Le site du parti de l'In-nocence

 

Communiqués

 


Abonnement aux communiqués (RSS)

Communiqué n° 1932, mercredi 25 mai 2016
Sur les crédits de la Recherche
Le parti de l’In-nocence s’associe totalement et comme une évidence, ainsi qu’il l’a toujours fait, aux protestations des chercheurs face aux restrictions de crédits dont fait l’objet la Recherche, alors que ces crédits devraient être au contraire sensiblement augmentés.

Le parti de l’In-nocence est certes bien conscient de l’absurdité qu’il y a à demander toujours plus de crédits pour des champs d’activité infiniment légitimes en soi, mais dont un État rigoureux dans ses comptes ne peut pas assumer la croissance ou même la sanctuarisation budgétaires. Il réclame lui-même plus de crédits pour la Recherche, donc, pour l’Armée, pour la Justice, pour le Patrimoine et, dans une moindre mesure, pour l’Enseignement et pour la Culture (qui peuvent également donner lieu à de sérieuses économies, et dont les problèmes sont moins une affaire de “moyens” que de volonté politique et de cohérence idéologique). Il est au moins un domaine dans lequel la France se ruine pour son mal, et dans lequel elle aurait tout à gagner à s’épargner de colossales dépenses : c’est le Grand Remplacement, c’est le changement de peuple et de civilisation, ce sont les ruineuses politiques prétendument “familiales” et “sociales” qui, faute de discrimination, ne servent qu’à encourager et précipiter la substitution ethnique. Notre civilisation est la première dans l’histoire de l’humanité qui se sera saignée aux quatre veines pour assurer sa propre conquête, son asservissement et son suicide.
Communiqué n° 1931, jeudi 19 mai 2016
Sur la mission “Musées du XXIe siècle”
Le parti de l’In-nocence remarque que la même Mme Audrey Azoulay, ministre de la Culture, qui vient de s’illustrer en considérant que relevait d’“un ordre moral nauséabond” toute protestation contre la venue, pour commémorer la bataille de Verdun et ses charniers, d’un rappeur antisémite, homophobe et musicalement inexistant, se distingue dans le même temps avec un projet pour les musées adaptant à leur situation les desseins mêmes et l’effroyable sabir qui déjà sont venus à bout de l’École.

Le parti de l’In-nocence considère évidemment que la vocation des musées n’est pas le moins du monde de tisser le fameux et ridicule “lien social”, de contribuer à l’“éducation citoyenne” ou de renforcer ce criminel “vivre ensemble” forcé qui a déjà pris ou gâché la vie de tant de Français et Européens. Elle est bien plus simplement, et plus difficilement, d’offrir de l’art, de la beauté et de la pensée à ceux que l’École, quand elle remplissait sa mission, leurs parents, l’héritage culturel ou quelque inclination intime poussaient à venir les y chercher. La plupart des grands musées ont déjà été abandonnés à la marchandisation, à la massification, à la pédagogie et à la culture du lien, qui significativement vont de pair. Il restait les petits et les moyens, qu’on voit bien qui vont être obligés à leur tour de céder à la vulgarisation obligatoire, de même que nos villages et les ultimes quartiers préservés de nos villes sont sommés de s’ouvrir à la colonisation et au changement de peuple. Ce sont tous les ultimes sanctuaires de notre culture et de notre civilisation qui subissent les coups toujours plus violents du remplacisme triple, ethnique, social et culturel.
Communiqué n° 1930, mercredi 11 mai 2016
Sur l’invitation de Black M aux commémorations de Verdun
Le parti de l’In-nocence renonce à émettre une protestation face à l’invitation faite au rappeur “Black M” de se produire à Verdun pour la commémoration de la bataille de Verdun. Une protestation suppose une langue commune, des références communes, un monde partagé. On est cette fois bien au-delà de cela. Qu’ait pu germer dans l’esprit de quelque “communicant”, sans doute, et être acceptée par des “décisionnaires”, probablement, l’idée qu’on puisse se recueillir dans le souvenir d’un des pires charniers de l’histoire, et honorer la mémoire de ceux (troupes coloniales éminemment comprises) qui l’ont enduré, en écoutant et faisant écouter un représentant type de l’imbécillisation de masse, matinée en l’occurrence, comme souvent, de haine des juifs et de menaces de mort aux homosexuels, avec références explicites au nazisme (un ancien de “Sexion d’Assaut”…), cela montre bien qu’il n’y a plus d’échange possible entre le pouvoir remplaciste et nous. Il est évident qu’il ne cherche qu’à humilier, à salir, à blesser, à ulcérer le peuple qu’il remplace avec tant d’ardeur. Contre un régime qui veut la perte de ceux qu’il régit, toute forme de révolte est légitime. Nous sommes libres.
Communiqué n° 1929, vendredi 7 mai 2016
Sur une résolution de l'Unesco concernant le lien entre les juifs et le Mont du Temple
Le parti de l’In-nocence ne peut que condamner vigoureusement l’adoption récente, par le conseil exécutif de l’Unesco, d’une résolution sur la « Palestine occupée » présentée par l'Algérie, l’Égypte, le Liban, le Maroc, l'Oman, le Qatar et le Soudan affirmant qu'il n'y a aucun lien religieux entre le peuple juif et le Mont du Temple ni le Mur occidental dit “Mur des lamentations” et accusant Israël d’installer des tombes juives fictives dans des cimetières musulmans à Jérusalem-Est afin d’asseoir son emprise sur cette partie de la ville. Il estime que cette résolution qui falsifie grossièrement l’histoire et enlève toute crédibilité à l’Unesco serait simplement ridicule si son négationnisme n’avait des implications aussi tragiques.

Le parti de l’in-nocence a donc été stupéfait et scandalisé d’apprendre que la France avait voté en faveur de cette résolution. Il constate que la veulerie des autorités françaises à l’égard du monde musulman a tourné à la soumission : avant même que la conquête soit achevée l’islam est en train de devenir une sorte de religion d’État et la France en adopte les obsessions les plus affligeantes de bêtise, d’inculture, de cynisme et d’antisémitisme.

Le parti de l’in-nocence est très étonné de constater l’extrême discrétion de la plupart des “grandes consciences” de la République sur cette affaire et les appelle à condamner fermement le vote français et à exiger des autorités françaises une rectification sans retard ni ambages de la position française sur ces questions.
Communiqué n°1928, vendredi 6 mai 2016
Sur les sanctions européennes aux pays qui refusent l’invasion
Le parti de l’In-nocence a maintenu et manifesté contre vents et marées, à travers les années, son attachement, non pas aux institutions européennes en tant que telles, qui peuvent et qui doivent être profondément modifiées, mais à la structure supranationale, dont il jugeait que les patriotes européens devaient s’emparer pour en transformer l’esprit et l’action, mais non pas l’abolir ou la quitter. Cependant cette conviction si difficile à garder, et qui a valu au parti tant de reproches, de critiques et de moqueries, s’effrite, il faut bien le dire, face à l’évidence et à l‘énormité de la trahison dont le Parlement de Strasbourg et la Commission de Bruxelles se rendent coupables envers leurs peuples. Après l’abjecte convention signée avec la Turquie, et la suppression des visas qu’elle prévoit pour les Turcs, voici les colossales sanctions infligées aux courageuses nations, Hongrie, Pologne, République Tchèque, Slovaquie, qui refusent de consentir à l’afflux organisé des prétendus “réfugiés”. Comment rester loyal à un pouvoir dont il devient tous les jours plus manifeste qu’en sa fureur remplaciste il a juré votre perte ?
Communiqué n° 1927, mardi 3 mai 2016
Sur la négociation “Tafta”
Le parti de l’In-nocence se réjouit très vivement que paraissent enterrées, à en croire les déclarations récentes du président de la République — et si elles ne sont pas un simple moyen de pression pour une peu souhaitable suite—, les négociations dites “Tafta”, en vue d‘une énorme marché commun transatlantique : c’est le remplacisme et lui seul, comme idéologie de l’échange généralisé, à commencer par celui des hommes, des femmes et des peuples, qui aurait intérêt à cette abolition des frontières entre les continents : celle même qui, ailleurs, promeut et accomplit le Grand Remplacement.

Le parti de l’In-nocence rappelle sa position qui n’a jamais varié, en matière de supra-nationalité : toute l’Europe, rien que l’Europe.
Communiqué n° 1926, lundi 25 avril 2016
Sur les élections présidentielles en Autriche
Le parti de l’In-nocence & le NON (au Changement de Peuple & de Civilisation) se réjouissent très vivement du succès du candidat du parti FPÖ au premier tour des élections présidentielles autrichiennes. Ce succès qui reste à confirmer n’en constitue pas moins, d’ores et déjà, pour les mois à venir, un formidable motif d’espérance en un sursaut des peuples européens soumis à la conquête et à la colonisation. Aussi bien n’est-ce pas comme un geste antieuropéen que ce beau résultat doit être interprété, mais comme un témoignage pour l’Europe au contraire, pour notre civilisation commune, pour notre continent abandonné à l’invasion. Ceux-là se trompent de combat qui consacrent toute leur énergie à la lutte contre les institutions européennes : celles-ci doivent être profondément réformées, les traîtres remplacistes qui en ont actuellement la charge doivent être chassés comme de la plupart des États membres, mais ce n’est nullement une fin en soi, ce n’est qu’un moyen parmi d’autres dans le grand mouvement de résistance qui s’esquisse et qui s’impose.
Communiqué n° 1925, lundi 18 avril 2016
Sur le revenu minimum d’existence
Le parti de l’In-nocence est favorable aux conclusions du rapport déposé par le député socialiste M. Christophe Sirugue, et préconisant un revenu minimum d’existence. Un tel revenu minimum, de même que le revenu de base ou que le revenu universel dont il se distingue, est indispensable au rétablissement très souhaitable,économiquement et moralement, de la pleine et entière liberté d’employer ou de ne pas, ou de ne plus, employer, pour les employeurs ; comme à celle d’accepter tel ou tel emploi ou de ne pas l’accepter, pour les salariés. Or ces libertés-là sont à leur tour indispensables, non seulement à la reprise de l’emploi, grâce à sa fluidité retrouvée, mais aussi à la transformation de sa nature, pour une plus grande liberté et égalité des protagonistes des rapports sociaux : nul ne doit être contraint d’employer qui il n’a pas ou plus besoin d’employer, mais nul ne doit se retrouver tout à fait sans ressource du fait de cette liberté.
Communiqué n° 1924, mercredi 13 avril 2016
Sur la loi “Égalité & Citoyenneté”
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) remarquent qu’avec la loi “Égalité et Citoyenneté” le pouvoir remplaciste de gauche et la Deuxième Collaboration vont plus loin que la Première, qui, du moins, ne s’était pas mêlée de répartir l’Occupant de façon étale sur tout le territoire, en prenant bien soin qu’aucune poche de résistance ne soit épargnée. Il est intéressant de constater que c’est encore à l‘égalité qu’il est fait appel, dès l’intitulé de la loi, pour détruire la nation et la livrer à ses conquérants : l’égalité a déjà détruit l’École, détruit la culture, ébranlé la famille, mis à bas la citoyenneté, il est patent que l’on compte sur elle, chez ceux qui nous abandonnent et nous livrent aux envahisseurs, pour en finir avec la patrie.
Communiqué n° 1923, mardi 12 avril 2016
Sur les manifestations de jeunesse
Le parti de l’In-nocence est affligé de voir d’importantes fractions de la jeunesse de France, tandis que son pays est envahi et occupé par des peuples étrangers, ne descendre en masse dans la rue qu’afin de défendre de petits intérêts corporatistes, n’exprimer d’inquiétude qu’au sujet de son futur statut d’employé, ne raisonner en tout, déjà, qu‘à l’instar d’employés, dont le plus grand cauchemar serait de ne plus l’être. Maîtresse de l’école, maîtresse de l’industrie de l’hébétude, la dictature de la petite bourgeoisie a gagné : de toutes les composantes de la société, la plus aliénée, la plus petit-embourgeoisée, c’est la jeunesse. Celle d’antan a parfois lutté pour la liberté, celle d’aujourd’hui se bat pour la sécurité dans le servitude sans contrainte.

Le parti de l’In-nocence remarque d’autre part que l’appel constant à l’égalité, cette égalité qui a déjà détruit l’école, détruit la culture, détruit la famille, détruit la citoyenneté, cesse de se faire entendre, bizarrement, dès qu’il s’agit de l’emploi : car exiger de certains hommes qu’ils en emploient certains autres alors qu’ils n'en auraient pas ou plus besoin, pour les employer, en somme, pour les payer, c’est évidemment créer deux catégories de citoyens (ce que le vieux paternalisme avait bien compris). À la vérité le problème n’a jamais été l’emploi, mais le revenu. Il n’y a pas de problème de l’emploi. Ce peut-être à l’État et au contrat social d’assurer le gîte et le couvert — éventuellement avec contre-partie — à ceux qui, provisoirement ou à jamais, n’y suffisent pas par eux-mêmes ; ce n’est certainement pas à quelque caste néo-féodale, les “employeurs”, dont la mission sur terre serait d’employer, comme aux prolétaires il ne reviendrait, selon l’antique définition, que de faire des enfants. Salariat et assistanat doivent cesser de constituer l’horizon indépassable de toute mise en condition socio-pédagogique. « Vous êtes quelle société ? » ne doit plus signifier « Où êtes vous employé ? », comme pour les standards téléphoniques, mais : « Quelle est la forme de votre liberté ? ».
Communiqué n° 1922, jeudi 7 avril 2016
Sur M. Emmanuel Macron et le mouvement “En marche”
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple & de Civilisation) sont très amusés par les initiatives politiques de M. Emmanuel Macron, ministre de l’Économie et des Finances, qui fonde son propre mouvement, “En Marche”, et déclare que cette entité n’est ni de gauche ni de droite, ou peut-être plutôt qu’elle est à la fois de gauche et de droite. M. Emmanuel Macron, et cette création le confirme, incarne à la perfection le remplacisme, qu’il soit de gauche ou de droite en effet. Le personnage se situe au point de convergence exact de toutes les tendances, économisme, financiarisme, mondialisme, néo-taylorisme, social-libéralisme, antiracisme, qui offrent sa matière et sa généalogie à l’idéologie de l’homme remplaçable. Le bloc remplaciste tient en lui son candidat idéal. Reste à l’union antiremplaciste de trouver assez vite le sien, homme ou femme.
Communiqué n° 1921, vendredi 1er avril 2016
Sur la journée spéciale du site LeMonde.fr dite #VivreAvec
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple & de Civilisation) dénoncent l'escroquerie intellectuelle dont fait preuve une nouvelle fois le site internet du quotidien Le Monde, journal de référence en matière de promotion du remplacisme, à l'occasion d'une journée destinée, si l'on en croit le titre, à "proposer des outils de réflexion et résister à la tentation du repli sur soi". Le programme de cette journée, qui comporte notamment des échanges avec les internautes sur le thème "Comment résister à la tentation du repli sur soi et des amalgames ?", et le hashtag #VivreAvec sont une nouvelle tentative pour éliminer toute volonté de résistance que pourrait manifester les citoyens français.

Le parti de l'In-nocence et le NON (au Changement de Peuple & de Civilisation) pressent le peuple français de ne pas #VivreAvec les attentats, de refuser de #VivreAvec le remplacement de peuple et de civilisation. Même résister ne suiffit plus, il s'agit d'attaquer le pouvoir remplaciste, médiatique, national, européen qui trahit et remplace le peuple français. Unissons-nous, révoltons-nous !
Communiqué n° 1920, jeudi 31 mars 2016
Sur la mort d’Imre Kertész
Le parti de l’In-nocence fait part de sa grande tristesse à la nouvelle de la mort d‘Imre Kertész, écrivain hongrois, prix Nobel de littérature, grande figure de la conscience européenne. Sa longue vie, son jeune âge quand il fut déporté à Auschwitz, sa longue expérience de l’occupation soviétique de son pays, sa liberté de pensée et de parole alors qu’aujourd‘hui tant de ses pairs se taisent, lui ont permis, pour son malheur et pour notre plus grand profit intellectuel, de faire la liaison, d’“Être sans destin” à “L’Ultime auberge”, entre les totalitarismes divers qui se sont succédé sur notre continent et ceux qui le menacent aujourd’hui. Son rôle d’éveilleur, pas toujours entendu, apparaîtra de plus en plus nettement, il faut l’espérer, dans les années qui viennent.
Communiqué n° 1919, mardi 29 mars 2016
Sur les prétendus terroristes “français” (ou “belges”)
Le parti de l’In-nocence et le NON (au changement de peuple & de Civilisation) remarquent que s’effondrent de toute part les insupportables fictions selon lesquelles les terroristes et autres djihadistes seraient “français” (ou “belges”). Eux ne se considèrent pas comme tels, les peuples à conquérir et remplacer ne les considèrent pas comme tels, il n’y a pour affecter de les considérer comme tels que le pouvoir remplaciste et la camarilla médiatique à sa solde ; et si ceux-là tiennent encore le territoire, officiellement, leur conception du monde n'a plus d'emprise sur la pensée, pas même sur l’opinion. Face à la vérité des massacres et des assassins, le mensonge nominaliste a vécu, les peuples redeviennent ce qu’ils ont toujours été, les tampons-encreurs des naturalisations n‘impriment plus.
Communiqué n° 1918, lundi 21 mars 2016
Sur la « semaine nationale d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme »
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) redoutent que la « semaine nationale d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme » qui s’ouvre serve principalement la propagande des remplacistes qui, notamment au sein des associations bien connues, œuvrent au Grand Remplacement et combattent les Français hostiles à la submersion ethnique et culturelle qui frappe notre pays. S’il faut bien entendu lutter contre toutes les formes de racisme — le racisme anti-blanc autant que les autres — les messages, affiches et autres événements qui accompagnent cette campagne seront manifestement autant d’outils destinés à culpabiliser tous ceux qui luttent contre la colonisation de notre continent et à rendre plus difficile toute lutte contre la substitution ethnique en cours.
Communiqué n° 1917, samedi 19 mars 2016
Sur l'arrestation de Salah Abdeslam
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) observent qu'à l’occasion de l’arrestation en Belgique de l’un des principaux suspects des attentats du 13 novembre dernier, Salah Abdeslam, fleurissent les mêmes fictions qui servent à masquer depuis trente ans et plus la guerre des civilisations, ouverte ou larvée — la première et la plus absurde ce de ces fictions étant évidemment que l’on a affaire à “un jeune Français de vingt-six ans ».

Le parti de l’In-nocence et le NON remarquent d’autre part, mais dans le même esprit, que la rhétorique qui enrobe ces fictions ressemble de plus en plus à celle qui avait cours durant la première guerre d’Algérie, longtemps dénommée pudiquement “les événements”, et dont on croyait ou voulait faire croire, à ses débuts, qu’elle était exclusivement le fait de quelques dangereux terroristes. Que Salah Abdelslam ait pu vivre caché des mois durant en plein Moellenbeck-Saint-Jean, à deux pas du cœur de Bruxelles, prouve assez, de même que l’attitude de la population au sein de laquelle il demeurait, qu’il se trouvait là très à l’aise, comme dans son environnement naturel et favorable. Toute analyse qui ne prendrait pas en compte ses données procéderait d’un aveuglement volontaire aux conséquences inévitablement désastreuses.

Le parti de l’In-nocence et le NON notent enfin que l’arrestation de Salah Abdeslam coïncide, si c’est bien le mot, avec la scandaleuse commémoration, par le président de la République, du début des massacres et des expulsions violentes de harkis et d’Européens, à l’issue des accords d’Évian : comme si la fin d’une première guerre d’Algérie passait le témoin au commencement d’une autre, celle-ci menée sur le territoire français et dans l’ensemble de l’Europe. Arrachement d’Abdeslam aux siens et célébration par François Hollande du 19 mars 1962 concordent dans le temps, également, et risquent de couvrir, la honteuse convention par laquelle l‘Europe abandonne à la Turquie, l’un de ses principaux envahisseurs, le soin de sa protection contre l’invasion qu'elle subit. Tout est lié sous l’instance commune de l’illusion volontaire, du mensonge, du renoncement et de la trahison.
Communiqué n° 1916, mercredi 18 mars 2016
Sur le retour de la publicité commerciale à Radio France
Le parti de l’In-nocence s’élève véhémentement contre le retour, annoncé par Mme le ministre de la Culture, Audrey Azoulay, de la publicité commerciale à Radio France. Il déplore de n’avoir pour allié dans ce combat que les stations privées, qui voient avec dépit une partie de la manne publicitaire s’éloigner d’elles. Une telle mesure, bien caractéristique de la déculturation générale, le confirme pourtant dans sa résolution de toujours en faveur, tout au contraire, d’une station de radio exclusivement consacrée à la culture, au sens rigoureux de ce terme. On lui objecte parfois, sur ce dernier point, qu’existe déjà Radio Courtoisie. Mais Radio Courtoisie, avec tous ses mérites, qui sont grands, est une radio partisane de droit privé, qui ne couvre pas l’ensemble du territoire national ni, par définition, la totalité du spectre culturel, dans le temps non plus qu’en les opinions et idéologies. Il faut une station d’État, nationale, neutre, ouverte sans exclusive à tout ce qui relève indubitablement de l’art et de la vie de l’esprit à travers le monde, et disposant des moyens d’un grand service public — la publicité en étant bien sûr totalement exclue.
Communiqué n° 1915, lundi 14 mars 2015
Sur les succès antiremplacistes en Allemagne
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple & de Civilisation) se réjouissent infiniment des succès électoraux des candidats qui s’opposent, en Allemagne, à la submersion ethnique et culturelle. Ce pays et sa chancelière ont une grande responsabilité dans l’accroissement phénoménal du nombre des migrants en Europe : il est beau, et conforme au vers trop souvent cité du poète (allemand), que d’où vient le péril vienne aussi le salut — ou du moins son espérance renouvelée. Ce n’est pas la première fois que les antiremplacistes allemands, d’une tendance ou d’une autre, nous montrent la voie. Ils nous confirment dans l’exigence de l‘union, de la double union : de tous les Français hostiles au Grand Remplacement, de tous les Européens qui refusent la colonisation de leur continent.
Communiqué n° 1914, jeudi 10 mars 2016
Sur un nouvel élargissement du droit du sol
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple & de Civilisation) observent qu’au moment précis où les responsables européens confient à la Turquie, à grands frais financiers et pour un coût politique exorbitant, le principal rôle dans la lutte supposée contre l’invasion migratoire, la France, elle, élargit encore, en toute discrétion mais de façon très sensible, le champ d’application du droit du sol. C’est ici et là la même trahison à l’œuvre, la même volonté incompréhensible de changer de peuple, le même acharnement haineux contre ceux que la nature et l’histoire avaient placés sous la protection et la garde des politiciens qui les mènent à leur perte. C’est au point qu’on ressent le besoin de trouver un nom pour ce type inédit de régime politique, le gouvernement par la haine à l’endroit des gouvernés, assortie du visible désir de s’en débarrasser, par le truchement de la substitution ethnique : la mysodémie ? la démophobie ? la phobocratie ?
Communiqué n° 1913, lundi 7 mars 2016
Sur l’Europe, la Turquie et la “crise des migrants”
Le parti de l’In-nocence et le NON constatent que l’Union européenne, buvant jusqu’à la lie la coupe de la sottise, de la trahison et du déshonneur mêlés, s’obstine à chercher du côté de la Turquie une solution à l’invasion dont elle fait l’objet, qu’elle s’entête à nommer niaisement “crise des migrants”. La Turquie n’est pas un remède à l’invasion, la Turquie est l’invasion même. Une Europe qui aurait quelque foi en son propre destin se chargerait elle-même de sa propre défense, en réarmant. Elle n’irait pas jeter des milliards en pâture à un protecteur mercenaire, qui non seulement ne protège pas mais prétend, à force de visas reçus et d’adhésion promise, se substituer à l’envahisseur même qu’il est censé tenir à distance, et envahir à sa place, en toute tranquillité et toute légalité.
Communiqué n° 1912, dimanche 8 mars 2016
Sur la mort de Nikolaus Harnoncourt
Le parti de l’In-nocence reçoit avec émotion et tristesse la nouvelle de la mort de Nikolaus Harnoncourt, Viennois de cœur et d’esprit qui portait jusqu’en son nom français le génie de la haute culture européenne, celle-là même qui manque si fort à la construction politique du continent. Il a renouvelé notre façon d’entendre les grandes œuvres du répertoire musical, en les rendant à elles-mêmes. Penseur autant qu’interprète, interprète par la pensée comme à travers les instruments souvent tirés par lui de l’oubli, grand intellectuel de la matière sonore, il a remis le sens et sa mise en cause même au cœur de la volupté d’entendre, selon la tradition la plus profonde de notre civilisation.
Communiqué n° 1911, samedi 20 février 2016
Sur la mort d’Umberto Eco
Le parti de l’In-nocence salue avec respect, en la figure d’Umberto Eco qui vient de mourir, un des derniers grands intellectuels qui aient su atteindre une dimension proprement européenne mais aussi et surtout inscrire, à travers son œuvre et sa personne, la haute culture parmi les références familières de très nombreux Européens et dans l’espace public, du temps qu’il lui faisait encore une place.
Communiqué n° 1910, samedi 20 février 2016
Sur l'accord de Bruxelles et la possibilité d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne
Le parti de l’In-nocence, parti européen, salue l'accord trouvé hier soir, à Bruxelles, par l'ensemble des dirigeants européens.La recherche de cet accord inévitable a donné lieu à la sempiternelle mise en scène d'un scénario catastrophe destinée à dramatiser inutilement une hypothèse : la possibilité d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Le parti de l'In-nocence est bien placé pour comprendre les raisons qui pourraient amener nos amis Britanniques à voter pour une sortie de l'Union européenne. Il n’en considère pas moins que pareille rupture serait un désastre pour l’identité et la civilisation européennes, qui lui importent seules à ce niveau géographique de réflexion. L’Union a certes d’immenses torts, elle est gouvernée en dépit du bons sens ou, pis, elle ne l’est pas du tout, si ce n’est à l’avantage d’intérêts particuliers radicalement contraires à ceux des peuples qui leur sont sacrifiés. Mais elle est l’expression infiniment imparfaite et améliorable à merci de mythes, de fois, de goûts et de cultures partagés face au reste du monde depuis des dizaines de siècles, auxquels la Grande-Bretagne est aussi indispensable que la Grèce, la France et toutes les nations qui forment son territoire commun : géographique, bien sûr, mais aussi spirituel, artistique et intellectuel.
Communiqué n° 1909, mercredi 17 février 2016
Sur les “meilleurs bacheliers”
Le parti de l’In-nocence constate que les secteurs les moins délabrés de l’Université, pour faire face à des flots d’étudiants totalement incapables de bénéficier de leur enseignement — faute d’orthographe, faute de syntaxe, faute de maîtrise de la langue, faute de cohérence logique et de capacité d’attention surtout — envisagent d’avoir recours à une sélection qui n’ose pas dire son nom en limitant l’accès de leurs amphithéâtres aux seuls “meilleurs bacheliers”, ceux qui peuvent faire état des meilleures notes ou de mentions.

Le parti de l’In-nocence n’est pas partisan de la sélection parmi les bacheliers à l’orée des études universitaires. Il estime que la très nécessaire sélection, c’est le baccalauréat lui-même qui doit l’opérer. On paie aujourd’hui les conséquences du ridicule objectif de faire obtenir le diplôme à quatre-vingt ou quatre-vingt-dix pour cent d’une classe d’âge, ce qui impliquait nécessairement la dégradation concomitante et proportionnelle de l’examen, dépourvu de la moindre portée et signification dès lors que presque tous les candidats l’affrontaient avec succès.

Le parti de l’In-nocence rappelle l’idéal qui figure très expressément dans son programme dès sa première mouture, à savoir réduire progressivement à cinquante pour cent, au rythme d’une diminution de cinq pour cent par session, la proportion de bacheliers parmi une classe d’âge quelconque — ce ne sont pas les travaux à accomplir et les satisfactions qui manqueront aux titulaires de diplômes et certificats d’autre sorte, notamment professionnels.
Communiqué n° 1908, mardi 18 février 2016
Sur le vingt-cinquième anniversaire du groupe de Visegrad
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple & de Civilisation) s’associent à la célébration du vingt-cinquième anniversaire du pacte de Visegrad entre la République tchèque, la Slovaquie, la Pologne et la Hongrie. Ils jugent hautement désirable que ce groupe se renforce et que son influence s’élargisse, tout spécialement à propos de la dite “crise des migrants”. À l’instar de M. Robert Fico, président du gouvernement slovaque, ils souhaitent que le groupe de Visegrad soit “le moteur” du Conseil européen car, comme le fait très justement remarquer cette personnalité, « il semble que certains dirigeants européens vivent en dehors de la réalité ». Or, ainsi que l’a rappelé avec non moins de pertinence le chef du gouvernement tchèque, M. Bohuslav Sobotka, « la crise des migrants n'a pas d'autre solution qu’européenne ». Cette solution ne pourra consister qu’en un renforcement de l’Europe et même du pacte de Schengen, pour une défense militaire des frontières de l’Union, Grèce éminemment comprise. À cet égard il est patent que l’agence Frontex est d’une insuffisance criante, comme l’implique sa ridicule appellation, et qu’elle doit être remplacée au plus vite par un système de défense efficace du territoire supranational.