que vous décrivez était en vogue il y a quinze ans. Aujourd'hui, avoir un “compagnon”, aussi castré soit-il, est mal vu — ce serait horriblement patriarcal. Il leur arrive cependant de fréquenter des garçons noirs ou arabes, car elles croient en la convergence des luttes (officiellement) et ressentent au creux du ventre un profond désir de surmâle (mais ce désir doit rester refoulé (chut)).

Croyez-moi, officiellement, il faut être au minimum lesbienne. Trans ou asexuelle, c'est encore mieux. Il faut aussi arborer force tatouages, des piercings, des poils sous les bras, des cheveux teints en bleu, des grosses lunettes rondes ou carrées, et puis avoir vingt ou trente kilos en trop et des seins qui pendent dès l'âge de vingt ans (par refus du soutien-gorge oppresseur).

Bref, être aussi peu désirable que possible.

Le féminisme est un combat de tous les instants pour la bêtise et la laideur, ne l'oubliez jamais. Les féministes dernière génération ne sont en aucun cas “bien éduquées” (même au regard des critères contemporains, et malgré leur capacité à réciter leur catéchisme sectaire, sans oublier quelques tentatives pseudo-artistiques, comme se teindre les poils des aisselles en violet). Elles ne sont guère bien insérées professionnellement, sauf lorsqu'elles ont intégré la fonction publique (il est vrai que les moins tarées d'entre elles arrivent parfois, quoique très difficilement, à devenir CPE ou prof-de-zep). Mais le plus souvent elles vivent en parasite, en suçotant çà et là les subsides ou les cotisations de quelque association, en récupérant un paquet de riz et du ketchup à la fin d'une manifestation de la France Insoumise, et bien sûr en percevant toutes les aides possibles de l'Etat. La féministe est une crève-la-dalle, et fière de l'être. Il faut dire qu'elle n'est pas vraiment capable d'être autre chose. Et puis cela lui donne une raison de plus de se plaindre et d'exiger davantage de collectivisme.

Sa vilaine peau et son teint terreux ne sont pas vraiment des signes de bonne santé, malgré des efforts (erratiques) pour “manger bio”, comme on dit, et comme vous l'avez remarqué. L'hygiène étant aussi un signe d'oppression patriarcale, la féministe semble toujours crasseuse au dernier degré.

Tête encrassée, corps encrassé, âme encrassée : elles mènent la danse.
03 novembre 2017, 22:06   Re : #Balancetonporc
Trystan,

On comprend mieux le féminisme actuel quand on observe la terreur légitime de la femme vieillissante qui, se baladant à côté de sa fille, jeune adolescente, voit les regards des hommes se poser exclusivement sur cette dernière.
Humainement, je les comprends. Comment ne seraient-elles pas sensibles au chatoiement des aisselles violettes qui mènent agressivement le bal ?

Pour autant c'est pure folie que de mettre nos piloris et nos lois au service de leur vengeance.
03 novembre 2017, 22:10   Re : #Balancetonporc
« La terreur légitime de la femme vieillissante qui, se baladant à côté de sa fille, jeune adolescente, voit les regards des hommes se poser exclusivement sur cette dernière » est pourtant vieille comme le monde.
03 novembre 2017, 22:41   Re : #Balancetonporc
Oui, mais ce qui est nouveau c'est que cette tragédie personnelle ait force de loi.
03 novembre 2017, 22:45   Re : #Balancetonporc
Les hommes ont laissé faire. Il aurait suffi — il suffirait encore — de dire NON.
03 novembre 2017, 23:08   Re : #Balancetonporc
L'hygiène étant aussi un signe d'oppression patriarcale, la féministe semble toujours crasseuse au dernier degré



Très juste. Je me souviens de cette féministe américaine, très laide, obèse, vêtue d'une simple salopette de mécano, et qui nous expliquait sur un plateau TV que "pour castrer les hommes, les femmes devaient s'enlaidir", se rendre le plus indésirables possible, car "être désirable c'est être soumise au désir de l'homme".
La neutralité sexuelle, l'absence de désir, la laideur et la crasse comme projet de "civilisation" : il fallait y penser.
04 novembre 2017, 02:47   Re : #Balancetonporc
N'oublions pas la grossièreté, façon Virginie Despentes, et l'inévitable passé de violentée. Car de nos jours, plus encore qu'avant, le féminisme est vengeance, revanche sur un sort fantasmé de victime.
04 novembre 2017, 09:43   Re : #Balancetonporc
la féministe semble toujours crasseuse au dernier degré

On est dans la caricature... Cette aile camionneuse/lesbienne existe bel et bien—elle n'a rien à perdre en se mettant les hommes "à dos", hommes qui de toute façon préfèrent blaguer sur la poitrine des femen que de regarder en face la nouvelle révolution "rouge" déjà en route.

Observez les manifs : surpoids et disgrace physique sont bien représentés mais il y a aussi beaucoup de femmes mures pas crasseuses du tout avec des effets capillaires style frisouille ou aile de corbeau et des jeunes femmes quelconques genre "avocates stagiaires".

"Crasseux" sert déjà aux ultras de Fdesouche pour qualifier l'ensemble des immigrés : c'est désespérant et contre-productif.

Les hommes ont laissé faire.

Comme ils se sont dans leur ensemble accommodés du stalinisme. Et puis les hommes, majoritairement, qui ont déjà bien du mal trouver une femme, à la garder ou à s'en défaire ne voient pas d'un mauvais oeil que les jouisseurs désignés pâtissent.
04 novembre 2017, 09:52   Re : #Balancetonporc
Observez les manifs : calottes et djellabas sont bien représentées mais il y a aussi beaucoup de musulmans âgés pas ostentatoires du tout avec des jolies barbes frisouille ou aile de corbeau et des jeunes maghrébins quelconques genre "livreur de pizza".

C'est bon, j'ai pas trop fait d'Amal Game ?

(Dites qu'on s'amuse !)
04 novembre 2017, 09:55   Re : #Balancetonporc
(L'article offre un terrible exemple de White Knight-isme. Mais il ne dit pas si la jeune femme est finalement tombée amoureuse du tueur.)
04 novembre 2017, 09:58   Re : #Balancetonporc
Voyez, vous truquez : je n'ai jamais trouvé "jolies" les frisouilles et les ailes de corbeau.
04 novembre 2017, 09:59   Re : #Balancetonporc
« Et puis les hommes, majoritairement, qui ont déjà bien du mal trouver une femme, à la garder ou à s'en défaire ne voient pas d'un mauvais oeil que les jouisseurs désignés pâtissent. »

Ce sont des idiots qui ont tout laissé passer dans l'espoir (jamais réalisé) d'avoir un peu accès au Saint Vagin, moyennant quoi aujourd'hui ce sont les hommes dans leur ensemble qui sont devenus des citoyens de seconde zone.

Et à présent c'est leur présence même qui est “toxique”.
04 novembre 2017, 10:03   Re : #Balancetonporc
Mais il ne dit pas si la jeune femme est finalement tombée amoureuse du tueur.)

Elle le sera. Le trucidé avait certainement un comportement de prédateur machiste qui aurait obligé sa compagne forcément violée à le liquider par les armes dans quelques années, sans préjudice pour sa liberté, heureusement, depuis la jurisprudence Sauvage.
04 novembre 2017, 10:15   Re : #Balancetonporc
Lisa Wade a un physique lourd de mauvais augure mais elle est propre sur elle.

PS : j'ai eu la peur de ma vie en constatant qu'elle avait une homonyme, absolument ravissante :)
04 novembre 2017, 17:09   Re : #Balancetonporc
Ne vous en déplaise, je connais des féministes qui sont de sacrés beaux brins de filles ; il est vrai que ce sont des Israéliennes.
Une question cependant me turlupine : que diable avez-vous contre la pilosité axillaire ??
04 novembre 2017, 17:13   Re : #Balancetonporc
C'est qu'elles ne sont pas féministes, ou qu'elles ne sont pas Israéliennes, ou qu'elles ne turlupinent pas ...
 
04 novembre 2017, 17:24   Re : #Balancetonporc
Parce que vous confondez turlute et turlupin, vous ?...
04 novembre 2017, 17:27   Re : #Balancetonporc
turlupin: Membre d'une secte qui se répandit au xive siècle en France, en Allemagne et dans les Pays-Bas et qui soutenait qu'on ne doit avoir honte de rien de ce qui est naturel (d'apr. Littré).

Je confonds ...
04 novembre 2017, 17:34   Re : #Balancetonporc


J'aime beaucoup cette toute nouvelle trouvaille novlanguesque, pour parler de qui vous savez : "Il (l'assassin) n’est pas né en France".
04 novembre 2017, 17:51   Re : #Balancetonporc
il est vrai que ce sont des Israéliennes.

Ah parce que les israéliennes sont par définition plus belles que les autres ? Décidément...
04 novembre 2017, 18:31   Mondanités
Cela me rappelle ce cri du cœur d'une jeune Française aux beaux yeux jaunes qui entreprit sans vergogne de me draguer, jadis sur une plage de Tel-Aviv, alors que soldat j'y passais le plus clair de mon temps, gardant le pays d'une invasion par mer, cri du cœur exprimant autant la jalousie que l'admiration, de la part d'une Angélique qui se révéla être la fille de Claude Lanzmann, réalisateur de Shoah : « Mais qu'est-ce qu'elles sont belles, les Israéliennes ! »
Ce qui sur les plages de Tel-Aviv en été n'est pas faux...
04 novembre 2017, 19:10   Re : Mondanités
Bien, les yeux jaunes. Ne bougez pas, j'arrive !
 
04 novembre 2017, 21:06   Re : Mondanités
Citation
Alain Eytan
Cela me rappelle ce cri du cœur d'une jeune Française aux beaux yeux jaunes qui entreprit sans vergogne de me draguer, jadis sur une plage de Tel-Aviv, alors que soldat j'y passais le plus clair de mon temps, gardant le pays d'une invasion par mer, cri du cœur exprimant autant la jalousie que l'admiration, de la part d'une Angélique qui se révéla être la fille de Claude Lanzmann, réalisateur de Shoah : « Mais qu'est-ce qu'elles sont belles, les Israéliennes ! »
Ce qui sur les plages de Tel-Aviv en été n'est pas faux...

Étonnante, cette histoire de yeux jaunes. Un livre consacré à Deleuze s'intitule, sans que l'on sache pourquoi : "Portrait oratoire de Gilles Deleuze aux yeux jaunes". Deleuze, ami de jeunesse de...Claude Lanzmann, et un temps compagnon de la sœur de celui-ci! Ailleurs, vous évoquez votre lecture de "Qu'appelle-t-on penser", de Heidegger. Je crois l'avoir déjà fait, mais je (re)mets ici un extrait du commentaire que Deleuze a consacré, dans un cours, à des idées de ce grand texte (souvent imbitable) :

"Et surgit la formule de Heidegger : ce qui donne à penser, c’est que nous ne pensons pas encore. La pensée en tant qu’elle est dans un rapport fondamental avec le dehors est en même temps dans un rapport fondamental avec l’impensé qui constitue son dedans. L’impensé c’est pas ce qui est hors de la pensée, c’est ce qui est dans la pensée en tant que la pensée découle du dehors sous la condition du pli. Le dehors, encore une fois, la ligne du dehors se plie de manière à constituer dans la pensée l’impensé. Ce qui donne le plus à penser, c’est que nous ne pensons pas encore. Si bien que, vous voyez, à ce second niveau, on se laisse toujours aller, c’est une espèce de rêverie que l’on fait... Si on se laisse aller pour essayer de comprendre ce qu’ils veulent dire, ces penseurs. Le dehors n’est pas un extérieur parce que l’extérieur est toujours relatif. Le dehors c’est l’absolu. Pourtant nous avons un rapport avec le dehors, oui la pensée a un rapport avec le dehors, mais, comme dit Blanchot, ce rapport c’est le rapport absolu ou, si vous préférez, ce rapport est un non-rapport, dit Blanchot. Eh bien de même que le dehors absolu excède toute extériorité parce que toute extériorité est nécessairement relative encore, l’impensé ou le dedans est un dedans absolu qui excède tout milieu intérieur. Un dedans plus profond que toute intériorité puisque le dehors était plus lointain que toute extériorité. C’est ça l’impensé. L’impensé dans la pensée c’est ce dedans plus profond que toute intériorité. Dès lors, identique d’une certaine manière, au dehors plus lointain que toute extériorité.

Vous me direz - et l’un d’entre vous m’a fait une note intéressante - vous me direz : mais c’est pas exactement ça que dit Heidegger, lorsque Heidegger dit : ce qui donne le plus à penser dans notre temps qui donne à penser, c’est que nous ne pensons pas encore. Belle formule, c’est son style à lui, c’est le grand style heideggérien. Ce qui donne le plus à penser dans notre temps qui donne à penser, c’est que nous ne pensons pas encore. Cette formule qui ouvre le livre de Heidegger Qu’appelle-t-on penser, on me dit : mais il est bien question de « nous ne pensons pas encore ». C’est pas gênant, je continue à rêver... Il est évident, si vous entendez les mots de Heidegger résonner... Encore une fois vous pouvez très bien dire : c’est des mots, ça ne me dit rien. Mais, si ça vous dit quelque chose, vous devez bien sentir que le « pas encore » ne signifie pas que peut arriver un moment où nous penserions. Pour une simple raison, c’est que penser c’est penser toujours sur le mode du « nous ne pensons pas encore », pourquoi ? Parce que c’est toujours penser sur le mode du « la pensée vient du dehors », c’est-à-dire la pensée est déjà là et que le « déjà là » et le « pas encore » ne sont pas des moments assignables dans le temps, ce sont des structures coexistantes de la temporalité. Ce sont des structures... la pensée est, dès lors, temporalité dans la mesure où elle est pour toujours pensée qui ne pense pas encore et elle est pensée qui ne pense pas encore parce qu’elle est pensée qui pense le déjà là. Ça veut dire quoi ?"
04 novembre 2017, 22:22   Re : #Balancetonporc
Je n'ai pas d'avis sur Heidegger mais je crains que les yeux jaunes ne soient un signe d'hépatite.
04 novembre 2017, 22:36   Re : #Balancetonporc
(Bizarre... L'organe lésé chez Deleuze, c'était le poumon, pas le foie.)
04 novembre 2017, 23:47   Re : #Balancetonporc
Dans la cour de récréation, la prochaine génération d'enragées fourbit ses armes.
05 novembre 2017, 05:51   Re : #Balancetonporc
Un simple "stage de formation" dans une cour de récré du NEUF TROIS devrait remettre leurs petites cervelles (et leurs ovaires) bien en place. Je suis confiant : Mouloud et Jawad sauront leur parler.
05 novembre 2017, 16:01   Tentative d'explication de texte
Cher Pierre Jean, les yeux jaunes sont, si je ne me trompe, les yeux de Lilith, l'anté-Eve, la démone, le cauchemar absolu fait bonne femme, le germe du Mal, qui a bien sa place parmi nous, à en croire ce qui précède ; qu'un tel regard se présente, en Terre d'Israël, chez une Angélique dont le père avait documenté en détail ce qui apparaît bien comme une sorte de délégation de l'enfer sur terre, c'était lourd de sens...

Mais Deleuze, comme avait dit justement Pierre Magnard, "était un fringant, un rapide", qui peut parfois donner l'impression de n'avoir à cœur réellement que d’empapaouter le gogo : je pense que ce serait une erreur, car il dit au fond une chose évidente : à partir du moment où le "déjà là" et le "pas encore" ne peuvent "être là ensemble", se présenter comme occurrences temporelles dans le même temps, le seul fait que ce que nous pensons maintenant est le "déjà là" implique que nous ne pensons pas encore le "pas encore".
Ça veut dire que nous ne penserons jamais le "pas encore" comme "déjà là", nous ne penserons jamais ce qui doit être pensé sur le mode de l'expérience effective de la chose, mais jamais que sur le mode d'un "avoir à être", et c'est la pensée de cela qui nous rapprochera le plus de ce que nous ne pensons pas encore : comme dans le texte que vous avez cité précédemment, le mieux qu'on puisse faire, c'est essayer de montrer (l'homme est un "monstre", c'est celui qui montre) l'emplacement de la dérobade.
On en sera, cette fois encore, pour nos frais.
« Jouer l’égalité » : la région IDF lance une campagne pour que les petits garçons jouent à la poupée.

[www.fdesouche.com]
06 novembre 2017, 19:01   Re : #Balancetonporc
A balancer à la pouffe aux touffes axiliaires teintes en bleu, qui ne lâche pas Trystan Dee, pour voir ce qui se passe, pour rien, pour juste le plaisir de défier le Réel à front de taureau, les yeux dans la yeux, toutes dents et griffes sorties :

Soir

La lumière agonise et meurt à tes genoux,
Viens, ô toi dont le front impénétrable et doux
Porte l'accablement des pesantes années ;
Douloureuse et les traits mortellement pâlis,
Viens, sans autre parfum dans ta robe à long plis
Que le souffle des fleurs depuis longtemps fanées.

Viens, sans fard à ta lèvre où brûle mon désir,
Sans anneaux, – le rubis, l'opale et le saphir
Déshonorent tes doigts laiteux comme la lune, –
Et bannis de tes yeux les reflets du miroir...
Voici l'heure très simple et très chaste du soir
Où la couleur oppresse, où le luxe importune,
Délivre ton chargrin du sourire éternel,
Exhale ta souffrance en un sincère appel :
Les choses d'autrefois, si cruelles et folles,
Laissons-les au silence, au lointain, à la mort...
Dans le rêve qui sait consoler de l'effort,
Oublions cette fièvre ancienne des paroles.

Je baiserai tes mains et tes divins pieds nus,
Et nos coeurs pleureront de s'être méconnus,
Pleureront les mots vils et les gestes infâmes.
Des voix s'attarderont dans la paix des chemins...
Tu joindras la blancheur mystique de tes mains,
Et je t'adorerai, dans l'ombre où sont les âmes.


Ce poème de 1903 est de Renée Vivien, poétesse saphique morte en 1909 à l'âge de trente-deux ans.

Si ces pauvres connes de féministes, le plus souvent bardées du lard le plus épais, savaient que dans chaque homme normalement constitué, il y a une poétesse saphique qui s'ignore ...
06 novembre 2017, 20:25   Re : #Balancetonporc
06 novembre 2017, 20:35   #BalancetAPOUFFE
06 novembre 2017, 20:47   Re : #Balancetatruie
Ma p'tite préférée :
14 novembre 2017, 23:42   Re : #Balancetatruie
Encore un (jeune) esclave sur le point de se faire dévorer par le monstre qu'il a nourri et adoré :
Thierry Marchal-Beck
15 novembre 2017, 04:06   Re : #Balancetatruie
[goo.gl]

Et l'autre obsédé sexuel qui sautait sur tout ce qui se bouge, qui harcelait les femmes de tweets salaces, tentait de les peloter ou de leur rouler un patin à la première occasion, expliquant qu’il aime les dominatrices... Il est devenu quoi au fait ? Toujours avec sa grosse cochonne de "meuf" ?
15 novembre 2017, 04:16   Re : #Balancetatruie
Le MJS dans ses œuvres : [mobile.twitter.com]
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter