Le site du parti de l'In-nocence

Ce soir, la révolution

Envoyé par Pierre Hergat 
23 octobre 2017, 21:49   Les envies chic
Pour ma part, c'est déjà fait. Il ne me reste plus qu'un appareil cellulaire antédiluvien absolument ridicule, que je n'emporte d'ailleurs jamais avec moi ; n'utiliser un portable qu'entre ses murs, c'est sympathique.
Avec l'économie réalisée sur l'achat de portables haut de gamme (je n’achète que du haut de gamme) pour le restant de mes jours, je compte m'offrir prochainement un Leica M, que je ne me priverai pas, lui, de balader ; le choix reste à faire entre le modèle ne prenant que des clichés en noir et blanc (le MM, très classe et plus cher), ou celui embarquant la couleur.
C'est un choix difficile.
23 octobre 2017, 22:18   Re : Les envies chic
Ach, je vous comprends. Celui qui ne prend que des clichés en noir et blanc est à tomber... Et puis la contrainte monochrome pourrait s'avérer fructueuse, “artistiquement”...
24 octobre 2017, 09:58   Re : Ce soir, la révolution
Citation

Avec l'économie réalisée sur l'achat de portables haut de gamme (je n’achète que du haut de gamme) pour le restant de mes jours, je compte m'offrir prochainement un Leica M

N'ayant jamais eu de téléphone portatif non plus – ni haut, ni milieu, n bas de gamme –, je vais vous imiter et réinvestir ailleurs l'argent ainsi épargné. Dans quelques flacons de chablis grand cru, par exemple…
24 octobre 2017, 11:49   Re : Ce soir, la révolution
 
Une spécialité chinoise consiste à tout mélanger, par exemple: le pommeau de douche muni d'ampoules leds multicolores.


Imitant les chinois qui nous imitent, j'ai donc mis à l'étude une invention qui permettra de conserver le portable tout en évitant qu'il soit portable.
"Le téléphone à la niche"

Ce sera un portable, munie de roulettes et d'une télécommande (la version drone est à l'étude)
Il permettra de sortir le portable de sa niche et de l'y remettre une fois l'appel reçu (avec la même télécommande, bien entendu).

La technique:

Tu t'achètes un mini-mini-ordinateur raspberry pi 3, pas cher du tout: ici

Il te faut aussi le smart robot Modèle Voiture Kit Caméra Vidéo pour Raspberry Pi 3, prêt à l'emploi, de chez kuman:


A l'aide du robot voiture, ton mini-mini-mini-ordinateur devient donc un ordinateur sur roues. Si c'est pas beau.

Puis, il te faut la Télécommande Robotique comme c'est dit dans le manuel du robot. Je te conseille le contrôleur main gauche-main droite comme ça, si tu passes au mobile-drone, tu pourras récupérer le contrôleur. Ça te fera des économies.
Enfin, bon, avec le modèle mobile-à-roues, tout ce que tu feras de ton téléphone, c'est de le faire avancer, ou bien de le faire tourner à gauche ou à droite. Donc, à toi de voir.



(ICI, les 7 composants essentiels à la fabrication d'un drone)

Passons à la partie téléphonie. Le plus simple, c'est de partir sur le piphone et de suivre ce que dit le Monsieur:







Pour la carte SIM, prévoit plutôt le module pas cher SIM900 GSM/GPRS module.




Et la morale chinoise de cette histoire:

On ne se sort de la technique qu'en maîtrisant la technique.



postscriptum:

Pour la marche-arrière du mobile-à-roues, je ne sais pas encore. Mais je te tiens au courant.
 
 
24 octobre 2017, 12:18   Re : Ce soir, la révolution
J'avais toujours considéré Alain Eytan comme un profond philosophe, extrêmement rigoureux, sachant aussi, sur demande, vulgariser ses raisonnements ou son langage tout en apportant fréquemment sur ce forum, non sans témérité, une note de libéralisme, d'absence de parti pris (ou de parti pris inverse) plutôt stimulante - et voilà qu'il nous déclare tout de go : "Je n'achète que du haut de gamme". Est-ce à prendre au premier degré, au pied de la lettre ? Un philosophe redevenu consommateur peut-il affirmer pour de bon : "Je n'achète que du haut de gamme" ? Pourquoi la pensée critique ne pénètre-t-elle les habitudes de consommation et la manière de les relater ? (A moins que ce soit une forme d'humour british que je n'aurai pas saisie).
Si vous êtes un homme de goût et que pouvez vous offrir du haut de gamme plutôt que du 'made in China', par anti-consumérisme, vous optez pour la camelote ? (Sachant en outre que le haut de gamme n'est pas toujours le plus cher et qu'on trouve de bons objets à la Foir'Fouille.) Puis des philosophes friqués et dépensant à tout-va, on en croise souvent. Après, il y a Marcel Conche, qui, dans sa cahute corrézienne, a même renoncé à assaisonner sa salade.
24 octobre 2017, 14:30   Re : Ce soir, la révolution
A mon avis, la notion de "haut de gamme" n'a pas de consistance. Un homme de pensée ne peut l'utiliser sans l'interroger en profondeur. Et les mots même, le haut, la gamme, prouvent qu'on se situe dans un monde plat, univoque, avec un haut et un bas purement géographiques et indiscutables, et la "gamme" des commerciaux, des vendeurs. Il me semble qu'on aurait avantage, dans le choix des mots, à parler de qualité, ou de bonne (meilleure, etc) qualité : cette notion ne serait pas moins à interroger, à creuser - du moins ne relève-t-elle pas d'un monde que tout aspirant in-nocent ne peut qu'espérer fuir.
24 octobre 2017, 17:40   Re : Ce soir, la révolution
» Un philosophe redevenu consommateur peut-il affirmer pour de bon : "Je n'achète que du haut de gamme" ?

Mon cher Thierry, oui !
Nous n'allons tout de même pas bouder notre plaisir rien que pour se conformer à l'idée, aussi flatteuse soit-elle, qu'on aurait de vous, enfin...
24 octobre 2017, 19:58   On se lâche
De plus, après réflexion, je ne suis pas d'accord avec vous, Thierry : l'expression "haut de gamme", en l'occurrence, convient parfaitement au niveau de réalité considéré, et à l'humeur, momentanée, de la personne qui s'exprime là : après tout, c'est un message de nature purement "consumériste", frivole, inconsidéré, primesautier, relatant sans façon une attirance inexpliquée pour les produits, car il s'agit bien de "produits", les plus chers ; l'adéquation du terme au contexte rend à mon sens l'expression bien plus juste que ne le ferait le scrupule obsessif de l'hypercorrection, absolument terrifié à l'idée de jamais laisser paraître une faute de goût.
25 octobre 2017, 14:31   Re : Ce soir, la révolution
Cher Alain vous avez le sens de l'humour et vous aimez les idées, ainsi que le partage d'icelles, c'est pourquoi je me suis permis, supra, une petite pique, qui je l'espère sera vite oubliée en tant que légère critique ad hominem, mais qui garde peut-être quelque valeur dans sa généralité. Comme tous les non spécialistes je me fais une idée très haute du philosophe qui n'est pas dans mes "imaginations" le détenteur à temps partiel d'un savoir éminent mais limité - mais un sage à temps complet, n'acceptant rien de la vie donnée qui échapppe à sa recherche et à sa critique. Car la philosophie me paraît davantage conduire à un mode de vie qu'à une collection de savoirs. Certes je me trouve sans doute en mauvaise compagnie car tous les philosophes d'aujourd'hui qui dans la lignée de la philosophie antique relayée par Pierre Hadot partagent une telle vision des choses ont mauvaise réputation : les Luc Ferry, les Comte-Sponville. Pourtant je pense comme eux que la philosophie n'est pas un savoir de spécialistes mais l'aspiration à un mode de vie. Certes, je ne les connais pas personnellement, non plus qu'aucun sage ou gourou. Tant mieux d'ailleurs. Comme je tomberais de haut si invisible je les suivais dans leur frénésie de consommateur du samedi après-midi. Ils en perdraient tout le prestige dont j'ai absolument besoin de les entourer, car il faut bien croire à quelque chose. Comme un poète élégiaque qui déposerait sa voiture chez le concessionnaire pour une révision. Je ne croirais plus beaucoup à ses rimes après cela.
25 octobre 2017, 17:32   Re : Ce soir, la révolution
Car la philosophie me paraît davantage conduire à un mode de vie qu'à une collection de savoirs.

Mode de vie, mode de vie… Mouais. Quel est le mode vie d'un Badiou, d'un Serres, d'un Morin, ou plus généralement d'un philosophe universitaire ? Qui a le temps de lire ces milliers de pages indigestes... ? Lorsqu’une maison est attaquée par des brigands, qu’un village est envahi par des gangsters, que de la fumée, des flammes et des cris sortent de partout, pouvons-nous nous permettre le luxe de prendre le temps de philosopher ? En clair, face au GR, avons-nous encore besoin des philosophes ?
Je suis fermement convaincu que non. Nous serons bien obligés de nous battre contre ceux qui incendieront nos maisons, de frapper avec force ceux qui tenteront de violer nos femmes, et de répondre au feu par le feu à chaque fois que des innocents seront massacrés.
25 octobre 2017, 17:44   Re : Ce soir, la révolution
De ce point de vue, cher Thierry, vous tombez mal : je crains d'être un "moderne" de la pire espèce, de ceux dont les modèles sont l'objet de la plus franche détestation de la part de ce Pierre Magnard, dont Francis a proposé une conférence, tout à côté, et qui semble ne sortir qu'à couvert, sous l'égide trismégiste et syncrétique du Vrai, du Bien et du Beau. Et qu'est-ce qu'un "moderne", dans ce sens ? Je crois que la description qu'on a pu faire de la philosophie de Nietzsche convient assez bien à en résumer la nature : perspectivisme radical et monadologie sans monade de toutes les monades et sans harmonie préétablie. Et dans ce monde littéralement volé en éclats, la pensée ne s'exerce plus que sur chaque fragment épars, séparément, et la meilleure pensée ne peut être que celle qui pourrait ronger l'os à nu, mais un os à la fois.
On est, en effet, très loin de la sagesse à temps complet, de l'hébergement doctrinal en pension complète et de la quête éperdue de la doctrine de la vie juste...
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter