Le site du parti de l'In-nocence

 

Communiqués

 


Abonnement aux communiqués (RSS)

Communiqué n° 1975, mercredi 7 décembre 2017
Sur l’actuelle conférence de Cancun à propos de la biodiversité
Le parti de l’In-nocence relève qu’à l’occasion de la convention biennale sur la diversité biologique — qui se tient actuellement à Cancun, au Mexique — la plupart des constats sont extrêmement alarmants, pour ne pas dire plus. D’après le rapport du Fonds mondial pour la nature la moitié des espèces de vertébrés ont disparu dans les quarante dernières années, et se sont près des deux tiers qui devraient s’éteindre d’ici 2020. Ces observations à juste titre très pessimistes frappent par deux traits bien différents, mais qui tous les deux intéressent par défaut l’espèce humaine, comme si elle ne faisait pas partie de la nature ou si elle participait d’une réalité entièrement autre. D’une part elle n’est jamais mise en cause en tant que telle, alors que c’est évidemment sa prolifération qui entraîne la grande majorité des maux dont souffre le terre, au premier rang desquels la réduction fulgurante et cauchemardesque de la biodiversité. D’autre part n’est jamais évoquée la réduction à peine moins fulgurante de la biodiversité en son propre sein, telle que l’entraîne le métissage universel promu et en quelque sorte imposé par le remplacisme global. Croissance démographique effrénée et unification de l’espèce à marche forcée sont deux exigences de la production en masse de la Matière Humaine Indifférenciée. Qu‘elles soient fatales aux autres espèces est évidemment le dernier des soucis des sectateurs du seul profit.
Communiqué n° 1974, vendredi 2 décembre 2016
Sur la renonciation du président de la République
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) relèvent que la sage décision du président de la République de ne pas être candidat à sa propre succession laisse la voie libre à son Premier ministre Manuel Valls, ou à ses anciens ministres Emmanuel Macron ou Arnaud Montebourg : exactement comme l’échec de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite a ouvert le chemin à son propre ancien Premier ministre François Fillon. D’élection en élection on se passe le relais au sein des castes, et les exécutants principaux ou auxiliaires des mêmes politiques désastreuses succèdent à ceux qui les ont conçues, avec les même mensonges et les mêmes silences. Les principaux consistent à faire comme si l’invasion n’avait pas lieu, comme si elle n’était pas un problème. Au Front national même Marine Le Pen, en application toujours plus stricte de la dite “ligne Philippot”, se comporte en fille et héritière d’un Jean-Pierre Chevènement, président pressenti de l’institut pour un islam de France. Sauf révolte des Français contre l’invasion et contre les traîtres qui l’administrent paisiblement en prétendant ne pas la voir, tout est prêt pour cinq années encore d’aveuglement et d’inaction, qui achèveront de rompre les liens entre les Français et une France qui déjà ne leur appartient plus qu’à peine. Seule la candidature de Renaud Camus pourrait enrayer cet engrenage fatal.
Communiqué n° 1973, jeudi 1er décembre 2016
Sur le prétendu délit d’entrave numérique à l’IVG
Le parti de l’In-nocence manifeste son extrême inquiétude face au projet du gouvernement de créer un délit dit “d’entrave numérique à l’Interruption Volontaire de Grossesse. Les sites, les associations, les personnes et les médias visés sont ceux qui s’expriment sur la Toile contre l’IVG et tentent d’en dissuader les femmes : militantisme que le gouvernement nomme de façon systématique de la “désinformation”. Le danger est grand de voir qualifier de désinformation, et bientôt interdire, toute expression d’opinion que ceux qui la pratiquent envisagent plutôt, souvent à juste titre, comme de la réinformation ; et qui peut fort bien n’être rien d’autre que l’exercice de la liberté de pensée et d’expression. Internet est un des derniers refuges de l’opposition au remplacisme global. Le pouvoir s’attaque aujourd’hui aux ennemis de l’IVG, qui ont parfaitement le droit de s’exprimer et d’inviter les femmes à une sérieuse réflexion avant tout décision irréversible, qu‘eux voient comme un crime. Le même pouvoir voudra étouffer demain, comme il ne le fait que trop d’ores et déjà, toute résistance à la submersion migratoire, à la colonisation, à l’islamisation, à la soumission : devant lui d’abord, face au conquérant qu’il encourage ensuite.
Communiqué n° 1972, mercredi 23 novembre 2016
Sur France 2 et la démographie
Le parti de l’In-nocence proteste une fois de plus contre la façon qu’a la chaîne France 2 de présenter toujours et systématiquement l’expansion démographique et l’augmentation de population sous un jour favorable, comme si, au vu de l’état de la Terre, une opinion différente ne pouvait même pas exister. La chaîne allait même jusqu’à faire part avec enthousiasme, hier, de la reprise de la croissance démographique en Chine, à la suite de l’abandon de la politique de l’enfant unique. Ce faisant elle ne trahit plus seulement la France et l’Europe, comme elle le fait tous les jours par sa propagande éhontée en faveur de la submersion migratoire ; elle trahit la planète toute entière, auprès de laquelle toutes les politiques écologiques sont parfaitement vaines si la décroissance démographique ne s’amorce pas.
Communiqué n° 1971, lundi 14 novembre 2016
Sur une chanson de “Sting”
Le parti de l’In-nocence, qui d’ordinaire ne s’intéresse guère au chanteur de variétés anglais nommé “Sting”, est néanmoins révulsé par le fait qu’il ait pu interpréter une sienne chansonnette intitulée Inch’Allah (sic) à l’occasion de la récente soirée organisée au Bataclan en mémoire des victimes des massacres islamiques du 13 novembre 2015. Certes l’on ne s’attendait pas à ce que ce soir-là et en cet endroit-là il fût donné le Requiem de Mozart ou quoi que ce soit d’un peu digne, mais tout de même, c’est pousser l’abjecte dhimmitude vraiment loin que d’interpréter une chanson qui, par son seul titre, est tout à la gloire du Dieu des assassins de Paris et des conquérants de l’Europe.

Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) appellent tous les Français qui ont été bouleversés par ces massacres à boycotter et dénoncer ces artistes de music-hall, ces membres du clergé médiatique et bien entendu ces hommes politiques qui prétendent lutter contre les kalachnikov à coups d’ours en peluche et de lâchers de ballons multicolores — alors qu’en réalité ils encouragent et précipitent, à l’instar de “Sting”, la soumission de l’Europe à l’islam.
Communiqué n° 1970, lundi 14 novembre 2016
Sur une plaisanterie (?) de M. Jean-Michel Aphatie
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple & de Civilisation) relèvent que M. Jean-Michel Aphatie, journaliste bien connu, paraît-il, et bien connu pour l’ardeur de ses opinions immigrationnistes, déclare que, s’il était président, la première mesure qu’il prendrait serait de faire raser le château de Versailles : ce palais, en effet, selon M. Apathie, donne aux Français des illusions de grandeur, les entretient dans la nostalgie de fastes périmées, les détourne des réalités présentes et de leurs exigences. Le parti de l’In-nocence et le NON veulent croire que M. Aphatie plaisantait, bien qu’il n’en ait pas eu l’air, et qu’il fût même fort véhément. Les explications qu’il a fournies sont données ici en traduction : elles étaient plus abruptes et hargneuses. Plaisanterie ou pas, au demeurant, ne change rien à l’affaire. Le mérite de la saillie aphatienne, c’est qu’elle expose plus nettement que jamais, et comme en raccourci pour la démonstration, à quel point le remplacisme est un tout, et combien déculturation et changement de peuple, éducation de l’oubli et prétendue “ouverture à l’autre”, sans frontiérisme et horreur de l’héritage (en plein accord avec la vulgate bourdieusienne et le “pédagogisme”), sont en fait une seule et même chose : à savoir, le remplacisme global. Les remplacistes, avec leur génie du mot pour un autre, sont prompts à parler de haine, pour désigner le refus de l’invasion. Ils parlent en connaissance de cause : dans leur exécration de la France et de son histoire, il n’est humiliation qu’ils ne se plaisent à faire subir à son malheureux peuple, jusqu’à vouloir lui arracher ses pauvres consolations, les témoignages glorieux de ce qu’il fut.
Communiqué n° 1969, mercredi 9 novembre 2016
Sur l’élection de M. Donald Trump à la présidence des États-Unis
Le parti de l’In-nocence n’est pas sans réserves sur la personnalité et sur certaines des prises de position de M. Donald Trump. Il le voit comme une personnalité du monde des affaires et du show-business mêlés, assez voisin par bien des côtés d’un Silvio Berlusconi. Il relève avec inquiétude ses vues ou ses absences de vues culturelles, ses partis gravement antiécologiques, ses complaisances affichées pour Vladimir Poutine ou Bachar Al-Assad. Il ne s’en réjouit pas moins de son élection à la présidence des États-Unis, à cause de l’ébranlement qu’elle peut entraîner et de l'immense camouflet qu’elle constitue pour le pouvoir médiatique, c’est-à-dire pour le noyau central du remplacisme global. Elle est un formidable encouragement à redoubler la lutte contre l’invasion migratoire et pour la libération de notre continent. À cet égard, les incitations de Donald Trump à l’Europe pour qu’elle assume de nouveau sa propre défense vont parfaitement dans le sens des recommandations traditionnelles de l’In-nocence, en vue d’un retour résolu du vieux monde comme protagoniste de l’histoire, et d’abord de la sienne.
Communiqué n° 1968, mercredi 2 novembre 2016
Sur l’éclatement annoncé du Rassemblement Bleu Marine
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) prennent note avec satisfaction, comme une clarification souhaitable, de la rupture annoncée entre le SIEL et le Front national. Ils assurent de leur amitié et de leur soutien le SIEL et son président Karim Ouchikh, membre du NON, et dont l’exceptionnelle activité au service de l‘identité et de la cultures nationales, comme de l’union de toutes les forces européennes contre l’invasion migratoire et pour la défense de notre civilisation, lui valent l’estime et l'admiration de tous les patriotes.

Le parti de l’In-nocence et le NON estiment que cette rupture programmée, et pour ainsi dire consommée, ouvre la voie à de nouvelles perspectives. Elle lève les ambiguïtés et elle dégage plus nettement un pôle de résistance résolue à la conquête coloniale en cours — pôle où le SIEL est naturellement amené à jouer un rôle essentiel, de même que l’In-nocence et le NON. Le plus urgent est d’assurer qu’à l’occasion de la campagne qui s’ouvre soient bien présents, visibles et sans cesse plus audibles, les thèmes essentiels de l’identité, du Grand Remplacement, de la submersion migratoire, de l’indispensable et urgente résistance à la colonisation démographique de notre pays, comme au remplacisme global.
Communiqué n° 1967, mercredi 28 octobre 2016
Sur les manifestations de policiers
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) soutiennent sans réserve, naturellement, les policiers qui manifestent tous les jours pour manifester leur exaspération face aux agressions de toute espèce dont ils font l’objet de la part des populations qui colonisent notre pays. Les deux mouvements regrettent seulement que les forces de l’ordre, puisqu’elles ont franchi le Rubicon de la stricte légalité, n’aillent pas jusqu’à préciser d’où viennent ces attaques continuelles qui rendent impossible l’exercice de leur activité et qui bafouent l’autorité de l’État. Ils déplorent surtout que d’autres professions qui, elles aussi, sont quotidiennement sur la ligne de front face aux provocations de la conquête en cours — corps enseignant, personnel hospitalier, pompiers, etc. — ne se joignent pas aux gardiens de la paix pour une union des Français contre l’invasion. La preuve est faite qu’il n’y a rien à attendre de l’État, qui non seulement est acquis au changement de peuple mais, remplaciste et traître, le promeut et l’accomplit aussi activement qu’il le peut. La seule espérance de salut est dans le soulèvement de notre peuple, que la fureur face aux humiliations subies tirerait enfin de son hébétude.
Communiqué n° 1966, mardi 18 octobre 2016
Sur la violence croissante et quotidienne
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) protestent une fois de plus contre l’obstination ridicule du complexe médiatico-politique remplaciste à nommer “des jeunes”, “un jeune”, ou à ne pas nommer du tout les auteurs des violences quotidiennes et croissantes contre des professeurs, des policiers, des infirmiers, des employés administratifs. Cette violence est depuis des lustres l’instrument de la conquête territoriale, elle est, avec le terrorisme proprement dit, la nocence qui sert de moyen au changement de peuple et de civilisation. Se contraindre à taire et forcer les autres à ne pas dire ce que la quasi-totalité des délinquants, des violents, des nocents et autres agresseurs divers ont en commun, c’est la forme même du dénégationnisme remplaciste, qui ne veut pas que soit désigné l’épisode historique en cours — à savoir la colonisation de la France et de l’Europe, le Grand Remplacement.
Communiqué n° 1965, vendredi 14 octobre 2016
Sur le mont du Temple
Le parti de l’In-nocence est atterré et scandalisé par l’attitude de la France qui, à l’Unesco, reste neutre et s’abstient face au vote ignominieux d’une résolution niant de fait le lien entre Israël et le mont du Temple, ce qui est à peu près comme de dire qu’il n’y a pas de lien entre la Chine et la Grande Muraille de Chine, ou bien entre la France et la basilique de Saint-Denis. S’abstenir face à pareille aberration est un déshonneur. C’est aussi une gravissime erreur politique, car c’est avaliser la méthode de l’islam, qui présente un front uni dans ses desseins conquérants mais peut les appuyer dans les assemblées internationales sur les voix des dizaines d’États qui relèvent de lui. Déserter Israël face à cette pieuvre est une lâcheté qui, bien loin de protéger notre pays et notre continent, les expose à nu face au totalitarisme qui vient, et qui d’ailleurs est déjà là, bien sûr, étalé par millions d’individus et milliers de terroristes sur le territoire de nos patries.
Communiqué n° 1964, mercredi 12 octobre 2016
Sur les policiers “ignifugés”
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple & de Civilisation) relèvent avec un amusement navré qu’après la nouvelle attaque meurtrière contre des gardiens de la paix à Viry-Châtillon le Premier ministre de la France, M. Manuel Valls, a décidé que seraient désormais ignifugées les tenues des forces de l’ordre. C’est prescrire du Pétrole Hahn à un cancéreux en chimiothérapie. Bien pire, cette mesure, purement défensive, entérine le fait que sont désormais promis au feu les policiers en mission dans les quartiers “sensibles”. Depuis des lustres les gouvernements de la France sont incapables de prendre la mesure du drame atroce que vit notre pays, et dont ils sont largement responsables, si tant est qu’ils ne l’aient pas souhaité ou organisé. Ils affectent de traiter une invasion par des mesures de police, par un traitement judiciaire, par des incarcérations, par la promesse de constructions de prison. Or la nocence est l’instrument du Grand Remplacement. La violence petite et grande, de droit commun ou politique, ou religieuse, est le moyen de la conquête territoriale. Il ne s’agit pas de protéger des policiers ou de maîtriser des “sauvageons” : il s’agit de mettre un terme à une colonisation. Et il n’y a pas d’autre politique sérieuse à cette fin que le refoulement de l’invasion, le retour chez eux des conquérants, le choix pour les immigrés installés et leurs descendants entre la remigration et l’assimilation pleine et entière, au sens le plus traditionnel du terme, ainsi que le respect scrupuleux de toutes les lois du pays.
Communiqué n° 1963, mercredi 5 octobre 2016
Sur les envahisseurs “secourus”
Le parti de l’In-nocence et le NON (au changement de Peuple & de Civilisation) remarquent que l’invasion, dans sa monotonie de sablier géant, décourage le communiqué, qui ne pourrait être que tous les jours le même. Remplacistes et remplaçants ont imposé leur routine de tsunami permanent, et le langage de leur routine, qui fait du naufrage un moyen de transport comme un autre et des secours en mer un instrument de collaboration quotidien au changement de peuple et de civilisation. Les migrants ne sont évidemment pas “secourus”, puisqu’ils n’ont embarqué que pour l’être. Ils sont “réceptionnés”, comme le produit de remplacement humain qu’ils sont dans le système du remplacisme global. La seule donnée, hélas, qui enrayera ce système et le conduira à sa perte, et celle de l'Europe avec elle, c’est que les remplaçants “secourus”, “réceptionnés”, imposés aux remplacés, ne sont pas du tout déculturés, décivilisés, désoriginés, eux. Ils amènent avec eux leur culture, leur civilisation, leurs façons d’habiter la terre, l’enfer même qu’ils fuient.
Communiqué n° 1962, lundi 4 octobre 2016
Sur la destruction des serres d’Auteuil
e parti de l’In-nocence fait part de sa tristesse et de sa colère après la décision du Conseil d’État du 3 octobre qui autorise la reprise des travaux destinés à aménager le stade Roland-Garros. Cette décision entraîne dès aujourd’hui la destruction d’un hectare du jardin botanique des Serres d’Auteuil pour laisser place à un stade de tennis.

Le parti de l’In-nocence constate avec amertume que le sport et le spectacle qu’il engendre sont encore une fois un prétexte à la bétonnisation et à l’enlaidissement de Paris. Il observe qu’après la transformation de la salle Pleyel en un music-hall, un nouveau lieu emblématique de Paris s'attire les foudres de la mairie socialiste qui, une fois encore, démontre qu’elle est un adversaire farouche des arts et de la beauté.
Communiqué n° 1961, lundi 3 octobre 2016
Sur Paris défiguré par la mode
Le parti de l’In-nocence proteste contre la rare laideur des campements dressés à l’enseigne de “Paris-sur-Mode” dans les jardins des Tuileries et sur la place de la Concorde à l’occasion de la Semaine de la mode. Ces vilaines tentes à l’aspect misérable, avec leur environnement de barrières de sécurité métalliques, brisent les plus belles perspectives de la capitale, souillent ses plus beaux jardins, déshonorent sa place la plus fameuse. Paris était devenue une capitale de la mode parce que c’était une ville élégante et bien tenue. Comment peut-elle espérer le rester en devenant, sous prétexte de mode, un champ de foire ou un camp de migrants ? Et quel sens y a-t-il à choisir, pour des activités censément “de prestige”, des sites fameux pour leur beauté si c’est pour les rendre affreux par le truchement de ces activités mêmes ?
Communiqué n° 1960, mardi 27 septembre 2016
Sur une révoltante campagne de la RATP
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) sont révoltés par une abjecte campagne de la RATP contre la fraude, où tous les fraudeurs potentiels, sur les affiches, paraissent appartenir à la population indigène ou assimilée. Or celle-ci a eu tout loisir, depuis des lustres, d’observer quotidiennement que ce n’est certes pas parmi elle que se recrute le gros des troupes des visibles fraudeurs, ceux qu’on a vus si longtemps sauter par-dessus les barrières et tourniquets du métro parisien, comme s’il était entendu que pour eux les transports en commun étaient gratuits. Mais sur les Français de France, en régime remplaciste, et à la notable différence de ce qui se passe avec les autres populations avec lesquelles on leur impose de partager le territoire national, on peut toujours taper sans danger et en toute bonne conscience. Il ne suffit pas qu’ils soit envahis, colonisés, conquis, grand-remplacés, il faut encore qu’ils soient humiliés, bafoués et rendus coupable des nocences mêmes qu’ils endurent de leurs colonisateurs.
Communiqué n° 1959, jeudi 22 septembre 2016
Sur la condamnation définitive de Renaud Camus pour incitation à la haine raciale
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) ont le regret d’annoncer qu’a été rejeté le pourvoi en cassation de leur président commun, Renaud Camus, quant à sa condamnation par la XVIIe Chambre, puis par la cour d’Appel, pour incitation à la haine raciale à l’occasion du discours prononcé par lui le 18 décembre 2010 aux Assises sur l’islamisation, “La nocence, instrument du Grand Remplacement” (le texte de cette allocution est entièrement reproduit dans le volume Le Grand Remplacement). Le montant des amendes, dommages et intérêts au Mrap et frais irrépétibles s’élève à six mille cinq cents euros.

Le parti de l’In-nocence et le NON relèvent que la Cour de cassation approuve la Cour d’appel de ne s’être pas tenue aux termes mêmes des déclarations de Renaud Camus et d’avoir fondée son jugement sur des éléments extrinsèques aux propos poursuivis — lesquels, de fait, ne visaient en aucune façon l’ensemble des musulmans mais seulement les délinquants parmi eux, les “nocents“, désignés comme “le bras armé la conquête” (cette expression ne pouvant en aucune façon désigner tous les musulmans, ce qui n’aurait aucun sens). Quoi qu’il en soit, et cette confirmation le confirme, il est bien exact que Renaud Camus et les deux mouvements qu’il préside sont opposés de toutes leurs forces à la dite conquête, au changement de peuple et de civilisation, à l’islamisation, et à toutes les institutions et tous les individus qui, à l’intérieur de la patrie, collaborent à ces phénomènes qui n‘en font qu’un.
Communiqué n° 1958, mercredi 21 septembre 2016
Sur les encouragements aux migrants
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) relèvent que le jour même où l’organisation des Nations Unies adopte une déclaration très favorable aux migrants, aux réfugiés, à leurs droits et aux obligations des États à leur égard, le milliardaire Georges Soros, qui s’est déjà beaucoup signalé par son action en faveur de l’ouverture de toutes les frontières, annonce la création d'un fonds d‘investissement de cinq cent millions de dollars en faveur de ces mêmes réfugiés et migrants, et qu’il en confie la gestion, précisément, à des agences de l’ONU.

Le parti de l’In-nocence et le NON soulignent à quel point cette coïncidence est significative. Les organisations internationales — et à cet égard l’Union européenne n’a rien à envier aux Nations Unies — et la finance internationale poursuivent d’évidence le même idéal, qu’on pourrait appeler avec justesse l’idéal remplaciste : en finir avec les nations, avec les frontières, avec l’homme des appartenances. Il n’est sans doute pas indifférent que ce soit l’homme africain que ces puissances diverses paraissent vouloir répandre comme un modèle sur toute la surface de la terre, et tout spécialement en Europe, dont elles entérinent la submersion. L’Afrique est le continent où fortune et pouvoir politique ne font qu’un, où le ploutocrate est roi au sens littéral du terme, où le milliardaire est d'office roi nègre et où tout roi nègre est milliardaire. Quel idéal pour les hommes d’argent, et comme on comprend leur impatience à africaniser la terre !
Communiqué n° 1957, lundi 19 septembre 2016
Sur un discours récent de la commissaire européenne Mme Federica Mogherini
Le parti de l’In-nocence note que Mme Federica Mogherini, Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères, dans un discours récent devant le parlement européen, s’est prononcée avec une simplicité glaçante, et comme on énonce une évidence, pour la continuation de l’immigration de masse en Europe, en laquelle elle ne voit nullement une catastrophe mais qu’elle considère au contraire comme “la norme”, et comme pouvant s’avérer bénéfique pour les deux parties, migrants et pays d’immigration. Les arguments de Mme Mogherini sont essentiellement démographiques : sept milliards d’humains dans le monde, et une situation démographique de l’Europe qui selon la Haute Représentante créerait un “besoin” d’immigration.

Le parti de l’In-nocence considère pour sa part que le point de vue de Mme Mogherini — dont il est affolant qu’il soit en quelque sorte officiellement celui de l’Union européenne — empile deux aberrations aussi monstrueuses l’une que l’autre. D’une part il présuppose l’interchangeabilité absolue des hommes, des femmes, des enfants et des peuples, matière humaine indifférenciée dont il importe peu qu’elle soit ici ou là et qu’ici ou là il y ait celle-ci plutôt que celle-là : c’est à son pire la conception de “l’homme remplaçable”, ignominie éthique qui ne laisse à l’antiracisme, ou à l’a-racisme, rien à envier aux pires vilenies du racisme. Ce point de vue implique d’autre part que la croissance démographique est une nécessité pour toutes les sociétés, et pour l’humanité en général. Or nous sommes arrivés à un stade de développement où c’est l’inverse exact qui est vrai. Le vieillissement de la population européenne est un contrecoup parfaitement acceptable d’une évolution démographique tout à fait raisonnable, et même souhaitable, de notre continent. C’est la démographie du reste du monde, et en particulier celle de l’Afrique, qui est une menace pour la planète. En en faisant le fondement d’un droit à l’invasion, Mme Mogherini encourage le vice et punit la vertu.
Communiqué n° 1956, mardi 13 septembre 2016
Sur EuropaCity
Le parti de l’In-nocence considère comme un succès, même s’il est très insuffisant, les conclusions du rapport de Mme Claude Brevan appelant la branche immobilière du groupe Auchan, Immochan, à amender son énorme projet de complexe de loisirs et de boutiques au nord-est de Paris, EuropaCity.

Le parti de l’In-nocence soutient naturellement toutes les associations, et notamment France Nature Environnement, qui espèrent qu’Immochan tirera de ce rapport les conclusions qui s’imposent et renoncera à ce projet hyperconsumériste aussi désastreux écologiquement que culturellement, puisque lui seraient sacrifiés des centaines d'hectares agricoles, dans un contexte déjà très détérioré.
Communiqué n° 1955, mardi 13 septembre 2016
Sur la mort de Claude-Jean Philippe
Le parti de l’In-nocence a appris avec une grande tristesse la mort de Claude-Jean Philippe, qui, des années durant, pour des centaines de milliers de Français, a incarné avec autant de gentillesse que de compétence et d’enthousiasme la cinéphilie dans l’espace public. Il a eu le malheur de survivre à cette passion nationale jadis assez largement répandue (en grande partie grâce à lui, d’ailleurs), et qui s’est effacée de la conscience collective autant et plus que la littérature, ne se maintenant plus, comme celle-ci, qu’à titre de spécialité excentrique pour quelques happy ou unhappy few. Le Petit Remplacement a toutefois sévi là comme ailleurs, les mots sont demeurés selon l’usage là où les exigences et les choses s’effaçaient, un “grand classique du cinéma” n’étant plus, en société post-cinéphilique, et désormais post-claudejeanphilipienne, qu’un film commercial qui a remporté un gros succès d’audience.
Communiqué n° 1954, lundi 12 septembre 2016
Sur le serpent de mer des places de prison
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) notent que resurgit pour la millième fois l’éternel serpent de mer des places de prison, thème de surenchères infinies entre les partis et entre les candidats, à qui s’engagera à construire le plus de centres de détention. Belles promesses en vérité, séduisantes perspectives. De tous les sujets du débat politique il n’en est aucun qu’il soit plus vain de prétendre traiter indépendamment de l’invasion en cours, de la conquête coloniale, de l’islamisation galopante. Ce sont elles qui remplissent les prisons, par le truchement de la nocence qui en est l’instrument. La tâche des gouvernants n’est pas de couvrir le territoire de la patrie de mosquées et de maisons d’arrêts, il est de mettre un terme à la submersion ethnique, d’en renverser le cours, d’inaugurer fermement la remigration et de restaurer la civilisation.
Communiqué n° 1953, jeudi 8 septembre 2016
Sur les shorts, les maris et le repli identitaire
Le parti de l’In-nocence et le NON (au changement de Peuple et de Civilisation) relèvent que, selon Nice-Matin, et par un significatif exemple d’effondrement syntaxique transgenre, « Habillées en short, leurs maris et amis se font passer à tabac » : c’est-à-dire que l’occupant, non content d’imposer ses modes, fait lui-même la police, désormais, pour bannir celles de l’occupé. Moyennant quoi Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre franco-marocaine de l’Éducation nationale, estime que le plus urgent, dans les établissements scolaires et ailleurs, est de combattre le repli identitaire et l’étonnante montée de l’islamophobie.

Le parti de l’In-nocence et le NON observent à cet égard que tous les masques tombent, que les rôles simples et évidents sont maintenant clairement répartis, que plus aucune précaution n’est prise pour dissimuler la réalité de la conquête territoriale. L’Occupation s’assume, la Collaboration aussi. Il ne reste plus qu’à la Résistance à faire de même.
Communiqué n° 1952, lundi 5 septembre 2016
Sur le succès électoral de l’AfD en Mecklembourg-Poméranie
Le parti de l’In-nocence se réjouit très profondément du succès du parti allemand AfD aux élections régionales en Mecklembourg-Poméranie. En battant les listes de la chancelière Merkel et de son parti, le parti allemand de résistance à l’invasion donne un signe encourageant de plus à tous ceux, hommes, femmes, mouvements, qui sur toute l’étendue du continent luttent pour qu’il ne s’abandonne ni à la trahison de ses chefs ni à la submersion migratoire de plus en plus formidable et agressive. Dans l’Europe envahie par l’Afrique, l’heure n’est pas à incriminer l’Europe, malgré les torts effroyables de ses institutions et de ses responsables. Elle est au contraire à l’union de tous ceux, Français, Allemands, Hongrois, Polonais, Tchèques, Slovaques, Néerlandais, Européens où qu’ils soient, qui sont résolus à tout faire pour empêcher le Grand Remplacement d’aller jusqu’à son terme, l’islamisation de triompher, la colonisation d’être officiellement consacrée.
Communiqué n°1951, vendredi 2 septembre 2016
Sur la massification industrielle du remplacisme
Le parti de l’In-nocence et le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation) notent que le pouvoir remplaciste ne prend plus aucune précaution désormais pour dissimuler ses desseins. Le mariage du vieil antiracisme et du financiarisme tardif, industriel ou post-industriel, est désormais consommé. À la télévision, c’est sans solution de continuité que sont montrés Mme Emmanuelle Cosse accumulant bâtiments publics et chambres vides chez les particuliers pour y loger des migrants, d’une part, et autorités de la société Porsche, d’autre part, se félicitant d’en accueillir toujours davantage. Toute prétention à les faire passer pour des “réfugiés” semble à présent abandonnée. Toute distinction entre immigration légale et immigration clandestine tombe en caducité. Le Grand Remplacement est entré dans sa phase de massification industrielle. Le racisme déportait dans des trains, l’antiracisme importe dans des bateaux. Remplacistes et remplaçants ont érigé le naufrage non seulement en moyen de transport de routine mais en instrument de la substitution ethnique. Pendant ce temps le Conseil d’État estime qu’il n’est provocation des conquérants qui ne soit la parfaite illustration des valeurs de la République. Si la République était bien ce que disent ses juges, elle ne serait qu’une machine à en finir avec les Français. Ils l’ont aimée quand elle a défendu le peuple et la patrie, ils la haïront quand ils comprendront qu’elle les livre sur un plateau à l’envahisseur, au nom de ses principes qui pis est, dont il profite et se rit.