Le site du parti de l'In-nocence

Communiqué n° 1199 : Sur les vues de Mme Marine Le Pen à propos de l'immigration

Communiqué n° 1199, lundi 7 mars 2011
Sur les vues de Mme Marine Le Pen à propos de l'immigration

Le parti de l'In-nocence est en complet accord avec les vues récemment exprimées par Mme Marine Le Pen, présidente du Front national, à propos de l'immigration et des mesures à prendre pour y mettre fin, que ces mesures soient militaires et navales, afin d'empêcher physiquement l'immigration clandestine, juridiques, avec reconquête par la France, en conformité avec l'article 2 des accords de Schengen, de la surveillance de ses frontières, ou encore économiques et sociales, avec abolition des avantages offerts aux immigrés même clandestins, avantages que Mme Le Pen désigne très justement comme une "pompe aspirante".
Le PI affirme son accord complet avec les vues de Madame Le Pen sur l'immigration. Qui est de loin pour le PI le sujet le plus important, celui qui conditionne tous les autres, à commencer par l'existence même de la France. Les sondages, peut-être fiables, peut-être non, placent Madame Le Pen au plus haut : battant à plates coutures au premier tour de la présidentielle tout candidat de gauche comme de droite. 23 ou 24 %, mais chacun sent bien que cela peut monter beaucoup plus haut. C'est notre dernière chance, peut-être. Renaud Camus, de son côté, approuve Madame Le Pen de se désolidariser nettement des petites phrases de son père qui pouvaient laisser croire à un certain négationnisme de sa part (plus sûrement à un goût de la provocation entêté et assez puéril).

Alors, quoi que dise M. Bourjon, dont je comprends les arguments sans toujours les approuver, je ne vois pas ce qui pourrait empêcher certains in-nocents ou sympathisants de voter FN à la présidentielle, sans pour autant se trahir ou trahir leurs idéaux.

Non, vraiment je ne vois pas.

Je ne vois pas non plus en quoi un probable électeur FN se sentirait mal à l'aise sur le forum du PI et finirait toujours par le quitter, tant les incompatibilités PI/FN seraient radicales (c'est à peu près ce qu'écrivait ici-même - sauf erreur - M. Bourjon
il y a peu).

Le PI est un réservoir d'idées, à ce titre passionnant, irremplaçable. Il est présidé par un grand écrivain, ce qui est fabuleux pour quelqu'un qui, comme moi, a toujours placé la littérature bien au-dessus de la politique.

Le PI deviendra peut-être un parti politique influent, susceptible de peser sur le débat et d'avoir des élus. Le sera-t-il dès 2012 ? On le souhaite ardemment. Si ce n'était pas encore vraiment le cas, je ne vois rien qui s'opposerait à un vote Le Pen. Sauf peut-être la question de la démographie. Il faudrait vérifier où en est le programme du FN à cet égard. En effet, s'il continue à prôner la natalité à tout bout de champ, sans la corriger par une certaine dose de "préférence nationale",
je ne voterai pas pour lui. Mais ce serait bien la seule raison.

En tout cas, je ne ressens et ne ressentirai jamais (autant que je puisse en pré-juger) aucun écartèlement PI/FN.

.
Une chose qui m'a bien fait rire : alors que Mme Le Pen est créditée de 24 % d'intentions de vote au premier tour, des sénateurs UMP et PS (sic) n'ont rien trouvé de mieux que de proposer... une loi sur les sondages ! Ils sont impayables.

[www.europe1.fr]
Après le sondage de dimanche ils n'ont pas tendu l'autre joue mais, hier soir, ils l'ont prise quand même, la baffe.
Tuer le messager, comme toujours.

Les champions de Médiapart ont leur scoop : "les sondés de l'institut Harris sont payés !" [www.mediapart.fr]
Le fait d'être incité à passer du temps pour donner son avis en participant à une loterie mensuelle ne signifie pas "être payé", et de toute façon, ne les incite pas à voter Mme Le Pen plus qu'un autre. Un fumigène de plus.
Je dois reconnaître que cette dame ne dit pas que des bêtises.
A propos des "sondages payés", j'appartiens à un panel de l'association des compagnies aériennes. Pour être assuré de la stabilité de son panel dans le temps (il s'agit de mesurer sur le même échantillon des évolutions, un peu comme Médiamétrie), l'association nous offre un certain nombre de gadgets assez amusants, ou bien propose des visites liées à l'aéronautique. Cela n'a rien que de très habituel, sachant que je passe deux bonnes heures par mois à remplir de longs questionnaires.
Dans les réactions du complexe médiatico-politique, deux choses sont frappantes, qui donneraient de lui une image bien pitoyable si c'était encore nécessaire, cette rage contre les sondages et les sondeurs bien sûr, mais aussi la façon dont, dans les analyses, on évite toujours très soigneusement d'évoquer, serait-ce seulement à titre d'hypothèse, la motivation des gens qui, après avoir voté Sarkozy en 2007 se tournent vers Marine Le Pen parce qu'ils se sentent trahis par la politique effectivement menée. Non, non, où allez-vous chercher ça ? C'est bien sûr parce que Sarkozy promeut les thèmes nauséabonds que le FN progresse. Quelle bande de tartes ! Et quel mépris pour les gens !
Le problème du succès de Mme Le Pen est que sa présence au second tour (et par la suite son échec prévisible) nous donnera encore et toujours plus d'antiracisme, de manifs émeutes anti-fachos et d'agences de rééducation forcée des mauvais votants.
Les instituts de sondage font en général assez bien leur travail.

Pour répondre à la question de Marcel, je pense qu'ils doivent aussi avoir des panels qualitatifs.
Mathieu,

Cela est loin d'être sûr.

Mme Le Pen au second tour, dans une configuration où elle serait opposée à la gauche, ne ferait pas 20%, mais bien plus.

Il semble au contraire qu'une "droitisation" du discours général soit à attendre dans ce cas.
Citation
C'est bien sûr parce que Sarkozy promeut les thèmes nauséabonds que le FN progresse. Quelle bande de tartes ! Et quel mépris pour les gens !

Une fois de plus nos élites crypto-mondialistes se caractérisent par leur refus absolu de regarder le réel.

Je l'ai déjà dit si NS n'arrive pas à imposer une interdiction des priéres publiques à la Goutte d'or il ne sera pas au second tour.

Il avait réussi en 2007 à récolter au premier tour une part importante des électeurs du FN qui la prochaine fois ne se laisseront plus avoir et qui sont profondément écoeurés par toutes ses simagrées.
Oui, Marcel Meyer, quelle bande de pommes de tartes ! Les commentateurs outrés ne comprennent pas qu'en s'insurgeant contre ces sondages prétendument biaisés et plus généralement en ne se donnant pour seul objectif que de ne pas "faire-le-jeu-du-Front-national", ils aggravent leur cas auprès des électeurs que ces leçons de morale horripilent au plus haut point.
Je ne pense pas qu'il s'agisse des mêmes électeurs (je veux dire que je ne crois pas que la montée de Mme Le Pen soit exclusivement due au retour vers elle d'électeurs de son père que M. Sarkozy aurait captés).

Il est fort possible qu'on assiste à un glissement de l'électorat conservateur.
Qui a dit "d'anciens électeurs de Le Pen" ? Il n'y a pas besoin d'avoir voté pour lui pour s'être laissé aller à voter Sarkozy sur la foi de son discours patriotique et sécuritaire et s'être ensuite senti berné.
Marcel,

Je me borne à rapporter le discours que nous servent les journalistes que vous évoquez quelques messages plus haut. N'est-ce point ce qu'ils disent ?
Citation
Jean-Marc
Il semble au contraire qu'une "droitisation" du discours général soit à attendre dans ce cas.

En 2002, Chirac n'a pas eu besoin de "gauchisation" ni de "droitisation" de son discours pour l'emporter facilement. Il s'est plutôt contenté de se porter garant des valeurs républicaines face au "danger" de l'extrême droite, tout en refusant le débat et laissant les "jeunes" manifester. Quelques mois plus tard, nous avions la Halde & co.
Même si Marine Le Pen peut assez facilement faire un meilleur score que son père, je ne vois pas comment elle pourrait passer cet écueil.
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Pré-Quinzaine anti-Le Pen (seconde édition) ?
Selon moi le problème n'est pas MLP et le nombre de ses électeurs, mais l'inverse, le nombre de ceux qui ne veulent pas d'elle et du Front national. Tout simplement, je pense qu'ils dépassent cinquante pour cent.
2002 était un "malentendu". Aujourd'hui, la présence de Marine Le Pen au second tour semble d'ores et déjà acquise : c'est là une différence fondamentale qui rendra ces deux élections impossibles à comparer, n'en déplaise au complexe politico-médiatique.

Il y a fort à parier que l'UMP et le FN disparaîtront à terme, remplacés par un nouveau parti conservateur ou "parti du Non à Maastricht". La revanche de Séguin, en somme.

Cela fait 20 ans que l'opposition droite / gauche qu'on nous vend ne tient plus. Cette "opposition" surannée va maintenant tomber comme un fruit mûr.

Ceci dit, nous allons en effet avoir droit à des manifestations (émeutes ?) antiracististes en mai 2012, entre les deux tours. On va avoir droit à des concerts de variétés contre le FN. Zazie, Calogero et Chritophe Maé vont nous expliquer doctement qu'il faut aimer l'autre, et l'Autre, et que la société multiculturelle déculturée qui les enrichit est magnifique. Tout cela sur le plateau de Michel Drucker, ou au zénith de Paris dans le cadre d'un festival de la fraternité.

Oui, on va en bouffer, du sourire de Ségolène Royal, de la figure outrée de Martine Aubry, et du Yannick Noah métissé. Et tout le reste aussi. J'en vomis d'avance.
Citation
Je le dis depuis la reconduite de Fillon en septembre : NS ne se représentera pas. DSK ne se présentera pas.

S'agit-il d'une appréhension viscérale ou avez-vous cher Didier des informations plus précises ?

Le bruit court depuis deux ans déjà que DSK ne se présentera pas. En ce qui concerne NS je n'ai pas la moindre idée du pourquoi et comment de son retrait eventuel !

En tout cas s'il se présente il va avoir des difficultés à passer le cap du premier tour.
Je ne voudrais pas faire mon analyste politique à la petite semaine, mais voici comment je vois les choses :

Dans le cas d'un FN/UMP au premier tour : la gauche, disposant d'un assez fort pouvoir de mobilisation de ses troupes, appellera à voter en masse pour le candidat UMP (avec force pinces à linges, bref, tout le tralala). Donc, défaite de Marine Le Pen.

Dans le cas d'un FN/PS au premier tour : La gauche extrême et Europe Ecologie (le centre, peut-être aussi) soutiendront la candidature PS ; je n'ai pas les chiffres sous les yeux, mais ce conglomérat "citoyen et solidaire" risque fort d'avoir la majorité au second tour ; d'autant qu'une partie des électeurs UMP qu'horrifie le FN pourrait en l'occurrence rallier cette candidature. Cependant, il faut tenir compte du fait que l'autre partie (peut-être la plus importante) des électeurs habituels de l'UMP a des chances de se rallier à la candidate FN pour éviter une victoire de la gauche. Ainsi, dans ce cas de figure, les choses risquent d'être plus serrées.
Pourquoi s'échiner à démontrer que MLP n'a aucune chance d'être élue ? C'est mathématique : 25 % des électeurs sont prêts à voter pour elle au premier tour, mais 75 % des électeurs sont prêts à voter contre elle au second - ce qui n'est pas vrai des autres candidats "acceptables" (même avec pinces à linge, gants blancs et pirouettes citoyennes).

Le duel Martine - Marine (donc la victoire de M.) approche à grands pas
Si Marine Le Pen arrivait première au premier tour, ce serait une première dans l'histoire de ce pays. Ce serait la première fois qu'une femme arrive première au premier tour. Ce qui serait une victoire pour les femmes serait vu comme une défaite... Si Laguiller arrivait première, on trouverait cela merveilleux alors qu'elle est autrement plus dangereuse !
08 mars 2011, 20:29   Un peu facile
La "victoire" de M, oui... (quelle victoire, quand on y pense)


08 mars 2011, 21:32   Re : Un peu facile
Si les chiffres de ces sondages ont quelque valeur, il va devenir difficile de prétendre que le discours anti-immigration et anti-Islam est minoritaire et réprimé par la doxa... Non ? Il faudra que le PI s'habitue à l'idée qu'il participe à l'idéologie dominante...
08 mars 2011, 21:35   Configuration
Un Sarko-Ségo, sinon rien.
Cher Buena vista, je vous sais gré des méritoires précautions rhétoriques que vous prenez mais, en ce qui me concerne, voter Le Pen serait me trahir et un appel du PI, même indirect, en ce sens m’obligerait à m’écarter, la mort dans l’âme. Mais heureusement, rien ne laisse présager pareille éventualité, tout au contraire.
D'accord avec Eric Veron. Sans compter que la politique économique du FN nous conduirait au désastre.
08 mars 2011, 23:00   Re : Un peu facile
Il est plus que temps de recourir aux forêts.
Son attitude de harengère lyncheuse dans l'affaire Mitterrand la discrédite à jamais sans compter son appel à la peine de mort pour les trafiquants de drogues. Son électorat s'est étoffé grâce aux rageux de tout poil et aux féministes puritaines. Ce n'est pas un gage de qualité.
Il me parait assez regrettable que le P.I. n'ait pas cru bon d'exposer sa position sur la question des migrants tunisiens en son nom propre et en dehors de toute référence aux déclarations d'autres personnalités politiques. Sur une question aussi délicate et cruciale, s'appuyer sur les prises de position d'une candidate aux présidentielles pour affirmer ses propres idées, fait perdre de sa justification à la candidature de Renaud Camus, en lui ôtant l'originalité de sa parole.
Précision demandée à Olivier Lequeux : d'où puisez-vous la certitude que 75% des électeurs sont prêts à voter contre Marine Le Pen au second tour ?

De souvenirs de 2002 ?

Neuf ans ont passé depuis 2002. La même distance qu'entre 1785 et 1794 par exemple.

Marine Le Pen n'est pas son père. Personnellement j'appréciais l'humour radical et le sens de la provocation extrêmiste de Jean-Marie Le Pen. Il n'empêche que cela rebutait plus de monde que cela n'en séduisait. Cet effet de répulsion n'est plus.

Combien d'immigrés clandestins ou non ont envahi la France depuis 2002 ? Combien d'enfants d'immigrés y sont nés ?
Quelle part représentent-ils dans chaque classe d'âge ? Et l'Islam ? Et les prières de rue ? Mesurez l'évolution depuis 2002...

Les électeurs n'auront pas le regard braqué sur le rétroviseur de 2002. Le candidat a changé, le malheur des temps s'est accru dans des proportions inimaginables, Sarkozy a déçu intégralement, peu à peu un discours de bon sens (de salut public) devient audible : alors s'il vous plaît ne ressortez pas de vieux pourcentages figés, éculés, démoralisants et issus sans doute de votre petit institut de sondage personnel.
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Citation
alors que j'enregistre une émission radiophonique demain...).

Sur quelle chaine ?

Bon rétablissement cher Didier.
Citation
Buena vista
Précision demandée à Olivier Lequeux : d'où puisez-vous la certitude que 75% des électeurs sont prêts à voter contre Marine Le Pen au second tour ?

De souvenirs de 2002 ?

Neuf ans ont passé depuis 2002. La même distance qu'entre 1785 et 1794 par exemple.


Je tiens pour à peu près certain que trois français sur quatre pensent, ou bien que le Front National est un parti dangereux, ou qu'il est réactionnaire, ou fasciste, ou vieille France, ou catholique (ce qui n'est pas faux), ou partisan de la peine de mort (ce qui est vrai), ou contre-l'euro-ce-qui-n'est-pas-réaliste, ou anti-démocratique, ou impossible, ou... vous trouverez facilement bien d'autres raisons de ne pas voter pour Marine Le Pen. La proportion de 75 % me paraît dans ces conditions tout à fait réaliste. (Il suffit de constater qu'ici-même, parmi des intervenants qui sont partiellement d'accord avec un certain nombre d'analyses du FN, peu seraient prêts à voter pour MLP en 2012 - alors imaginez parmi la majorité, qui comprend quelques millions d'immigrés, un peu plus qu'il y a dix ans...)
(Message supprimé à la demande de son auteur)
A noter aussi : dimanche 13 mars, Marine Le Pen sera invitée par Radio J.

On se souvient que lors du Congrès de Tours des 15 et 16 janvier dernier, Farid Smahi, l'ancien conseiller frontiste d'Ile-de-France, a été expulsé pour avoir reproché à Marine Le Pen d'être "à la solde des sionistes comme le reste de l'extrême droite européenne".

Les choses changent de toute évidence.
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Ce ne sont pas des Cathares mais il y a des gens qui s'arrogent le droit de décider du bien et du mal... et ça marche !
J'espère de tout cœur que ces gens dont vous parlez perdront le procès en diffamation que va leur intenter le FN.
De fait, il faudrait que le droit soit utile à la justice...
Ma foi, que restez vous isolés dans le micro parti de l'in-nocence, allez donc rejoindre le Front National puisque vous appréciez tant Marine Le Pen.
"Il vous manque encore quelques pièces du puzzle. Je le dis depuis la reconduite de Fillon en septembre : NS ne se représentera pas. DSK ne se présentera pas. MLP, si elle ne fait pas de faux pas (et si rien ne lui arrive...), si elle conforte encore sa position (très possible, ces sondages l'y aident), aura impérativement besoin de reports politiquement organisés que la droite classique, pulvérisée, ne pourra lui apporter, en tant que telle, reports "ratissant" large, dans une situation inédite à plus d'un titre.
Par exemple, mais ce n'est pas tout.
La situation est pré-quelque chose, à n'en pas douter. Nous le rappelons depuis plus d'un an..."

Je me demande si Juppé ne sera pas obligé de prendre les choses en mains pour sortir la Droite du pétrin, si j'ose dire.
Citation
Patrick Sansano
Ma foi, que restez vous isolés dans le micro parti de l'in-nocence, allez donc rejoindre le Front National puisque vous appréciez tant Marine Le Pen.

Mais comment donc est-il encore possible de poser cette question ici ? Ignorez-vous la raison même de la création du Parti de l'In-nocence ?

Aussi habile soit MLP, et bien qu'elle dise parfois le vrai, il reste d'indépassables divergences, et surtout, il existe un véritable abîme entre les vues politiciennes du FN et l'horizon politique (en son sens le plus noble) que propose l'In-nocence.
Ne vous fatiguez pas, Phénarète, M. Sansano ne surgit sur ce forum que lorsqu'il croit enfin pouvoir tenir la preuve que le PI est un repaire de méchants.
Au lieu d'écrire que le PI est du même avis que MLP, il serait souhaitable il me semble de développer un peu. Si, après lecture et analyse, le constat est que l'avis est partagé avec MLP ou n'importe qui d'autre ce n'est pas du tout la même approche. Mais se contenter d'écrire que l'on pense comme tel ou tel est pour le moins étonnant de la part d'un parti qui souhaite présenter un candidat en 2012.
Je suis novice et n'oserais pas parler à voix trop haute, mais il me semble qu'hormis sur les questions d'immigration et de francité, le PI et le FN n'ont pas grand chose en commun, sur les moeurs, l'économie, la culture, etc. Quand, c'est bien rare, le PI est cité ou commenté dans les médias, il est systématiquement apparenté à l'extrême droite. Or, le PI n'a pas grand chose à voir avec l'extrême-droite, à commencer par son ton posé et son côté "feutré", alors que l'extrême-droite, depuis toujours, et comme sa cousine l'extrême-gauche, se spécalise plutôt dans l'insulte, la pose aggressive, le goût de la force, l'attaque basse (cf Frédéric Mitterrand).
Réponse à Rodolphe Braud :

Pour ma part je n'ai jamais dit - et je ne pense pas - que le PI soit du même avis [en général] que le FN représenté par MLP.

J'ai dit que sur l'immigration les positions sont très proches, comme le reconnaissait loyalement le Communiqué n°1199 du PI.

Or, l'immigration paraît le sujet de préoccupation essentiel, celui qui surpasse tous les autres et conditionne l'existence maintenue d'un peu de "francité" (terme parfois employé par Renaud Camus) en France.

Dans ces conditions, j'estimais que certains sympathisants du PI pouvaient être tentés, comme moi, par un vote utile FN.

Et être d'autant plus tentés de le faire que des sondages (plus ou moins fiables j'en conviens) attestaient déjà d'une forte dynamique en faveur du FN. Qui ne demande qu'à s'amplifier encore.

Ce disant, je n'oublie pas les forts arguments, de M. Bourjon, notamment, en défaveur du "vote utile".

Mais il se trouve que ces arguments me convainquent de moins en moins.

Je ne ferai donc pas la fine bouche et voterai sans doute FN dès le premier tour. Pourtant je m'estime très éloigné de ce parti, auquel je n'adhèrerai jamais, par exemple, et pour lequel ma sympathie reste limitée.
Le « vote utile » peut parfois ressembler à une compromission... Non ? Je suppose que vous connaissez bien les thèses défendues depuis toujours par la famille Le Pen et ses amis partout en Europe ? Croire que Marine Le Pen est plus acceptable que son père est une erreur qui pourrait bien devenir lourde de conséquences !
Je me demande si, pour échafauder de subtiles combinaisons de stratégie politique (vote utile ? Pas vote utile ?), il ne conviendrait pas d'attendre d'être sûr que le candidat Camus et la candidate Le Pen aient bien les fameuses cinq cents signatures requises pour pouvoir solliciter nos suffrages…
"l'attaque basse (cf Frédéric Mitterrand)."

Oui, ce type d'attaque devrait la disqualifier à jamais mais c'est justement ce qui a gonflé son électorat !
Il y a donc tout lieu de penser que les attaques basses seraient notre lot si elle venait à être élue tandis que la lutte contre l'immigration — qui se heurterait aux multiples lobbies — passerait au second plan (ou à la trappe) : la stratégie du "red herring".
Citation
Jack
Ceci dit, nous allons en effet avoir droit à des manifestations (émeutes ?) antiracististes en mai 2012, entre les deux tours. On va avoir droit à des concerts de variétés contre le FN. Zazie, Calogero et Chritophe Maé vont nous expliquer doctement qu'il faut aimer l'autre, et l'Autre, et que la société multiculturelle déculturée qui les enrichit est magnifique. Tout cela sur le plateau de Michel Drucker, ou au zénith de Paris dans le cadre d'un festival de la fraternité.

Oui, on va en bouffer, du sourire de Ségolène Royal, de la figure outrée de Martine Aubry, et du Yannick Noah métissé. Et tout le reste aussi. J'en vomis d'avance.

L'ennemi mortel de notre peuple et de notre civilisation, ce sont ces gens-là et leur idéologie qui se résume à un principe simple: "détruire l'Occident, éradiquer les peuples européens". Ils sont animés par une rage qu'il est difficile de comprendre, mais qui ne se raisonnera pas. Depuis 40 ans les Français évitent le conflit, les hommes politiques de droite mangent dans la main de ces gens-là en échange de leur main-mise économique sur le pays nous assurant un train de vie pas trop dégueulasse.

On ne s'en sortira pas comme ça. Il faut aller se confronter partout avec ces furieux, et le meilleur moyen d'y parvenir est de retourner la démocratie contre eux. J'ai commencé à avoir de la sympathie pour Jean-Marie Le Pen dans l'entre deux tours 2002, alors que j'étais un jeune homme assez bien lobotomisé par nos furieux. S'ils refont le même coup à Marine et qu'elle fait non pas 18%, mais 28%, ou plus, alors nous tenons le bon bout. Le plus dur ne fera que commencer, mais nous entreverrons une lueur.

L'emprise idéologique des furieux anti-français s'étiole, de cela tout le monde est d'accord. Nous avons une chance, la première depuis très longtemps, de nous organiser de façon communautaire, avec nos réseaux, notre culture, nos écoles, nos syndicats et nos partis, pour reprendre en mains notre destin. Je crois que politiquement, cela passe par Marine Le Pen.
Il fallait tout d emême entendre l'un des deux intervenants de ce matin à l'émission "Répliques". Plus ami du Désastre tu meurs ! Autant qu'il m'a été possible de décrypter son jargon prétentieux, j'ai compris que le ratage du "Vivrensemble" était entièrement de notre faute, à nous "vieux" Français. Et il a osé en conclusion de l'émission affirmer de façon péremptoire que la violence dans les banlieues n'étaient qu'une impression fausse due à la représentation médiatique !
Il faut aussi écouter ceci :

[www.fdesouche.com]

L'ennemi mortel, c'est l'idéologie qui anime cet homme-là, ce Mr Szafran. Tout y est dit: les journalistes sont des clercs qui vont "analyser le FN", mais jamais le considérer comme un parti légitime que l'on va traiter avec fair-play. Derrière le FN il y a le peuple français, notre Histoire, notre mémoire, notre avenir. C'est tout ceci qui est férocément combattu par Mr Szafran, jusqu'à l'extinction pure et simple.

Brunet en face est complètement miu et déstabilisé par la virulence du grand clerc en face, un peu comme un moine se serait vu tremblant de peur devant un frère supérieur qui commencerait à lui indiquer que les propos qu'il tient frisent avec l'hérésie.

Il nous faut entâmer le combat contre l'Infâme, en 2011. Il nous faut renverser la religion dominante.
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Citation
Brunet en face est complètement miu et déstabilisé par la virulence du grand clerc en face, un peu comme un moine se serait vu tremblant de peur devant un frère supérieur qui commencerait à lui indiquer que les propos qu'il tient frisent avec l'hérésie

Mais Szafran c'est le maitre qui parle et qui n'admet aucune contradiction. Le brave Brunet est complément désorienté par son aplomb. On a pu voir cette scène se reproduire depuis 40 ans des milliers de fois sur les chaines de radio et tv. Le grand patron des grandes gueules c'est Cohn-Bendit.
Sans compter qu'il est probable que nous voyions son père, à l'approche de l'échéance électorale de 2012, lui casser la baraque avec des petites phrases ou de grosses boutades qui ne devraient pas manquer de faire déraper sa fille sur la voie de la victoire. On prend les paris ?
Inutile, Francis. Le Code des assurances interdit d'assurer un risque certain.
Il y a de fortes chances, effectivement, pour que le papa mette les pieds dans le plat.
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Le principal problème de Mme Le Pen est la place absolument centrale que la question de l'immigration tient dans son discours, ce qui fait que le reste de son programme est totalement inconnu de la population.

L'importance du premier facteur lui assure un bon résultat de départ, l'absence du second facteur lui posera des difficultés insurmontables dans la conquête de l'électorat modéré.
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Didier,

M. Strauss-Kahn a des défauts, et pour M. Sarkozy on sait ce qu'il veut et ce qu'il fait. J'ai, après de difficiles recherches, trouvé des éléments relatifs au programme de Mme Le Pen : sa partie économique relève, pour moi, du délire.

Si vous le souhaitez, je peux développer en quoi ce programme (le mot est-il juste ?) est délirant et correspond, de mon point de vue, à une absence de programme réel. Il s'agit en fait du collage d'un certain nombre de propositions qui ont comme seul point commun de flatter tel ou tel aspect des intérêts catégoriels ou ranimer des rancoeurs.
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Didier,

Je ne comprends pas le pourquoi de cet échange, puisque nous allons dans le même sens. La seule différence que je perçois est que vous pensez qu'elle a un programme qu'elle ne tiendra pas pour des raisons x ou y, alors que je pense qu'elle n'a, en fait pas de programme. J'interprète peut-être à tort ce que vous écrivez, mais c'est ce que je comprends dans la phrase :

Mais il y a un plus grand nombre encore de gens de tous horizons qui ne voudront pas franchir ce cap... parce qu’ils considèrent qu’elle ne tiendra pas parole, entièrement parole, qu’elle ne fera pas tout ce que la situation exige, sans faux-semblant ou emballage spectaculaire, par achèvement des raisons politiciennes et personnelles qui la motivent si manifestement, par manque d’analyse approfondie, de diagnostic, de vision, de détermination autre que réactive et brouillonne ou incohérente (économie).
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Justement, il y a là un bon sujet de débat, il me semble : est-ce, ou non, le problème ?
A mon avis MLP a largement autant de "programme" que tous les autres (ce qui n'est pas difficile). On peut également dire qu'elle n'a pas de programme car il y manque les modalités de réalisation. On peut aussi constater qu' UMP et PS disposent seulement des modalités et que c'est pour eux l'essentiel, bien avant les orientations politiques qui sont avant tout un outil de communication pour l'emporter dans la bataille électorale.
Oui, c'est ça. Les propositions sont de nature différente et, de mon point de vue, les Français attendent des modalités et se méfient des discours généraux.
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Et comment on les récupère les leviers de commande ?
Didier Bourjon, pour moi qui ne comprends pas un traitre mot d'économie et qui n'ai pas eu l'occasion de consulter le programme du parti de M. Le Pen sur cette matière, je crois que la proposition de Jean-Marc de montrer en quoi cette partie du programme lui apparaît spécieuse est intéressante (dût-il y consacrer un autre fil pour ne pas encombrer celui-ci).
(Message supprimé à la demande de son auteur)
Un exemple, Stéphane, sur un des thèmes qui est souvent abordé ici, et qui est à la limite de l'économie :

La régression sociale des familles

L’absence de politique familiale aggrave la situation économique et sociale des familles françaises. En un demi-siècle, les prestations familiales ont diminué de près de 70 % pour les familles avec 3 enfants et la dégradation de leur pouvoir d’achat est continue.


C'est du DELIRE. La France a déjà une politique particulièrement avancée, avec, outre les allocations, une politique de garde des jeunes enfants aux frais du contribuable spécialement efficace pour aider les familles. Quant au quotient familial, il passe à la trappe.

Dire qu'il n'y a pas de politique familiale, c'est un mensonge, dire que les prestations ont diminué sans compter la part "invisible" de celles-ci, c'est prendre les gens pour des idiots.
Autre exemple, le Grand Merdier que constituent la Fonction publique et sa réforme. Dans le programme, une page, que je vous laisse lire, ce sera vite fait :

[www.frontnational.com]
Le FN n'a pas les moyens intellectuels d'organiser à lui seul une contre société. Il n'a pas non plus les moyens, aujourd'hui, de diriger le pays. Mais il est LE SEUL levier politique que nous possédions. L'important est d'attaquer pleine face l'Ennemi, d'établir une ligne de front; comment nous nous organiserons derrière la ligne de front, à tous les niveaux, nous le verrons une fois ce premier combat remporté. Ce qui est devant nous ressemble à ce que vécurent jadis les protestants dans une France catholique (et c'est un catholique qui ose cette comparaison) : parvenir à secouer le joug moral, économique, politique, médiatique et intellectuel qui nous broie. La politique n'est qu'un maillon des moyens qu'il nous faut employer, mais c'est un maillon essentiel et il me semble que pour faire de la résistance française en politique aujourd'hui, il faut le faire sinon avec, au moins aux côtés du FN.

Sur le programme, je ne sais pas. Peut-être. Peu importe. La Belgique est sans gouvernement depuis 6 mois et tout se passe normalement. Les leviers économiques nous ne les avons plus, à mon avis la sortie de l'euro en tous cas à court terme est à cet égard suicidaire. La France est désormais un pays trop faible pour se payer ce luxe.

L'important c'est la lepénisation des esprits. Nous sommes aujourd'hui comme les chrétiens de Cordoue sous le califat: nous baissons la tête, honteux, en société, bien souvent. Or depuis plusieurs années le climat change, les langues se délient mais le couvercle n'a pas encore sauté. Le mot "Marine" est en train de devenir discible en société, le mot "FN", non. Faisons tous péter ce couvercle et alors, les espoirs seront vraiment permis.
Comparez ce qui est comparable ! La Belgique est depuis longtemps scindée dans les faits. Les gouvernements régionaux ont énormément de pouvoir, c'est ce qui a permis jusqu'ici de limiter les dégâts malgré l'absence de gouvernement fédéral. Néanmoins les budgets nationaux étant bloqués, les investissements nationaux le sont aussi.

Quant à la « lepénisation des esprits », j'espère sincèrement que vous êtes minoritaire ici !
Citation
Rodolphe Braud
Quant à la « lepénisation des esprits », j'espère sincèrement que vous êtes minoritaire ici !

Oh je n'en sais rien. Mais pour un mouvement qui parle de Grand Remplacement, de disparition programmée de tout un peuple, je ne vois pas bien en quoi la lepénisation des esprits pourrait être mal vue. Tant que nous ne ferons pas sauter le carcan mental dans lequel nous sommes, presque tous, emprisonnés, tant que nous ne renverserons pas les charges d'un point de vue moral, tant que l'inquisition de changera pas de camp ou au moins, cessera de régner que dans un seul sens, nous continuerons à disparaître. Il est donc vital que la lepénisation des esprits progresse, cela va déjà nettement mieux qu'il y a 10 ou 15 ans.
Pour ma part, je souhaite simplement que la "nazification des esprits" n'existe pas au PI, ce qui est le cas jusqu'ici dans les écrits que j'y ai lus.

Pour le reste, c'est de la littérature.

(J'ai lu quelque part que le PI ne se positionne pas pour ou contre tel ou tel parti, mais à-côté de, de l'autre côté de..)
Citation
Pyrrhon
Pour ma part, je souhaite simplement que la "nazification des esprits" n'existe pas au PI, ce qui est le cas jusqu'ici dans les écrits que j'ai lus.
Je vois. Hé bé, on n'est pas sorti de l'auberge.
La chasse aux sorcières n'est-elle pas ouverte ?

(Pendant ce temps, d'autres "chances pour la France", malgré leurs crimes sauvages , sont régulièrement relâchés, et on nous fait accroire qu'ils n'étaient pas responsables de leurs actes, car leurs comportements sont excusables ou justifiables.)
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter