Le site du parti de l'In-nocence

Jusqu'où ? Jusqu'à quand ?

Envoyé par Pascal Mavrakis 
Je me pose la question : quel avenir pour un peuple qui laisse se faire massacrer ses propres enfants ?
Le "vous n'aurez pas ma haine" fut un premier tournant anthropologique, qui annonçait la réalisation de l'avenir que vous redoutez. Nous y sommes donc, dans ce monde-là, et de façon visible, depuis au moins 2005.
Serait-ce le prix à payer pour le fameux "privilège blanc"?
Je crois que nous ne nous en remettrons jamais d'avoir été aussi lâches, c'est impossible (je parle pour ceux capables d'éprouver encore dans leur chair ce que c'est qu'un peuple, une communauté de destin ; pour les autres, ces considérations sur notre lâcheté collective n'ont aucune espèce d'importance).
Me souviens vaguement d'un film de Kubrik, quand le dernier singe de la bande, qui n' a pas encore participé au lynchage, vient "contribuer" en portant un coup, le sien, avant de s'enfuir...

Derrière cette violence raciste la certitude que ces salauds ne guériront jamais, ne paieront jamais, sont déjà irrécupérables, inféodés aux lois d'un groupe, d'un cacique, n'en déplaise à tous les socio-psycho-sémiologues qui verront derrière cette nouvelle agression probablement "gratuite" le désespoir des cités.
Derrière ces images, la lâcheté complice des médias dans le choix des "sujets"... Mais bon, il se trouvera bien un guignol pour nous dire que ce qui est le plus à craindre, c'est une "récupération de l'extrême droite".
J'ai regardé la vidéo, c'est épouvantable. Ces
fumiers lui ont brisé le crâne en plusieurs endroits à coups de pieds, de batte de base-ball et... de béquilles.

Les irrécupérables, dites-vous... Je m'effraie à être saisi de pensées éliminationistes quand je songe à ces créatures sur terre pour faire le mal. Elles sont irrécupérables, c'est sûr.

Sur ce, j'ai bien ri en entendant un journaliste indiquer que les bourreaux majeurs de l'adolescent, s'il y en a, risqueraient la perpétuité... Ben voyons ! Attendons plutôt l'article de la sociologue de service sur le choix des armes des lyncheurs, comme ces béquilles, donc, véritables symboles des handicaps sociaux qui les empêchent de s'en sortir dans la vie autrement que par la violence, n'est-ce pas ? Ou un truc comme ça...
[quote="Pascal Mavrakis
Mais bon, il se trouvera bien un guignol pour nous dire que ce qui est le plus à craindre, c'est une "récupération de l'extrême droite".[/quote]

C’est fait par la voix de madame Garrido qui décidément ne recule jamais devant rien.
Ah oui ! le Tweet de R. Garrido... : un modèle de contournement et de falsification du réel.

Le choix des mots n'est jamais anodin :

- Les agresseurs sont qualifiés d' "auteurs".
- Ceux qui ouvrent les yeux et qui dénoncent les faits sont des "charognards"...

[t.co]
Tweet de Patrick Vignal, député LREM... :

@"Pour canaliser cette violence, éducation, culture et sport sont la clé !" #Yuriy [t.co]
Relevé dans Le Monde ce commentaire d'anthologie, posté par un certain Elzeard Bouffier le 25/01/2021 à 10H30 :

« Effrayant cette violence. On commence à mieux mesurer la contamination chez les plus jeunes des pires pratiques de l'extrême droite la plus dure. 10 contre un, c'est pas nouveau, l'histoire est truffée de ce type d'évènements. Le plus moche, c'est l'exploitation qui en est faite par tous ceux dont les idées sont à l'origine de ces pratiques. Il est plus que temps de s'en prendre aux racines du mal. »

Enfoncée la vertueuse madame Garrido qui clamait son horreur pour les “charognards” d'extrême-droite exploitant l'affaire, allons jusqu'au bout de cette magnifique logique, et reconnaissons que c'est bien l'extrême-droite qui est à l'origine de ces pratiques. Au reste, vous savez bien qu'au Ve siècle, les barbares qui ont mis l'Empire romain à feu et à sang, pillant, violant, incendiant et massacrant étaient d'extrême-droite.
C'est simple, le malade imaginaire souffrait du poumon et nos sociétés, tout imaginairement, de l'extrême-droite.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter