Le site du parti de l'In-nocence

Insalubre vraiment, insalubre seulement ?

Envoyé par Thierry Noroit 
Les journaux :

La rue Boris Vian, nichée au cœur de la Goutte d'Or (18e), pourrait ne plus s'appeler comme cela. Une des héritières de l'écrivain a demandé à la mairie de Paris de renommer la rue car elle est insalubre.

Amusant que cela vienne des ayants-droits de Boris Vian. Evidemment ils croyaient qu'on honorerait l'écrivain d'une rue parisienne. Mais sans changer de lieu c'est à Dakar ou à Bamako qu'elle se situe. Enfin, si cela ne convient pas pour Vian, cela sera toujours assez bon pour un Michel Déon, par exemple, dont la fille a fait des pieds et des mains pour qu'il soit enterré à Paris.

Tout écrivain digne de ce nom doit de nos jours stipuler par testament qu'aucune voie parisienne ne devra jamais porter son nom, car ce serait évidemment salir sa mémoire.

C'est déjà bien assez dur pour les vivants.
11 mai 2018, 16:49   Le sexe des négresses
Je crois que c'est dans L’Automne à Pékin (livre que j'avais beaucoup aimé à l'époque !), mais peut-être est-ce dans un autre roman, qu'il est longuement question du sexe d'une Noire, qui impressionnait fort le narrateur (et moi aussi par la même occasion, j'étais jeune...), parce que "c'est du pur corail à l'intérieur", ou quelque chose dans ce goût...
Vian, esprit tolérant et sans nul doute xénophile, n'aurait pour sûr pas été trop dépaysé...
Le fait d'être fanatiquement xénophile en amour n'exclut pas que l'on puisse être farouchement anti-remplaciste. Bien au contraire : c'est parce que j'aime les races, parce que j'aime fantasmer sur les races, sur la beauté et la "pureté" des races, des peuples, des origines, que je suis anti-remplaciste.
les races ...

Dans à peu près toutes les cultures, le mot race est synonyme de filiation. Les différentes races françaises, cad, les différentes filiations qui composent la race française, le peuple français.
Toutes les cultures ? Non !

« Nous sommes en 50 après 68. Toute la France est occupée par une horde de crétins sans race ... Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles résiste encore et toujours aux racialistes et persiste dans l'idée de filiation. Et la vie n’est pas facile pour cette garnison de visionnaires qui vit derrière les camps retranchés de Libération, du Monde, et de Mediapart. »
Mon cher Pascal, ne me dites pas que le rapport (douteux, j'en conviens) entre le sexe de la Noire chez l'auteur éponyme et la dite sente sise en pleine Goutte d'Or africaine vous aura échappé...
Le fait d'être fanatiquement xénophile en amour n'exclut pas que l'on puisse être farouchement anti-remplaciste. Bien au contraire : c'est parce que j'aime les races, parce que j'aime fantasmer sur les races, sur la beauté et la "pureté" des races, des peuples, des origines, que je suis anti-remplaciste.

Merci. Je me sens moins seul.

Les anti-remplacistes sont les moins racistes des hommes. L'Afrique est souvent admirablement racée, comme peuvent l'être la Lithuanie ou les rivages du lac Balaton.

Ceux qui aident les migrants à franchir les "cols glacés" de Savoie pour s'égayer dans nos villes et nos campagnes font oeuvre de détestation de la race. Non "haine raciale" mais bien détestation de la race, ce qui est le plus impardonnable des crimes contre l'humanité, car compliqué du crime contre l'esthétique humaine.
Les Savoyards qui aident les migrants à passer les cols de montagne, comme du reste les marins qui repêchent des naufragés vaguant alentour, sont des personnes qui estiment qu'il (leur) est impossible de voir quelqu'un en passe de crever en face de soi et de ne rien faire, et le reste n'est que littérature, ou une autre question, ou relève de grands et nobles principes (ou pas nobles du tout, c'est selon).
On peut bien sûr les condamner, ou les approuver, mais cela n'a en fait pas grand sens, tant il est vrai que chacun agit, s'il est sincère et entier dans son action, en son âme et conscience.
Au fait, à propos de la "xénophilie en amour", le remplaciste hédoniste dispose, s'il est de ceux qui mettent leur passion par-dessus tout (comme avait dit l'excellent Matzneff, je crois, "Il faut avoir le courage de ses passions"), il dispose donc d'un argument de poids : quoi de plus approprié en effet que d'avoir les objets de ses appétences à portée de main, et en plus grand nombre ?
Allez donc lui faire la morale...
Citation
Alain Eytan
Les Savoyards qui aident les migrants à passer les cols de montagne, comme du reste les marins qui repêchent des naufragés vaguant alentour, sont des personnes qui estiment qu'il (leur) est impossible de voir quelqu'un en passe de crever en face de soi et de ne rien faire, et le reste n'est que littérature, ou une autre question, ou relève de grands et nobles principes (ou pas nobles du tout, c'est selon).
On peut bien sûr les condamner, ou les approuver, mais cela n'a en fait pas grand sens, tant il est vrai que chacun agit, s'il est sincère et entier dans son action, en son âme et conscience.

Vu le peu qu'ils sont, ces secouristes, vous en déduisez que l'espèce humaine a un cœur de pierre, qu'elle est foutue pour de bon ?
Quand on voit la gueule qu'ils ont, ces secouristes... Là aussi, là encore, s'en remettre à l'esthétique, uniquement à l'esthétique.
Se faire traficant d'êtres humains "en son âme et conscience", voilà qui signe Modernoeud.

Vous confondez tout : être xénophile par hédonisme ne nuit à personne (d'autre qu'à soi, par les déchirements intérieurs et ultérieurs qu'on se cause, éventuellement); faire savoir que les passeurs et les traficants de bois d'ébène peuvent compter sur soi pour faire franchir les Alpes à leur marchandise avant que celle-ci n'aille pointer à la CAF et traîner savate dans la dépendance à l'égard de l'homme blanc, nuit à tous : à l'Afrique, et aux pauvres de France. Voler la CAF, ou en faire l'assaut, comme on le voit sur certaines vidéo (Twitter), c'est voler les pauvres et jeter de l'huile sur le feu couvant des tensions françaises.

Ame et conscience my ass!

Je ne sais pas s'il y a pire saloperie immorale que celle qui consiste à voler les pauvres, les vieux notamment, qui doivent lâcher quelques dizaines d'euros sur leur pension mensuelle pour entretenir et gonfler ce malheur et cette déchéance.
Tenez, pour votre âme et votre conscience Alain :

[www.fdesouche.com]
Trafic d'êtres humains, insulte à la dignité africaine (voir vidéo ci-dessous), pillage des ressources humaines africaines, pillage des fonds publics français, pillage de la caisse des travailleurs cotisants (la Sécurité sociale est la caisse des travailleurs cotisants, le trésor des pauvres), et pompage de terroristes sanguinaires : comment peut être associée la morale à cette horreur et cette abjection? Comment se rendre complice de ce crime et mettre en avant sa conscience, comme le fait ce passeur français que le Festival de Cannes vient d'inviter ?

Filmé à la CAF de Saint-Ouen :

video: [twitter.com]
Une des pires inventions de la gauche si fertile en inventions calamiteuses aura été cette nouvelle forme de traite ''négrière'' : la traite narcisso-compassionnelle.
Je ne retrouve pas le fil où il était question de ce qui va suivre , mais cela pourrait aussi bien figurer sur celui-ci.
Je trouve , excusez-moi, cher Alain,que la formule ''''il faut avoir le courage de ses passions'' ne veut pas dire grand' chose. Et d'abord : quelles passions ? Il me semble que bien mieux vaut avoir la passion du courage. C'est celle qui manque le plus aujourd'hui.

Pour en revenir aux écritures africaines, je croyais aussi que les Africains n'en avaient pas pour la bonne raison que même s'ils en ont eu, il semblerait qu'ils en aient mystérieusement fait fort peu usage : en effet, où sont les traités de lois, de philosophie, les récits mythologiques ou épiques, les chroniques, les anecdotes, les poèmes africains conservés par écrit, puisque, d'ailleurs, on nous a répété à l'envi qu'un sage ou qu'un griot d'Afrique qui mourait c'était une bibliothèque qui disparaissait car il emportait avec lui ses connaissances. Mais peut-être que là aussi, me trompé-je, auquel cas je ne demande qu'à être détrompée.
13 mai 2018, 18:55   Dans le même panier
Citation
Pierre Jean Comolli
Citation
Alain Eytan
Les Savoyards qui aident les migrants à passer les cols de montagne, comme du reste les marins qui repêchent des naufragés vaguant alentour, sont des personnes qui estiment qu'il (leur) est impossible de voir quelqu'un en passe de crever en face de soi et de ne rien faire, et le reste n'est que littérature, ou une autre question, ou relève de grands et nobles principes (ou pas nobles du tout, c'est selon).
On peut bien sûr les condamner, ou les approuver, mais cela n'a en fait pas grand sens, tant il est vrai que chacun agit, s'il est sincère et entier dans son action, en son âme et conscience.

Vu le peu qu'ils sont, ces secouristes, vous en déduisez que l'espèce humaine a un cœur de pierre, qu'elle est foutue pour de bon ?

Il me semble pourtant que ces secouristes (qui ne sont pas les trafiquants), ceux qui s'impliquent personnellement et sincèrement dans l'entreprise concrète de "sauvetage de vies", en mer, en montagne, dans les airs, sont tout de même un peu plus nombreux que les idéalistes de l'autre bord, appelons-les les "identitaires refoulant", ces deux types de "justes", chacun selon ses critères et à sa manière, constituant de toute façon une petite minorité au regard de la vaste majorité amorphe qui s'en fout plus ou moins ou a autre chose à faire...
Quant à l'espèce humaine dans son ensemble, écoutez, Pierre Jean, elle a bien tenu bon jusqu'à présent sans être manifestement composée d'une foultitude de saints, aussi il n'est pas déraisonnable de penser qu'elle pourra en réchapper encore.
Vous savez que dans la tradition juive, il suffit qu'il y ait 36 tzadikim (justes), pour que leur vigueur spirituelle et morale étaye, comme d'immatériels piliers, la fondation du monde : allons, il n'est pas impossible que l'un de ces actuels sages tutélaires ait trouvé place à bord de l'Aquarius, par exemple, allez savoir...
13 mai 2018, 19:27   Gab la rafale
» Je trouve , excusez-moi, cher Alain,que la formule ''''il faut avoir le courage de ses passions'' ne veut pas dire grand' chose. Et d'abord : quelles passions ?

Chère Cassandre, c'était une citation de Matzneff, que j'ai lue quelque part ou peut-être entendue dans une interview, où ce dernier faisait manifestement référence à ses passions pédophiles, et brandissait le pavillon noir du corsaire intrépide prêt à braver lois, interdits et conventions de civilisation pour les assouvir, et après lui le déluge...
13 mai 2018, 19:53   Re : Gab la rafale
"c'était une citation de Matzneff"

////

Mon cher Alain vous n'allez pas nous dire que vous - je veux dire un esprit du niveau du vôtre - gâchez votre temps à lire du Matzneff... ? Vous qui avez l'immense privilège de pouvoir vous taper l'ensemble de la littérature rabbinique (Non, j'y crois pas).
13 mai 2018, 20:13   Re : Gab la rafale
Pascal, je préfère, et de loin, me taper tout Matzneff plutôt que de chiants traités d'alte kakers de rabbins...
13 mai 2018, 20:21   Re : Gab la rafale
Bah vous savez comme moi que derrière le chiant et le répétitif, qui sont un aspect du rituel, et de toute méditation, se cache, paraît-il, l'essentiel...

Répéter et répéter encore, jusqu'à passer de l'autre côté.
Il me semble pourtant que ces secouristes (qui ne sont pas les trafiquants), ceux qui s'impliquent personnellement et sincèrement dans l'entreprise concrète de "sauvetage de vies", en mer, en montagne

Ah ben med' alors ! si celui qui s'emploie à faire passer les cols clandestinement n'est pas un passeur, qu'on m'explique une fois pour toutes le sens des mots en français !
13 mai 2018, 20:57   Re : Gab la rafale
» Répéter et répéter encore, jusqu'à passer de l'autre côté

Vous voulez dire qu'à force de répéter indéfiniment une même routine on finira par rayer la surface de l'apparaissant et passer au travers ?
J'ai déjà essayé, mais jusqu'à présent ça n'a rien donné du tout...
13 mai 2018, 21:09   Re : Gab la rafale
Il y faut la foi Alain, LA FOI... Il faut y croire, il y a un p'tit côté méthode Coué dans tout ça. Répéter et répéter encore les mêmes mots, les mêmes formules, si l'esprit vagabonde en tous sens, ne donnera rien. C'est à force de répétitions que l'on parvient, par une sorte d'épuisement mental, au sans mot, au sans image, au vide, au rien, à la Face de Dieu... "Tout périt sauf sa Face", dit le Coran.

Enfin j'écris ça comme ça, juste en passant. Ça demanderait d'être vécu. Il me semble avoir vu lu cela, cette paix-là, cette profondeur-là - ce vide, sur le très beau visage d'un maître soufi indonésien. C'était il y a 2 ans, à Bandung.
Citation
Francis Marche
Il me semble pourtant que ces secouristes (qui ne sont pas les trafiquants), ceux qui s'impliquent personnellement et sincèrement dans l'entreprise concrète de "sauvetage de vies", en mer, en montagne

Ah ben med' alors ! si celui qui s'emploie à faire passer les cols clandestinement n'est pas un passeur, qu'on m'explique une fois pour toutes le sens des mots en français !

Francis, que cela nous plaise ou non, les personnes qui repêchent en mer des naufragés ou embarquent ceux qui pourraient rapidement le devenir ne sont pas les mêmes qui moyennant finances et à coups de trique, si j'ai bien compris, les ont largués en mer, de même que les Savoyards, du moins les "secouristes" dont je parlai en l'occurrence, qui guident et recueillent des migrants par -10 ne sont pas les trafiquant qui les ont mis sur la route : les uns veulent aider et secourir ceux qui se trouvent dans telle situation, les autres les y ont mis en en faisant commerce.
Il ne s'agit pas des mêmes personnes, et leurs motivations sont radicalement différentes : aussi, non, les secouristes ne sont pas les trafiquants.
Mais que savez-vous de leurs motivations, Alain ? De leurs motivations profondes, pas du discours neu-neu, bisounours, catho à la sauce petits cœurs roses et ballons multicolores, à la sauce pape François-Soros-Merkel, Coca-Cola & co., non, de ce qu'il y a au fond d'eux-mêmes ? Qui peut, aujourd'hui, ignorer ce qui se passe, qui ils font entrer et vers quoi ils finissent de nous précipiter ainsi ? Qui peut l'ignorer, même parmi les plus cons de ces petits cons ? Que savez-vous de ce qu'il y peut y avoir de Schadenfreude au fond du fond de ces crétins soi-disant gentils ? Mais quelle que soit la réponse, ce qui est certain c'est qu'ils sont les complices actifs d'une entreprise criminelle aux conséquences terrifiantes.
En effet, on peut se poser la question : que sait-on des motivations profondes de ceux-là, par exemple, guides de montagne, a priori pas si "petits cons" ou crétins que ça, ça a l'air d'être autre chose, qui "aident des migrants" ; et on se demande par quelle aberration d'un sens moral si déplacé ils estiment ne pouvoir laisser de totaux étrangers se les geler littéralement à deux pas de chez eux, plutôt que leur porter secours ; en tout cas, ce ne sont pas des "trafiquants".
Sont-ils les fourriers volontaires et lucides de la fin de l'idée de la France comme nation, ou de la civilisation occidentale en général ? ou bien quoi ?

video: [www.francetvinfo.fr]
Je propose de mettre tout le monde d'accord en citant la journaliste Apolline de Malherbe (BFMTV) lançant à J. M. Le Pen : "Les Français minoritaires en France ?, il est où le problème ?"

[ripostelaique.com]
Cher Alain il y a tout de même des pistes sur les motivations profondes chez la plupart de ces gens-là. Je m'explique : dès qu'une racaille du Frankistan massacre des innocents, on les entend, eux ou leurs semblables, trouver aussitôt au massacreur l'excuse de la souffrance sociale, ou de l'exclusion, ou du racisme et très souvent des trois à la fois. Leur raisonnement est le suivant : ces immigrés (ou enfants de) souffrent tellement dans la société française que cela justifie ces massacres. Passons sur le fait qu'ils vivent dans le pays le plus généreux au monde avec les étrangers accueillis sur son sol, générosité confirmée par tous les chiffres du budget et demandons-nous : mais s'il est vrai que ces immigrés ou (enfants de) souffrent à ce point en France, pourquoi, alors, grands dieux, s'évertuer à les faire venir dans cet abominable pays, à leur en faciliter l'accès plutôt que de chercher des types d'engagement destiné à les raccompagner chez eux ou à les dissuader de venir ?
Il y a bel et bien quelque chose de douteux dans leurs agissements.
Il y a bel et bien quelque chose de douteux dans leurs agissements.


D'après le journal La Croix, il y aurait en France 60.000 Tchétchènes sur une population totale de 1.4 millions. Cela fait si je ne trompe 5% de la population Tchétchène qui vit en France. Tchétchénie, pays de musulmans fondamentalistes dont les fondamentalistes combattants trouvent asile en France au bon soin de l’État français.
Dans ces conditions, qui sont les passeurs ?
Dans ces conditions, le premier des passeurs, c'est l’État français. Mais bon, passons.
Sinon, il y a tout simplement, des membres de la diaspora tchétchène qui vivent en France et qui trouvent qu'il est très efficace d'exfiltrer les combattants et de les faire venir en France. Tout le monde en Tchétchénie sait que la France est le pays du lait et du miel, et de l'asile politique, et tout le monde sait que les filières tchétchènes se chargent de faire passer les frontières. Les non combattants financent le trafic pour les combattants et le tour est joué.
En plus, ces filières, bientôt, auront leur numéro de Siret et elles pourront participeront au PIB français. Comme ça,la boucle sera bouclée.

Sinon, comment auraient-ils pu se retrouver à 60.000 Tchétchènes vivant en France ?

Pareil pour le Soudan, l'Erithrée, l'Albanie, le Sénégal, la Turquie, la Tunisie, le Mali, Haïti, les Comores, la Côte d'Ivoire.
"il y aurait en France 60.000 Tchétchènes"...
Bon maintenant ça ne rigole plus ! Au moins SIX PERSONNES (mais comme l'écrit Pierre Jean sur un autre fil : "cette vilaine troupe ne représente qu'une infime et pernicieuse minorité") ont été interpellées ce mardi dans le Bas-Rhin, la Gironde et la Haute-Garonne, selon franceinfo. Elles sont toutes membres de la communauté tchétchène...


[www.francebleu.fr]
La semaine prochaine:

acte terroriste perpétré par un ... quoi, cette fois ?
Disons,
un égorgement,
par le colonel moustapha moutarde,
avec un couteau,
dans la cuisine.
Tchétchènes de France : une nouvelle chance pour la France !


Les NCPF !
Citation
Alain Eytan
En effet, on peut se poser la question : que sait-on des motivations profondes de ceux-là, par exemple, guides de montagne, a priori pas si "petits cons" ou crétins que ça, ça a l'air d'être autre chose, qui "aident des migrants" ; et on se demande par quelle aberration d'un sens moral si déplacé ils estiment ne pouvoir laisser de totaux étrangers se les geler littéralement à deux pas de chez eux, plutôt que leur porter secours ; en tout cas, ce ne sont pas des "trafiquants".
Sont-ils les fourriers volontaires et lucides de la fin de l'idée de la France comme nation, ou de la civilisation occidentale en général ? ou bien quoi ?

video: [www.francetvinfo.fr]

Ce reportage est atroce et il montre très clairement l’inverse de ce qu’il cherche à prouver avec sa musiquette tire-larmes : les clandestins sont bien habillés, ils ont des téléphones portables, des gants, des blousons chauds. J’ai fait un balade de deux heures dans la neige en mars avec le même équipement. Le risque n’est pas si grand que l’on dit. D’ailleurs combien de morts exactement col de l’Echelle ? Les deux guides narcissiques du début insistent sur les risques, les risques, les risques, mais ne croisent personne et ne donnent aucun témoignage concret : combien de pieds gelés ? De morts ?
Cela dit le risque existe, je ne le nie pas. Mais il est imposé à la France et à la population sans la moindre honte par ces clandestins. Si quelqu’un va se baigner dans un lieu infesté de requins dûment répertorié en vous jetant un petit regard culpabilisant... vous culpabilisez, vous ? Moi non, je ne marche pas. Je dirais même plus je m’en moque. Il n’y a pas une loi d’ailleurs, pour ça ? Comportement dangereux susceptible de mettre les secours eux-mêmes en danger ?
Regardez-les bien, écoutez-les bien, notez bien le petit silence avant de répondre en mentant « 16 ans »... rien chez eux n’est de l’ordre de la survie, du réfugié, de la figure magnifique et pathétique de l’exilé : ils veulent seulement leur part du gâteau mondial Apple-CAF-SFR-Vuitton et sont prêts pour cela à prendre des risques calculés qu’ils font de toute façon reposer sur les larges épaules des « assoces » et des mauvaises âmes qui jouissent de leur sublime reflet.
Rien, pas un regard, pas une attitude, ni de la part des clandestins, ni de la part des « secours bénévoles » n’est de l’ordre de la compassion et de l’urgence vitale. Rien. Tout n’est que pose, mensonge et calcul, des deux côtés.
On ne saurait mieux dire, M. Rivière. Difficile, également, de considérer que l'on ne prend pas en flagrant délit de foutage de gueule et d'insulte à la morale la plus élémentaire ces femmes enceintes jusqu'aux oreilles qui, pour ainsi dire, viennent se faire accoucher chez nous. Ces femmes-là, souvent des Africaines, ne fuient pas des zones de conflit ou des situations absolument intenables. Elles partent dans le seul espoir conscient d'être secourues par l'armée des bons samaritains remplacistes, laquelle les orientera vers la dizaine de guichets sociaux dont elles ont entendu parler au pays.
» Si quelqu’un va se baigner dans un lieu infesté de requins dûment répertorié en vous jetant un petit regard culpabilisant... vous culpabilisez, vous ?

C'est-à-dire que, si, dans une autre vie, ou par extraordinaire, j'étais marin, et qu'il y avait des gens à la mer, dans une eau infestée de requins par-dessus le marché, je culpabiliserais un peu en ne tentant rien pour eux et en les regardant seulement se faire croquer, tout de même un peu, oui...
Il n'est pas dit du tout au reste que, personnellement, je ferais quoi que ce soit, égoïste et fainéant comme je peux l'être, c'est entendu, mais enfin, je comprends parfaitement qu'on puisse éprouver ce penchant-là naturellement, et y céder, sans pour autant "poser" ou mentir forcément sur ses motivations, et sans non plus vouloir sciemment, ce faisant, détruire son pays.
Je salue l'intervention de Rivière.

Tous ces faux réfugiés mentent. Ils suent le mensonge de tout leur être, et de tout leur être suant la fourberie d'autres fourbes leur ouvrent les bras. Ces réfugiés de cinéma mentent sur

1. leurs origines;
2. leur passé;
3. leurs motivations à imposer leur présence sur ce sol;
4. leur âge. (Le dernier "mineur isolé" à avoir été confondu avait 55 ans!)

Tout est faux chez eux, ce qui fait que la "solidarité" intimée à tous par les autorisés de parole médiatique à leur endroit est en toc elle aussi. Tous impriment de la fausse monnaie, une forgerie, tous conspirent à une usurpation du mot "solidarité". Etre solidaire de menteurs c'est mentir soi-même, c'est jouer avec des cartes biaisée, idéologiques, lourdes d'arrières-pensées politiques. C'est agir et penser en manoeuvrier, en intrigant. Le faux migrant est un intrigant politique, très souvent doublé d'un égorgeur, d'un violeur et d'un jeteur de femmes par-dessus bord. Si lui n'est pas mort en Méditerranée, c'est très souvent parce qu'il a tué pendant la traversée. Mais motus et bouche cousue : les belles âmes ne veulent ni entendre cela ni surtout avoir à y penser.

Ce faux réfugié, martyr de comédie, sert de véhicule public au narcissisme de ses faux sauveteurs, dont les motivations intimes sont tout aussi troubles.

La France en devient un théâtre de dupes. Les années que nous vivons sont une époque de duperie générale. Cynisme et duperie, duperie et cynisme.
Duperie ? Cynisme ?... Oui peut-être. Mais notre cher Alain, me semble-t-il, se place d'entrée de jeu à un autre niveau : il veut connaître leurs "motivations profondes" ("que sait-on des motivations profondes de ceux"...?).
Alain, c'est un peu la "psychologie des profondeurs" appliquée à l'idéologie remplaciste.
Ce n'est pas moi qui m'enquis d'abord des motivations profondes des secouristes, c'était Marcel. Pour ma part, la première impression suffit à l'affaire : ils veulent sauver des vies qui, estiment-ils, sont en danger, aussi agissent-ils en conséquence, ce n'est pas plus compliqué que ça.
Or ces migrants, d'où qu'ils viennent et quelles que soient leurs motivations propres (il me paraît tout de même peu contestable que l’accroissement notable des flux migratoires vers l'Europe est lié à la situation politique et géopolitique dans les régions d'origine), ces migrants meurent en route (5400 morts recensés en 2017, ai-je lu quelque part), et la migration se fait le plus souvent dans des conditions très difficiles, parfois épouvantables ; aussi la condition réelle des migrants en route suffit à expliquer l'engagement des activistes des "causes humanitaires" en tout genre, sans qu'il soit besoin de trouver à leur action des motifs diaboliques et une foncière dissimulation et malhonnêteté : un adversaire idéologique, voire un ennemi, n'est pas nécessairement un salaud, et son système de valeurs peut reposer sur des prémisses aussi inattaquables que les siennes propres ; refuser absolument de reconnaître cela relève à mon sens de l'aveuglement ou de la mauvaise foi.
Enfin, une remarque à l'intention d'éventuels ânes, comme disait Heidegger en guise de précaution oratoire, notamment quand il allait dire quelque chose sur les juifs ou le judaïsme : ce n'est pas parce qu'on pense qu'une action ponctuelle dans le but d'aider des gens en situation de réelle difficulté, d'où qu'ils viennent et sans qu'on sache véritablement qui ils sont, peut se justifier, qu'on croit du même coup dur comme fer qu'on est par cela même tenu d'emmener les gens en question dormir dans son lit, ou camper dans son salon.
On fait grand cas en ce moment d'une phrase pourtant ultra-banale attribuée au cinéaste Jean Renoir. Elle est en passe de concurrencer les scies les plus insupportables, du genre : chérir les causes et réprouver les effets. Vous l'aurez reconnue : " Tout le monde a ses raisons". Il est vrai que pour un cinéaste c'est grandiose d'arriver à cette ultime conclusion. Eh bien, Alain Eytan ne dit pas autre chose. On l'approuve. Toutes les raisons sont aussi bonnes les unes que les autres. Pourtant il me semble que les belles âmes ont quelque chose en plus, ou en moins : l'autosatisfaction. A leurs raisons, aussi valables que les nôtres, certes, ils ajoutent l'étalage satisfait d'un altruisme obscène. Ils oublient que, comme dit l'autre, qui fait l'ange fait la bête.
Ceux qui décident de tout, qui jugent de tout ce qu'il y a décider, et qui trouvent que les migrants entrent dans ces bonnes cases, ne sont pas des gens à énoncer des problèmes et des solutions. Ce sont d'authentiques esprits de leur temps. Ils ont compris - comme tout le monde - qu'il suffit de prendre quelque chose à gauche et de l'amener à droite pour participer de son temps, si possible en empruntant une frontière. La frontière du même coup, signe le passage de gauche à droite. Et puis voila.
L'humanité dans toute sa splendeur.
Tous ces sauveurs de migrants seraient bien capable de prendre les mêmes personnes en grand danger, pour les aider à passer la frontière dans l'autre sens, et ce, sans y trouver la moindre contradiction.
La finalité, ce n'est pas l'injustice, la mort, la souffrance, la droite, la gauche, ni même l'Europe, l'Afrique.
La finalité, c'est le rite de passage.
Et quel plus beau passage que celui de la sortie d'Afrique en enjambant une mer, si possible comme Moïse. Même sur le plateau du Golan, l'hôtel à touristes s'appelle out of Africa.
» Vous l'aurez reconnue : " Tout le monde a ses raisons"

C'est pas faux, cher Thierry, mais que voulez-vous, quand il semble qu'on s'entête à ce point à ne pas voir des évidences, il faut bien les dire...
Soit dit en passant,"dire des évidences", c'est-à-dire être capable d'ajuster son regard à ce qui est très près, trop près peut-être, est beaucoup plus difficile qu'on ne croit, surtout quand on est presbyte.
Quant aux vraies "belles âmes", les sincères, les dures à l'ouvrage, je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous : elles ne sont justement pas si belles que ça, et ne font pas étalage de quelque suffisance que ce soit : elles agissent par conviction profonde de combattantes persuadées que leur convictions et leurs principes n'appartiennent qu'à elles, et sont en réalité indémontrables pour quiconque ne les partage pas : c'est dire que la seule façon de les faire valoir est d'agir en conséquence, par leur combat, ce qui n'a rien à voir avec l'argumentation à coups d'étalage de bonne conscience satisfaite.
Pourtant il me semble que les belles âmes ont quelque chose en plus, ou en moins : l'autosatisfaction

///

C'est certain. Enfin ne passons pas trop vite sur l'aspect purement financier... En Italie un chef mafieux placé sur écoutes a carrément déclaré que le "business des migrants" rapportait davantage à son clan que le commerce de la drogue. Sans parler de ces innombrables "assoces" qui, sans "racistes" et sans migrants, mettraient la clé sous la porte.
» La finalité, c'est le rite de passage.
Et quel plus beau passage que celui de la sortie d'Afrique en enjambant une mer, si possible comme Moïse. Même sur le plateau du Golan, l'hôtel à touristes s'appelle out of Africa.


L'opération Moïse

video: [www.youtube.com]
L'opération Moïse

D'après la vidéo, 25.000 en 1985, il sont aujourd'hui 135.000. Ça se reproduit comme un lapin, un falashas ?

Ce serait-y pas plutôt l'opération Isaac rabbit ?
 
"Opération Djelil" en cours.

[m.leparisien.fr]
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter