Le site du parti de l'In-nocence

Douaniers vs CPF (que rien n'arrête)

Envoyé par Pascal Mavrakis 
Au fond, on ne peut même pas parler de la fin de l'autorité, car elle n'aura pas le temps de rejoindre sa propre fin.




Tremblay : interpellés après des incivilités à la résidence des douaniers
Île-de-France & Oise>Seine-Saint-Denis| 20 décembre 2017


"Deux majeurs et trois mineurs ont été interpellés mardi à Tremblay-en-France. Ils sont soupçonnés d’avoir rendu insupportable la vie d’une résidence. Pas n’importe laquelle puisqu’elle abrite le personnel des douanes en poste à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Une bande de jeunes avait pris ses quartiers dans les parties communes de l’immeuble et faisait vivre l’enfer à ses habitants, en les bousculant, ou en les menaçant. Deux fonctionnaires avaient porté plainte. L’affaire durait depuis des mois et mardi le commissariat de Villepinte a réalisé un coup de filet dans différents quartiers de Tremblay."

Les jeunes avaient fait de cet immeuble leur point de ralliement. Leurs exactions se limitaient à du tapage et des incivilités. Les trublions seront convoqués devant le délégué du procureur en janvier et février."

[www.leparisien.fr]
Des bandes de jeunes que rien n'arrête.

Ou alors, des jeunes que rien n'arrête parce qu'ils veulent faire 'bande': un rituel de passage. Des jeunes qui s'en prennent à une autre bande, sur leur territoire, pour produire de la cohésion sous l'autorité d'un chef dominant.


Ce que je dis (mais il n'y a que moi pour le dire), c'est que la fond anthropologique, et par fond anthropologique il faut comprendre le principe premier de ces cultures, c'est la tribu familiale primitive. Si cette tribu est perdue, c'est encore mieux car il n'y a plus qu'à la reconstruire.

La France, est devenue un formidable terrain de reconstruction. Une grande opportunité.

En plus tous ces connards (pardon de dire ça) des Douanes, de la Police, des Pompiers, de l’État, ne comprennent pas qu'ils sont le murs sur lequel ils s'appuient, comme d'un levier.
En plus tous ces connards (pardon de dire ça) des Douanes, de la Police, des Pompiers, de l’État, ne comprennent pas qu'ils sont le murs sur lequel ils s'appuient, comme d'un levier

////


Le pire est qu'il n'y aura jamais de fin à ces "incivilités", qu'elles continueront de se développer de façon lente, insidieuse.

Pour notre décharge on peut dire que cette situation misérable, c'est nous qui l'avons produite pour une large part, et qu'il est bien normal que nous en profitions.
En s'accumulant, les incivilités se combinent. Prenez cette première offense : le port du bas de survêtement. Eh bien elle se combine de manière fort pratique à la fraude dans le métro : il est beaucoup plus facile de sauter par-dessus le portique vêtu de la sorte qu'en jean. Naturellement, cette combinaison à deux termes ne demande qu'à s'étendre. La CPF pourra, avec son bas de survêt, glander devant la télé avant d'aller acheter/vendre du shit, cela en fraudant prestement les transports en commun.
Marre d'entendre ces abrutis de journalistes nous expliquer qu'ils s'en prennent aux flics aux pompiers aux médecins (aux livreurs de pizzas ?) parce qu'ils sont le symbole de l'Etat... Non. C'EST À NOUS, directement ou indirectement, physiquement ou au travers de nos institutions, qu'ils s'en prennent ! Ils s'en tapent de nos symboles. Un CPF c'est binaire, c'est basic, c'est concret.

Me souviens de la réponse de Badiou à Finkielkraut, à propos des écoles cramées par les CPF : " Oh bah vous savez, lorsqu'on est en colère on prend ce qu'on a sous la main."
J'imagine ces pauvres douaniers terrorisés à la seule idée de regagner leur domicile... : c'est surréaliste (et on demande au couillon lambda comme vouzémoi d'"intervenir", en clair d'"avoir une réaction citoyenne", s'il est témoin d'une agression... Allez vous faire foutre !).
C'est l'usine à courants d'air. Comme disait Nietzsche, l’État est le plus froid des monstres froids. Les CPF sont les plus chauds des monstres chauds.


En 2013, j'ai été victime d'une agression par quatre de ces CPF dont deux étaient mineurs. En allant porter plainte au commissariat de police, je me suis trouvé face à l'inspectrice qui avait enregistré les faits, au soir de l'agression. Dès le début du procès-verbal, l'inspectrice, m'a fait comprendre que j'étais le problème. A la minute où j'ai déposé, j'ai compris qu'il n'y avait pas de place pour une victime dans cette affaire.

(Pour la Justice, les victimes ne comptent pas. Au pénal, le Juge représentant le peuple, a, face à lui, le Procureur de la République, représentant l’État. Les victimes, les prévenus ne sont que du mobilier.)

En fait, l'inspectrice avait tapissé son bureau de photos de ses enfants et de ses petits animaux de compagnie. Ambiance famille. Ces inspecteurs sont des inspectrices, forcément, parce qu'il faut materner la faune; un homme n'aurait pas la patience pour ce genre de choses. En plus, dans la plupart des cas, elles travaillent en relation avec les services de l'Action Sociale de la CAF.
Résultat: la brigade des mineurs n'est qu'une brigade d'Action Sociale qui fait le tapin pour L’État.

Je serai donc beaucoup moins avenant envers ces douaniers et autres inspecteurs de police, leur caractère les a conduit où ils sont. Ils croyaient que les bons sentiments, leur gauche morale et intéressée, les aides qui coulent à flots, leur humanité contrite, les mettraient à l'abri du réel. Malheureusement pour eux, c'est juste le contraire qui s'est produit.

En plus, tout compte fait, je préfère voir ces agressions s'exercer contre le service public, mon agression n'ayant soulevé aucun haut-le-cœur comme elle ne m'a épargné aucune humiliation.


 
Malheureusement pour eux, c'est juste le contraire qui s'est produit.

Même chose avec une certaine communauté... qui a longtemps joué les CPF contre les "beaufs souchiens", qui a lutté de toutes ses forces contre le FHAINE (certains continuent), et dont il semblerait qu'elle n'ait aujourd'hui plus d'autre choix que celui de fuir le NEUF-TROIS.

Pathétique et drôle à la fois. Mais bon... Très honnêtement, leur communauté, j'men moque.
Non mais le vrai danger c'est cette POROSITÉ entre l'extrême droite, la droite, et le centre...




Valse brune en Autriche : et si nous cessions d’être naïfs ?
EDITO. La porosité des discours entre l'extrême droite, la droite, et maintenant le centre, a fait baisser la garde sur tout le Vieux Continent.

Par Matthieu Croissandeau
Publié le 21 décembre 2017
Ça se passe en Europe, à 1.235 kilomètres de Paris, mais personne ou presque ne dit rien. Au terme de deux mois de tractations avec le jeune chancelier conservateur, Sebastian Kurz, six ministres d’extrême droite viennent de faire leur entrée au gouvernement autrichien. Pas pour s’occuper de broutilles, non, mais pour prendre en main des portefeuilles stratégiques comme l’Intérieur, la Défense, les Affaires étrangères ou encore la Fonction publique. En clair, les ultranationalistes du FPÖ, le sinistre Parti de la Liberté d’Autriche, contrôlent désormais la police, les services secrets, l’armée, les fonctionnaires… Rien que ça.

A ceux qui ne verraient pas bien où est le problème, on rappellera que leur leader, Heinz-Christian Strache, défila jadis avec la Wiking-Jugend, une organisation de jeunesse néonazie. "J’étais stupide, jeune et naïf", plaide-t-il aujourd’hui. Voire. Fondé par d’anciens Waffen-SS dans les années 1950, le FPÖ s’est longtemps défini comme un parti "patriote et social", histoire d’éviter de dire "national et socialiste".

Populisme, nationalisme : comment en est-on arrivés là ?

Il accueille depuis toujours un nombre incalculable de nostalgiques du régime hitlérien. C’est dans ses rangs que de nombreux responsables considèrent la loi de dénazification de 1947 comme une atteinte à la liberté d’expression.

Dans ses rangs encore que Jörg Haider compara les camps de concentration à de simples "camps disciplinaires", jugeait "exemplaire" de serrer la main à d’anciens criminels de guerre à leur sortie de prison, ou trouvait bien des mérites à la politique de l’emploi du IIIe Reich.

Dans ses rangs toujours qu’un ancien chef de file pour les élections européennes qualifia l’Union de "conglomérat de nègres". N’en jetons plus… Tout le monde aura compris d’où viennent ces gens, dans quelle histoire ils s’inscrivent et de quelle idéologie ils se réclament. Pas besoin de faire un dessin.

Montée du populisme

Ce n’est pas la première fois que l’Autriche souffle ainsi sur des braises aussi anciennes qu’extrêmes. Après les législatives de 1999, déjà, une première alliance entre la droite conservatrice et le parti de Jörg Haider déclencha un tollé en Europe et à Vienne. Manifestations, pétitions, condamnations diplomatiques, sanctions européennes… "Le parti de M. Haider est inspiré par une idéologie qui est à l’opposé des valeurs d’humanisme et de respect de la dignité de l’homme qui fondent l’Union européenne", tonnait alors l’Elysée.

Oui mais voilà, la montée du populisme est passée par là. Le repli identitaire et le rejet de l’autre aussi. La porosité des discours entre l’extrême droite, la droite, et maintenant le centre, a fait baisser la garde sur tout le Vieux Continent.

Ce qui pousse vraiment l'Europe dans les bras du populisme

"On jugera sur les actes", s’est contentée de répondre, ce mardi, notre ministre des Affaires européennes, ajoutant dans un bel optimisme que le FPÖ avait changé. Vraiment ? Et si nous cessions, à notre tour, d’être stupides, jeunes ou naïfs, comme dirait l’autre…

L'Obs
Pour le réveillon de Noël à Carpentras, soirée Counter Strike en famille.
Il y aurait un film des événements en préparation. A voir ★ ★ ★ ★ ★




Carpentras ? N'est-ce pas là-bas que la France entière (celle qui pense bien) s'était levée en chantant "plus jamais ça !" ? Bein alors quoi ? On repousse l'hydre nazie et on n'est pas foutu de mater la racaille diversitaire ?... J'comprends pas.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter