Le site du parti de l'In-nocence

La gauche cocue, la gauche remplacée, la gauche toudeh

Envoyé par Pascal Mavrakis 
Tous, à l'image de ce journaliste, pensaient pouvoir contrôler et tenir à leurs bottes l'islam et les CPF - sauf que, cruelle ironie de l'histoire, ces 2-là commencent de s’émanciper. Qu'une religion et leurs populations chéries leur échappent, que le GR commence de gagner leurs prés carrés, que les remplaçants leur piquent la vedette - là, ça commence réellement à leur poser un (léger) problème...

Pour résumer : le remplaciste parlant pour le remplaçant c'est d'ores et déjà, pour parler comme Sarkozy, la "France d'avant".
« Bien sûr que le racisme anti-musulman est fort en France, mais peut-être ne faudrait-il pas tout confondre, « islamophobie » et « racisme ». »
Comprenne qui pourra.
Une gauche française, imigrationniste et remplaciste, ressemblant à s'y méprendre, par son aveuglement et sa soumission à l'islam, au parti Toudeh (parti communiste iranien), lequel s'était montré totalement inféodé au régime de Khomeini depuis ses débuts, ayant tout "avalé", tout approuvé. On connaît la suite... Pauvres niais, pauvres communistes.

Citons pour résumer cette attitude la déclaration au journal Le Monde de M. Ahmadi, membre de son Comité Central, en 1982 : « Nous avons même affirmé à maintes reprises que nous soutiendrions le régime même si ce dernier nous persécutait, évidemment à condition qu'il ne s'écarte pas de la voie de la révolution. Aujourd'hui, même après l'arrestation de nos dirigeants, notre politique d'appui à la révolution islamique n'a pas changé ».

Une déclaration dans laquelle notre "gauche toudeh" devrait pouvoir se reconnaître.
En fait il s'agissait moins du parti Toudeh, organisation déjà vieillote en 1979 et sagement alignée sur Moscou, que des Moudjahiddines du peuple, lesquels cherchèrent à produire une authentique quoique impossible synthèse islamo-marxiste. Après avoir été évincés d'Iran durant la décennie 1980 (et franchement massacrés à la fin de la guerre Iran/Irak en 1988), ils ont passé leur temps à séduire, avec un certain succès hélas, les responsables politiques occidentaux naïfs en se faisant passer pour “la” résistance iranienne officielle. Mais avec les années ce mouvement s'est nettement transformé en une secte délirante qui continue aujourd'hui encore d'être active, quittant et intégrant au gré des événements la liste des organisations terroristes. Après la grande époque du camp d'Ashraf, en Irak, où ils étaient sous la protection de Saddam (ce qui leur a logiquement valu la haine des Iraniens), ils continuent aujourd'hui d'exister en France, surtout, à Auvers-sur-Oise.

Il faudrait écrire l'histoire complète de ce mouvement sanguinaire et bouffon. Car en Iran comme en France, l'islamo-gauchisme fut toujours le lieu de rencontre des plus parfaits et des plus dangereux naïfs et autres imbéciles.
lesquels cherchèrent à produire une authentique quoique impossible synthèse islamo-marxiste



Il faut dire que pas mal d'"impossibles synthèses" ont vu le jour à cette époque... Peut-être est-ce la marque des temps troublés, et surtout bouillonnants.
Mais j'avoue que je regarde toujours avec une certaine tendresse ce courant intellectuel que l'on surnommait les "heideggériens islamisants", et dont le chef de file était Ahmad Fardid. Shariati aussi était lui aussi, si j'ai bonne mémoire, fanatiquement heideggérien.
Heidegger et les concepts de la philosophie occidentale rejoignant la tradition mystique (Ibn ‘Arabi, Hâfez, etc. ), l'attente de l'Imam caché, la science du dévoilement, etc., tout cela accouchant d'un discours particulièrement hybride, anti-occcidental, amalgamant tout et son contraire, sorte de "révolution conservatrice" en terre d’islam iranien. Bien évidemment, tout cela ne pouvait que déboucher sur une affreuse confusion.

Reste que bon nombre d'heideggériens demeurent tentés par l'islam. La trajectoire intellectuelle - non, spirituelle, d'H. Corbin, n'est certainement pas le fruit du hasard.
J'ai l'impression, en voyant cela de très loin, que de Massignon à Jambet en passant, bien entendu, par Corbin, les ardeurs mystiques des orientalistes se sont bien calmées. Le style en prend un coup, la portée poétique du propos est moindre, c'est certain.
Citation
Bouguereau
Bien sûr que le racisme anti-musulman est fort en France, mais peut-être ne faudrait-il pas tout confondre, «islamophobie» et «racisme». 

Sacré charabia, comme le suggère un commentateur.
Jean-Marcel Bouguereau, qui fut journaliste au Nouvel Observateur, a toujours hésité entre l'intelligence et la sottise, il a toujours été en dents de scie, et il ne dit des choses sensées et courageuses que pour ensuite décevoir son lecteur.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter