Le site du parti de l'In-nocence

Surtout

Envoyé par Roland Destuves 
12 septembre 2021, 19:24   Surtout
Un certain Martin Blachier, ci-devant « épidémiologiste », répond à une interviou dans le journal La dépêche d’aujourd’hui. En voici un extrait dont on peine à deviner ce qu’il révèle :

Martin B : (bla bla bla) Début 2022 on pourrait parler d’un retour à la normale.

Le journaliste : Grâce à la vaccination ?

Martin B : Grâce à l’immunité naturelle. Le virus aura assez circulé pour l’atteindre. Il faudrait que tout le monde ait attrapé le Covid-19, surtout après vaccination, pour développer cette immunité. (c’est moi qui souligne)
15 septembre 2021, 17:56   Pas si bête
J'esseplik : voyez-vous, l'infection naturelle tient là lieu de troisième dose, elle revivifie, elle robore, elle stimule, elle booste les défenses déjà acquises par les piquouses. Cela se conçoit, si on y pense...
15 septembre 2021, 20:57   Re : Surtout
Aloons, Alain, vous n'essplikez pas, vous "décryptez", mettez-vous à la page.

Or donc, "l'infection naturelle tient là lieu de troisième dose". Ah bon ? C'est donc un vaccin qui est plus efficace s'il est accompagné d'une contagion de la maladie qu'il combat ? En effet, ça rimerait pas mal avec « Les temps sont durs, votez MOU ! » de Pierre Dac...

Et comment décryptez-vous qu'à ceux qui ont contracté la maladie on demande une dose dans les deux mois après guérison ?
15 septembre 2021, 21:49   Re : Surtout
En principe, Roland, ces vaccins n'empêchent pas de contracter le virus ni même, semble-t-il, de pouvoir le transmettre, pour autant qu'il se soit multiplié dans les cellules de l'hôte : ils seraient censés avant tout, en produisant des anticorps spécifiques, empêcher dans la plupart des cas qu'on ne développe une maladie plus ou moins grave. C'est le principe des vaccins : stimuler une défense immunitaire qui se serait également produite en cas de d'infection en simulant l’action d'un agent pathogène.
Mais il apparaît que la quantité d'anticorps et leur efficacité diminue avec le temps, d'où la nécessité de réactiver leur production en injectant la fameuse 3ème dose : ce que vous semblez ne pas saisir, c'est donc qu'une contagion post-vaccinale par les voies naturelles aura à cet égard le même effet sur le système immunitaire : renforcer les défenses en reproduisant force anticorps.

Je veux bien que ce soit la version pratiquement officielle de la chose, mais enfin, ce n'est pas dans le principe si compliqué à comprendre, et cette logique se tient...
16 septembre 2021, 01:03   Re : Surtout
Cette logique, en effet, se tient et tout est possible dans cette affaire. Mais il y a un problème lexical, il manque un mot dans le déluge de mots nouveaux auquel nous sommes soumis, car ce n'est pas celui de "vaccin" qui correspond à ce qui est injecté. Il faut trouver un autre mot, mettre ça au concours. Comme beaucoup, j'ai reçu, enfant, le vaccin du BCG, ce n'était pas pour qu'éventuellement je n'attrape qu'une "petite tuberculose" ni que je soie susceptible de la transmettre à un autre et il en va de même pour toutes les injections qui s'appellent des vaccins..
16 septembre 2021, 06:50   Re : Surtout
Je ne vois là aucun "problème lexical" et je trouve franchement ce type d'argument complètement bidon : "Un vaccin est une préparation biologique administrée à un organisme vivant afin d'y stimuler son système immunitaire et d'y développer une immunité adaptative protectrice et relativement durable contre l'agent infectieux d'une maladie particulière".
C'est aussi simple que du Wiki, et néanmoins parfaitement exact et opératoire, y incluant les préparations à base dARN messager.
Maintenant vous pouvez l'appeler comme ça vous chante, après tout, mais du moment que le mode opératoire est strictement le même, le reste ne me semble vraiment être que de l’afféterie sémantique d'assez mauvaise foi.
16 septembre 2021, 11:54   Re : Surtout
"Un vaccin est une préparation biologique administrée à un organisme vivant afin d'y stimuler son système immunitaire et d'y développer une immunité adaptative protectrice et relativement durable contre l'agent infectieux d'une maladie particulière".

Le CRC américain vient de changer la définition du terme "vaccin", justement, pour faire entrer les bouillies Pfizer et Moderna dans la nouvelle définition:

From 2015 to 31 August 2021, a vaccine was defined as “a product that stimulates a person’s immune system to produce immunity to a particular disease, protect the person against that disease” and vaccination was “the act of introducing a vaccine into the body to produce immunity to a particular disease. “

Earlier versions of a vaccine definition also included “immunity” in its definition.

The new definition of the vaccine now reads: “A preparation used to stimulate the body’s immune response to disease”, while vaccination is “the act of introducing a vaccine into the body to produce protection against a particular disease.”

Ancienne définition: le vaccin stimule le système immunitaire afin de produire l'immunité.

Nouvelle définition: "une préparation servant à stimuler la réponse immunitaire de l'organisme à la maladie", et qui par conséquent ne prétend plus produire une immunité.

[j99news.com]


Sinon, il y a ceci, de quoi se réjouir des progrès de ces démarches empiriques tâtonnantes et fourbes dont l'humanité fait les frais, n'est-ce pas?

Courbes covid de trois pays parmi les plus vaccinés
16 septembre 2021, 16:45   Re : Surtout
Lu dans un tweet:

Quelle science ? Israel, Singapour nous montrent l'échec des vaccins. Israël a plus de 10,000 cas par jour alors que 80-90% des adultes sont vaccinés.

Franchement, qu'y a-t-il à discuter ? Défendre l'indéfendable est indigne.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter