Le site du parti de l'In-nocence

Dérive sécuritaire

Envoyé par Utilisateur anonyme 
Utilisateur anonyme
30 août 2010, 13:23   Dérive sécuritaire
A la suite d'une fausse manipulation de ma radio, j'ai capté France-Culture à 12 h.30 pour entendre un journal où les termes de "dérive sécuritaire" ont été les seuls employés et à je ne sais combien de reprises pour qualifier la politique du gouvernement tendant au rétablissement de l'ordre et de la sécurité publiques. "Dérive sécuritaire" que tout cela, tenez-vous le pour dit ! Et l'on sent bien que le "journaliste" qui énonce ces termes n'envisage même pas qu'il n'est pas en train d'informer et qu'il se récrierait si on lui disait qu'il manipule les consciences en utilisant des termes définitivement péjoratifs et qu'il ne fait rien d'autre que de la propagande. Que ceux qui sont favorables à la dérive sécuritaire lèvent la main, pour voir s'il y a des fascistes parmi nous !

C'est avec la même bonne conscience que l'on évoquait, aux siècles passés, l'hystérie féminine ou le crime contre nature. Mais les générations futures auront-elles la possibilité de rire de ces fadaises ?
30 août 2010, 13:39   Re : Dérive sécuritaire
Ce type de propagande, de matraquage, en France, dépasse les moyens qui sont les nôtres de le dénoncer. Son caractère à la fois massif et insidieux, omniprésent, "naturellement" présent dans la bouche – et jusque dans leurs silences, leur raclement de gorge, quand un auditeur invité à livrer son opinion les surprend à "ne pas bien penser" – des médiateux comme l'eau du fleuve dans le lit du fleuve où baignent le silure et la lamproie, défait la critique: même, lorsque comme vous le faites, on dit qu'il y a propagande, il est trop tard, notre dénonciation n'est pas entendue, elle est elle-même entendue comme propagande, ou bien si nous sommes entendus, nous sommes aussitôt relativisés, notre cri, aussi articulé, est noyé dans le coton, comme dans ces cauchemars où l'on a beau gueuler que l'on ne veut pas mourir, pas être torturé nu au brodequin ou à la gégène de première génération, rien n'y fait, aucun son ne sort de nous, notre sort comme un monstre marin se noue à notre cou et nous sommes aphones et condamnés à gueuler avec les yeux !
Francis,


Vous noterez que la mort de Laocoon fut particulièrement bruyante, contrairement à ce qu'on pourrait penser d'un étranglement par des serpents venus des mers. Les serpents en question devaient avoir des dents, d'après l'Énéide. Voici ce que nous en dit Virgile :

Quales mugitus, fugit cum saucius aram
Taurus, et incertam excussit cervice securim.


D'après certaines informations, Cassandre était présente et peut donc soit confirmer soit infirmer ce que Virgile nous dit.
30 août 2010, 14:56   Re : Dérive sécuritaire
Je verrai ça avec Virgil, Jean-Marc. (Pas moyen d'être un peu sérieux avec vous).
30 août 2010, 15:07   aux prises avec la doxa...
... gueuler avec les yeux

30 août 2010, 15:07   Re : Dérive sécuritaire
Message envoyé par un "universitaire" et syndicaliste à des milliers de correspondants, qui n'en peuvent mais.


"Le Chasseur Franchouillard" me communique que son stock de fusils à tirer sur les Gitans est épuisé, suite aux nombreuses commandes de la gauche, de l'Eglise, du Pape, d'institutions internationales, de la LDH, de Dominique Villepin, Rachida Dati...Bernard Kouchner n'a as encore passé commande.. DSK hésite...La société fabricante étudie la mise au point d'un fusil à tirer sur tous les "indésirables". Une ébauche de plan a été retrouvée dans les Archives; elle date des années 1930. Nous vous tiendrons évidemment informés dès la sortie du nouveau modèle.
"Sarko, nous voilà, devant toi le naufrageur de la France..." ( repris d'un tube des années 30-40)
30 août 2010, 15:16   Re : Dérive sécuritaire
Comprends pas. Le fusil à tirer sur les Gitans va arrêter le naufrageur Sarko ?
Effectivement, je n'avais pas vu Laocoon ainsi...

Votre remarque sur le cri muet est excellente, et j'ai été exagérement influencé par ces vers de Virigile :

Ille simul manibus tendit diuellere nodos,

perfusus sanie uittas atroque ueneno,

clamores simul horrendos ad sidera tollit :


Finalement, Virgile embrouille les choses...

Laocoon, prêtre de Neptune, on ne comprend plus, alors que, dans la mythologie grecque, le prêtre d'Apollon use de ses yeux pour, justement, voir, et, dans votre idée, protester...
30 août 2010, 19:12   Eyes wide shut (II)
Voir et protester, dans notre époque, sont une seule et même chose. L'ouverture du regard est déjà, avant même qu'y affleure la conscience, protestation, cri de douleur, de révolte et appel à l'aide et à l'insurrection tout en un.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter