Le site du parti de l'In-nocence
05 juin 2018, 22:49   Mamoudou et le racisme
J'accuse le sieur Emmanuel Macron, qui vient d'accorder, d'un geste souverain, comme récompense d'une prouesse physique risquée, la citoyenneté française à un clandestin après que ce celui-ci a escaladé la facade d'un immeuble à la force des bras et au péril de sa vie, d'être une fripouille raciste.

Qu'est-ce qu'une fripouille raciste ? Une fripouille raciste est une personne qui traite ses frères humains comme des singes dans un cirque voué au divertissement.

Dans une république dont le président ne serait pas une fripouille raciste, l'immigré clandestin qui aurait risqué sa vie pareillement aurait vu son geste loué auprès du président de son pays, dont il a déserté le territoire clandestinement, une forme d' indulgence à l'égard de l'intéressé eût été sollicitée de ce président, de manière à ce que que l'intéressé vît son retour au pays "parrainé" par le président de la république française non-fripouille raciste.

C'est ce qu'aurait fait De Gaulle, Pompidou et peut-être même Mitterrand. La France a une certaine influence sur le Mali, le gouvernement français ne manque pas d'atouts pour exercer pareil parrainage d'un ressortissant malien dans son pays. Le gouvernement français non présidé par une fripouille raciste, dans le cas Mamoudou, n'aurait eu qu'à seulement signifier, par les canaux diplomatiques appropriés, qu'il eût plaisir à savoir que Mamoudou bénéficiât de faveurs particulières, pour, par exemple, trouver un emploi dans l'administration de son pays, obtenir un crédit bancaire pour s'installer à son compte, loger sa famille, quitte à ce que la France finance en sous-main les coûts y afférents. C'est ce qu'eût fait un gouvernement français digne de ce nom, qui ne serait pas dirigée par un MERDEUX HYSTERIQUE ET RACISTE, qui s'octroie le droit d'octoyer à un clandestin ce qu'il désire dans le mépris général de l'opinion et de l'intérêt du pays qu'il a mandat de gouverner pendant cinq ans.

Macron a faculté de grâcier des condamnés à mort et jouit de nombreuses prérogatives héritées de l'ancien régime, mais il n'a aucun droit d'envoyer au monde pareil signal qui nous rabaisse. Non, les Français ne sont pas les clients d'un cirque animalier dont le patron serait Macron. Non, ils ne méprisent pas les Noirs d'Afrique au point de les récompenser par la citoyenneté française quand ils grimpent à un cocotier comme dans un spectacle pour enfants le fait le dresseur de phoques d'un jet de sardine dans la gueule de l'animal quand il a réussi à escalader l'échelle.

La France est gouvernée par un clown blanc raciste qui goûte de récompenser un Noir par un visa de séjour quand ce dernier a grillé la priorité à ses compatriotes qui respectent encore les services de délivrance des visas des consultats de France des capitales des pays sub-sahariens.

Que nos amis africains le sachent bien : cette manière véreuse et indigne de traiter les Noirs dont vient de faire la démonstration le président Macron nous fait honte car elle ne reflète en rien l'estime que les Français portent aux peuples d'Afrique qui aiment et respectent la France.
C'est excellent
« J'accuse le sieur Emmanuel Macron (...) d'être une fripouille raciste. »

Je gage qu'il s'en fout. C'est un peu comme cette bonne bouille et tête à claques, Zuckerberg, de ces types minables ayant si magistralement raté leur vie en devenant les maîtres du monde (enfin, Zuckerberg surtout), qui n'en font qu'à leur petite tête...

Consolons-nous peut-être en prenant acte du fait que ce constat, de la gouvernance et collusion des fripouilles, a mainte fois déjà été fait : c'est ainsi que Leopardi déballe tout à trac ses griefs contre l’humanité, dans ce passage des Pensées que j'avais naguère déjà cité d'ailleurs :

« Je me suis longtemps refusé à tenir pour vrai ce que je vais dire, car compte tenu de la singularité de ma nature et du fait que l’on tend toujours à juger les autres d’après soi-même, je n’ai jamais été porté a haïr les hommes, mais au contraire à les aimer. C’est l’expérience qui, non sans résistance de ma part, a fini par me convaincre ; mais je suis sûr que les lecteurs rompus au commerce des hommes, reconnaîtront la justesse de mes propos ; tous les autres les trouverons excessifs, jusqu’au jour où l’expérience, s’ils ont l’occasion de faire réellement l’expérience de la société humaine, leur ouvrira les yeux à leur tour.

J’affirme que le monde n’est que l’association des coquins contre les gens de biens, des plus vils contre les plus nobles. Lorsque plusieurs coquins se rencontrent pour la première fois, ils se reconnaissent sans peine, comme par intuition, et entre eux les liens se nouent aussitôt ; si d’aventure leurs intérêts s’opposent à leur alliance, ils n’en conservent pas moins une vive sympathie les uns pour les autres et se vouent une mutuelle considération... »
Ceci quand même : au Mali, patrie de Mamoudou, des soldats français se battent, certains y ont perdu la vie. Ils se battent pour le peuple malien.

Mamoudou, lui, a déserté le combat. Il a quitté clandestinement son pays pour "se réfugier" en France, pays dont les soldats exposent leur vie dans son pays à lui, Mamoudou.

Le concert d'éloges pour ce lâche est unanime en France : d'Emmanuel Macron à Alain Finkielkraut, Mamadou est un héros et même "un grand homme", si, si, un grand homme.

Soit,

1. Mamoudou est bien un grand homme, un héros dont il faut louer les qualités d'intrépidité et d'altruisme, et alors, Macron, en le ravissant à son pays, dépouille le Mali d'un homme de valeur dont ce pays aurait bien besoin, il commet un acte de pillage envers un pays ami qu'il dépouille d'une ressource humaine ô combien précieuse;

soit

2. Mamoudou n'est rien de cela, il n'est qu'un vagabond, imposteur et lâche qui a fui les siens menacés par la peste islamiste, et il convient alors d'avoir une pensée pour les soldats français qui, au Mali, font exactement ce que Mamoudou se refuse à faire : prendre des risques pour son pays et les siens, tout en regardant de loin, et avec la moue de dégoût qu'on imagine, le "chef suprême des armées françaises", le président de la République, chanter les louanges de ce déserteur qui laisse aux seuls soldats français le soin de prendre en charge, les armes à la main, l'avenir de son pays.
MAMOUDOU déjà en ballade au Mali... "Standing ovation" dans cet "enfer" qu'il avait fui quelques mois auparavant :

[amp.rfi.fr]

De plus en plus difficilement supportable d'être pris aussi ouvertement pour des cons.

Un échantillon :
[uploads.disquscdn.com]
[www.lanouvellerepublique.fr] : Selon le magazine Public, le célèbre sans-papiers qui a sauvé un enfant à Paris il y a quelques semaines seraient en discussion avec TF1 qui lui aurait proposé près de 15.000 € pour participer à son émission Danse avec les stars. A quelques mois du lancement de la 9e saison du show, d’autres rumeurs évoquent la présence de Pamela Anderson, Lio ou encore Doc Gynéco.

Formidable.
Citation
Pascal Mavrakis
MAMOUDOU déjà en ballade au Mali... "Standing ovation" dans cet "enfer" qu'il avait fui quelques mois auparavant :

[amp.rfi.fr]

De plus en plus difficilement supportable d'être pris aussi ouvertement pour des cons.

Un échantillon :
[uploads.disquscdn.com]

Le Blanc, le White, le Blanco comme dindon de la farce qu'est aussi le GR : voilà une figure dont une littérature riche et profonde, encore en prise avec le réel collectif, devrait s'emparer. Hier, j'ai observé quelques secondes une mamie de mon quartier en train de suivre d'un regard mi-perdu, mi-médusé, un couple d'Africains en train de se gueuler dessus en patois. C'était troublant au possible.
De l'acrobatie (truquée) au monde des saltimbanques et gens de spectacle, quelle pureté logique dans ce parcours ! Les peuples des sans-dents (d'Europe et d'Afrique), contemplent le Spectacle, ébahis, sidérés, contents du conte qu'on leur narre, ahuris à souhait.

La submersion migratoire est un show télévisuel et cinématographique, et si les maisons de production hollywoodiennes et parisiennes ont invité l'un de ses animateurs vedettes (Cédric Herrou, dont les initiales du nom, ça tombe bien, sont celles de Cyril Hanouna) au festival de Cannes, c'est que la chose n'est plus à démontrer.

La société du spectacle appelle Mamoudou dans son logiciel, son saint du saint – Danse avec les Stars –, l'absorbe et démontre ainsi sa nature, son essence, ses rouages et l'impératif qui est le sien de mettre du Mamoudou dans son carburateur.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter