Le site du parti de l'In-nocence

Famille

Envoyé par Thomas Rothomago 
21 novembre 2018, 18:47   Famille
Ne trouvez-vous pas que les groupes de "gilets jaunes" ont comme un air de famille avec les foules qui ont suivi les funérailles de Johnny Halliday ?
21 novembre 2018, 19:06   Re : Famille
21 novembre 2018, 20:01   Re : Famille
Ce Johnny Halliday, vous ne lui trouviez pas un petit air de financier davocrate hors-sol, avec son trust en Californie et sa résidence suisse ?

[www.20minutes.fr]

[www.nouvelobs.com]
21 novembre 2018, 23:40   Re : Famille
Pas plutôt avec les somnambules ahuris des "Nuit debout" ? Parce que tout de même, les suiveurs de Johnny, avec leurs cuirs, leurs tatouages et leurs motos, étaient plus sophistiqués et avaient de la gueule... Tandis que les "gilets jaunes", pour être vus dans l'obscurité, se font en plus faucher comme des quilles en plein jour.
Faut l'faire...
22 novembre 2018, 00:05   Re : Famille
Lundi, entre Cabourg et Amiens, j’ai été, parfois fort longuement, arrêté aux barrages. 4 fois pour être exact. Dozulé, Pont Audemer, le pont de Tancarville, ont été les stations de mon chemin de croix. J’ai donc eu l’occasion d’echanger avec les manifestants. Contrairement à Jean Quatremer, qui travaille il est vrai pour Libé, je n’ai pas rencontré de plus abrutis que moi, mais des gens ordinaires, goguenards parfois mais toujours avec ce fond de politesse qui caractérise si bien la France des provinces. Je les ai trouvé un peu étonné devant le succès de leur action, vaguement embarrassé des tracas occasionnés et allègres d’une fraternité retrouvée. Au fond, ils se retrouvent.
22 novembre 2018, 10:12   Re : Famille
A la question de M. Rothomago je réponds comme Cassandre : OUI.
Quelle conclusion en tirer ?
Une, pour commencer : les obsèques de Johnny Hallyday n'étaient donc pas la dernière
(l'ultime) manifestation d'une France presque entièrement blanche.
Comme dit Renaud Camus : nous restons (encore) les plus nombreux.
22 novembre 2018, 14:32   Re : Famille
les obsèques de Johnny Hallyday n'étaient donc pas la dernière (l'ultime) manifestation d'une France presque entièrement blanche.

La blancheur de peau serait donc le critère de la francité et, partant, de la justesse du combat...

Pour le Panthéon, vous auriez préféré Johnny Halliday à Aimé Césaire ? François Darlan à Félix Éboué ?

Le premier Plenel de service vous dirait que les "divers" des banlieues s'avèrent en l'espèce plus respectueux de l'ordre public et plus soucieux de l'avenir écologique de la France que les petits-blancs déclassés des "zones périurbaines", admirateurs de Johnny H. (je comprends, au demeurant, leur chagrin et leurs difficultés de fin de mois)
22 novembre 2018, 15:49   Re : Famille
Je me fiche énormément, cher M. Pellet, de ce que me raconterait le premier Plenel de service, sauf s'il me parle de Charles Péguy (son idole et la mienne), car là il m'intéresserait. Nous avions tous observé ici l'an dernier que les obsèques de Johnny Hallyday représentaient en quelque sorte l'assomption d'une certaine France - celle qu'il ne faudrait pas beaucoup nous pousser pour appeler la France. Que ce sentiment heurte les juristes et les savants, c'est inévitable. Bien entendu il n'est écrit nulle qu'un citoyen français doive être blanc. Seulement nous sommes un certain nombre (encore) à nous reconnaître davantage dans la France des gilets jaune et dans celle des admirateurs de Johnny Hallyday que dans celle dans celle des banlieues. Les arguties des juristes n'y changeront rien. Comme n'y changera rien le fait indiscutable qu'Aimé Césaire soit plus admirable que l'idole des jeunes.
22 novembre 2018, 17:39   Famille, je vous haime
"Comme dit Renaud Camus : nous restons (encore) les plus nombreux."

Il reste que ce "nous" me semble bien problématique pour nombre d'In-nocents, à commencer par leur chef, que je vois assez mal arborer un gilet jaune à un rond-point.

Aucun appel, d'ailleurs, n'a été lancé par le P.I. pour rejoindre la manifestation de Paris, dimanche.
22 novembre 2018, 20:35   Re : Famille, je vous haime
Intéressant télescopage sur cette page du site de La Manche libre.fr : un violeur exotique sort libre du tribunal tandis que la colère a bloqué la Normandie : ça n'a rien à voir ?

C'est ici.
Si l'on n'est pas absolument dualiste, pour qu'il y ait une âme, il faut qu'il y ait un corps ; celui-ci est caractérisé par un certain type de peau.
Les âmes d'Aimé Césaire et de Félix Éboué seraient noires parce que le corps de leurs titulaires n'était pas blanc ? Je veux croire que je comprends de travers, comme d'hab.
Mais oui : la "négritude" est bien une idée, même un état d'esprit...
Cela étant, soyons sérieux : il me semble vain de vouloir ignorer les caractéristiques physiques parmi les diverses composantes constitutives d'un peuple, d'une nation, voire d'une "race", si on emploie ce mot dans un sens noble, à l'ancienne : cela aussi fait partie des traits définitoires.
Et en dernier recours, peut-être, quand toute autre forme de liant semble être partie en couille, ou en quenouille, on peut ne plus tenir à soi que par la peau...
24 novembre 2018, 10:14   Re : Famille
Entièrement d'accord avec Alain Eytan (sa dernière intervention de 19h43). Simple, évident et de bon sens.
24 novembre 2018, 11:48   Re : Famille
il me semble vain de vouloir ignorer les caractéristiques physiques parmi les diverses composantes constitutives d'un peuple, d'une nation,

Oui, bien entendu. La criminalisation du terme "race" est absurde et la "négritude" n'est pas qu'affaire "spirituelle", c'est l'évidence. Qui veut faire l'ange fait la bête...

Ce n'était pas le sujet croyais-je.

La France est certes un pays de "race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne" et sa population deviendrait-elle majoritairement noire et animiste que "la France ne serait plus la France"

Pour autant, ce n'est pas parce qu'une manifestation est composée majoritairement de blancs que son combat est légitime et conforme aux intérêts de "la France". Symétriquement, certaines revendications ne sont pas "anti-françaises" - c'est-à-dire contraires à l'histoire de la France, ses valeurs, ses intérêts, son avenir, son "identité" - pour la seule raison qu'elles sont exprimées par des minorités de couleur ou par des "non-chrétiens".

En conséquence, la couleur de peau de la majorité des manifestants n'est pas le critère qui me conduit à juger du bien-fondé ou non des revendications et des modes d'action du "mouvement des gilets jaunes" et, partant, de l'opportunité de lui apporter ou non mon soutien.

Et, pour tout dire, le spectacle des funérailles quasi-nationales de Johnny H et celui des supporters de l'équipe de France de football m'ont accablé plus encore, moralement, que les habituelles incivilités de la "diversité".

Je crois d'ailleurs que le johnny-hallidaiisme a beaucoup contribué à l'avènement de la "diversitude". Mais c'est un autre débat...

... et je n'ai pas écrit que le "mouvement des gilets jaunes" devait être condamné.
24 novembre 2018, 17:37   Re : Famille
» En conséquence, la couleur de peau de la majorité des manifestants n'est pas le critère qui me conduit à juger du bien-fondé ou non des revendications et des modes d'action du "mouvement des gilets jaunes" et, partant, de l'opportunité de lui apporter ou non mon soutien.

Cher Rémi, cela me paraît être l'évidence ; mais je ne crois pas que ce soit le bien-fondé des revendications ou l'excellence idéologique de la cause qui ont motivé la sorte d'adhésion épidermique qui nous occupe : admettez aussi que même les plus gidiens d'entre-nous puissent de temps en temps se laisser aller à l'effusion de quelques retrouvailles purement familiales, quel qu'en soit le prétexte.
24 novembre 2018, 19:59   Re : Famille
Ah mais Alain je compatis sincèrement aux malheurs de la toute petite-classe moyenne victime de l'injustice des politiques publiques. Et je n'ai pas attendu le mouvement des gilets jaunes... si je peux me permettre de renvoyer à un mien article, assez technique, dans une revue professionnelle :

[www.institutdroitsante.fr]

(à partir de la page 84)
01 décembre 2018, 11:53   Re : Famille, je vous haime
Citation
Marcel Meyer
Intéressant télescopage sur cette page du site de La Manche libre.fr : un violeur exotique sort libre du tribunal tandis que la colère a bloqué la Normandie : ça n'a rien à voir ?

C'est ici.

Je pense que certains se sont emballés un peu vite dans l’interpretation de ce jugement qui a effectivement vu la relaxe de l’accusé.
Voici en tout cas le point de vue de Me Regis de Castelnau
https://www.causeur.fr/author/castelnau
01 décembre 2018, 22:52   Re : Famille, je vous haime
Soit. Son article est plutôt convaincant.
04 décembre 2018, 00:40   Re : Famille
Une dernière couche mais c’est pour la bonne cause.

Le Figaro
ANALYSE - Idéologues et experts de salon se sont jetés sur un dossier dont ils ignorent tout, pour en tirer des conclusions tendancieuses et inventer l'invention d'un « permis de violer » réservé aux ressortissants étrangers.

Le 21 novembre dernier, la cour d'assises de la Manche acquitte A.,né en 1997 au Bangladesh, accusé de viol sur mineure. Elle le condamne,en revanche, à deux ans de prison avec sursis et mise à l'épreuve pour une agression sexuelle sur une autre jeune fille ; indique que, par conséquent, il ne peut prétendre à être indemnisé pour les «presque trente et un mois» de détention provisoire qu'il a subis ; et ordonne que son nom soit inscrit au fichier national des infractions sexuelles. Le parquet général, qui avait requis six ans de prison, a fait appel.

Les faits, rien que les faits: A. n'est pas un migrant «coupable de viol» - il a été déclaré non coupable de ce crime - acquitté au motif qu'il ne possédait pas les «codes culturels» français, comme cela a été dit et écrit ici ou là par des élus, des commentateurs multicartes ou des militants féministes. La motivation du verdict démontre, sur dix pages, que la cour et les jurés n'ont pas retenu cet argument avancé, selon le président de la cour interrogé par l'AFP, de manière très accessoire par la défense qui n'en faisait nullement un point central mais un simple élément de personnalité. Sans quoi A. n'aurait pas davantage été condamné pour le délit d'agression sexuelle. Mais peu importe, idéologues et experts de salon se sont jetés sur ce dossier dont ils ignorent tout, pour en tirer des conclusions tendancieuses et inventer l'invention d'un «permis de violer» réservé aux ressortissants étrangers.

La motivation de l'acquittement est d'autant plus intéressante qu'elle se fonde, pour l'essentiel, sur les propres déclarations de la plaignante, sans pour autant mettre en doute sa sincérité: ce texte est un modèle de tact. Oui, la jeune fille a pu considérer, du fait de son inexpérience et de son parcours personnel, que la relation sexuelle avait été consommée contre sa volonté. Mais une impression, fût-elle sincère, ne constitue pas une preuve au sens juridique.

Depuis son dépôt de plainte, la jeune fille a déclaré, avec constance, que A. l'«avait rassurée», qu'il «avait toujours été doux avec elle», précisant «qu'il avait été très patient avant que n'intervienne la relation sexuelle». Après celle-ci, «lorsqu'elle lui a dit qu'il fallait qu'elle parte […] il l'a raccompagnée jusqu'au sortir du foyer, où elle a répondu à son dernier baiser en l'embrassant elle-même». Pour les trois magistrats professionnels et les six jurés de Coutances, à aucun moment A. n'a pu avoir conscience de menacer, surprendre ou contraindre la plaignante. En droit, cela conduit à un acquittement.

Au-delà de sa particularité, ce dossier illustre, comme beaucoup d'autres, l'existence d'un fossé inévitable entre les mouvements sociaux et l'état du droit. Tandis que s'installe le phénomène #MeToo, avec les attentes qui l'accompagnent, la loi reste la loi et, d'une certaine manière, tant mieux: on ne peut pas changer de Code pénal au gré des engouements, et les textes en vigueur sanctionnent déjà sévèrement les crimes et délits sexuels, dès lors qu'ils sont dénoncés et, il faut le rappeler, établis.

En revanche, le projet de création de «tribunaux criminels», sans jurés, pour examiner les crimes passibles de vingt ans de réclusion criminelle, parmi lesquels les viols même aggravés, pose question. Ces nouvelles juridictions auraient pour objet de désengorger les assises, dont deux tiers de l'activité sont consacrés à des dossiers de mœurs. Pour objet, aussi, de faire des économies. Face à des magistrats professionnels, l'administration de la preuve, au sens le plus technique du terme, ne souffrira plus de faiblesse.

Quoi qu'on en dise, la présence de jurés - conquête de la Révolution -, a fortiori dans ce type d'affaires, constitue une garantie supplémentaire. Leur intime conviction repose entre autres sur leur bon sens, notion exigeante qui exclut la naïveté et le populisme. Elle se forge tout au long des débats. Conformément à leur serment, ils n'écoutent«ni la haine, ni la méchanceté». Les jurés d'assises, c'est l'assurance qu'à la froide administration de la preuve par l'avocat général, des citoyens tirés au sort apporteront du cœur. Bien juger, c'est cela: écouter parties, témoins, experts, soupeser chacun de leurs arguments,et trancher. Avec l'humanité de ceux qui savent de quoi ils parlent.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter