Le site du parti de l'In-nocence

Bouillon de multiculture à l’école

Envoyé par EP 
Bouillon de multiculture à l’école
mercredi 19 mars 2008, par Jérémie Ménerlach

source : [www.ripostelaique.com]

J’ai eu la joie de participer à un diner d’école ce vendredi. Le but, louable s’il en est : financer le voyage à Barcelone d’une quinzaine d’élèves. Les moyens : des plats préparés par les élèves et leurs parents, sous la forme d’un « buffet multiculturel » avec des plats en provenance du Maghreb, d’Afrique noire, d’Afrique pas noire, ou encore d’Iran ou du Pakistan. J’oublie un plat, une tarte russe, qui se demandait un peu ce qu’elle faisait là.

Ma foi, plutôt une bonne idée même si cette multi culturalité là me paraissait quand même un peu « orientée ». Ayant déjà vu justifier l’inattaquabilité des cultures allogènes au prétexte qu’elles contenaient des cuisines délicieuses (1), je me mets assez vite en alerte comme quand il s’agit de nous vanter les couleurs chamarrées des burkas pour mieux nous vendre la soumission de la femme, ou pire, quand on met en exergue l’hygiène intime pour nous imposer en douceur les mutilations génitales (2). La suite de la soirée allait malheureusement confirmer mes craintes.

Après une courte, mais réussie, démonstration de danses multiculturelles (cette fois ci, réellement multiculturelles) les lumières se sont éteintes pour laisser la « scène » à un sketch multiculturel. Enfin, multiculturel…

L’entrée en scène : 6 « jeunes » prennent la salle en otage, à grand renforts de pétards et flingues menaçants, se déploient dans toute l’assemblée et miment une prise d’otages grandeur nature – avec, dans le rôle non voulu des otages, nous. Spectacle plutôt réussi, si on omet le fait que nous n’avions rien demandé, et que mettre dans la main de gamins de 15 à 18 ans des armes à feu, même factices, peut parfois soulever un début de désapprobation chez les réacs-qui-n’ont-rien-compris et qui estiment que la violence est une notion à bannir de la société en général, et d’une école en particulier.

Fort heureusement, ces réacs ont maintenant largement disparu, et ont laissé la place à des néo citoyens qui estiment depuis que la loi de celui-qui-a-les-plus-gros-biscottos doit faire réfléchir, et que les menaces de mort sont un moyen légitime pour faire taire un méchant caricaturiste-qui-n’aurait-pas-du-utiliser-sa-liberté-d’expression-pour-blesser-certaines-mentalités. La liberté d’expression elle-même s’est restreinte au permis de dire des choses qui plaisent à tout le monde, c’est vous dire si ces fameux réacs, dont je fais partie (la honte et la colère d’Allah soient sur moi), ont tort.

Passée cette entrée en matière, et une fois la salle plongée dans un mélange de curiosité amusée et de franche trouille, le « chef » des preneurs d’otage commença son discours. Il nous raconta sur un ton larmoyant, mais coupé par des touches d’humour irrésistibles telles qu’un besoin pressant (irrésistible, lui aussi) chez l’un des preneurs d’otage, l’histoire d’une femme qu’il aurait du épouser un an auparavant.

Ecoutons un peu la litanie telle que j’ai pu la noter.

Cette femme, une femme voilée, donc pure, si belle derrière son voile, pure comme la neige que personne n’aurait piétinée (sic), aurait un jour décidé de se suicider à cause du regard des méchants blancs intolérants qui, on le devine au travers de la profondeur élaborée du discours, auraient eu de l’animosité vis-à-vis de son accoutrement, ou pire : de ses coutumes religieuses.

S’ensuivit une diatribe contre « les gens de la rue », les « blondes » qui ne respectent pas les étrangers (avec pointage de doigt sur certaines personnes de l’assistance, qui ont dû être ravies d’être désignées coupables d’office, juste parce qu’elles étaient blanches – Mais traiter un blanc de raciste est une exception dans notre mentalité où prime pourtant la présomption d’innocence, depuis que le Mrap a déclaré sans rire que « tous les Français sont plus ou moins racistes » (3), sans se rendre compte que cette phrase raciste était tout aussi condamnable que de dire que « tous les Algériens sont plus ou moins voleurs » ou bien « tous les Moulouds sont plus ou moins crétins »).

Je pensais qu’on avait touché le fond avec ce discours puant, mais l’enseignante de ces élèves s’est crue obligée d’apporter sa caution, et pire : d’en rajouter une couche juste après, une fois les « comédiens » partis en emmenant un otage choisi « au hasard » parmi le personnel de l’école, flingue sur la tempe, devant des sourires mi figue mi raisin. Cette dame a lu ce qui semblait être un « communiqué » des élèves ayant préparé ce sketch – communiqué dont voici le résumé en deux points :

1- On est désolés pour les gros mots

2- Il faut arrêter de prendre les Arabes pour des terroristes (on s’amusera du fait qu’ils aient choisi un acte terroriste pour illustrer leur propos, un peu comme ces jeunes musulmans des cités qui menacent de violences tous ceux qui prétendraient que l’islam est violent, ou rend violent)

Et l’enseignante de marteler ad nauseam : « nous ne devons pas avoir peur des Arabes, de leur culture, de leur religion, mais plutôt avoir peur de nous-mêmes et de notre intolérance ». Discours classique d’auto flagellation qui voudrait nous faire croire que si les « jeunes » ont beaucoup plus de problèmes avec la police, c’est parce que la police est raciste, que les statistiques sont racistes, ou bien que si le trafic de drogue concerne majoritairement les mêmes « jeunes », c’est parce que le haschisch est raciste.

Voila un petit peu les messages de la soirée, résumés par mézigue :

1- Le voile permet aux femmes de rester pures, « non touchées », les femmes voilées sont donc supérieures aux femmes non voilées

2- Les blancs sont racistes – jeter un mauvais regard à une femme voilée est un acte raciste. Les militants féministes apprécieront le sort qui leur est réservé. D’ailleurs, l’ONU ne vient il pas de classer comme « raciste » le fait de critiquer le port de la burka ? (4)

3- Les Arabes n’ont rien à voir avec les violences ou les incivilités commises par les Arabes. Les coupables, ce sont les blancs qui sont intolérants, et qui génèrent ces violences par leur peur irrationnelle.

4- Il ne faut pas avoir peur de l’islam, puisqu’on vous le dit. Nota : tout débat contradictoire à cette question sera immédiatement fustigé comme étant raciste.

5- La prise d’otages est un moyen légitime de revendications. Par contre, les gros mots, pas trop.

6- Les blancs sont racistes (je l’ai déjà cité, mais on ne le répètera jamais assez).

7- Peut être que le racisme touche d’autres populations, mais les Arabes ont quand même priorité, ce sont eux qui sont « plus » victimes. Je précise que c’est l’enseignante elle-même qui a choisi de « discriminer » le racisme anti Arabes en ne parlant que de celui-ci et en occultant tous les autres, notamment le racisme anti Juif qui suinte à toutes les pages du Coran…

Nul besoin de préciser que je ne me suis pas attardé ensuite, pour savoir si les violences conjugales dans les couples musulmans sont également imputables au regard des voisins racistes, ou si le refus de la polygamie était un crime de lèse-multi culturalité. Je ne saurai donc pas quels autres messages véhicule le corps enseignant de cette école.

Gageons qu’ils sont très loin des messages de paix, d’égalité, d’efforts, de travail, et de vie en société, que des réacs ont un jour trouvés légitimes. Ce renversement des valeurs est hélas un classique aujourd’hui et tant de nos concitoyens se sont déjà laissés berner par les aberrations suivantes :

Le voile, c’est ma liberté (5)

Les intégrismes religieux n’ont aucun rapport avec la religion (6)

La discrimination positive est un moyen de lutter contre les injustices (7)

Les repas Halal dans les cantines sont un facteur d’intégration (8)

Les burkinis sont un facteur d’intégration (9)

La liberté d’expression n’autorise pas à offenser les convictions religieuses des croyants (10)

On ne peut que constater, à la lumière de ces exemples, que la bien-pensance antiraciste mais discriminophile et communautariste nous a probablement fait perdre les biens les plus précieux que nous avions : le bon sens et la raison. A force de virevolter au gré des bons sentiments en négligeant les principes de base de notre République, nous sommes devenus incapables de concevoir une société cohérente.

En dévoyant le mot « multiculturalisme » et en le proposant comme « valeur supérieure » non soumise à des principes communs tels que les Droits de l’Homme, nous avons assassiné l’idée même de cohérence. Et le lieu du crime n’est nul autre que l’endroit où des parents et des profs étaient allés passer une soirée « multiculturelle » qui a tourné à la prise d’otages : l’école publique….

Jérémie Ménerlach

(1) [www.jahida.com]

(2) [www.islam-qa.com] ?ds=qa&QR=7073&ln=fre Dr Muhammad Ali al-Bar, membre des Facultés Royales de Médecine du Royaume Uni et conseiller au Département de Médecine Islamique au Centre Roi Fahd pour la Recherche médicale de l’Université Roi Abd al-Aziz de Djeddah, a dit dans son livre sur la circoncision : « la circoncision des nouveaux-nés (au cours du premier mois de leur vie) permet d’obtenir de nombreux avantages sanitaires dont voici les plus importants : Protection contre les inflammations du pénis (sic), Inflation des voies urinaires (sic), protection contre le cancer du pénis (sic)

(3) [www.mrap-nord.org] ?id_article=109

(4) [www.humanrights-geneva.info] ?article2807 Ainsi, le rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de racisme, Doudou Diène, déclare d’ores et déjà qu’énoncer une critique contre le port de la burqa constitue une agression raciste, que la laïcité est ancrée dans une culture esclavagiste et colonialiste et que la loi française contre le port des signes religieux à l’école participe du racisme antimusulman, renommé "islamophobie occidentale".

(5) [musulmana1994.skyrock.com] Ce voile c’est mon émancipation ; Ce voile c’est ma pudeur ; Ce voile c’est mon bonheur ; Ce voile c’est ma féminité, ma personnalité, mon identité. Ce voile, c’est ma liberté. Ne touchez pas à mon voile !!!

(6) © C. Fourest [www.lesinsoumises.org]

(7) [www.eleves.ens.fr] La « discrimination positive » est un principe : il s’agit d’instituer des inégalités pour promouvoir l’égalité, en accordant à certains un traitement préférentiel.

(8) [www.timesonline.co.uk] A Oxford, les parents d’élèves de la Rose Hill Primary School ont reçu une lettre de la direction les informant que de la viande « halal » serait servie à tous les enfants, et que cette décision faisait partie de la “politique d’intégration de l’école” (Janvier 2008).

(9) [islamineurope.blogspot.com] Le secrétaire d’état aux sports, Jet Bussemaker, estime que le burkini contribue à l’intégration des femmes musulmanes aux Pays-Bas.

(10) catholique-lyon.cef.fr/IMG/Chronologie_caricatures_060220.rtf le Vatican prend position en estimant que la liberté d’expression n’autorise pas à offenser les convictions religieuses et en déclarant que "la cohabitation des hommes exige un climat de respect mutuel pour favoriser la paix entre les hommes et les nations", ajoutant que le droit à la liberté d’expression ne comprend pas "le droit de blesser les sentiments religieux des croyants".
Utilisateur anonyme
19 mars 2008, 13:43   Re : Bouillon de multiculture à l’école
C'est ce qu'on appelle une mise en abyme, je suppose.

Est-il possible de réfléchir à ce qui se passe à l'école, aujourd'hui, sans rappeler que la proportion de femmes parmi les "enseignants" est en passe de devenir majoritaire (singulièrement, au collège, parmi les profs de français) et qu'une certaine forme de bêtise féminine est une vraie bénédiction dans l'entretien de la "victimophilie" ?
Utilisateur anonyme
19 mars 2008, 13:48   Le vecteur du facteur.
C'est d'un goût... mais peut-être est-ce là le meilleur "enrichissement culturel" que la société multi-culturelle puisse encore nous offrir... ?


"Les repas Halal dans les cantines sont un facteur d’intégration"

Pour ma part j'aime mieux vecteur !, oui, "vecteur d'intégration", ça fait mieux - non ?
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter