Le site du parti de l'In-nocence

Un “soupçon avéré de racisme” ayant entraîné la mise à pied d’un professeur de l’Université de Californie à Los Angeles

Envoyé par Marcel Meyer 
Au tout début de ce mois de juin, un groupe d'étudiants envoie un mél à Gordon Klein, leur professeur de comptabilité. Se décrivant comme des “alliés non noirs” de leurs pairs noirs, ils lui demandent de faire en sorte que les examens finaux des étudiants noirs soient indulgents, raccourcis, avec des délais prolongés pour les travaux et projets finaux, afin que ces examens ne leur portent aucun préjudice.

Gordon Klein répond ceci : « Merci d’avoir suggéré dans votre e-mail ci-dessous que j'accorde un traitement spécial aux étudiants noirs, compte tenu de la tragédie du Minnesota. Connaissez-vous les noms de vos camarades de classe qui sont noirs ? Comment puis-je les identifier puisque nous ne proposons que des cours en ligne ? Y a-t-il des élèves qui seraient de filiation mixte, tels que moitié noirs moitié asiatiques ? Que proposez-vous que je fasse à leur égard ? Un adoucissement complet ou juste la moitié ? Et savez-vous si des étudiants viennent de Minneapolis ? Je suppose qu'ils sont sans doute particulièrement accablés. Je pense qu'un étudiant blanc de là-bas pourrait être encore plus accablé par cela, surtout parce que certains pourraient penser qu'ils sont racistes même s'ils ne le sont pas. Mon assistante d’enseignement vient de Minneapolis, donc si vous ne savez pas, je peux probablement le lui demander. Pouvez-vous me guider sur la façon dont vous pensez que je devrais parvenir à un résultat “sans préjudice”, puisque l’unique note attribuée pour ce cours sera celle de l'examen final ? Une dernière chose me frappe : rappelez-vous que MLK [Martin Luther King (ndt)] a, comme chacun sait, dit que les gens ne devaient pas être évalués en fonction de la “couleur de leur peau”. Pensez-vous que votre demande irait à l'encontre de l'avertissement de MLK ? Merci, G. Klein »

Une pétition est alors lancée par un étudiant noir, exigeant la résiliation du professorat de Gordon Klein à cause sa réponse « extrêmement insensible, dédaigneuse et terriblement raciste à la demande d'empathie et de compassion de ses étudiants pendant une période de troubles civils. » Elle recueille rapidement vingt mille signatures.

La direction de l’université cède, suspend le professeur et envoie aux étudiants un mél dans lequel elle déclare que « Le respect et l'égalité pour tous sont des principes fondamentaux à l'UCLA. Nous nous excusons auprès des étudiants qui ont reçu l'email de Gordon et de tous ceux qui en ont été aussi bouleversés et offensés que nous-mêmes l’avons été. »

Le professeur ayant reçu de multiples menaces il a été placé sous protection policière.

Sources :
[www.thecollegefix.com]
[www.dailymail.co.uk]
Préparons-nous, le PRIVILÈGE BLANC déferle sur l'Europe ! Vous allez voir ce que vous allez voir.

Juste en passant.
On dit qu'une foultitude de noirs moururent à cause des durs travaux « inhumains » de la collecte de caoutchouc. Mais en quoi faire une saignée dans l’écorce d’un hévéa sauvage (qui pousse tout seul), installer un pot pour recueillir le latex et ensuite ramasser les pots, est-il plus inhumain que de descendre au fond d’une mine de charbon dès l’âge de 10 ou 12 ans, y travailler à plat ventre avec une pioche, dans la poussière qui envahit les poumons, 12 heures par jour pour des clopinettes, avec en continu le risque des coups de grisou ? Ce qui fut le lot de notre « privilège blanc » pour construire notre pays dans la douleur ? Franchement, à choisir j’aurais opté pour l’hévéa.
"Les statues publiques des maudits Colbert, Napoléon, du Général De Gaulle rejoindront les poubelles de l’Histoire de l’Humanité ; ainsi on effacera du dessous des Cieux leurs souvenirs pour le bénéfice des jeunes générations."
[3/3] [t.co]
Pascal, méfiez-vous ! avec votre histoire de mineurs de fond on va vous accuser de faire une "black face". C'est grave ça mon vieux, très grave.
Tout cela me rappelle cette constatation attristée de Pavese dans son journal : « Les malheurs ne suffisent pas pour faire d'un con un homme intelligent. »
Non plus que l’abyssale bêtise de certains comportements ne peut absoudre ni régulariser ce qui en a tenu lieu de prétexte.
Mais qui donc cherche à absoudre ou régulariser ce qui a tenu lieu de prétexte pour le raz-de-marée de délire assassin et suicidaire qui nous engloutit ? Qui donc nie la légitime et nécessaire protestation de condamnation à laquelle tout un chacun se sait tenu et se tient ?
Police et occupant
COMMUNIQUÉ N° 123, JEUDI 11 JUIN 2020

Le CNRE apporte naturellement tout son soutien à la police et aux forces de l’ordre qui sont livrées à l’opprobre national pour des actes de violence dont la plupart ne sont même pas attestés. Qu’il en ait été commis à l’occasion, que des propos grossiers et vulgaires aient été tenus, c’est assez vraisemblable ; et ces manquements à la déontologie policière doivent être sévèrement sanctionnés. Il convient d’autant plus de rappeler que les violences policières, pour condamnables qu’elles soient quand elles existent, ne sont rien, une infime goutte d’eau, face aux violences de l’occupant, face à à la guérilla permanente à laquelle se livrent les peuples de substitution, face, en un mot, à la nocence, instrument du Grand Remplacement. Elles en sont la conséquence, le reflet très affadi, la pâle et presque infime réplique : fâcheuse, certes, mais, hélas, presque inévitable. Dans un contexte de changement de peuple et de civilisation, très encouragé qui plus est par les pouvoirs officiels, par leurs journalistes et leurs juges, il est difficile, quoique nécessaire, d’exiger des représentants harcelés de l’ordre ancien bafoué qu’ils n’aient jamais quelques réactions épidermiques face à l’agressivité et aux provocations du conquérant, non seulement à leur endroit mais aux dépends de la population indigène remplacée dans son ensemble.
C'est un fait : le spectacle sidérant de foules braillardes qui manifestent, menacent, cassent, dénoncent au nom de leur identité raciale exaltée et font s'agenouiller devant elles tous ceux qui n'ont pas l'heur de l'avoir en partage n'avait pas été donné en Occident depuis ... les années 30 en Allemagne. Ce fait troublant n'est presque pas relevé. Il est trop gros, il aveugle les esprits et paralyse les langues, jusqu'ici pourtant prolixes.
Francis@
... les années 30 en Allemagne. Ce fait troublant n'est presque pas relevé. Il est trop gros, il aveugle les esprits et paralyse les langues, jusqu'ici pourtant prolixes.




J’ai réellement le vertige face à une telle accélération de la débâcle. Le mouvement est mondial. Profond. Tout ce qui a été instillé dans nos cerveaux occidentaux depuis un demi-siècle est en train de sortir de sa gangue. Les soviétiques disaient que la phase de « déstabilisation » est très brusque, très courte. C'est vrai.

Ma plus grande joie est un échec : celui de n’avoir pas d'enfant, ce qui limite dans le temps l’avenir dont je suis biologiquement responsable... Il ou elle aurait appartenu à ce monde de Blancs agenouillés, découillus et décérébrés, à cette masse de demeurés irrémédiablement abêtis, de cocus de naissance affichant ce mélange hideux de contrainte et d'autosatisfaction grégaire. Mieux vaut n'être jamais né.
Citation
Pascal Mavrakis
Ma plus grande joie est un échec : celui de n’avoir pas d'enfant, ce qui limite dans le temps l’avenir dont je suis biologiquement responsable... Il ou elle aurait appartenu à ce monde de Blancs agenouillés, découillus et décérébrés, à cette masse de demeurés irrémédiablement abêtis, de cocus de naissance affichant ce mélange hideux de contrainte et d'autosatisfaction grégaire. Mieux vaut n'être jamais né.

Version immodérément plus optimiste : peut-être auriez-vous engendré celui ou celle qui nous aurait sauvés de ce marasme, qui sait ?
Le Monde, porte-drapeau toujours plus résolu de ces « Blancs agenouillés, escouillés et décérébrés, de cette masse de demeurés irrémédiablement abêtis, de cocus de naissance affichant ce mélange hideux de contrainte et d'autosatisfaction grégaire » dans un article (entre beaucoup d'autres) qui a cependant le mérite de dire de façon explicite ce qu'est cette chose qu'ils appellent le vivre-ensemble : la soumission.
On notera également l'incroyable régression du "débat" politique.
Jadis les cancres se retrouvaient au fond de la classe près du poêle ou du radiateur, ainsi tentaient-ils de dissimuler leur nullité... Mais le monde a changé. Aujourd'hui, les cancres (famille Traoré, Y. Bellatar, R. Diallo, la Ligue de défense noire et toute la Clique diversitaire) sont sur le devant de la scène, montent sur l'estrade et portent crânement leur ignorance en bandoulière. Ils en sont tellement satisfaits qu'ils veulent l'imposer à tous ceux qui, blancs de peau, ont lu un peu, et se soucient (sans trop la ramener) de l'avenir du pays. Pour ce faire une seule solution : il faut qu'ils balaient notre histoire et la remplacent par la leur, même s'ils ne la connaissent pas. Des siècles de littérature et de philosophie politique pour en arriver là... A s'flinguer.
Du fait que toutes les civilisations sont mortelles (merci à Paul Valéry pour le cadeau), il est normal qu'un jour ou l'autre elles meurent ; et il est donc tout aussi normal que quelques générations d'hommes se trouvent être au monde pendant l'agonie. C'est visiblement le sort qui nous est échu. Existe-t-il, quelque part, des “unités de soins palliatifs” pour civilisations incurables ?
13 juin 2020, 02:27   Le choix des armes
Citation
Didier Goux
Existe-t-il, quelque part, des “unités de soins palliatifs” pour civilisations incurables ?

Le Covid ? Le sort aura peut-être pensé à quelques contre-mesures dilatoires : une bonne deuxième vague, et tout ce beau monde éructant ira s'égailler dans ses quartiers de confinement, de gré ou de force, vous allez voir...
13 juin 2020, 17:20   Re : Le choix des couleurs
Au fait, c'est bien connu : le comportement du poulaga de base fut inadmissible face aux giléjaunes : c'étaient alors des nervis, des Macoutes, des pinochistes tortionnaires qui éborgnaient, énucléaient, démembraient, bombardaient à tire-larigot, juste pour le fun. Mais taper comme des sourds sur les Noirs et les Arabes, ça non !
Alain@
Mais taper comme des sourds sur les Noirs et les Arabes, ça non

Oui et en parlant des Noirs et des Arabes le seul point positif à ce méga-délire planétaire (j'envie les Israéliens...) c'est que certains Blancs réalisent enfin que leur couleur de peau, leur confort, leurs opinions politiques sympas et leurs propos modérés, leur propension à toujours vouloir tout excuser - bref, que leur gentille dorure "civilisée" ne leur sert plus à rien, strictement à rien !, bien au contraire.

Tolérance, repentance, haine de soi... autant de signes rouges chauffant à blanc le racisme anti-Blancs de ceux qu'ils protègent et dont ils refusent de voir la haine, ni le danger.
A genoux !...


[twitter.com]
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter