Le site du parti de l'In-nocence
Communiqué du parti de l’In-nocence n° 2035, lundi 19 avril 2021
Sur l’insécurité et les quartiers populaires

Le parti de l’In-nocence observe que le président de la République, préparant la campagne de sa réélection, choisit d’évoquer à Montpellier le thème de l’insécurité, en incriminant plus particulièrement la drogue, telle que sévit son trafic dans les dits “quartiers populaires”. On ne saurait trop relever la survie dans le vocabulaire présidentiel de cette expression cynique, “quartiers populaires”, pour désigner les zones d’où le peuple indigène a été éradiqué, où le nettoyage ethnique est achevé. Ce choix de mots dit tout ce qu’il y a à dire et à comprendre de l’ensemble du message, et suffit à montrer combien il est typique du remplacisme global davocratique, et représentatif du négationnisme génocidaire. Au lieu qu’un vaste phénomène, une nocence caractérisée relevant de l’action policière et de la répression pénale — la drogue, le trafic de drogue —, soit replacé dans la situation historique dans laquelle il s’inscrit et qui explique seul les formes qu’il a prises, c’est cette situation, au contraire, qui est encore une fois totalement occultée, comme s’il n’y avait pas de colonisation en cours, pas de submersion ethnique, pas d’islamisation, pas d’africanisation, pas de génocide par substitution. C’est le triomphe de “l’hypothèse exclue” : toutes les hypothèses sont envisageables, à une unique exception près, celle qui convoque la réalité, le changement de peuple, le changement de culture et de civilisation, le Grand Remplacement.
"Après la tragédie, la farce", disait Marx. (La farce étant souvent plus tragique que la tragédie.)

Quand donc la tragédie du GR donne lieu à d'impayables cocasseries :

"MON FILS M'A DEMANDÉ SI LE PRÉNOM 'PIERRE' EXISTAIT EN DEHORS DES LIVRES"

Les contre-colonisateurs ont-ils déjà soif d'exotisme, un désir de Blancs naîtrait-il dans ces quartiers d'où l'on a expulsé tous les Pierre de la place et où l'on a exercé une pression d'enfer sur les bailleurs sociaux pour que cette tour soit celle des Tunisiens, celle-là celle des Algériens et celle-ci la tour des Noirs ?
Et le commentaire ministériel (signé Marlène Schiappa), la contre-vérité à mourir de rire : "À l'âge de 6-7 ans, vous avez des enfants qui n'ont jamais rencontré un Pierre de leur vie et vous avez aussi des enfants qui n'ont jamais rencontré un Mohammed de leur vie".
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter