Le site du parti de l'In-nocence

Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa

Communiqué n° 1038, jeudi 22 avril 2010
Sur l'interdiction générale de la burqa

Le parti de l'In-nocence se réjouit de la décision du président de la République de faire soumettre au Parlement, par le gouvernement, en accord avec le parti majoritaire, un projet de loi visant à une interdiction totale de la burqa.

Le parti de l'In-nocence regrette certes que cette décision du chef de l'État semble relever, par le moment où elle est prise, du pur opportunisme politique et que M. Nicolas Sarkozy, comme d'habitude en ces matières, paraisse n'avoir aucune conviction personnelle et naviguer à vue en fonction de ce qu'il croit être son intérêt politique. Le projet annoncé, quels qu'en soient les motifs, n'en coïncide pas moins, quant au fond, avec nos vues, nos désirs et nos intentions.

Le parti de l'In-nocence estime au demeurant que si des obstacles juridiques s'élevaient pour empêcher la promulgation d'une telle interdiction, ce sont ces obstacles même qui devraient être juridiquement levés, comme contraire au droit de notre peuple à disposer de lui-même, de sa culture et de son territoire. Pareille nécessité, si elle surgissait, devrait être considérée comme une chance pour l'ouverture d'un vaste chantier législatif destiné à mettre fin aux dispositions diverses qui sont les instruments et les garants de la contre-colonisation, du Grand Remplacement et de l'aliénation nationale sans contrepartie ni réciprocité.
Bravo pour cet excellent communiqué.
Mais il faut quand même reconnaître que Nicolas Sarkozy a été le seul dirigeant européen à avoir le courage de dire que la burqa n'était pas la bienvenue en France.
Remarquez qu'il ferait beau voir qu'un autre dirigeant que le nôtre s'avise de le dire.
23 avril 2010, 11:55   Accord raisonnable
Bien chers amis,


Voici ce que nous dit sur cette affaire le fameux juge pour enfants de Bobigny, qui n'est pas, bien souvent, d'accord avec nous.

C'est un avis que je qualifierai de "de gauche raisonnable" :

[jprosen.blog.lemonde.fr]
Cher Jean-Marc, votre gugusse est illisible. Qu'un juge puisse écrire aussi mal, cela me fait frémir pour la justice qu'il rend.
23 avril 2010, 14:00   My beautiful Gugusse
Bien cher Francmoineau, trois choses :

- ce n'est pas mon gugusse ;

- de toute façon, je n'aime pas les hommes qui mettent des robes ;

- faites un effort pour le lire, ce qu'il dit n'est pas stupide.
Cher Jean-Marc, je me rends à vos deux premiers points. Quant au troisième, je vous laisse... juge, pour moi la cause est entendue.
Sur le site du Figaro, il y a actuellement un vote à propos de la burqa : sur 42000 personnes, 86% sont pour l'interdiction totale ; il n'y a pas photo !

[www.lefigaro.fr]
La réaction d'un lecteur me semble toucher juste, sur cette « casuistique » d’importation qui ne devrait en rien nous concerner : « Situation ubuesque et pitoyable. On en arrive à écrire des articles sur la différence entre burqa, niqab, hijab ... On demande à d'"éminents " représentants de la "communauté" musulmane si tel comportement incompatible avec notre culture et notre mode de vie est en accord avec les prescriptions du Coran...»
Je crois réellement que c'est là un des nœuds gordiens de ce genre de débats : quand on en arrive au point de rentrer dans les arguties de l'adversaire, et d'utiliser son vocabulaire, ses références et ses distinguos, on peut considérer qu'on lui a fait allégeance, d'une certaine manière.
Quel Alexandre le tranchera ?
Absolument d'accord avec vous, Francmoineau.
23 avril 2010, 20:10   Re : My beautiful Gugusse
Il ne faut parler que de visage masqué dans l'espace public.
23 avril 2010, 20:16   Re : My beautiful Gugusse
Citation
Bernard Lombart
Il ne faut parler que de visage masqué dans l'espace public.

Vous avez raison, et d'ailleurs une loi existe déjà dans le code civil français interdisant d'avoir le visage masqué sur la voix publique en dehors du jour de Mardi-Gras.

Ce ne sont pas de lois dont nous manquons en France, mais seulement de la volonté de les appliquer.
23 avril 2010, 20:32   Re : My beautiful Gugusse
Je suis frappé par le manque de culture de nos sociétés, même dans les hautes sphères européennes, en matière de droit. Il me semble urgent que l'on prodigue, à tous les niveaux d'étude, des notions de droit (et non de moraline plus ou moins "civique"). Le droit est une science dure, qui a sa propre logique, logique qui me semble de plus en plus baffouée. Dans le passé, l'on apprenait encore le droit romain, non pour l'appliquer, bien entendu, mais pour apprendre la logique du droit. Or, maintenant, en lieu et place, on légifère à tire-larigot...
Le droit n'est pas séparable de la coutume. Réfléchir au sujet de la polémique sur la burqa en termes exclusivement juridiques (la science dure de Monsieur Lombart) ne me paraît pas suffisant. Je survolais il y a quelques semaines les débats à l'Assemblée (on y a accès en ligne) au sujet du projet de loi en question, et on y entendait l'avis d'une historienne d'art (qui entretenait l'illustre assemblée de la représentation du visage en Occident), un philosophe (Meddeb, je crois, qui invoquait quant à lui Levinas et la primauté métaphysique et morale du visage), etc. On ne peut séparer les discussions sur ce projet de loi des question de moeurs, d'habitudes (du mot "habit", comme coutume et costume ?), bref de civilisation.
Utilisateur anonyme
23 avril 2010, 21:48   Re : My beautiful Gugusse
La notion de loi a tellement perdue de son prestige et de sa solennité d'antan qu'on serait en droit de s'interroger sur l'efficacité réelle, ou même seulement symbolique, de cette loi anti-burqa... cette nouvelle loi ne s'inscrivant pas dans un système de normes, mais dans les fluctuations circonstancielles. En effet, on ne légifère plus guère de nos jours en vue d'édifier un temple des normes, car on considère surtout l'utilité de l'instant. Par conséquent, l'idée de loi s'est délabrée en se banalisant. Le pouvoir politique est désormais confronté (et il le sera de plus en plus), par la force des choses, à des situations normativement imprévisibles et exceptionnelles qui démentent la logique du Système et qui pourraient, dans un futur assez proche, le contraindre à prendre des mesures autres que légales. Le droit n'est pas illimité, on ne saurait légiférer sur tout et tout ne se laisse pas normativiser. Il existe des sphères de l'existence qui échappent à la légalité et qui lui sont même rebelles. De toute façon, le droit ne se ramène pas à une somme de lois, comme le suggère le positivisme juridique qui sous-tend la pensée libérale.
23 avril 2010, 22:16   Re : My beautiful Gugusse
Citation
Par conséquent, l'idée de loi s'est délabrée en se banalisant. Le pouvoir politique est désormais confronté (et il le sera de plus en plus), par la force des choses, à des situations normativement imprévisibles et exceptionnelles qui démentent la logique du Système et qui pourraient, dans un futur assez proche, le contraindre à prendre des mesures autres que légales

Comment comment de quelles mesures voulez-vous parler ?

Vos remarques sont éminemment justes mais les francais en ont assez de toutes ces simagrées et veulent du concret.
23 avril 2010, 22:20   Re : My beautiful Gugusse
"Vous avez raison, et d'ailleurs une loi existe déjà dans le code civil français interdisant d'avoir le visage masqué sur la voix publique en dehors du jour de Mardi-Gras."

En Belgique peut-être, pas en France, pays dans lequel s'applique l'immarcescible formule du commissaire du Gouvernement Corneille : « La liberté est la règle, la restriction de police l'exception ».

C'est seulement en juin 2009 qu'un article R. 645-14 du code pénal a prévu une contravention pour ceux qui dissimulent volontairement leur visage afin de ne pas être identifiés dans des circonstances faisant craindre des atteintes à l'ordre public, et ce, au sein ou aux abords immédiats d'une manifestation sur la voie publique, ces dispositions n'étant pas applicables aux manifestations conformes aux usages locaux (ex. carnaval). Il ne fait aucun doute que la nécessité d'une manifestation et de circonstances faisant craindre des atteintes à l'ordre public est très limitante.

C'est évidemment insuffisant pour traiter le problème de la burqa et il y a un réel vide juridique qu'il faut combler.

Or, et cela n'a pas été assez dit, le Conseil d'Etat a rendu un avis vraiment très décourageant pour tout amoureux de la liberté et, par conséquent, ennemi de l'islam radical. Ainsi, contre toute attente, il est allé jusqu'à estimer que l'interdiction générale et absolue n'était pas acceptable au sein des services publics ! Ceci constitue une surprise dans la communauté des juristes qui considérait que la logique jurisprudentielle autorisait au moins cette interdiction là.

Pour le Conseil d'Etat, la burqa est bien un signe religieux ostensible, ce qui ne faisait guère de doute, mais celui-ci ne constitue pas en soi un acte de prosélytisme. Il estime donc l'interdiction générale absolument impraticable juridiquement, elle est, selon lui, tout simplement incompatible avec l'Etat de droit.

Il a toutefois proposé au gouvernement plusieurs possibilités d'interdiction à « géométrie variable » :
- lieux ouverts au public dans lesquels les autorités de police pourront prescrire à toute personne de maintenir son visage découvert ;
- lieux privés à risque aggravé (bijouteries, banques) et lieux où se déroulent des événements à hauts risques (rencontres sportives, conférences internationales) ;
- lieux dans lesquels l'obligation de se découvrir le visage serait justifiée par la lutte contre la fraude.

Puisque le gouvernement souhaite passer en force (avec raison) et interdire de façon générale et absolue la burqa sur la voie publique, la menace d'une censure de « l'aile Montpensier » du Palais Royal (entendez le Conseil constitutionnel) est désormais devant nous. Elle va se concrétiser d'autant plus vite que tout un chacun peut le saisir par le truchement de la question préalable de constitutionnalité. Les organisations islamistes ou simplement "droitsdelhommistes" vont s'y employer et vraisemblablement faire annuler (au moins en en partie) une interdiction générale et absolue, si le Parlement la vote, comme cela semble se profiler.

Jusqu'où le gouvernement sera-t-il prêt à aller pour mener à bien son projet ? S'agit-il d'un coup de menton du pouvoir ou bien d'une authentique volonté politique, ferme et résolue, quitte à modifier la Constitution ?

Telle est la véritable question à laquelle nous aurons bientôt la réponse.
Utilisateur anonyme
23 avril 2010, 23:42   Re : My beautiful Gugusse
Comment comment de quelles mesures voulez-vous parler ?

Toutes les précautions de la morale, du droit, de l'économie et de la science sont impuissantes face à une urgence qui exige la décision. On peut souhaiter pour des raisons philosophiques, morales ou idéologiques de n'avoir plus jamais à prendre de décision, mais ceux qui provoquent une situation exceptionnelle n'ont cure des aspirations abstraites. Les terroristes, par exemple, ne demandent pas aux passagers d'un avion s'ils ont le droit de le détourner... Face à pareille menace une décison doit être prise sur le champ, au regard des nécessités de la situation. En fin de compte, les dispositions juridiques, souvent raides, abstraites et fictives, valent essentiellement pour les situations courantes, que précisément elles normalisent. Selon moi, il existe une frange d'indétermination que la décision politique doit prendre en charge en l'absence d'une normativité adéquate.
"Il ne faut parler que de visage masqué dans l'espace public." Tout à fait de cet avis, c'est le fait brut de se dérober aux regards qui heurte et la perspective de la multiplication de visages qu'on ne voit plus ; il est inutile d'agiter cette question de condition de la femme qui fausse tout, on ne pense plus à rien, on constate simplement que des fantômes noirs circulent dans les rues, d'ailleurs rien ne dit qu'un homme de temps en temps ne soit là-dessous, ou un officier du G.I.G.N., qu'est-ce que c'est que ce délire d'autoriser des gens, pas des femmes ni des musulmans, des gens, à circuler au sein des villes sans qu'on puisse se faire la moindre idée de leur distinction physique ? Qu'est-ce que c'est que c'est que ces apparitions lugubres et ambiguës et peu m'importe que ce soient des femmes ou des robots et si les hommes se bâchaient (comme ils font d'ailleurs à leur façon avec ces manières de barbes barbantes qu'ils arborent) j'en dirais autant.

J'ajoute que, sur la question du port de cette cosidetta burka, il ne faut pas négliger, si on place le débat sur la question féministe, qu'on ne manquera jamais de témoignages de bâchées qui auront cette couleur, irrésistible pour l'époque, du "je suis comme ça, moi", en Burka, et je ne vois pas pourquoi on ne me laisserait pas être moi-même, qui êtes-vous pour parler à la place des femmes etc.

____


"La notion de loi a tellement perdue de son prestige et de sa solennité d'antan qu'on serait en droit de s'interroger sur l'efficacité réelle, ou même seulement symbolique, de cette loi anti-burqa..." C'est peut-être la goutte de loi qui ferait déborder le vase, simple hypothèse.
24 avril 2010, 00:33   Re : My beautiful Gugusse
Visage masqué, oui... Faudra aussi qu'on pense aux motards...
Avant que les motards fassent école...
"La société de Tamanrasset était très fermée ; [...] Mais nous eûmes la chance d'être pris en main par les instituteurs Mme et M. B., et par l'explorateur Henri Lhote. Mme et M B. avaient pour élèves des Français et des Touaregs. (...) Quand nous allions chez les B., nous y rencontrions toujours de grands garçons voilés qui jouaient aux cartes, bavardaient, somnolaient : les fils de l'Aménokal, leurs cousins, leurs amis ; ils venaient là comme à un club ; [...] Ils avaient belle allure dans leurs robes indigo ; au-dessus du litham, des yeux sombres brillaient. Un après-midi, Mme B. demanda au fils de l'Amenokal de découvrir son visage : "Sois gentil, rien qu'une minute, écarte ton voile, Chéri." (Il s'appelait Chéri, et c'était drôle d'entendre cette femme posée qui l'admonestait : Chéri, Chéri...) Il minauda, pouffa, souleva l'étoffe : un grand nez en bec d'aigle le défigurait ; chaque fois que j'ai surpris le visage d'un Targui, j'ai retrouvé ce nez, cette déczvante laideur sous les yeux d'un éclat noir. Les femmes avaient un peu plus de bonheur."

Simone de Beauvoir - La force des choses
24 avril 2010, 04:50   Re : My beautiful Gugusse
Le travail du législateur est retardataire et réactif. Son action consiste à tenter de faire barrage à une réalité en passe de faire exploser tous les cadres anciens à l'intérieur desquels le contrat qui fondait la loi, sa nécessité et la nécessité de la respecter et même de la révérer, n'est plus. La démultiplication des lois témoigne de l'incapacité de donner à la prolifération du phénomène de l'illégalité ou de la marge incongrue à tout un monde prévisible auquel les lois et le respect des lois convenaient et suffisaient par contrat général, un quelconque sens connu ou appréhendable: Il est ubuesque de verbaliser une conductrice en niqab (les intégristes pourraient nous objecter en riant et non sans raison que nous sommes pire qu'eux en refusant aux femmes, à leurs femmes, le droit de conduire un véhicule) parce qu'il est ubuesque d'avoir permis l'installation dans une société de gens qui n'y ont rien à faire et en rejettent tous les fondements et tous les attendus.
24 avril 2010, 04:55   Re : My beautiful Gugusse
Les motards doivent ôter leur casque intégral en pénétrant dans un lieu public (bureau de poste, succursale bancaire, espace d'accueil, etc.). Je crois, sans l'avoir vérifié, que c'est un règlement.
24 avril 2010, 06:48   Re : My beautiful Gugusse
Il y a "lieu public" et "espace public". Je pensais à la rue.
Utilisateur anonyme
24 avril 2010, 06:51   Re : My beautiful Gugusse
"Le travail du législateur est retardataire et réactif. Son action consiste à tenter de faire barrage à une réalité en passe de faire exploser tous les cadres anciens à l'intérieur desquels le contrat qui fondait la loi, sa nécessité et la nécessité de la respecter et même de la révérer, n'est plus. La démultiplication des lois témoigne de l'incapacité de donner à la prolifération du phénomène de l'illégalité ou de la marge incongrue à tout un monde prévisible auquel les lois et le respect des lois convenaient et suffisaient par contrat général, un quelconque sens connu ou appréhendable"
.......................................................

Entièrement d'accord avec vous.
Une femme de 31 ans portant le voile intégral a indiqué jeudi avoir écopé début avril d'une amende de 22 euros, infligée pour «circulation dans des conditions non aisées», après un contrôle routier à Nantes. L'affaire intervient au moment où la controverse sur l'interdiction générale du voile intégral, souhaitée notamment par le président de la République, bat son plein.


La femme de nationalité française porte depuis neuf ans un niqab qui ne laisse voir que ses yeux. Elle a fait l'objet de ce contrôle le 2 avril alors qu'elle circulait au volant de sa voiture dans une rue de Nantes. «Deux agents à moto m'ont fait signe de m'arrêter», a-t-elle expliqué à une correspondante de l'AFP. Elle leur a tendu alors ses papiers et ceux de la voiture et a dévoilé son visage pour que son identité soit vérifiée.

«Et là, le policier m'annonce qu'il va me verbaliser à cause de ma tenue vestimentaire. Je lui dis alors qu'il n'en a pas le droit, que c'est de la discrimination pure et simple», a-t-elle poursuivi. Sur le procès-verbal est mentionné l'article 412-6 du Code la route: 22 euros pour «circulation dans des conditions non aisées», le fonctionnaire estimant que le champ de vision de la jeune femme était réduit. «C'est laissé à la libre appréciation de l'agent verbalisateur. Cet agent a fait son travail. Il a estimé que dans ces circonstances, il y avait un risque pour la sécurité», a précisé la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

«Nous sommes quand même dans le pays des droits de l'homme ! Le port du voile sur la voie publique n'est pas prohibé, que je sache? Si ne voir que les yeux constitue une infraction, alors il faudrait interdire au GIGN de conduire avec des cagoules !» a raillé Me Jean-Michel Pollono, l'avocat de la jeune Nantaise.
Celle-ci s'est opposée à sa contravention en envoyant un recommandé au ministère public jeudi. «Le tribunal de proximité tranchera», a conclu la DDSP.

Ce PV à 22 euros ne va pas manquer d'attiser la polémique sur le voile intégral. Hier Dominique de Villepin a pris ses distances avec le projet de Nicolas Sarkozy, et plaidé pour une interdiction limitée aux services publics. Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la Famille, a souligné que cette loi visait à protéger «la dignité de la femme». «Comment expliquer que des femmes se battent en Afghanistan pour leur liberté et qu'en France nous accepterions ce pour quoi elles combattent», s'est-elle interrogée.
Nous arrivons à un moment où, paradoxalement, si l'on souhaite continuer à vivre dans un pays de liberté, il faut admettre de restreindre les libertés (est-ce l'amorce d'un mouvement plus vaste qui conduira peut-être un jour à instaurer une sorte d'état de siège permanent dans certaines parties du territoire ?). Le Conseil d'Etat, voit cela et refuse d'y aller. Il a raison de son point de vue. La loi anti-burqa va représenter un formidable retour en arrière par rapport à l'édifice qu'il a patiemment construit. Mais cet édifice a été fait pour des gens civilisés, par pour des étrangers aux coutumes barbares. Les sages du Palais Royal ne pouvaient pas prévoir qu'un jour en France, un homme marié à six femmes emprisonnées dans des vêtements aussi déments que sinistres, tenterait de se justifier en prenant appui sur les droits de l'homme, ni qu'il trouverait des défenseurs - y compris des femmes - parmi les intellectuels Français les mieux éduqués et aux idées les plus "avancées".
Entièrement d'accord, cher Agrippa. J'irai même un peu plus loin que vous, en affirmant que la loi, dans le fond des choses, est faite pour ceux qui la respectent et non contre ceux qui la violent...
Utilisateur anonyme
24 avril 2010, 11:24   Re : Une loi existe déjà dans le code civil français...
Ajoutons à cela un mari qui "appartiendrait à la mouvance radicale du 'tabligh' et vivrait en situation de polygamie, avec quatre femmes dont il aurait eu 12 enfants. Au demeurant, chacune de ces femmes bénéficierait de l'allocation de parent isolée"...


............................................................................................................
Niqab au volant:Hortefeux veut déchoir le mari de sa nationalité
Hier, AFP, 20h35
Le mari de l'automobiliste verbalisée car elle conduisait voilée d'un niqab devrait être déchu de la nationalité française pour polygamie et fraudes aux aides sociales, a écrit vendredi Brice Hortefeux au ministre de l'Immigration Eric Besson.

La femme verbalisée le 2 avril à Nantes, "à juste titre" selon le ministre de l'Intérieur, serait l'une des quatre compagnes d'un homme né à Alger et ayant acquis la nationalité française par mariage en 1999, écrit Brice Hortefeux dans une lettre transmise à la presse.

"Cet individu appartiendrait à la mouvance radicale du 'tabligh' et vivrait en situation de polygamie, avec quatre femmes dont il aurait eu 12 enfants. Au demeurant, chacune de ces femmes bénéficierait de l'allocation de parent isolée", peut-on lire dans le courrier.

"J'ai demandé au préfet de la Loire-Atlantique de faire, sans délai, toutes les diligences utiles, auprès du parquet et des services sociaux, pour réprimer, le cas échéant, les faits de polygamie et de fraude aux aides sociales qui ont été signalés", ajoute Brice Hortefeux.

"Je vous serais très reconnaissant, en outre de bien vouloir faire étudier les conditions dans lesquelles, si ces faits étaient confirmés, l'intéressé pourrait être déchu de la nationalité française", conclut le ministre de l'Intérieur.

Les quatre femmes de l'homme en question porteraient le voile intégral, précise Brice Hortefeux dans le courrier.
" Mais cet édifice a été fait pour des gens civilisés, par pour des étrangers aux coutumes barbares. "

De même que le droit du sol n'avait été prévu que pour des étrangers peu nombreux ou à la culture si peu différente de la nôtre qu'ils étaient considérés comme assimilés d'avance, en quelque sorte. De même que le jeunisme ne peut, à la rigueur, être supportable pour une société que dans des pays où la jeunesse est très minoritaire. Or avec l'immigration africaine la jeunesse va devenir majoritaire dans la population et l'on ne sait que trop ce que donnent les sociétés à fort pourcentages de jeunes : le chaos, la violence et la misère ; chaos, violence et misère qui font fuir les jeunes vers les pays de vieux comme le nôtre ! Et pourtant ces pays invivables ne font pas dans le jeunisme ! Imaginez ce que ça ve donner chez nous où l'arrogance encouragée de la jeunesse sera aggravée par le racisme anti-blanc !
Utilisateur anonyme
24 avril 2010, 11:45   Re : Une loi existe déjà dans le code civil français...
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Oui, il est piquant de constater qu'il y a quelques semaines, personne au gouvernement ne se préoccupait de polygamie...

Marine peut se frotter les mains, ce n'est plus un boulevard qu'elle a devant elle, c'est une piste de décollage.
Absolument et de la même manière ils ont fait lamentablement marche arriére dans leur volonté d'écarter Zemmour du PAF en le faisant virer du Figaro et interdire d'antenne.
Utilisateur anonyme
24 avril 2010, 11:53   Re : Une loi existe déjà dans le code civil français...
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Ouest france de ce jour :

L'affaire de l'amende à 22 €, établie à Nantes, contre une femme « pour conduite non aisée » a fait réagir toute la journée d'hier. Jusqu'au ministre de l'Intérieur.
En plein débat sur le projet de loi visant à interdire le port du voile intégral, une affaire de PV nantais fait beaucoup de bruit. Rappelons qu'une automobiliste de 31 ans a été verbalisée par un motard, le 2 avril, alors qu'elle conduisait voilée (Ouest-France d'hier). Le policier a estimé que son champ de vision était réduit et a dressé un procès verbal pour « conduite non aisée ». Il s'appuyait sur un article du code de la route, laissé à l'appréciation du fonctionnaire, stipulant que la conduite ne doit souffrir aucune gène.

Hier, la machine médiatique et politique s'est emballée. À la demande des journalistes, la femme a improvisé une conférence de presse dans une boucherie halal de Rezé (banlieue nantaise). Elle assure que son champ de vision était dégagé et qu'elle est victime « d'une injustice ». Son avocat, qui conteste le PV, ajoute qu'elle conduit voilée depuis neuf ans sans jamais être verbalisée.

La jeune femme était entourée de deux hommes qui militent pour la construction d'une mosquée à Rezé. Ils ont dénoncé « une discrimination pure et simple » et annoncé que leur association allait soutenir la jeune femme. Au même moment, sur son blog, Franck Louvrier, conseiller régional proche de Nicolas Sarkozy, estimait que « le projet de loi en préparation [...] permettra d'établir des règles claires en la matière dans un pays où la dignité de l'être humain est un principe immuable de notre vie en commun ».

Le dernier acte dans cette affaire, qui prend une autre tournure, s'est joué hier soir. Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a fait des révélations qui tombent à pic. Riposte ? Après avoir validé le bien-fondé de l'amende, « dressée à juste titre », il a étrangement mis en cause le conjoint de la femme faisant état de soupçons de « polygamie » et de « fraude aux aides sociales ».

Dans ce même courrier, il demande à son collègue de l'Immigration Éric Besson, « de bien vouloir faire étudier les conditions dans lesquelles, si ces faits étaient confirmés, l'intéressé pourrait être déchu de la nationalité française. » De graves soupçons étalés publiquement et au conditionnel... en marge d'une simple contestation de PV à 22 €.

Thomas HENG.
Ouest-France
« Polygamie » et « fraude aux aides sociales »...

...quand le réel vous saute à la figure.
" Elle assure que son champ de vision était dégagé "

Son champ de vision peut-être, mais pas son esprit.
Utilisateur anonyme
24 avril 2010, 13:06   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
"Nous arrivons à un moment où, paradoxalement, si l'on souhaite continuer à vivre dans un pays de liberté, il faut admettre de restreindre les libertés (est-ce l'amorce d'un mouvement plus vaste qui conduira peut-être un jour à instaurer une sorte d'état de siège permanent dans certaines parties du territoire ?). "
.................


Un philosophe comme Agamben construit à partir de Schmitt l'idée que c'est lorsqu'il devient policier et violent que l'Etat libéral montre sa vraie nature.
Utilisateur anonyme
24 avril 2010, 13:46   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
(Message supprimé à la demande de son auteur)
" Nous passons de moins en moins inaperçus "
Forcément ! Au train où vont les choses, on se fera davantage remarquer sans burka ni djellaba qu'avec !
Utilisateur anonyme
24 avril 2010, 15:47   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
On peut lire ceci sur Le Parisien (.fr) :

Citation

Samedi matin, le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefèbvre jugé que la démarche du ministre de l'Intérieur était une «fermeté nécessaire» et qu'elle n'était qu'une étape vers l'expulsion de l'intéressé. L'autre porte parole de l'UMP Dominique Paillé a lui démenti toute médiatisation à visée electoraliste de cette affaire estimant cependant qu'il était possible qu'il y ait eu des «recherches préalables» sur le conjoint de la jeune femme verbalisée. «La double médiatisation [de cette affaire] n'est pas le fait du gouvernement ou de la majorité. C'est la protagoniste elle même qui a médiatisé ce cas. Il n'y a pas là de responsabilité du gouvernement. Ca n'est pas le policier verbalisateur qui a choisi la médiatisation. Il y a une volonté de faire respecter le droit.»

Source : http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-mari-de-la-conductrice-voilee-cible-de-brice-hortefeux-23-04-2010-897578.php

Qu'il y ait des recherches sur quelqu'un qui conteste être en infraction semble normal...

Plus loin dans ce même article il est affirmé que la conductrice portant le voile n'est «pas une femme soumise, mais une intellectuelle», je vous laisse juger de cela en regardant la vidéo intégrée à l'article.
24 avril 2010, 17:51   Renommée
Effectivement,


Comme on dit en français moderne, la « visibilité » du Parti et de Renaud Camus augmente.
Oui ; notons également que le communiqué a été repris sur le site de l'Observatoire de l'islamisation.
Notons aussi le silence de M.Besson (significatif ?).
Cet article d'Ouest-France me soulève le cœur. Ce journal est un des organes les plus éhontés des collabos du Grand Remplacement.
Ils sont à Ouest-France d'autant plus à l'aise que le grand remplacement n'en est qu'à son début dans ces contrées. En outre cela confirme la complicité de toute une partie de la société civile catholique avec les adeptes de l'immigrationnisme. Si Presse-Océan existe encore, que dit-il ?
Presse-Océan existe toujours, bien qu'ayant été racheté par son concurrent Ouest-France, les deux rédactions sont désormais une. Je vous laisse le soin de deviner qui a mangé l'autre. La aussi, le Grand Remplacement est en cours.

Presse Océan de ce jour :

Le compagnon de l'automobiliste voilée et verbalisée est-il polygame ? La communauté nantaise se retrouve aux prises avec la polémique. Le malaise est évident.
Les associations des cinq mosquées musulmanes de Nantes ont remis un communiqué hier, en pleine polémique autour du compagnon de la jeune femme voilée et verbalisée à Nantes le 2 avril. Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux demande que son éventuelle déchéance de la nationalité française soit étudiée. L'homme est soupçonné de polygamie et de fraudes aux aides sociales.

Dans leur communiqué, les associations regrettent que "les musulmans et l'islam soient une nouvelle fois fortement médiatisés par rapport à un évènement insignifiant. Nous considérons que la verbalisation d'une conductrice relève des procédures judiciaires courantes. Nous nous indignons devant l'islamisation d'un tel évènement."
"Les musulmans nantais, s'inscrivant dans une dynamique citoyenne motivée par le vivre ensemble, s'inquiètent de cette stigmatisation systématique qui va à l'encontre des valeurs de la République. Nous invitons les pouvoirs publics à prendre leurs responsabilités."

Presse Océan publie deux pages sur cette affaire ce dimanche.

No comment.
Attendez un peu, pas longtemps, et vous verrez de jeunes prêtres offrir leurs églises, nos églises, aux musulmans. Retenez bien ce que je vous dis, dans pas longtemps.
C'est cela la diversité (de pensée) à Nanjtes maintenant donc: Les deux types de collabos, les anciens avec André Morice qui fut maire de Nantes après avoir été constructeur du mur de l'Atlantique, patron de l'Eclair transformé en Presse Océan et les bien pensants catholiques devenus immigrationnistes d'Ouest France.

Merci pour ces informations.
Utilisateur anonyme
25 avril 2010, 13:48   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Utilisateur anonyme
25 avril 2010, 13:51   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Utilisateur anonyme
25 avril 2010, 13:54   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
Citation
Florentin
Attendez un peu, pas longtemps, et vous verrez de jeunes prêtres offrir leurs églises, nos églises, aux musulmans. Retenez bien ce que je vous dis, dans pas longtemps.

C'est à craindre en effet. On a bien vu récemment un cardinal offrir Notre-Dame de Paris à un rabbin !
Les musulmans nantais, s'inscrivant dans une dynamique citoyenne motivée par le vivre ensemble

En tout cas, l'intégration par la langue de bois a été une réussite... C'est même de l'assimilation, à ce niveau.
Je suis expatriée à Marseille, Nantaise d'origine et y ai vécu pendant 30 ans, je retourne à Nantes tous les ans, là restent mes attaches.
Utilisateur anonyme
25 avril 2010, 14:11   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Tout dépend de nos parcours (et de nos âges)....
Utilisateur anonyme
25 avril 2010, 14:15   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Utilisateur anonyme
25 avril 2010, 14:49   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
(Message supprimé à la demande de son auteur)
"Attendez un peu, pas longtemps, et vous verrez de jeunes prêtres offrir leurs églises, nos églises, aux musulmans. Retenez bien ce que je vous dis, dans pas longtemps."

Il me semble que nous y sommes presque déjà. Il n'est que de voir la réaction indignée du Vatican lors du référendum en Suisse contre les minarets.
Je ferai tout de même une distinction entre le Vatican et l'Eglise de France.
Il me semble avoir lu que cela a été fait : dans un pays germanique me semble-t-il, un prêtre a suggéré que puisqu'il n'y avait plus assez de fidèles pour emplir et entretenir les églises on en convertisse certaines en mosquées. J'ignore les réactions qu'il a suscitées mais je ne crois pas que les musulmans acceptent une telle offre.
Effectivement, cher Marcel Meyer, le caractère sacrificiel d'une église chrétienne ne peut convenir au culte musulman.
Citation
Marcel Meyer
Il me semble avoir lu que cela a été fait : dans un pays germanique me semble-t-il, un prêtre a suggéré que puisqu'il n'y avait plus assez de fidèles pour emplir et entretenir les églises on en convertisse certaines en mosquées. J'ignore les réactions qu'il a suscitées mais je ne crois pas que les musulmans acceptent une telle offre.
Au contraire, cela me semble très logique que les musulmans acceptent que l'église soit convertie en mosquée. En effet, l'islam se conçoit comme une religion totalisante dont le but est de s'étendre afin de conquérir et de convertir de nouveaux territoires ; transformer une église en mosquée est à ce titre eminemment symbolique de la prise de possession islamique sur un ancien lieu chrétien.



Oui, vous avez raison. je pensais au mépris dans lequel les musulmans tiennent tout ce qui est chrétien mais une telle conversion est sans doute pour eux une victoire, comme dans le cas de Sainte-Sophie. Encore que, tout de même, ils aient plus souvent détruit ou laissé tomber en ruines les églises qu'ils ne les ont converties. Sainte-Sophie était un symbole très important et donc un cas particulier.
» caractère sacrificiel

On vous changera cela en quelques traits de crayon !

(D'ailleurs, cela a déjà été fait dans le cadre même de la catholicité, avec l'autel face au peuple...)
25 avril 2010, 18:25   Autel
Bien cher Bernard,

Je ne suis pas certain que l'autel n'ait pas été, autrefois, face au peuple...
On recense aussi quelques églises transformées en mosquées en Grande-Bretagne :

[www.thegreenarrow.co.uk]
25 avril 2010, 19:48   Re : Autel
» Je ne suis pas certain que l'autel n'ait pas été, autrefois, face au peuple...

En effet, Jean-Marc, au cours des tout premiers siècles, mais je ne suis pas certain, moi, que ce soit pour les mêmes raisons...
Les lois sont conçues dans une unité de civilisation. Quand cette unité se perd dans la "diversité" des droits et prétentions à passe-droits que cette diversité entend imposer ou se faire reconnaître, la machine à légiférer s'affole, devient réactive, proliférante comme peuvent l'être les cellules cancéreuses d'un corps cancériné, en perte d'intégrité.
Tariq Ramadan et Jean-Marc Eyraud à Nantes ( et le PS en général) ont un discours rigoureusement identique. En outre Jean Marc Eyraud affirme que la polygamie avec bénéfice de l'API distribué à chacune des "épouses" était parfaitement connue. Le Conseil Général et la mairie de Rezé complices alors ?
Pas de polygamie sans mariage légal. Les relations sexuelles entre adultes consentants sont libres. Les familles uniparentales sont admises. L'administration est mal prise...
Mosquée de Nantes :

1- Un ensemble cultuel avec :

* La grande salle de prière d'une surface de l'ordre de 650 m²
* Les salles d'ablutions
* L'espace d'accueil
* Une salle polyvalente de 200 personnes, en extension de la salle de prières
* Les locaux d'accueil de l'Imam, du bureau de l'A.I.O.F
* Les locaux de service.

2- Un ensemble culturel avec :

* Des locaux d'accompagnement et de détente, notamment :
* La bibliothèque
* Une cafétéria

Enseignement:

* Cinq salles de cours
* Un atelier : enfants, artisanat, art, lecture…
* Un espace petite enfance
* Un espace détente (préparation goûters enfants…)
* La librairie

Les locaux gestion :

* Le bureau de l'association socioculturelle
* Un bureau enseignant

Les locaux d'hébergement :

* Studio gardien
* Studios d'invités

On voudrait leur dire de venir plus nombreux, qu'ils auront tout le confort : on ne ferait pas mieux.
La mise en place d'usines à bourrage de crâne sur tout le territoire.
D'où il appert que libéralisation des meurs, franchise sexuelle ("mon corps m'appartient et j'en fais ce que je veux") et polygamie musulmane d'airain se rejoignent et conspirent avec éloquence. Voilà l'émancipation des femmes (comme on disait dans les années 60) et le droit à élever seule son enfant aux frais de la collectivité pris au piège des barbus qui, ainsi, tels des anarchistes bon teint niquent l'Administration, la société et l'Etat. De toute façon, il faudra bien un jour le reconnaître et se l'avouer : la révolution sexuelle des années 70, celle du tout le monde a le droit de coucher avec tout le monde partout et où bon lui semble, n'était qu'un fantasme polygame de mâle qui prend ses aises, plus ou moins maquillé et roulé dans la farine Wilhem Reich. A vrai dire, il aura fallu nos actuels barbus réticents à dévoiler leurs femmes pour nous le confirmer.
" De toute façon, il faudra bien un jour le reconnaître et se l'avouer : la révolution sexuelle des années 70, celle du tout le monde a le droit de coucher avec tout le monde partout et où bon lui semble, n'était qu'un fantasme polygame de mâle qui prend ses aises, plus ou moins maquillé et roulé dans la farine Wilhem Reich. A vrai dire, il aura fallu nos actuels barbus réticents à dévoiler leurs femmes pour nous le confirmer."
Cher Francis, je suis on ne peut plus d'accord avec ce que vous dites là. Si on lit le courrier des lecteurs dans divers journaux c'est par la licence de nos moeurs que beaucoup justifient l'exact contraire pour les femmes qu'est la polygamie .

Abandonner les fondamentaux de notre civilisation ne sert qu'à renforcer un adervesaire qui lui est moins que jamais prêt à renoncer aux siens.
Utilisateur anonyme
26 avril 2010, 12:54   Re : "C'est une femme libérée, elle est si fragile..."
la révolution sexuelle des années 70, celle du tout le monde a le droit de coucher avec tout le monde partout et où bon lui semble, n'était qu'un fantasme polygame de mâle qui prend ses aises, plus ou moins maquillé et roulé dans la farine Wilhem Reich.
..............................

L'interdit sexuel, disent les gauchistes, est un produit de la société capitaliste, ou patriarcale, ou les deux en même temps : c'est une "aliénation". Il faut leur répliquer, au risque de les faire hurler, qu'au nom de la biologie l'interdit est inscrit dans la nature même de la pulsion sexuelle. L'homme doit apprendre à différer ses satisfactions. Le désir, enraciné dans l'instinct sexuel, ne suscite le plaisir que dans la mesure où il l'anticipe : il n'existe que dans l'intervalle, dans le "creux" crée par la satisfaction différée. Supprimer celle-ci, c'est éteindre le désir.
A "la farine de W. Reich", j'ajouterai celle de Bataille, Eros et Thanatos, etc. : l'érotisme vu comme moyen de fusion universelle - d'entropie du vivant. Les gauchistes prennent leurs désirs pour des réalités parce que, contrairement au musulman polygame, il n'y a pas de réalité possible pour leurs désirs.
l'interdit est inscrit dans la nature même de la pulsion sexuelle

Il me semble bien que Freud n'a jamais écrit autre chose.
Utilisateur anonyme
26 avril 2010, 13:46   Re : "C'est une femme libérée, elle est si fragile..."
En 1883, âgé de 27 ans, Freud écrivait à sa fiancée : "La canaille [aujourd'hui la racaille] donne libre cours à ses appétits, et nous, nous nous privons. Nous nous privons afin de maintenir notre intégrité, nous ménageons notre santé, notre capacité de jouir de la vie, nos émotions, nous nous gardons pour quelque chose sans même savoir pourquoi. Et c'est cette habitude de réprimer constamment nos pulsions naturelles qui fait de nous des êtres raffinés."
Cher Francis,
Votre remarque très inspirée est fort bien illustrée par le second roman du cycle "Rabbit Redux", de J. Updike, qui mêle "libération sexuelle" et sadisme mâle.
Utilisateur anonyme
26 avril 2010, 14:21   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
Houellebecq dit lui aussi que la libération sexuelle fut un "truc de mecs, inventé par les mecs, pour les mecs" (extrait d'un entretien, cité de mémoire).
Oui mais Houellebecq est quand même vachement esquinté...
Je me suis toujours demandé au nom de quel idéal pervers on a poussé la génération nouvelle à adopter des comportements infra animaux. Car même les animaux ont leurs régles : la copulation tous azimuths ne dure qu'une brève période puis s'arrête au moment de mettre au monde et d'élever le petits, sauf chez les bonobo. Le bonobo serait-il l'avenir du bobo ?
Utilisateur anonyme
26 avril 2010, 14:44   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
Oui mais Houellebecq est quand même vachement esquinté...

Oui cher Gilgamesh, esquinté, tout comme les rapports hommes-femmes qu'il décrit si bien...
Utilisateur anonyme
26 avril 2010, 14:49   Re : Communiqué n° 1038 : Sur l'interdiction générale de la burqa
Le bonobo serait-il l'avenir du bobo ?

Je ne crois pas, les sociétés "libérées" produisent surtout des impuissants.
Citation
Kostas Mavrakis.
Oui mais Houellebecq est quand même vachement esquinté...

Oui cher Gilgamesh, esquinté, tout comme les rapports hommes-femmes qu'il décrit si bien...


Certes, mais personnellement, j'ai beaucoup de mal à suivre un écrivain qui trempe constamment sa plume dans sa braguette.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter