Le site du parti de l'In-nocence

Défense de Benalla

Envoyé par Alain Eytan 
21 juillet 2018, 19:36   Défense de Benalla
Cette ridicule "affaire d’Etat" qui secoue actuellement la France et semble frapper l’espèce journalistique d’une sorte d’amok caractéristique illustre une fois de plus la totale incapacité de ces gens (et de quelques autres) de penser par eux-mêmes et d’analyser un peu finement ce qu’ils ont sous les yeux : car à bien regarder ces images, on se rend compte assez rapidement, et à mon sens sans l’ombre d’un doute, que le Macoute macronien ne cherche en réalité qu’à minimiser les dégâts et amortir la violence, censément, j’ai eu l’impression qu’il tentait de protéger plutôt les personnes qu’on lui reproche d’avoir tabassées et de calmer le jeu en empêchant qu’elles ne prennent plus de coups.
Dans cette vidéo (video: [youtu.be]) c’est patent : à 0 :27 on voit que l’homme à terre est en passe de récolter une mandale retentissante de la part d’un flic en civil au crâne rasé, et c’est alors que Benalla le soulève et l’écarte pour le soustraire au coup ; l’autre alors se débat et résiste, et Benalla fait pression du plat de la main (0:35) sur sa tête en lui faisant un croc-en-jambe et parvient à le faire tomber ; là il l’enjambe et se penche vers lui pas du tout pour le frapper, mais pose doucement ses mains sur lui pour l’apaiser et, finalement (0 :44) lui caresse gentiment les cheveux pour lui signifier que tout allait bien.
La brute épaisse qui ne cherche qu’à casser du manifestant en voulant infliger le plus de douleur possible n’agit pas ainsi, et sans l’intervention de Benalla l’homme aurait vraisemblablement été bien plus brutalement molesté.
De même, il semble bien que sa deuxième victime ait été écartée par lui de la mêlée pour lui éviter de subir la violence des CRS, et qu’il l’ait fermement forcée à s’asseoir pour la calmer, pas pour la violenter.

Bref, il y a mésinterprétation totale des motivations de ce type à intervenir dans cette situation, quand il ne voulait en l'occurrence qu'éviter les dérapages et l'excès de brutalités, alors qu'il est accusé précisément du contraire...
21 juillet 2018, 20:10   Body guard
Ce n'est pas complètement faux et c'est une ligne de défense envisageable (comme n'était pas complètement fausse la défense de Pénélope Fillon sur le thème de son travail d'assistante parlementaire.)

Mais on aura quelques difficultés à expliquer comment un simple "garde du corps" du chef de l'Etat, dont il a le physique et l'emploi, est présenté comme un "conseiller", s'autorise de se déguiser en policier (car si son intention était de "protéger" les manifestants, il pouvait le faire en tant qu'observateur autorisé), détourne des vidéos de surveillance (lui ou ses amis), possède un badge qui lui permet d'entrer dans l'hémicycle (quel "corps" vient-il y garder ?), continue à serrer de près le couple présidentiel dans des manifestations publiques ou privées, alors que, prétendument, il est suspendu, etc.
21 juillet 2018, 20:45   Re : Body guard
Oh, allez savoir, et il y a eu manifestement quelques (petites ?) irrégularités ; il y en a toujours...
Mais le plus vraisemblable à mes yeux reste qu'il s'agit d'un "professionnel" de la sécurité qui a cru bon de mettre la main à la pâte pour faire bénéficier les forces de l'ordre présentes de ses compétences, et ce afin de limiter la casse et les exactions, inévitables dans ce genre de situations ; ce serait donc plutôt le bon gars qui n'aurait pas eu de chance et aurait été imprudent.
Après, comme c'est un proche du président et qu'il n'y a pas eu mort d'homme, au contraire peut-être grâce à son intervention, on tente de cacher les quelques miettes sous le tapis, rien que de très normal ; de là à en faire tout ce fromage...
22 juillet 2018, 13:43   Re : Body guard
22 juillet 2018, 13:52   Re : Body guard
C'est ici qu'il aurait été utile : video: [www.facebook.com]
22 juillet 2018, 16:50   Re : Body guard
Ah oui, et il est remarquable que cette surpuissante figure de l’ombre, terreur du président en personne, n’ait rien trouvé de mieux à faire que d’aller exercer son terrifique pouvoir en jouant à "l’observateur" dans quelques incidents de rue, et en aidant à neutraliser deux dangereux conspirateurs attentant à la sûreté de l’Etat — avec d’ailleurs une douceur relative qui n’a strictement rien à voir avec les méthodes de répression physique pratiquées dans les pays du Tiers Monde —, circonstance qui certes nécessitait la présence d’une telle éminence grise.
Enfin…
23 juillet 2018, 10:00   Dommage
Quel dommage que ce bon Saint-Bernard d'Alexandre Benalla n'ait pas eu l'idée de se déguiser en militaire le jour du Bataclan ou en policier municipal sur la promenade des Anglais ! Peut-être eût-il "protégé" les spectateurs ou "observé" les douze passages du 19 tonnes en repérage, quinze jours avant le massacre...

Que voulez-vous, Alain, quand deux scandales d'Etat aussi monstrueux que le Bataclan ou le 14 juillet 2016 n'éclatent pas, que la justice décrète que l'Etat n'a pas été "pris en défaut" (ou quelque chose dans ce goût) et qu'absolument personne (fût-ce un "fusible") n'a été inquiété, il faut bien se contenter d'une "ridicule affaire" et souhaiter ardemment qu'elle gonfle.

Je note par ailleurs que la biographie de cet Alexandre Benalla est singulièrement pauvre. Sur l'air "Ce que l'on sait de Tartempion" les journalistes nous ont pourtant habitués à dresser la biographie complète de n'importe quel quidam subitement sous les feux de l'actualité : lieu de naissance, petite enfance, parents etc. Or, de ce qu'on lit dans la presse officielle, tout ce que l'on sait d'Alexandre Benalla c'est qu'il est né à 19 ans, comme agent de sécurité du PS. Ses origines, sa scolarité, son milieu social ? Rien pour l'instant. C'est le moins "people" des vedettes du moment...
23 juillet 2018, 11:07   Re : Défense de Benalla
Si, cher Thomas Rothomago, sa biographie s'enrichit de quelques détails amusants. .
23 juillet 2018, 12:23   Re : Défense de Benalla
M. Bès nous met l'eau à la bouche. Dommage qu'il n'aille pas plus loin. Cela dit, tout indique que ce pauvre Gérard Collomb va faire les frais de l'opération. Certes, ce n'était pas un ministre brillant : peut-être est-il incompétent (cas fréquent) et gâteux à la fois. Mais enfin, de par ses fonctions, ou par conviction, c'était le moins immigrationniste de tous. Selon le schéma classique, pour lutter contre les malheurs qui nous viennent de l'africanisation de la France, il faut éliminer les derniers qui lui opposaient encore une infime résistance.
23 juillet 2018, 17:03   Re : Défense de Benalla
J'aime bien Collomb : Lyon ressemble encore à une ville française (bon, il faut dire que je rentre de Marseille, désormais une véritable caricature de ville remplacée).
23 juillet 2018, 17:14   Re : Défense de Benalla
Je me rends compte que je dois être la seule personne en France, d'ailleurs comme je ne suis pas en France, au monde, oui, à juger l'action de Benalla plutôt positive en la circonstance, compte tenu du contexte ; tant mieux, je continue donc sur cette lancée...
Considérons donc la seconde vidéo : à partir de 0:31, on peut voir comment est traité l'homme "tabassé" par Benalla avant son intervention : il est assez brutalement traîné à terre par les CRS, sous la menace du bras levé du flic au crâne rasé ; ce que voyant, comme il tente d'apaiser la jeune femme qu'il a forcée à s'asseoir, voyez comme notre Benalla accourt (1:19), d'une démarche pataude de nounou, pour tirer l'homme à terre de là, à sa manière, fermement mais beaucoup plus doucement, en concluant son action par une caresse franchement affectueuse sur la tête du type !
Si c'est cela la façon de procéder des nervis barbares et tiers-mondistes, alors les gens ne savent pas de quoi ils parlent ; ces images ont de toute façon été montées, et il n'est pas si rare, preuve en est, qu'on ne voie que ce qui correspond à la description des journaleux.

(Lien de la seconde video: [www.dailymotion.com])
23 juillet 2018, 17:45   Re : Défense de Benalla
J'admire beaucoup Alain Eytan, qui s'affiche ici le roi du paradoxe, et s'y entend comme un champion pour prendre tout le monde à contrepied. Même Renaud Camus, qui n'est pas le dernier des nuls en la matière, pourrait l'envier,
sur ce coup. Mais je ne le suivrai pas. A travers sa bonne action du 1er mai, puisqu'il a protégé un ou deux manifestants du contact direct avec les CRS, démontrant ainsi toutes les vertus du "en même temps" (je me grime en policier mais je protège les manifestants, je transgresse toutes les lois mais c'est pour atténuer la souffrance), Monsieur Benalla a mis en relief trop d'incompétence, de flou à tous les niveaux, de danger potentiel de voir se répandre chez nous, avec la population du tiers-monde, les mœurs politiques brutales de celui-ci, annulant l'état de droit, pour qu'on n'ait pas froid dans le dos. Comme il arrive, des intentions excellentes produisent l'effet contraire. - Au fait Alain Eytan a-t-il bien voulu écrire : ces images ont de toute façon été montées, ou bien : ces images ont de toute façon été montrées (ce qui me paraîtrait plus probable).
23 juillet 2018, 19:03   Re : Défense de Benalla
Cher Thierry, est-ce que le seul fait de l'origine de Benalla aurait contribué à accentuer si notablement la non-conformité obligée, inévitable et éternelle entre la pratique du pouvoir et le strict cadre formel de ce qu'autorise la loi ? Je n'en sais fichtrement rien, mais j'ai les plus grands doutes si la présente "affaire" soit réellement la plus sale, la plus tordue, la plus glauque parmi toutes celles qui ont mis au jour tout ce qui pouvait s'ourdir en sous-main dans ces eaux souvent très troubles, ici comme ailleurs : la grande différence entre le Tiers Monde et le reste du monde résidant à mon sens surtout dans la possibilité même de mise au jour, et la suite judiciaire y donnée après révélation.
Quant aux images "montées", il s'agissait bien d'un montage d'images, de façon à montrer le brave Benalla comme agresseur délibéré et le plus violent possible, coupant ces scènes et les isolant du déroulement chronologique qui expliquait sa façon d'agir...
23 juillet 2018, 19:15   Re : Défense de Benalla
Citation
Pierre Jean Comolli
J'aime bien Collomb : Lyon ressemble encore à une ville française (bon, il faut dire que je rentre de Marseille, désormais une véritable caricature de ville remplacée).

Le fait est que moi aussi, plutôt : lors de la victoire de Macron, on l'a brocardé pour son émotion, ses larmes même, vieux tonton sentimental qui ne pourrait faire de mal à une mouche : pas du tout, les émotifs peuvent se révéler être d'autant plus rancuniers et avoir la dent dure, et cela contrastait sensiblement avec la formidable équanimité du précédent ministre, qui au moins dans le genre cold fish fut une réelle réussite...
23 juillet 2018, 20:01   La nounou
Mais enfin, même si M. Benalla avait sauvé la vie d'un manifestant, cela ne changerait absolument rien au fait qu'il s'est fait passer pour un policier, qu'on l'a équipé d'un casque et d'une radio. Car alors, du moment que les intentions sont bonnes, quiconque n'a plus qu'à revêtir un uniforme de policier, et intervenir à son gré dans la rue ! Il ne resterait plus, alors, qu'à juger de l'intention des gens et, dans ce cas, quel besoin d'institutions ? J'ai de bonnes intentions, ergo je n'ai qu'à enfiler un uniforme de policier, une blouse d'ambulancier, un costume de banquier, je colle sur ma porte une plaque de médecin ou je revêts la toge d'un magistrat, puisque mes intentions sont bonnes !

J'ai suivi avec grand intérêt les séances de la commission d'enquête parlementaire. Gérard Collomb : insipide noyeur de poisson qui n'a jamais vu M. Benalla, avant de le croiser pour la première fois, le ler mai, dans le Saint des saints des forces de l'ordre, tandis que le Préfet de police de Paris, qui reconnait volontiers l'avoir déjà rencontré, se demande ce qu'il fait là et comment il est entré.
Le préfet de police de Paris était d'une toute autre clarté dans ses réponses, si surprenantes soient-elles, comme l'une des premières d'entre elles quand il déclare, sur une question d'un député, qu'il ne connait pas l'identité exacte de M. Benalla. Le préfet de police de Paris ne connait pas l'identité exacte d'un homme qui ne lâche pas d'une semelle le Président de la République depuis son élection et dès avant ! D'ailleurs, sur ce thème, personne ne semble savoir, au juste, qui est M. Benalla, lequel distribue les cartes de visite d'Emmanuel Macron, a sur lui les clés de la villa du Touquet, dispose d'un badge qui lui permet de circuler dans l'hémicycle, d'un port d'arme donné sur demande de l'Elysée alors que le ministère de l'intérieur le lui a refusé par deux fois, eh bien, personne ne sait, au juste, qui il est. Qu'importe, il a de bonnes intentions. C'est une "nounou", c'est la "nounou" de la République française !
23 juillet 2018, 20:12   Re : Défense de Benalla
C'est Zorro. Personne n'a besoin de savoir qui est Zorro et d'où il sort. M'enfin...!
23 juillet 2018, 23:48   Re : Défense de Benalla
Un petit gars issu de la diversité post coloniale qui, à 26 ans, a le grade de lieutenant colonel dans la réserve de la gendarmerie, un logement de fonction, une voiture avec un gyrophare pour éviter les embouteillages, une autorisation de port d’arme, une accréditation pour se balader à l’assemlée nationale, un salaire de fonctionnaire de 10000€ par mois.
Et bien je dis chapeau, bravo l’artiste, il a du talent.
24 juillet 2018, 01:01   Re : Défense de Benalla
» Mais enfin, même si M. Benalla avait sauvé la vie d'un manifestant, cela ne changerait absolument rien au fait qu'il s'est fait passer pour un policier

Ah pardon Thomas, toute cette affaire a commencé avec l'étalage d'actes de violence inqualifiables commis par une sorte d'hyperbarbouze chargée de la garde rapprochée du président, se permettant, de ce fait, de les commettre en toute impunité et de se conduire d'une façon éhontée que n'eût pas désavouée le plus épouvantable des Macoutes : c'est ainsi que furent présentées les choses, dans un concert de récriminations horrifiées et admirablement consensuel — le parangon de la belle âme elle-même, Marine Le Pen, choquée, est allée jusqu'à parler d'"actes monstrueux", pour ne rien dire des Mélenchon et autres Autain, qui hurlent pratiquement à la mort.
Bref, un faux poulet mal identifié, mais familier des arcanes corrompus du pouvoir, faisait ostensiblement du mal aux gens par amour de l'art, par plaisir, par goût du sang, improvisant sa petite chasse gardée à la Zaroff arabisant...
Sauf qu'à regarder de près les images (ce que tant de personnes semblent incapables de faire ??), on s'aperçoit évidemment, à mes yeux tout du moins, que le Benalla diabolique en question n'a pas du tout cherché à faire le plus de mal, mais compte tenu de ces circonstances toujours violentes où se passait son intervention, à en infliger le moins possible, et que loin de violenter gratuitement, il avait tenté au contraire de calmer la situation et de "neutraliser" les manifestants le plus doucement qu'il pouvait, en se payant le luxe d'essayer de les rassurer.
Ôtez l'aiguillon du mal de tout cela, et le caractère proprement "monstrueux" des agissements de l'intéressé, que reste-t-il de cette affaire ?
Quelques questions procédurières et administratives relatives à des infractions possibles à la lettre de la loi, peut-être, dont je doute qu'elles pourraient faire vaciller l'assise des institutions, tout de même, en tout cas guère plus, plutôt moins, que lors d'affaires précédentes...
24 juillet 2018, 09:09   Re : Défense de Benalla
Bon, ne doutons pas des bonnes intentions de Zorro et admettons l'inaptitude générale à bien lire les vidéos. Laissons aussi de côté les négligeables "questions procédurières et administratives" que l'enquête révèle (appartements, port d'arme, badge d'accès libre à l'hémicycle de l'Assemblée, promotions, et même une sous-préfecture envisagée) à l'occasion de ce malentendu. Ce qui m'étonne, c'est l'origine de cette affaire : le lièvre (enfin, le faux lièvre) est levé par la presse la plus servile, Le Monde et la feuille à Joffrin, qu'on ne voit franchement pas s'acharner sur une pauvre figure héroïque, issue de la diversité au même titre que ce migrant qui sauva un enfant suspendu. On ne voit pas non plus ces organes chercher à nuire à Macron. Et l'internet mainstream n'est pas en reste pour donner en direct tous les détails de la procédure, qui dépasse infiniment le pauvre Benalla. Même s'il n'y a pas de quoi "faire vaciller l'assise des institutions", dans le principe, cet emballement médiatique n'a pas d'autre but. Pourquoi ? Une chance que des sites internet discrets, politiquement incorrects et libres de tout préjugé, comme celui-ci, existent pour nous remettre les idées en place.
24 juillet 2018, 12:56   Re : Défense de Benalla
Plus haut, Alain Eytan me demande : "Cher Thierry, est-ce que le seul fait de l'origine de Benalla aurait contribué à accentuer si notablement la non-conformité obligée, inévitable et éternelle entre la pratique du pouvoir et le strict cadre formel de ce qu'autorise la loi" ?

Bien sûr que non, cher Alain. Dès que l'on a su qu'il s'agissait d'un homme de 26 ans chargé de la sécurité, la France étant devenue ce qu'elle est, démographiquement parlant, il ne pouvait s'agir que d'un "issu de la diversité". Aucune surprise. L'origine de Benalla était connue d'avance. Elle n'ajoute ni ne retire rien, puisque toute autre origine, à cet âge, et dans ces fonctions, était impossible. Non, l'originalité de Benalla serait plutôt qu'il se camoufle (décidément, c'est une manie) en modifiant ses nom et prénom. Un "divers" honteux, peut-être, ce qui ne le rendrait que plus féroce. Certains pensent encore, à tort ou à raison, que franciser son nom et ses apparences permet de gravir les échelons encore plus vite. Ou plutôt, dans son cas, puisque le palimpseste laisse aisément deviner en transparence l'identité d'origine, il y a sans doute volonté de cumuler tous les avantages de la diversité et tous ceux de la francité.
Je ne peux pas vous dire, cher Alain, si un Pierre Durand, qui se nommerait authentiquement Pierre Durand depuis quinze générations, dans les mêmes circonstances, accentuerait encore ou réduirait plutôt notre sentiment que la loi n'est décidément qu'un chiffon de papier et que tout est permis au sommet de l'Etat - puisqu'il n'y a pas plus, dans la France d'après, de Pierre Durand chargé de sécurité, que de chauffeur de taxi normand ou de joueur de l'équipe de France de football de type européen.
24 juillet 2018, 13:08   Re : Défense de Benalla
(Ce sont les harkis qui donnaient des prénoms français à leurs enfants.)
24 juillet 2018, 16:01   Re : Défense de Benalla
notre sentiment que la loi n'est décidément qu'un chiffon de papier et que tout est permis au sommet de l'Etat

Les affaires des présidences successives, sans exhaustivité :

Sous de Gaulle : affaire Ben Barka + la formation du Service d'action civique (SAC) + les barbouseries de Foccart
Sous Pompidou : Foccart toujours, les écoutes du Canard Enchaîné, ...
Sous VGE : affaire Boulin
Sous Mitterrand : affaires des écoutes de l'Elysée (avec de vrais gendarmes, dont Prouteau), du Rainbow Warrior, Patrice Pelat, etc.
Sous Chirac, gouvernement et présidence : les barbouzeries de Pasqua toujours + tant d'autres
Sous Sarkozy : innombrables... la pire étant le dégommage de Khadafi pour effacer les traces de leurs arrangements, avec les conséquences que l'on sait
Sous Hollande : Jérôme Cahuzac

Donc Benalla...

Pour vous consoler, pensez à la "carrière" d'un Harlem Désir
24 juillet 2018, 16:58   Re : Défense de Benalla
Le lien direct et personnel entre la personne incriminée et le président de la République lui-même n'est pas aussi présent dans la plupart des affaires de l'ère pré-macronienne que vous citez. Cet aspect est très singulier.
24 juillet 2018, 17:09   Re : Défense de Benalla
Dans l'affaire Benalla, l'intéressant est moins Benalla que l'affaire, moins l'œuf que la mayonnaise : qu'est-ce qui a fait monter ainsi, si vite et si haut, une histoire plutôt médiocre — d'autant, Alain Eytan a raison là-dessus, qu'elle est partie de brutalités qui ne l'étaient guère...
24 juillet 2018, 17:46   Re : Défense de Benalla
BHL dans Le Point :
« C’est entendu, les fautes d’Alexandre Benalla sont inexcusables. C’est entendu aussi, Emmanuel Macron a commis, en accordant une trop longue confiance à un jeune homme inexpérimenté, frimeur, cogneur et se rêvant indifféremment flic ou voyou, plusieurs erreurs de jugement. Et grâces soient rendues aux journalistes qui, fidèles à leur vocation de lanceurs d’alerte, ont forcé l’Elysée à se réorganiser, à renoncer aux passe-droits et à rompre avec deux mois et demi d’un coupable silence.
Mais, à partir de là, quelle singulière et glaçante séquence !  » (La suite est réservée aux abonnés)

J'adore le « grâces soient rendues aux journalistes ». Cela dit, que la “séquence” soit “glaçante” pour lui et ses pareils est une excellente nouvelle mais elle est en effet tout à fait singulière.
24 juillet 2018, 17:55   Re : Défense de Benalla
Le lien direct et personnel entre la personne incriminée et le président de la République lui-même n'est pas aussi présent dans la plupart des affaires de l'ère pré-macronienne que vous citez.

Le "lien direct et personnel" du Président de la République avec un de ses factotums est dérisoire à côté du lien "indirect" mais très réel des autres présidents de la République avec des barbouzes de tous poils. D'autre part, dans l'affaire des écoules de l'Elysée, les liens entre Mitterrand et les gendarmes de Prouteau n'avaient vraiment rien d'indirects.

qu'est-ce qui a fait monter ainsi, si vite et si haut, une histoire plutôt médiocre

Les contempteurs de Macron ne parvenaient pas à le prendre en défaut sur des sujets sérieux, devant une opinion publique qui a toujours moins confiance dans les oppositions parlementaires que dans le président.

Les oppositions se saisissent de la première "affaire" pour tenter d'en faire une crise de régime. Mélanchon a même fait une comparaison avec le Watergate... On croit rêver.

Pourquoi ne pas y voir également une nouvelle forme de "davocratie directe sans intermédiaire", le président exerçant lui-même, via Benalla, la police des manifestations, voire de "génocide [de la police] par substitution"...
24 juillet 2018, 17:59   Re : Défense de Benalla
Le Benalla m'apparaît plutôt comme un patriote, pas un cheval de Troie ; mais cela, ce n'est vraiment qu'une impression, fondée sur ses connivences avec les policiers, et sa façon presque respectueuse de traiter ses "victimes", comme s'il voulait s'acquitter d'une tâche ingrate et difficile, au service de la puissance publique, le mieux possible, sans dommages réels ; les musulmans peuvent être de loyaux serviteurs d’États non musulmans, cela existe : en Israël, les Druzes et les Bédouins sont très souvent parfaitement fidèles, servent exemplairement dans l'armée et font d'incomparables éclaireurs et pisteurs du désert, très appréciés de leurs camarades juifs.
Entrevoyons donc la possibilité d'un second coup de théâtre : en plus d'être un type plutôt bien et un agent de terrain efficace, Benalla aime par-dessus le marché la France : l'hypothèse tient au moins aussi bien la route que ces propos trop empressés à jeter l'opprobre et incriminer la "tiers-mondisation" inévitable du seul fait de la consonance d'un patronyme.

A propos de la question de la raison de l'emballement médiatique posée par Henri Bès, il se peut fort bien qu'il n'y ait à cela d'autre cause qu'il y a apparemment matière à emballement : il est de la nature des girouettes de tourner furieusement dans le vent ; or il y a du vent, entretenu d'ailleurs par ces médias eux-mêmes qui s'agitent dans le vent qu'ils font souffler, comme il sied à des girouettes sans mémoire et sans véritables convictions. Je ne crois pas trop à la préméditation et au coup monté, mais à vrai dire je n'en sais trop rien...
24 juillet 2018, 18:14   Re : Défense de Benalla
L'attitude des médias est simple à interpréter : "malgré notre sympathie pour le régime, nous sommes capables d'être de glorieux lanceurs d'alerte, sans peur et sans reproche", puis : "l'Elysée rend fou", "notre régime hyper présidentiel est par nature liberticide, source d'abus de pouvoir", etc.... Le seul pouvoir absolu par nature vertueux, c'est le journalisme.
24 juillet 2018, 18:52   Re : Défense de Benalla
Communiqué du CNRE n° 42, mardi 24 juillet 2018
Sur l’affaire Benalla

Certes l’affaire Benalla est fort grave, et surtout pour ce qu’elle révèle des mécanismes de fonctionnement du pouvoir au plus haut niveau de l’État. Mais enfin les histoires de barbouzes sont hélas un grand classique de la Cinquième République, et des occupants qui tabassent des indigènes, on peut observer cela deux cents fois par jour sur tout le territoire. On reste abasourdi de voir les Français se mettre dans un pareil état pour un incident hautement significatif, certes, mais somme toute épisodique, alors qu’ils restent indéfiniment passifs face à l’immigration de masse, à l’invasion, à la colonisation, à la Deuxième Occupation, au changement de peuple et de civilisation, au génocide par substitution.

Face à pareille et colossale disproportion tout ce que l’on peut espérer est qu’ils aperçoivent de façon subliminale, dans le grossier feuilleton de l’été, une éclairante mise en abyme de la complicité sur leur dos, et de l’étrange intimité contre eux, des remplacistes et des remplaçants, de Davos et de la racaille, de la davocratie et des peuples de substitution.
24 juillet 2018, 18:59   Re : Défense de Benalla
Cet événement épisodique aura pourtant occasionné un miracle : le rapprochement des vues du CNRE, et donc probablement du PI, avec celles de M. Pellet.
24 juillet 2018, 20:25   Re : Défense de Benalla
Le miracle aurait eu lieu si le communiqué ne noyait pas le constat sur les "histoires de barbouzes grand classique de la Cinquième République" dans une rhétorique involontairement comique, dans le genre que j'avais anticipé (l'affaire Benalla ou le "génocide [de la police] par substitution").
24 juillet 2018, 20:38   Re : Défense de Benalla
Pellet aussi attendu que les histoires de barbouzes sous la Cinquième République...
25 juillet 2018, 00:30   Re : Défense de Benalla
Dans le genre "attendu"... si vous acceptiez que je plaisante un peu à ce sujet, je vous dirais qu'un logiciel pourrait écrire des communiqués à votre place et à la chaîne, en combinant les termes :

Grand Remplacement, remplacisme global, changement de peuple et de civilisation, davocratie directe macronienne, régime de gestion du parc humain par Davos, banques, finance hors-sol sans intermédiaires, génocide culturel, génocide par substitution, Matière Humaine Indifférenciée (MHI), hyperclasse, homme remplaçable, collaboration, colonisation, remplacistes et remplaçants, peuples de substitution.

Certes, on peut voir l'exercice comme une sorte de littérature à contraintes.

Le ministre de l'Intérieur et le Premier ministre s'y essaient aussi à l'occasion mais avec des citations de Saint Augustin.

[francais.rt.com]
25 juillet 2018, 02:08   La goutte
M. Benalla n'est pas un barbouze. Un barbouze s'emploie à rester dans l'ombre, comme dans toutes les affaires de barbouzes auxquelles il ne me paraît pas pertinent d'associer l'affaire Benalla, sur l'air Nihil sub sole novum.
Certes, rien ne nouveau sous le soleil, encore faut-il préciser de quel soleil il s'agit.
Pour avoir suivi avec grand intérêt l'intégralité des quatre premières séances de la commission d'enquête parlementaire (MM. Coulomb, Delpuech; Gibelin et l'inénarrable Strzoda), il me semble que c'est sous le soleil des favoris de l'Ancien régime qu'il faille transporter l'affaire Benalla, bien plus que sous celui des barbouzes de la Cinquième République, à la réserve que les favoris que s'emploie à réunir autour de lui M. Macron ne sauraient rejoindre l'ordre du Saint-Esprit, comme au temps du bon roi Henri III, mais plutôt le Conseil présidentiel des villes (CPV), institution élyséenne de création récente qui, sous la houlette de l'humoriste Yassine Belattar, un autre proche du Président, court-circuite l'action des maires et se voit accorder la possibilité de distribuer un "carton jaune ou un carton rouge" pour juger du bien-fondé de telle ou telle action menée dans les "quartiers".
Tels sont les favoris de "Jupiter", dont M. Benalla est l'expression la plus aboutie.

D'autre part, la "colossale disproportion" de la réaction du public vis-à-vis de faits somme toute bénins quant à la violence déployée, l'emballement médiatique et tout le reste, ne doivent pas étonner. Cette disproportion est "colossale" parce que les colossales couleuvres du Bataclan et de Nice ont été avalées et que, le vase étant plein, on ne peut attendre que d'une goutte dérisoire son débordement.
25 juillet 2018, 09:57   Re : Défense de Benalla
Les favoris c'est aussi bien Nihil sub sole novum. Comme les barbouzes, qu'ils sont parfois également, puisqu'ils "rendent des services", ils restent dans l'ombre sauf lorsqu'ils dérapent. Benalla n'a pas cherché à se faire connaître... Mais, franchement, l'intérêt de cette "affaire"...
25 juillet 2018, 10:52   Re : Défense de Benalla
« les colossales couleuvres du Bataclan et de Nice ont été avalées et que, le vase étant plein, on ne peut attendre que d'une goutte dérisoire son débordement »

Oui, il me semble aussi, et c'est bien là que réside l'intérêt de l'affaire.
25 juillet 2018, 10:59   Re : Défense de Benalla
À quoi on peut ajouter ceci (sachant que Benalla faisait, dit-on, régner la terreur dans les services de sécurité de l'Élysée) : « Le comportement basique d'une racaille. On a les mêmes dans la cité d'à côté et chaque jour les Français subissent l'humiliation et les nuisances de ces intouchables. » 
25 juillet 2018, 12:05   Re : Défense de Benalla
Par ailleurs, il semble qu'il faille dire UNE barbouze et non UN. Même s'il s'agit d'un homme (un peu comme pour estafette ou sentinelle, quoi).
25 juillet 2018, 12:40   Re : Défense de Benalla
(En l’absence de M. Roger Simka, service de remigration des coquilles de l'écrit francophone.)

C'est vrai, mais:

une estafette vient de staffetta, italien (littré)
une sentinelle vient de centinela, espagnol (littré)

barbouze ne vient pas de barbouzela. Son féminin est ironique.



source: centre national de ressources textuelles et lexicales


(Pierre Hergat, service mesures & contrôles de l'écrit francophone)

SM&CEF: Hessemé Cehef: "C'est possible!"




25 juillet 2018, 16:50   Re : Défense de Benalla
» Cette disproportion est "colossale" parce que les colossales couleuvres du Bataclan et de Nice ont été avalées et que, le vase étant plein, on ne peut attendre que d'une goutte dérisoire son débordement

Mais est-ce que les attentats du Bataclan et de Nice ont jamais été considérés comme des "couleuvres à avaler", et quelque vase s'était-il à cette occasion rempli ? Ce type de terrorisme a surtout provoqué, me semble-t-il, des réactions caractéristiques consécutives à des catastrophes naturelles, des maux inévitables qui seraient dans un certain ordre des choses : il n'y aurait rien à y faire, donc rien à "avaler".
Le "Vous n'aurez pas ma haine", très favorablement accueilli et relayé par ces mêmes médias qui aujourd’hui se mettent dans tous leurs états, est à cet égard assez parlant : on ne hait pas non plus des plaques tectoniques, des volcans ou des virus ; tout au plus on serre les dents et fait contre mauvaise fortune bon cœur, et passe à autre chose : dans ces conditions je crois que le vase ne se remplit pas.

Les médias peuvent très bien s'emballer en revanche par une sorte de cause immanente, pour de faux prétextes, pourvu que l'apparence y soit propice, de petites bulles d'air qu'ils produisent, ce qui est exactement le principe du beau soufflé réussi...
25 juillet 2018, 17:15   Re : Défense de Benalla
« Grand Remplacement, remplacisme global, changement de peuple et de civilisation, davocratie directe macronienne, régime de gestion du parc humain par Davos, banques, finance hors-sol sans intermédiaires, génocide culturel, génocide par substitution, Matière Humaine Indifférenciée (MHI), hyperclasse, homme remplaçable, collaboration, colonisation, remplacistes et remplaçants, peuples de substitution. »

Là c'était, illustration au tout petit pied du phénomène global, "des occupants qui tabassent des indigènes".
Bon, enfin, il faut bien que l'honneur soit sauf, et que les lunettes servent à quelque chose...
25 juillet 2018, 20:18   Aucun intérêt
"Mais est-ce que les attentats du Bataclan et de Nice ont jamais été considérés comme des "couleuvres à avaler" [...]".

Le verbe qui me paraît important dans votre question, Alain, c'est le verbe "considérer". C'est vrai, ces attentats n'ont pas été considérés comme des couleuvres à avaler mais ils en étaient en soi, pour parler le philosophe. Et c'est précisément (oublions les couleuvres) parce qu'ils étaient inacceptables en soi, qu'il a fallu les faire considérer comme des catastrophes naturelles et les assortir d'une occasion d'afficher des sentiments flatteurs du type "Vous n'aurez pas ma haine".

La propagande et l'hébétude du public ont bel et bien concouru à ce qu'aucun "trouble à l'ordre public" ne se manifeste quand ce même public a appris, bien plus tard, que des militaires armés jusqu'aux dents étaient présents sur les lieux et n'ont pas seulement prêté leurs armes aux policiers pour tenter d'abattre les tueurs militarisés, lancés dans une opération militaire en plein Paris. C'est alors qu'on a fait valoir toute sorte d'arguments de légalité, de chaîne de décision à respecter, etc., autrement dit tout ce qui a été bafoué dans le cas de M. Benalla. La voilà la colossale "affaire d'Etat" qui n'a pas éclaté et aurait éclaté dans n'importe quel autre pays, je suppose. Mais elle s'est tout de même inscrite dans les mémoires et a rempli cet invisible vase d'indignation, rejoignant toutes les autres affaires de même farine qui n'ont pas éclaté et dont je vous épargne, la liste. Ce que je tente de dire, c'est que la ridicule affaire Benalla prend les proportions qu'elle prend parce que l'affaire Bataclan n'a pas éclaté.

Rémi Pellet ne voit pas "l'intérêt de cette affaire" et ceux qui sont de son avis me semblent s'obstiner à ne considérer que son aspect strictement factuel (sans compter ceux qui se réjouissent que deux abrutis de gauchistes aient été un peu secoués.) et qu'à cette aune, il n'y a vraiment pas de quoi fouetter un chat. Ils s'obstinent à répéter qu'il n'y a pas eu mort d'homme, ils s'obstinent à ne considérer que la minime portée des coups et des violences exercées par M. Benalla, un certain jour, sur des manifestants et, sur ce thème, on ne peut évidemment pas les contredire : c'est une échauffourée dérisoire. A partir de là, ils disent que c'est sans intérêt et refusent tout ce qu'on découvre des pratiques élyséennes à partir d'une "grosse connerie". C'est comme si, un gangster se faisant arrêter par les gendarmes parce qu'il a oublié de boucler sa ceinture de sécurité, on s'obstinait à ne gloser que sur la bénignité de cette infraction. Faut-il répéter que c'est ce que révèle l'affaire Benalla qui compte et pas le degré de violence des coups qu'il aurait asséné ?

M. Benalla n'a pas fait grand chose, certes, mais voici qu'à l'occasion de ce pas grand chose on apprend, exemple entre mille qu'ont révélés les auditions, que le préfet de police de Paris ne connait pas, au juste, la véritable identité d'un homme qui suit le président de la République comme son ombre. Aucun intérêt ? Aucun intérêt, la carrière fulgurante de ce personnage qui ne cherchait pas "à se faire connaître" mais qu'on voit sur toutes les images ? Comment refuser de relier le parcours de M. Benalla à celui d'autres personnages de même acabit qui gravitent autour du chef de l'Etat et que j'ai évoqués en parlant de ce "Conseil présidentiel des villes" dont personne ne connait le rôle politique véritable mais dont la composition laisse songeur ?

Sans intérêt, aussi, la réaction de M. Macron, que l'on vient d'apprendre. Est-ce la réaction d'un chef d'Etat ou celle d'un chef de bande, d'un factieux qui vient galvaniser ses troupes ?
25 juillet 2018, 20:36   Re : Défense de Benalla
"on ne hait pas non plus des plaques tectoniques, des volcans ou des virus"

Comment le pourrait-on ? Le typhon, lui, ne "veut" pas les désastres qu'il cause !
Le "Vous n'aurez pas ma haine" est bel et bien un scandale.
25 juillet 2018, 22:17   Re : Défense de Benalla
Trente victimes du Bataclan et leur proche ont déposé une plainte contre l'Etat en juin dernier, trente personnes qui rejettent la fatalité (volcans, séismes, etc.) et les couleuvres du "on y peut rien faire, c'est comme ça, faut faire le gros dos et ça passe, personne n'est responsable", couleuvres qui entretiennent l'immunité judiciaire et politique de la famille Macron-Hollande (Macron n'étant qu'un Hollande 2.0). Or ces personnes ont été déboutées ce mois-ci par l'appareil judiciaire aux ordres des malfrats qui nous gouvernent. Là est le scandale. Les gens commencent à en avoir marre, pas marre des communiqués répétitifs du CNRE mais bien de ce pouvoir politique de coquins manipulateurs qui aurait sauté dans n'importe quel pays où se seraient produits les événements de novembre 2015 et juillet 2016, et qui nargue les Français dans une démonstration d'arrogance et de mépris ininterrompue :


Le tribunal administratif de Paris a jugé que l’État ne pouvait être tenu responsable des conséquences de l’attentat du 13 novembre au Bataclan. Plusieurs victimes avaient pourtant porté plainte en pointant de multiples dysfonctionnements, notamment un « défaut de surveillance ».

Le recours déposé par une trentaine de victimes des attentats du 13 novembre 2015 concernant les « défaillances » de l’État, notamment sur la détection des jihadistes et la sécurisation du Bataclan, a été rejeté mercredi par le tribunal administratif de Paris.

« Les éléments produits par les requérants ne permettent pas d’établir […] que l’État aurait engagé sa responsabilité du fait d’un défaut de surveillance » des auteurs des attaques, indique le tribunal dans un communiqué de presse.

« Aucune faute » de l’État
Par ailleurs, « aucune faute ne peut être imputée aux services de police pour n’avoir pas mis en œuvre un dispositif de sécurité particulier autour de la salle de spectacle du Bataclan après le mois d’août 2015 », poursuit le texte.

L’enquête ouverte après des menaces d’attentat contre la salle de spectacle en 2009 avait abouti à un non-lieu, « la réalité d’un tel projet (n’ayant) pu être établie », rappellent les juges.

Enfin, « aucun élément ne permet d’engager la responsabilité de l’État à raison d’un défaut de coopération des services de renseignement français avec les services des autres États membres de l’Union européenne en matière de terrorisme », a estimé le tribunal.

« Des dysfonctionnements »
« Le 13-Novembre n’était pas une fatalité », avait affirmé lors de l’audience du 4 juillet Me Samia Maktouf, avocate de victimes et familles des victimes des attentats à Paris et Saint-Denis qui ont fait au total 130 morts et des centaines de blessés.

Me Maktouf, à l’origine du recours, avait énuméré les « dysfonctionnements liés au défaut de surveillance et de vigilance des services de sécurité de l’État français », et la circulation des jihadistes au sein de l’espace Schengen.

L’avocate avait également reproché la non-intervention des soldats de l’opération Sentinelle, qui ont reçu « instruction de ne pas pénétrer dans une salle où une scène de guerre se déroulait ».

Depuis trois ans, certaines victimes et familles de victimes s’indignent que des militaires de Sentinelle, une force créée après les attentats de janvier 2015, présents près de la salle où 90 personnes ont été tuées, n’aient pas eu le droit d’intervenir.

Une plainte au pénal a d’ailleurs été déposée le 8 juin pour « non-assistance à personne en péril ».


[www.ouest-france.fr]
25 juillet 2018, 22:57   Re : Défense de Benalla
• A propos du communiqué du CNRE n° 42 du mardi 24 juillet 2018 cité ci-dessus.

« Tout ce que l’on peut espérer est qu’ils aperçoivent de façon subliminale, dans le grossier feuilleton de l’été, une éclairante mise en abyme de la complicité sur leur dos, et de l’étrange intimité contre eux, des remplacistes et des remplaçants. »

Je connaissais « la goutte d'eau qui a mis le feu aux poudres » et je trouve que « la mise en abyme sur mon dos » est beaucoup moins drôle.

(Roger Simka, service de remigration des coquilles et autres nocences de l'écrit francophone.) 

Je roule cheveux au vent — ce qu'un chauve ne peut pas faire.
25 juillet 2018, 23:46   Re : Défense de Benalla
Jean-Marie Benalla :

[www.ina.fr]
[www.dailymotion.com]
[www.dailymotion.com]
[www.europe1.fr]

racaille violente, finance hors-sol sans intermédiaire, bavocratie directe, collaboration,...
26 juillet 2018, 01:02   Re : Défense de Benalla
Ah ben tiens, comme je disais ("Le "lien direct et personnel" du Président de la République avec un de ses factotums est dérisoire à côté du lien "indirect" mais très réel des autres présidents de la République avec des barbouzes de tous poils"). :

[www.lefigaro.fr]

"Selon la même logique, de Gaulle à l'Élysée est protégé par quatre «gorilles» (Tessier, Comiti, Djouder, Auvray) qui en plus d'être officiellement les gardes du corps du Président, font partie du bureau national du SAC. Ce qui pour nous aujourd'hui relèverait d'un mélange des genres discutable est perçu différemment par les intéressés à l'époque.
Le parrain politique du SAC, Jacques Foccart, secrétaire général pour les questions africaines et conseiller du Général pour les questions sensibles (services secrets, outre-mer, investitures, etc.) etc..."
"Sans chercher à limiter la gravité des faits reprochés à M.Benalla, jusqu'à plus informer (sic) l'affaire semble se limiter ici à un individu (bénéficiant certes d'étonnantes protections et passe-droits) et non à une structure militante délictueuse ou à un réseau informel barbouzard".

Le reste est littérature à contraintes, "Grand Remplacement, remplacisme global, changement de peuple et de civilisation, davocratie directe macronienne, régime de gestion du parc humain par Davos, etc."
26 juillet 2018, 01:13   Re : Défense de Benalla
"mise en abyme de la complicité des remplacistes et des remplaçants sur le dos des Français »

Tu es bien gentil Roger, mais tu voudrais pas aller jouer ailleurs un moment ? mmmh ?
26 juillet 2018, 08:25   Re : Défense de Benalla
Les lecteurs de ce forum que fatigue la casuistique liront avec intérêt l'article d'Eric Verhaeghe sur le site (ou le journal webmatique) Atlantico. Il propose d'intéressantes réponses à la question que je posais plus haut, sur les raisons qui ont poussé des journaux à fort Sur-Moi de gauche, à s'emparer de Benalla et à en faire un scandale d'état. Il rappelle les annonces des ministres Darmanin et autres (leurs noms m'échappent) sur la réforme des taux réduits de TVA (2,5% au lieu de 20%) dont profite la presse écrite, qui ne vivrait pas sans cela, et sans les subventions d'état. Il évoque aussi les relations tendues entre ce qu'il appelle "le gouvernement profond" (la haute fonction publique) et l'exécutif élu, et beaucoup d'autres observations éclairantes.

Article publié le 25 juillet 2018 sous le titre : "Une révolte des fonctionnaires contre Macron ? Une autre lecture de l'affaire Benalla." Pardon d'être infichu de placer un lien direct.
26 juillet 2018, 10:39   Re : Défense de Benalla
Le reste est littérature à contraintes, "Grand Remplacement, remplacisme global, changement de peuple et de civilisation, davocratie directe macronienne, régime de gestion du parc humain par Davos, etc écrit à nouveau
M. Pellet, un peu plus haut. Il me semble naturel que tout penseur politique proposant un prisme nouveau d'appréhension du réel teste, en quelque sorte, la validité de celui-ci lors de la survenue d'événements inattendus. Cela s'appelle proposer une doctrine et la confronter au réel. Qu'il faille rappeler cela à M. Pellet, on en tombe des nues. On peut être plus ou moins convaincu de la pertinence de la doctrine lorsqu'elle est ainsi confrontée au réel et moi-même, en l'occurrence, je ne le suis guère, car la singularité "Benalla" est par trop réduite à un schéma classique, du moins classique en ces parages. Néanmoins, cela mériterait discussion, alors que M. Pellet depuis un certain temps, si je me trompe, ne recourt plus qu'à la moquerie, une moquerie inutilement hautaine. On cherche tous à comprendre. A tâcher d'appréhender la réalité sous les apparences. La moquerie est d'un maigre profit dans cet effort.
26 juillet 2018, 10:47   Re : Défense de Benalla
supprimé
26 juillet 2018, 12:54   Re : Défense de Benalla
L'article dont parle Henri Bès est ici.
26 juillet 2018, 12:58   Re : Défense de Benalla
« ce n'est peut-être pas de la casuistique mais de la blagologie certainement » : vous êtes fatigant, Pellet. Je suis plutôt tolérant en matière d'opposition mais là vous commencez vraiment à vilainement tirer sur la corde. Changez de ton ou allez voir ailleurs, s'il vous plaît, sinon c'est moi qui vous y enverrai.
26 juillet 2018, 15:01   Re : Défense de Benalla
Marcel Meyer, ce n'était évidemment pas Henri Bes que je blaguais, je ne me serais pas permis et je n'avais pas mal pris sa remarque sur la casuistique, mais Eric Verhaeghe. Mais ne cherchez plus de prétexte, j'ai supprimé "l'offense" et je ne vous importunerai plus. Je vous laisse faire le reste du ménage : comme il vous a fallu dix jours pour censurer "les deux Simone", pas du tout outrageantes celles-là, vous avez du travail jusqu'à l'hiver.
26 juillet 2018, 15:29   Re : Défense de Benalla
Ah mais je n'avais pas répondu à M. Noroit qui m'interpelais :

Monsieur, vous avez dû lire comme moi le passage du communiqué qui, à propos de Benalla, dit : "des occupants qui tabassent des indigènes, on peut observer cela deux cents fois par jour sur tout le territoire."

Comment appelez-vous le fait d'attribuer la faute de M. Benalla à sa qualité d "'occupant-tabasseur d'indigènes" déduite uniquement de son nom, parce qu'il pourrait être d'origine arabe ?

Réfléchissez une instant à la portée de ce type "d'analyse" et vous comprendrez qu'il vaut mieux y lire un exercice de "littérature à contraintes".
26 juillet 2018, 15:40   Re : Défense de Benalla
Le persiflage vous est un mode de pensée comme une méthode de communication et d'être au monde Pellet : le fil "les deux Simone" a dû être censuré à cause de vos folies.
26 juillet 2018, 15:42   Re : Défense de Benalla
Comment appelez-vous le fait d'attribuer la faute de M. Benalla à sa qualité d "'occupant-tabasseur d'indigènes" déduite uniquement de son nom, parce qu'il pourrait être d'origine arabe ?

Réfléchissez une instant à la portée de ce type "d'analyse" et vous comprendrez qu'il vaut mieux y lire un exercice de "littérature à contraintes".


L'itimidation judiciaro-perfide est dans votre logiciel Pellet. Il y a du bon à vous voir le révéler si grossièrement dans les moments difficiles. Macron vous ressemble, au fond. Je dis qu'il vous ressemble et non l'inverse car vous lui êtes manifestement supérieur. Vous perdez votre temps ici.
26 juillet 2018, 16:01   Re : Défense de Benalla
Je vous ai peut-être interpellé, comme vous dites, cher Monsieur Pellet, mais je ne souhaitais pas quant à moi votre départ de ce forum. Je m'étonne simplement que tous les concepts mis en place par l'In-nocence - et vous les citez tout du long pour vous en gausser : Grand Remplacement, remplacisme global, changement de peuple et de civilisation, davocratie directe macronienne, régime de gestion du parc humain par Davos, banques, finance hors-sol sans intermédiaires, génocide culturel, génocide par substitution, Matière Humaine Indifférenciée (MHI), hyperclasse, homme remplaçable, collaboration, colonisation, remplacistes et remplaçants, peuples de substitution ne trouvent aucune grâce à vos yeux. Vous refusez tout, comment pourriez-vous alors infléchir utilement la ligne du "parti" ? Je trouve la légèreté, l'humour et la dérision d'Alain Eytan beaucoup plus utiles car il tâche lui aussi d'infléchir certaines de nos certitudes, d'arrondir certains de nos (éventuels) excès - mais avec humour et finesse.
26 juillet 2018, 16:43   Re : Défense de Benalla
@Thierry Noroit

Monsieur,

ce ne sont pas les "concepts" qui font ma critique mais leur emploi. À la lecture de presque tous les communiqués, je pense à la fameuse formule de Bergson sur le comique, "du mécanique plaqué sur du vivant". D'où mon ironie.

Je ne sollicite pas les textes : en quoi ma lecture du communiqué (Comment appelez-vous le fait d'attribuer la faute de M. Benalla à sa qualité etc. ) est-elle fautive ? Si vous comprenez les conséquences que ce type de texte peut entraîner, alors vous considérerez peut-être qu'en assimilant le communiqué à un exercice de " littérature à contraintes" je dédouane son auteur (lequel n'en a rien à f... au demeurant)

La différence entre M. Marche et moi, c'est que lui ne connaît pas le droit de la responsabilité et qu'il ne se rend pas compte (à moins qu'il n'en joue ?...) que seul le caractère confidentiel de ce site (alors que les communiqués sont plus largement diffusés) le protège des conséquences de ses délires épisodiques.

Que M Marche publie à nouveau ici le texte des "deux Simone" et je n'y ajouterai aucun commentaire et ne les signalerai à personne. Et que M. Meyer supprime mes interventions sans états d'âme : il est maître chez lui.
26 juillet 2018, 18:57   Re : Défense de Benalla
» Mais elle s'est tout de même inscrite dans les mémoires et a rempli cet invisible vase d'indignation, rejoignant toutes les autres affaires de même farine qui n'ont pas éclaté et dont je vous épargne, la liste. Ce que je tente de dire, c'est que la ridicule affaire Benalla prend les proportions qu'elle prend parce que l'affaire Bataclan n'a pas éclaté.

Au fond, peut-être, si l'on admet qu'il y ait une dynamique ou une logique propre, absolue, du cours des choses, faisant que les mêmes acteurs, qui n'en sont que l'expression et le jouet, puissent endosser les jeux de rôles les plus divers : les mêmes "propagandistes" médiatiques qui auront à toute force bondé le vase naguère sont aujourd’hui les responsables de son débordement, alors que le "gangster" dont vous parlez ne serait pas du tout Benalla, qui en l'occurrence n'a vraiment rien fait d'autre qu'oublier de boucler sa ceinture, lui, mais toujours ceux-là, pris par cette force des choses d'une véritable obsession de la repentance.

Personnellement j'aurais plutôt tendance à privilégier, mais ce n'est encore qu'une autre idée préconçue, une approche plus "shakespearienne" des choses, disons, où ce qui se passe tient le plus souvent pas mal du n'importe quoi (a tale told by an idiot etc.), à charge pour nous, si désespérément en quête de clarté et d'explications, de relier les événements les uns aux autres de façon que cela acquière un sens.
26 juillet 2018, 19:01   Re : Défense de Benalla
Bien que ceci ne soit pas un forum sur le forum, je souhaite apporter la précision suivante : ce lieu n'est pas “chez moi” ; si c'est chez quelqu'un, c'est évidemment chez Renaud Camus et je n'en suis que le gardien (plus ou moins) à qui l'on a confié les clés, notamment pour que n'importe qui n'y sévisse pas n'importe comment. Parmi les règles qu'il convient d'y respecter, il y a la courtoisie, notamment à l'égard de l'hôte ; on peut en critiquer les concepts ou leur emploi mais pas de cette façon constamment narquoise, avec un mépris surjoué — lequel n'incite guère à offrir de la considération à son auteur.
26 juillet 2018, 19:06   Re : Défense de Benalla
« Benalla, qui en l'occurrence n'a vraiment rien fait d'autre qu'oublier de boucler sa ceinture » : là vous allez tout de même un peu loin dans sa défense ! Voyez, entre autres, ceci.
26 juillet 2018, 19:26   Re : Défense de Benalla
Hmm... Et ces officiers de police, en principe les équivalents du secret service, surentraînés et formés à affronter placidement la mort, quitte à la prendre sur eux pour sauver la vie du président, se laissaient ainsi marcher sur les pieds, terroriser littéralement, comme ça, par un petit Benalla venu d'on ne sait où ??
Curieux, plutôt craintifs, pour des molosses...
26 juillet 2018, 19:32   Re : Défense de Benalla
Peut-être étaient-ils davantage terrorisés par la très haute protection dont bénéficiait, de façon évidente pour tous, le quidam que par ses biceps.
26 juillet 2018, 20:00   Re : Défense de Benalla
Et peut-être y a-t-il une guéguerre des polices, ou des services, et des jalousies et de l'amour-propre froissé, et que sais-je, et chacun en profite pour jeter un peu de boue sur l'autre, pendant qu'on y est, dans ce bordel général ?
Il faudrait peut-être cesser d'agiter furieusement le bocal et laisser un peu les choses se décanter, pour qu'on y entende et voie un peu plus clair ; une chose cependant demeure plus que probable : dans les vidéos en question, le comportement de Benalla, sa façon d'agir, d'exercer sa force, ne sont pas celles d'un gangster, d'un racailleux, qui ne se prive jamais de piétiner et de rouer de coups l'homme déjà à terre.
26 juillet 2018, 20:21   Re : Défense de Benalla
En 3 ans, Alexandre Benalla passe du statut d'étudiant à celui de lieutenant colonnel avec accréditation secret défense et tout le bazar.
Qu'on vienne me dire en face que ce résultat est de son seul fait :



(journal officiel)

Mon avis est que la France est un authentique pays de pieds nickelés
26 juillet 2018, 20:32   Double effet
"Et ces officiers de police, en principe les équivalents du secret service, surentraînés et formés à affronter placidement la mort, quitte à la prendre sur eux pour sauver la vie du président, se laissaient ainsi marcher sur les pieds, terroriser littéralement, comme ça, par un petit Benalla venu d'on ne sait où ??"

Mais, Alain, comprendrez-vous que c'est précisément et absolument cela que révèle l'affaire Benalla !

Tout comme de grands gaillards de proviseurs de collège se laissent marcher sur les pieds par de petits enfants "défavorisés" issus de la cosidetta diversité, tout comme des guichetières de services publics, hargneuses et regardantes, filent droit dès qu'elles ont affaire aux mêmes caïds, devenus grands, tout comme des policiers municipaux enclins à verbaliser sans la moindre indulgence le péquin local laissent se commettre les plus notables infractions routières lors des mariages "communautaires", tout comme des jeunes filles ne refusent pas les avances des mêmes, tout comme de médiocres amuseurs ou auteurs s'imposent dans le spectacle ou la "culture" pour les mêmes raisons. Ce que révèle l'affaire Benalla, c'est tout simplement cet état de paralysie à l'égard des comportements de certains qu'a produit un antiracisme dévoyé.

Et comment nier la dimension communautariste de cette histoire quand je ne sais plus quel directeur de cabinet admet volontiers que le recrutement de M. Benalla a répondu à des impératifs, disons, "ethnico-sociaux", clairement énoncés en doctrine par M. Macron ? C'est lui qui le dit, pas moi.

M. Benalla ne craignait pas la double peine, il bénéficiait de la double protection : favori du Prince et "issu de la diversité". Avec ça...
26 juillet 2018, 20:39   Re : Défense de Benalla
Merci, cher Marcel Meyer, d'avoir installé le lien avec l'article que j'ai lu ce matin. J'ai raté le ou les commentaires qu'il a suscités, mais ce n'est pas très grave. Si cet Eric Verhaeghe (l'auteur de l'article) est un bouffon sans intérêt, qu'on m'excuse de l'avoir naïvement pris au sérieux. On peut s'interdire d'épiloguer sur le forum et de faire un forum sur le forum, mais rien n'empêche de ne plus le lire, ou au moins de l'oublier pendant de longues périodes. Soyez remercié pour votre action.
27 juillet 2018, 00:25   Re : Défense de Benalla
» Mais, Alain, comprendrez-vous que c'est précisément et absolument cela que révèle l'affaire Benalla !

Formellement, ce que vous dites là ressemble beaucoup à une pétition de principe : on ne sait toujours pas s'il y a "affaire" qui tienne, autrement que par le bruit assourdissant avec quoi on répand qu'il y en ait une, et voilà que vous vous servez de ce qu'on ne sait pas pour établir la nature de ce qu'il y a à savoir.
D'autre part, jusqu'à plus ample informé, Macron ne m'a jamais frappé comme étant un "idéologue", ou même franchement un idéaliste : il ressemble bien plutôt à un pragmatiste sans véritable foi ni loi, accro seulement aux "résultats", et ne jurant que par la sacro-sainte efficacité ; dans cette optique, si Benalla a effectivement joui de privilèges si inhabituels, ce serait plutôt pour cause de services véritables rendus, de confiance établie et, osons le dire, de compétences reconnues — surtout dans ce domaine où il peut y aller de la vie ou de la mort —, pas du tout par souci prioritaire de l'origine du bénéficiaire parce que ce serait, moralement ou idéologiquement, la juste chose à faire.
L'hypothèse communautariste et le caractère de Macron, surtout quand il est si évidemment question de sa sécurité immédiate, ne me semblent pas faire bon ménage...
27 juillet 2018, 08:29   Re : Défense de Benalla
Citation
Marcel Meyer
« ce n'est peut-être pas de la casuistique mais de la blagologie certainement » : vous êtes fatigant, Pellet. Je suis plutôt tolérant en matière d'opposition mais là vous commencez vraiment à vilainement tirer sur la corde. Changez de ton ou allez voir ailleurs, s'il vous plaît, sinon c'est moi qui vous y enverrai.

Je ne vois rien dans le ton de Rémi Pellet qui contrevienne aux bonnes règles de ce forum.
27 juillet 2018, 15:13   Re : Défense de Benalla
Du patronyme Benalla fut déduit ici qu'il appartenait nécessairement à la catégorie des "'occupants-tabasseurs d'indigènes", dont le comportement ne pouvait s'expliquer qu'en le rattachant à "l’immigration de masse, à l’invasion, à la colonisation, à la Deuxième Occupation, au changement de peuple et de civilisation, au génocide par substitution" (manquent bizarrement la MHI et la finance hors-sol alors que l'occupant-tabasseur était au service de Macron-le-criminel-hypocrite-davocrate)

Du prénom Alexandre pouvait être déduit avec autant de sérieux (puisque les blagues sont interdites) qu'il est un juif séfarade [défendu par Me Alain Eytan, du barreau de Jérusalem] auteur d'un malheureux excès de zèle à l'encontre de deux jeunes Français de souche vivre-ensemblistes et jeteurs de projectiles contre les forces de l'ordre [le Parquet de Paris s'étonne d'ailleurs que ces caillasseurs de CRS n'aient pas été poursuivis (un couple) ], excès de zèle qui révèle un vrai résistant, au service d'un homme, Macron, qui est, comme l'écrit Éric Verhaeghe "un conservateur élu avec des voix progressistes", lesquelles lui font payer aujourd'hui son opposition à la PMA ("Cette hypothèse est d’autant moins farfelue que certains défenseurs de la PMA se révèlent parfois proches de la hiérarchie policière…")

(finalement, je vais faire comme la racaille, je vais attendre l'épuisement des voies de recours, puisque mon avocat, Me Billen, vient de faire appel de la sentence)
27 juillet 2018, 17:52   Wait and see
"on ne sait toujours pas s'il y a "affaire" qui tienne..."

Eh bien soit, Alain, souffrez que je suspende cette discussion d'écran, dans l'attente qu'une "affaire Benalla" éclate, ce que j'ai pu aventurer jusqu'ici ne s'appuyant que sur quatre ou cinq auditions de hauts responsables, sommés de s'expliquer, circonstance qui, en effet, n'atteste en rien de l'existence d'une "affaire". Wait and see.
27 juillet 2018, 18:29   Re : Wait and see
De mon côté, ce que je vois de plus en plus, ce sont des africaines en boubou. J'en ai même vu une avec un chapeau melon. Les arabes, eux, je ne sais pas pourquoi, dès qu'il fait chaud, ils disparaissent. Quant aux chinois, apparemment, par ici, on leur a coupé la natte. Wait and see.
27 juillet 2018, 21:33   Re : Wait and see
Les femmes voilées qui se couvrent toujours plus à mesure que grimpe le mercure, on a beau dire, c'est un phénomène fascinant.
28 juillet 2018, 10:20   Re : Wait and see
Vue de Suisse, cette affaire Benalla est une tempête dans un verre d'eau, très franco-française ; une bonne façon de "regarder ailleurs" et de fuir les vrais problèmes !
28 juillet 2018, 11:54   Re : Wait and see
Normal (depuis la Suisse).

N'est pas français qui veut.
Si vous voulez qu'on vous annexe, va falloir demander ...
28 juillet 2018, 12:23   Re : Wait and see
C'est gentil à vous, mais non merci pour l'annexion…
Ces vrais problèmes, nous les avons aussi en Suisse et pourtant, nous regardons, de même, assez souvent ailleurs : l'invasion migratoire, l'explosion démographique, le réchauffement du climat en accéléré.
Sur la démographie galopante, un excellent article de Pierre Brisson, ancien banquier et planétologue, membre du comité directeur de l'Association Planète Mars (France), suivi d'un long débat contradictoire (35 commentaires) :

tps://blogs.letemps.ch/pierre-brisson/2018/07/19/systeme-de-support-vie-avance-du-vaisseau-terre-notre-responsabilite-est-engagee/
28 juillet 2018, 12:23   Re : Wait and see
Tempête dans un verre d'eau, fuir les vrais problèmes, oui, en première analyse, mais nous avons plus ou moins convenu ici que l'affaire n'a pu prendre cette ampleur disproportionnée que parce qu'il y a une autre dimension, et c'est à tenter d'analyser celle-ci qu'un certain nombre d'intervenants se sont efforcés. Et de ça il appert qu'il pourrait bien s'agir en somme d'une façon de les retrouver au contraire, les vrais problèmes.
28 juillet 2018, 12:45   Re : Wait and see
Pierre Brisson, ancien banquier et planétologue

C'est amusant.
La moitié des cadres du WWF sont d'anciens directeurs de Goldman-Sachs.

Une chose est sûre, il n'y a pas un banquier qui n'a pas compris que pour jouer avec l'opinion, il ne faut pas être banquier, il faut être planétologue.
Merci, mais non merci. On a déjà assez de notre Macron, banquier planétologue local.
Et puis, Attali...
Et puis, tous les autres.
Un clown, c'est déjà bien assez.

(Comment, vous n'aviez pas remarqué que Macron, aussi, est banquier planétologue ?)
28 juillet 2018, 12:59   Re : Wait and see
 
nota: dit comme ça, pour sauver la planète, il faut commencer par raser la Suisse.
Suisse [banquier] écologiste, c'est une Coquecigrue.
 
28 juillet 2018, 14:14   Re : Wait and see
Oui, merci M. Meyer, vous essayer de découvrir ce qui se cache sous l'amplitude de cette affaire Benalla, et c'est bien embrouillé ; j'approuve tout à fait les recherches des commentateurs d'in-nocence. Ma "tempête dans un verre d'eau" concernait la sphère politico-médiatique française.

M. Hergat, comme je l'ai déjà regretté ici, la Suisse n'est pas aimée, peut-être à juste titre pour certaines dérives, mais quelle nations n'a pas ses qualités et ses défauts ?
Et tous les banquiers ne sont pas à rejeter dans l'opprobre !
Précision : Pierre Brisson est un Neuchâtelois, d'origine française.
Lisez-le pour le juger ; il est plus proche d'in-nocence que vous ne le pensez.
28 juillet 2018, 15:30   Re : Wait and see
comme je l'ai déjà regretté ici, la Suisse n'est pas aimée,

Ah ça, je ne sais pas. Moi c'est plutôt le Luxembourg qui m'agace. Voyez avec les autres.
28 juillet 2018, 18:25   Re : Wait and see
Pour ce qui me concerne, ce que je n'aime pas concernant la Suisse, c'est tout ce qui travaille — de l'intérieur aussi hélas ! — à la rendre moins suisse, tout ce qui pousse à la rendre plus fédérale aux dépens des traditions confédérales, à ouvrir ses frontières à la libre circulation indiscriminée, à la rendre plus “gentille”, plus “normale”, plus banale, davantage prête au grand plongeon enthousiaste dans les poubelles de l'histoire.
28 juillet 2018, 22:03   Re : Défense de Benalla
Citation
Alain Eytan
Et peut-être y a-t-il une guéguerre des polices, ou des services, et des jalousies et de l'amour-propre froissé, et que sais-je, et chacun en profite pour jeter un peu de boue sur l'autre, pendant qu'on y est, dans ce bordel général ?


Alain Eytan semble avoir raison: la guéguerre ( de ...) a bien eu lieu, cfr l’article consacré à l’affaire sur le site de slate.fr
29 juillet 2018, 10:39   Re : Défense de Benalla
La Suisse d'après dans ses oeuvres :

[archives.nicematin.com]
29 juillet 2018, 15:58   Re : Défense de Benalla
Certes la Suisse n'a pas échappé aux dérives empoisonnées de Soixante-Huit, accompagnées de l'infiltration de la gauche et des mondialistes dans tous les rouages de la société.
Pourtant la Suisse conservatrice, confédérale et identitaire, telle que la souhaite M. Meyer, n'a pas dit son dernier mot ; on y travaille !
29 juillet 2018, 17:24   Re : Défense de Benalla
Petit mea-culpa : la Suisse, bien que conservant l'appellation "Confédération suisse" ou "Confédération helvétique", d'où le CH des plaques d'immatriculation, est devenue depuis 1848, une fédération de 26 cantons souverains ayant abandonné une part (de plus en plus grande) de leur souveraineté à l'État fédéral.
29 juillet 2018, 19:30   Re : Défense de Benalla
Dont acte. (Je plaisante).
J'ai toujours cru naïvement que la société humaine, c'est essentiellement de la géographie humaine.
Si vous pouviez introduire la géographie dans votre explication ...
(j'parie que la Suisse se compose de 26 vallées alpines).
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter