Le site du parti de l'In-nocence

Laura et Mauranne

Envoyé par Francis Marche 
07 octobre 2017, 11:00   Re : La goutte
C'est la seule explication rationnelle que je vois à l'absence totale de cas de "folie furieuse" qui, humainement, devrait s'être emparé au moins une fois d'un des proches de tous ces morts.

///

Le nombre incalculable de fois où j'ai entendu, et vous aussi j'imagine : "Môa, si on faisait ça à mes gosses, j'péterais un plomb ! Et j'te promets que le mec (ou un qui lui ressemble...), j'le butterai direct !"
Utilisateur anonyme
07 octobre 2017, 11:05   Re : La goutte
Quand on voit cet “enseignant”, on se dit que face à l'alliance mortelle des femmes et des “hommes” de ce genre, alliance à présent entièrement au service de l'islam dominant et conquérant, plus rien n'est possible, et surtout pas une quelconque réaction à une quelconque “goutte de trop”. Ils et elles sont trop nombreux, et trop contents de se soumettre.

Voyez comme cet instituteur — produit lamentable de l'Occident féminisé — est déjà à genoux face au petit Youssef, son maître. Il admire et il envie ce gosse : cela se voit, s'entend, se sent.
07 octobre 2017, 11:14   Re : La goutte
« On vous oblige pas. On vous demande pas à croire au christianisme ...Y-a rien contre vous »


Quand un instituteur s'adresse à un enfant musulman de 8 ans, il s'adresse à la communauté toute entière. Cet enfant n'est pas un enfant difficile, c'est l'oumma, notre patrie portative.
- La croix, elle me fait trop mal.
ce qui se traduit par:
- puisque je suis là, avec ma patrie portative, la croix n'y a plus sa place. Elle me fait trop mal. Déplacez-là !
 
07 octobre 2017, 11:23   Re : La goutte
Erreur tragique supplémentaire, l'instituteur, en le vouvoyant, l'insulte.
Les arabes se tutoyent
En arabe, le vouvoyement n'existe pas. Il est une importation de l'empire colonial français


07 octobre 2017, 12:35   Re : La goutte
Non, il n'y a ni dressage ni aliénation, l'omniprésence indéniable de la propagande est trompeuse, elle donne l'impression que le gavage est la cause de la soumission mais c'est l'inverse qui est vrai : le gavage n'est rien d'autre que l'expression collective de la pulsion suicidaire dont est victime l'Occident. Entre les médias et les intellectuels organiques d'une part et le petit instituteur d'autre part il y a une chaîne ininterrompue, non de complicité propagandiste machiavélique mais de conviction morbide, et cette chaîne se continue au-delà, c'est-à-dire chez les prétendues victimes de la propagande qu'une conviction profonde solidarise le plus souvent avec leurs mentors. Il suffit de parler avec les gens, de les écouter, on voit bien que ce qui s'exprime dans les élections correspond à la réalité : un gros tiers d'après-moi-le-délugistes et, sur le reste, un quart peut-être de non-suicidaires et trois quarts de complices actifs. Tout le monde sait, au moins au fond de soi, au moins d'une façon sourde, que nous nous abandonnons.

Y aura-t-il un sursaut ? Ce n'est évidemment pas impossible, même si c'est de plus en plus improbable, au fur et à mesure du remplacement des hommes d'antan par l'homme nouveau, festiviste, féminisé et infantile, indifférencié, sans mémoire ni avenir, et au fur et à mesure du remplacement, concomitant, de cet homme nouveau par les conquérants.

Mais, comme on le sait bien, point n'est besoin d'espérer pour etc.
07 octobre 2017, 13:05   Re : La goutte
Tout ça, c'est une question d'échelle.

Si la galaxie d'Andromède venait à traverser la Voie Lactée, le phénomène serait absolument transparent pour un observateur lambda placé sur Terre. Andromède arracherait un ou deux bras à la Voie Lactée, mettons celui de la Règle et celui du Sagittaire, la Voie Lactée ferait pareil, et elles finiraient toutes deux, avec le temps, par acquérir une dynamique nouvelle sans qu'aucun observateur n'ait eu à en pâtir.
Pour observer physiquement un tel phénomène, l'observateur lambda doit avoir une connaissance de la structure des deux objets, qu'il lève aussi de temps à autre le nez au ciel, et qu'il connaisse les constellations, ce qui est le cas de 1‰ de la population.
Sinon, il constaterait que le ciel a changé.
Et puis, pour les bras de la Règle et du Sagittaire ..., tant que ce ne sont pas les siens.

Voie Lactée en interaction avec Andromède


07 octobre 2017, 14:18   Re : Laura et Mauranne
"La France est un Etat de droit", parole de préfet fripouille, soucieux plus que de tout de ne pas stigmatiser les égorgeurs et les violeurs. Les clandestins y vaquent en toute impunité, y entrent et en sorte à leur guise, rapinent, violent et trucident au couteau 24 h après avoir été relâché par la police, mais, croyez-en ce tartuffe complice passif de ces horreurs : La France est un Etat de droit



Invité à s'exprimer, hier, après la conférence de presse de Brigitte Barèges, le préfet de Tarn-et-Garonne, a accepté de répondre aux interrogations du maire de Montauban : «Il faut faire attention aux mélanges des genres et aux amalgames quand on évoque ces questions, explique Pierre Besnard. On ne peut pas faire de parallèle entre le drame de Marseille et l'odieuse agression de Montauban. On ne peut pas expulser du territoire une personne mise en cause dans une procédure judiciaire, comme c'est le cas sur l'affaire de Montauban. C'est un amalgame un peu hasardeux. La France est un état de droit».

La problématique des mineurs isolés, le préfet ne la conteste pas mais atténue sa portée : «C'est un cas qui se pose un peu partout en France, notamment pour les conseils départementaux qui doivent générer cette problématique. Il est vrai que dans le Tarn-et-Garonne, nous avons un peu plus de mineurs isolés qu'avant. Mais à Montauban, ville de près de 60 000 habitants, on ne pourrait pas gérer 30 à 40 mineurs ?».

«Je suis là pour faire respecter le droit»
Reste la problématique des personnes fichées S pour radicalisation et dont le préfet connaît évidemment l'identité. Brigitte Barèges demande, à cor et à cri, depuis des mois d'avoir accès à ce fichier : «Je suis là pour faire respecter l'état de droit, insiste le préfet de Tarn-et-Garonne. Je n'ai pas le droit de divulguer cette liste. Mais je veux dire que nous travaillons en étroite collaboration avec la police municipale de Montauban sur ces questions de la radicalisation», insiste un préfet déterminé à appliquer la politique de l'Etat quelles que soient les positions des uns et des autres. Mais alors que la loi antiterroriste vient d'être votée et en attendant le projet de loi sur la sécurité intérieure, la pression continue d'être forte.


Ses fichés S, monsieur se le garde et se les protège, non mais ! c'est tout de même pas une petite élue qui va faire la loi en France et lui en imposer non !

Cette tête à claque ose rencore se donner des airs de "garant de l'Etat de droit" dans un pays où les égorgeurs qui attaquent les passants et les trucident dans les lieux publics doivent être ABATTUS PAR DES MILITAIRES parce que ni la police ni la justice n'a fait son travail.

[www.ladepeche.fr]
07 octobre 2017, 14:29   Re : Laura et Mauranne
On va un peu loin, tout de même même. En oubliant qu'au lendemain du double-meurtre de Laura et Mauranne, la représentation nationale avait su s'incliner.

Mme Brulebois, ci-devant députée de la République en marche, s'exprime ;

Danielle Brulebois‏Compte
@dbrulebois
Le Président de l'Assemblée commence la Séance en invitant les députés à rendre un hommage solennel aux victimes du barbarisme.
07 octobre 2017, 14:39   Re : La goutte
@Meyer

il n'y a ni dressage ni aliénation, l'omniprésence indéniable de la propagande est trompeuse, elle donne l'impression que le gavage est la cause de la soumission mais c'est l'inverse qui est vrai : le gavage n'est rien d'autre que l'expression collective de la pulsion suicidaire dont est victime l'Occident
////


Mais enfin, cette pulsion suicidaire ne tombe pas du ciel !?! Au préalable il faut bien mettre en place un terreau culturel favorable - fruit d'un long, d'un patient dressage - sur lequel elle puisse prendre, cette pulsion - non ? Ça ne pousse pas comme ça ! Sinon pourquoi d'autres peuples sont-ils épargnés ?
Non, cette pulsion de mort est le résultat d'une "victoire culturelle".
07 octobre 2017, 15:15   Re : La goutte
Non, elle ne tombe pas du ciel, en effet, elle est le seul moyen que trouve l'homme nouveau pour sortir de l'impasse dans laquelle l'a mené la mutation anthropique endogène dont il est le fruit.

L'Europe orientale, restée catholique ou orthodoxe, est, pour le moment en tout cas, épargnée par cette pulsion suicidaire parce qu'elle n'a pas connu la mutation anthropique qui en est la cause : pendant qu'elle avait lieu à l'Ouest, l'Est vivait sous la dictature communiste — rude mais efficace antidote.
07 octobre 2017, 15:28   Re : La goutte
Danielle Brulebois‏Compte
@dbrulebois
Le Président de l'Assemblée commence la Séance en invitant les députés à rendre un hommage solennel aux victimes du barbarisme.



C'était sans doute borborisme, qu'elle voulait dire.

Ce « bruit des intestins » que les parlementaires, sénateurs, et préfets très bien nourris passent le plus clair de leur temps à écouter.

Et puis, les généreuses généralités, il faudra songer à les rabaisser au rang de crimes de guerre. Quand il y a un mort, c'est une 'tragédie', pas un 'drâme'. Quand il y a de la barbarie, on dit le mot 'barbare' ou 'barbarie', pas le mot 'barbarisme' ou 'barbaresque'.
Donc, à cette Brulebois‏: je dis: dégage, de l'air, du vent !
Qu'elle revienne quand il saura nommer les choses.
07 octobre 2017, 15:48   Re : Laura et Mauranne
Quel Etat de droit ? Qu'on s'y arrête : quand l'armée doit intervenir pour abattre des criminels qui s'en prennent à des civils... de quel "état de droit" parlons-nous ? Les meurtres de civils par des civils, ai-je toujours cru, relèvent du droit pénal, de l'action de la police et non de fantassins de l'armée équipés de FAMA. Et si ces derniers interviennent pour empêcher la commission d'un crime, l'état de droit n'est plus. L'exécution extrajudiciaire d'un manieur de couteau est contraire à l'état de droit. La circulation transfrontière sans passeport est contraire à la loi et donc à l'état de droit.

L'état de droit est violé conjointement par la police (qui relâche ces clandestins) et la justice qui ne les inquiète en rien. Il est violé et ABOLI ensuite par l'action de l'armée qui procède à des exécutions extrajudiciaires sur des criminels qui relèvent de la justice pénale, laquelle s'est abstenue de s'acquitter de sa fonction en ne les poursuivant pas.

Ce préfet qui représente cet Etat failli est complice de cette double violation. Sa parole est désormais illégitime. L'ordre politique et institutionnel qui a permis ces atrocités et cette double violation n'est plus légitime, il n'y a plus d'ordre. La rétention des listes de "fichés S" par cette autorité préfectorale, qui s'oppose à la volonté d'une élue d'y avoir accès, constitue une usurpation de pouvoir. Les élus du peuple, de la République, sont souverainement supérieurs à ce préfet qui n'est que l'avant-dernier de leurs serviteurs. Il doit se soumettre et livrer les noms des fichés S comme l'exige cette élue. Ce préfet ne dispose d'aucune compétence politique ou constitutionnelle pour juger de la dangerosité des fichés S, pour statuer sur cette dangerosité comme il prétend le faire. Seule l'Assemblée de la République et les représentants du peuple disposent de ce droit de juger de ce qui est bénéfique, néfaste, dangereux ou bénin pour le peuple français et ses intérêts. Lui ne représente plus rien, rien d'autre que sa pitoyable carrière et son encombrante bedaine.
07 octobre 2017, 16:00   Re : Laura et Mauranne
Ça va finir comme au Tonkin: dans la foule, au canon de 75 !
Nous sommes tous des Tonkiki, des Tonkinois, des Tonkinoises !
Joséphine Baker




07 octobre 2017, 16:39   Re : Laura et Mauranne
L'état de droit est violé conjointement par la police (qui relâche ces clandestins) et la justice qui ne les inquiète en rien. Il est violé et ABOLI ensuite par l'action de l'armée qui procède à des exécutions extrajudiciaires sur des criminels qui relèvent de la justice pénale, laquelle s'est abstenue de s'acquitter de sa fonction en ne les poursuivant pas.
07 octobre 2017, 16:51   Re : Laura et Mauranne
@Francis

Ce préfet qui représente cet Etat failli

///////////////////////////////////

Etat failli, oui, absolument ! Mais tous semblent trouver ça normal, voire même rigolo (c'est l'effet Canal +). C'est comme si nous avions oublié que l'Etat est, pour une communauté, l'unité suprême, celle qui rend possible et inclut en soi les autres unités dans lesquelles la communauté se distribue. J'irai même jusqu'à dire que le choix de telle ou ou telle forme d'Etat est logiquement second par rapport au fait de l'Etat.

Question : quand les Français comprendront-ils que pour l'individu lambda il n'est pas d'autre espace de liberté que celui qu'un Etat fort est en mesure de lui garantir ?
07 octobre 2017, 17:04   Re : Laura et Mauranne
@Marcel Meyer

Non, elle ne tombe pas du ciel, en effet, elle est le seul moyen que trouve l'homme nouveau pour sortir de l'impasse dans laquelle l'a mené la mutation anthropique endogène dont il est le fruit.
/////////////////

Comment sortir de l'impasse ?
Un dirigeant politique (un Chef ?) qui emploierait la violence d'un conquérant pourrait peut-être rassembler en une masse unique un peuple français politiquement désagrégé... Et, peut-être (très peut-être) qu'à partir de cette masse unique...
07 octobre 2017, 18:06   Re : Laura et Mauranne
Oui, il faudrait sans doute une personnalité charismatique, un père de la nation pour ces jeunes gens qui, pour beaucoup d'entre eux, n'en ont jamais eu de véritable. Mais les peuples ont les chefs qu'ils secrètent, qu'ils sont capables de secréter et, donc, qu'ils méritent. C'est là l'explication de l'extrême médiocrité du personnel politique contemporain, médiocrité à laquelle n'échappent pas les dirigeants des mouvements patriotiques, “populistes” : même Nigel Farage, qui s'est “dégonflé” comme le premier Boulanger venu au moment où il avait le vent en poupe, même Geert Wilders, probablement les meilleurs, paraissent bien en-deçà de la tâche.
Utilisateur anonyme
07 octobre 2017, 18:45   Re : Laura et Mauranne
N'ayant pas eu de père, ils ne sauraient en aucun cas reconnaître la légitimité d'un quelconque “père de la nation”, ni même se sentir appartenir à une patrie.

Dit autrement, il ne peut y avoir de patrie sans patriarcat. Les mots ont un sens, après tout.

La seule et unique façon de remettre l'Occident à l'endroit, ce serait de restaurer l'autorité des hommes sur les femmes (et les enfants), c'est-à-dire : de la raison sur les (bons) sentiments. Je sais, en général, cela ne plaît pas beaucoup d'entendre ou lire cela. Qu'on se rassure néanmoins, ça n'arrivera pas, car il faudrait faudrait pour ce faire que les femmes, qui sont la majorité de l'électorat, abandonnent d'elles-mêmes leurs droits, ce qu'elles ne feront naturellement pas. C'est pourquoi nous sommes fichus.

Farage, Wilders et consorts sont bien sympathiques, mais ils dépendent comme les autres d'un suffrage populaire qui rassemble une majorité de femmes, épaulées par des “hommes” qui pensent comme des femmes. Seuls peuvent être élus des gens qui promettent de l'état-providence et des vagues ininterrompues de “migrants”. Les autres sont des fascistes, et on n'en veut pas. Elles, surtout, n'en veulent pas.

De sorte qu'il n'y a rien, strictement rien à attendre d'autre qu'un effondrement aussi soudain que définitif (à la soviétique), lequel aura lieu très exactement le jour où les allocations ne seront plus versées, quand l'Etat sera en cessation de paiements.

Y aura-t-il, avant cela, une remigration ? J'en doute sérieusement, car un tel projet est une affaire d'hommes, or il n'y en a pour ainsi dire plus, et de toute façon ils sont détestés. Et quand bien même elle se ferait, cela ne résoudrait guère le problème à long terme : les femmes continueraient à voter pour l'ouverture à l'autre, de sorte qu'après quelque temps tout serait à reprendre. Constatez l'absurdité.

Voici pourtant ce qu'il faudrait faire :

1. Restaurer l'autorité masculine
2. Remettre les femmes à leur place, leur “libération” ayant été un échec aussi prévisible que total, aux conséquences désastreuses pour tout le monde (hommes, femmes, enfants, système de transmission des valeurs, etc.)
3. Cesser de prendre l'argent des gens productifs pour le donner aux parasites, qui en profitent pour se reproduire

Trois mesures fondamentales qui, entre autres bienfaits, décourageront les mauvais immigrés de venir s'installer en Europe et feront même rentrer chez eux tous ceux qui comprendront que la manne est terminée.

Mais bien sûr, l'Occident féminisé ne saurait concevoir cela. Pire que fasciste, c'est machiste et misogyne, n'est-ce pas ? Plutôt mourir dans un bain de sang, alors. Il a certes déjà commencé. Mais nous n'avons encore rien vu.
07 octobre 2017, 19:32   Re : Laura et Mauranne
La seule et unique façon de remettre l'Occident à l'endroit, ce serait de restaurer l'autorité des hommes sur les femmes (et les enfants)
/////


Oui. Et parlons également de l'uniformisation des sexes à laquelle, évidemment, le féminisme a beaucoup contribué. Une uniformisation des sexes qui, non contente de liquider les symboles du pouvoir, s'ajoute à l'homogénéisation des peuples et des cultures, renforçant son caractère entropique.

E. Junger considérait que "L'uniformisation actuelle des sexes est l'un des symptômes de l'aspiration où s'annonce l'avènement d'un Etat universel. Ce n'est pas le seul. Il faut comprendre dans ce contexte le nivellement des races, des états et des classes, et aussi des grandes divisions naturelles, comme les saisons, ou le jour et la nuit." (L'Etat universel, p79).

Heidegger mettait l'uniformisation du monde, qu'il craignait plus que tout, sur le dos de la technique et des industries de masse. À ma connaissance, il n'a jamais parlé de l'uniformisation des sexes. Dommage.
07 octobre 2017, 19:52   Re : Laura et Mauranne
« ça n'arrivera pas, car il faudrait faudrait pour ce faire que les femmes, qui sont la majorité de l'électorat, abandonnent d'elles-mêmes leurs droits, ce qu'elles ne feront naturellement pas », c'est pourtant bel et bien ce qu'elles sont en train de faire, cher Trystan Dee, en favorisant, pour beaucoup d'entre elles — pas toutes, chère Cassandre, pas toutes bien sûr, mais nous parlons des tendances dominantes qui font l'histoire —, la conquête musulmane, et, si je vous ai bien compris, vous êtes d'accord avec ce constat. Peut-être que si nous leur expliquions que nous sommes nous aussi tout à fait prêts à les leur enlever elles se raviseraient et nous préféreraient ? Non, je plaisante.
Utilisateur anonyme
07 octobre 2017, 19:56   Re : Laura et Mauranne
Conformément à leur nature, elles se soumettront et s'offriront à ceux qui exerceront la plus grande autorité sur elles. Cela est déjà en train de se faire sous nos yeux, en effet.
07 octobre 2017, 20:05   Re : Laura et Mauranne
J'ai l'impression que les femmes ont bon dos, surtout depuis que la question des femmes est posée.
Alors,
Moins de Culture ? Plus de Nature .
ou bien
Moins de Nature ? Plus de Culture .
07 octobre 2017, 20:10   Re : Laura et Mauranne
En même temps beaucoup sont assez déglinguées pour s'imaginer qu'elles se soumettront "librement", de leur plein gré, par une sorte d'"acte militant". Et surtout que la fascination pour la force n'a strictement rien à voir là dedans.
07 octobre 2017, 20:21   Re : Laura et Mauranne
Chez les grecs, il y a avait le rituel de passage de l'enfance à l'âge adulte, qui se déroulait dans la 11e années ( l’éphébie, c'est autre chose). Après ce rite de passage, l'enfant était un homme avant d'être un guerrier. Il y a la même chose chez les juifs, mais je ne me souviens plus du nom de ce rituel.

Au 19e siècle, on a inventé la notion d'adolescence. Un adolescent est un être hybride, né de la bourgeoisie, bourgeoisie qui a trouvée une nouvelle façon d'organiser le marché, un mini-moi dans un cadre purement mercantile. Et bien entendu, aujourd'hui, un adolescent est devenu une créature qui a entre 11 ans et 77 ans parce que le marché trouve ça très utile, très nécessaire et opportun. Des pères qui sont des adolescents. Des mères qui maternent jusqu'à plus soif, etc. Donc un avilissement de l'être dès son entrée dans l'âge adulte

Tout cela ne relève pas des hommes et des femmes, mais bien du mercantilisme libéral.
Utilisateur anonyme
07 octobre 2017, 20:37   Re : Laura et Mauranne
Tout cela ne relève que des hommes et des femmes, et des lois qui régentent leurs rapports.

Accuser le grand vilain Marché est trop commode et nous rapproche de l'éternel et pénible complot. Le collectivisme, l'impôt et la dette, conséquences immédiates du pouvoir féminin, nous étranglent bien plus que le “mercantilisme libéral”.
07 octobre 2017, 20:44   Re : Laura et Mauranne
Tout cela ne relève que des hommes et des femmes, et des lois qui régentent leurs rapports.


Alors pourquoi l'invention de la publicité ?
Pourquoi justement au XIX siècle ?
Pourquoi l'inventeur de la publicité est-il le neveu de Freud parti, en Amérique, y appliquer les freudiennes intuitions de son oncle ?
Utilisateur anonyme
07 octobre 2017, 20:49   Re : Laura et Mauranne
On peut accuser n'importe quelle découverte ou nouveauté : la roue, la charrue, le chant grégorien, l'assolement triennal, la peinture à l'huile, la symphonie, la ligne d'assemblage, le moteur à explosion, la société par actions, etc. Le problème n'est pas là.
Il est biologique, anthropologique, sexuel.

Et puis Freud n'a guère été longtemps pris au sérieux en Amérique.
07 octobre 2017, 21:54   Re : Laura et Mauranne
Je n'accuse rien ni personne. J'observe que tout converge.
La convergence, le mimétisme, l'imitation, ... il y en a qui en font un métier, une industrie.
Dévoyer, subordonner, soumettre, ça fait longtemps que c'est devenue une industrie. Freud l'a initié, des autres s'en chargent aujourd'hui avec des méthodes bien plus sophistiquées.
Et il n'est donc plus question d'homme ou de femme. Une logique qui cherche à s'imposer, cherchera forcément à subordonner les logiques concurrentes. C'est vrai du libéralisme et c'est pareil de l'Islam.
07 octobre 2017, 22:42   Re : Laura et Mauranne
''Tout cela ne relève pas des hommes et des femmes, mais bien du mercantilisme libéral.''
Je suis assez d'accord.
De même que la responsabilité de l'attitude victimaire dans laquelle se complaisent les ''''divers'' ne relève pas seulement, loin de là, des ''divers'', mais d'une idéologie mise au point d'abord par des non ''divers'' français qui y ont vu leur intérêt à court terme, de même l'idéologie victimaire dans laquelle se complaisent nombre de femmes a été mise au point par des hommes qui y ont vu aussi leur intérêt à court terme. Que les ''divers'' et les femmes aient fini par reprendre à leur compte et au mot cette idéologie, était malheureusement inévitable. Je crois les torts, pour le moins, bien partagés.
07 octobre 2017, 22:49   Re : La goutte
Quel que soit le degré de pertinence de ces analyses, permettez-moi de maintenir que si, d'un coup de baguette magique, les anxiolytiques et autres venaient à se volatiliser, cela aurait un effet immédiat sur l'état des choses et certainement pas dans le sens du "vous n'aurez pas ma haine". Je ne pense pas qu'il faille négliger le degré d'intoxication médicamenteuse de la société et considérer cette situation comme un détail.
Utilisateur anonyme
07 octobre 2017, 23:01   Re : La goutte
Il est toujours plus facile d'attaquer une abstraction (le libéralisme, une quelconque idéologie) qu'un phénomène bien concret (la disparition de l'autorité masculine et la mise au ban des hommes occidentaux à présent domestiqués).

Les hommes n'ont certes pas inventé le féminisme, mais Cassandre a en partie raison quand elle affirme qu'ils y ont vu — je dirais : cherché — un intérêt à court terme. En “faisant plaisir” aux femmes, c'est-à-dire en leur octroyant des droits inouïs sans contrepartie, ils ont espéré se faire bien voir par elles, se faire aimer. Ils ont joué la carte du gentil gars qui fait l'aimable et le galant, un bouquet de fleurs à la main, et rend mille services comme un bon chien-chien.

N'importe quel coq de sous-préfecture sait que c'est la pire chose à faire, et qu'en procédant de la sorte on finit vite par se faire piétiner par sa belle.

Je complèterais la remarque de Thomas Rothomagho en insistant sur le rôle extraordinaire de la drogue dans notre pays. J'ai souvent l'impression qu'un bon quart de la population n'a pas d'autre but, en fin de compte, que de rouler et fumer son petit joint du moment.
07 octobre 2017, 23:21   Re : Laura et Mauranne
D'accord avec Thomas : La France est le premier consommateur au monde d'anxiolytiques, et vient dans le peleton de tête pour les stupéfiants, cannabis en particuler mais pas seulement (dont la consommation est dépénalisée de fait aujourd'hui), et ne disons rien des alcools blancs (vodka et autres spiritueux d'importation qui de plus en plus prennent la place du pinard dans les catégories populaires classiques de ce pays).

La Carte Vital et le corps pléthorique des pharmaciens, la toute puissance du secteur médical et pharmaceutique en France, accompagnent et alimentent cette intoxication médicamenteuse intense.

D'autre part, je ne suis pas d'accord avec l'assertion il n'y a pas dressage. Il y a bel et bien dressage idéologique pur et dur, goebbelsien, en France aujourd'hui. Des ondes de France culture aux livres d'apprentissage de la lecture pour les tout petits, cf. les images récemment mises en ligne ici : [www.in-nocence.org]
en passant par cet étrange organe de presse Le Monde, insidieux propagandiste de la doxa qui se paie le luxe d'entretenir une rubrique du bien-penser ("Les Décodeurs") ; les mises en scène et les mises en bien-penser des "sauvetages" télévisuels et télégéniques de migrants clandestins qui envahissent l'Europe par la Méditerranée, etc.

Ensuite il y a toute l'intoxication techno-branchée, dont cette image concentre le sens assez bien:



Inutile de s'étendre sur le divertissement abrutissant, dont l'infotainment, que distillent en continu les dizaines de chaînes de télévision, publiques et privées. (Seules chaînes encore regardables aujourd'hui : LCP et France 5)

Le dressage est permanent, classique ou "branché", le matraquage ne cesse pas.
07 octobre 2017, 23:26   Re : Laura et Mauranne
Seul un pays malade au dernier degré, en perdition sociale et civilisationnelle avérée, peut, en 2017, se réjouir, sous la baguette de sa classe politique ravie, d'avoir obtenu l'organisation des Jeux Olympiques par sa capitale.
07 octobre 2017, 23:34   Re : Laura et Mauranne
Exemple de propagande goebbelsienne diffusée aujourd'hui par le journal Le Monde :

[www.lemonde.fr]

Bruno Julliard, adjoint à la culture à la Mairie de Paris : « La présence de l’art est un moyen de comprendre l’altérité »
En savoir plus sur [www.lemonde.fr]

Cette déclaration de ce petit commissaire politique de la Mairie de Paris est l'image miroir (présence inversée) du discours goebbelsien sur l'art. L'art en tant que sujet en est absent : seul s'y manifeste le message politique produit sur le mode déclaratif de l'universel qui intime à la soumission. Le ton définititionnel péremptoire de ce discours est totalitaire. Il est celui de la propagande totalitaire qui se donne à consommer dans le goût vingtiémiste classique des grands projets génocidaires.
08 octobre 2017, 00:57   Re : Laura et Mauranne
A propos c'est lundi, 10 octobre, que l'Inspection générale de l'administration (IGA), saisie par Collomb, devrait rendre ses conclusions sur ce fiasco qui fut fatal à ces deux jeunes femmes à Marseille. Préparez-vous à un beau whitewashing, pour lequel l'administration française possède l'incomparable talent que le monde entier lui envie.

Se protéger les fesses de tout mauvais coup est ce que l'administration française sait faire de mieux. L'exercice ponce-piltatesque (pas responsable, pas coupable, passage de patate chaude de service en service, etc.) promet d'être grandiose.

En moins d'un mois, l'Etat français failli s'est déshonoré irrémédiablement : dans l'île de Saint-Martin d'abord, où ii a abandonné les populations aux pillards et meurtriers, et ce 1er octobre ensuite, entre Lyon et Marseille, quand il a montré qu'il abandonnait la population métropolitaine désarmée aux égorgeurs transfrontières.

L'ultime goutte d'eau, il faut la décréter dans cette dernière atrocité qui rend cet Etat, ce gouvernement et leur administration, impardonnablement faillis devant le peuple et l'histoire.
08 octobre 2017, 01:12   Re : Laura et Mauranne
Il n'est pas question de nier la propagande, ce que je ne faisais nullement du reste, mais de comprendre ce qui a engendré quoi. La propagande entretient et exalte un état d'esprit, exactement comme elle le faisait sous les dictatures fascistes et communistes, mais elles n'a, et pour cause, ni dans un cas ni dans l'autre mis en place le régime ; et, dans le cas communiste les régimes se sont effondrés malgré la propagande.
08 octobre 2017, 01:13   Re : Laura et Mauranne
Qu'aucune voix ne semble s'élever pour réclamer a minima la démission de Collomb constitue le signe, ou le symptôme, qu'il n'y a plus d'opposition politique en France. Que l'opinion ne connaît plus d'exutoire politique à son expression. C'est cela, le totalitarisme. L'Etat macronien réalise cette prouesse dont Poutine ou Chavez n'ont jamais fait que rêver d'accomplir.
08 octobre 2017, 01:35   Re : Laura et Mauranne
Citation
Francis Marche
Seul un pays malade au dernier degré, en perdition sociale et civilisationnelle avérée, peut, en 2017, se réjouir, sous la baguette de sa classe politique ravie, d'avoir obtenu l'organisation des Jeux Olympiques par sa capitale.

Rendez-vous compte, on l'a obtenue, cette organisation, parce que personne d'autre n'en voulait. Dans le monde à l'envers qui est le nôtre, assez logiquement au fond, on est fiers quand il faudrait avoir honte.
08 octobre 2017, 04:30   Re : Laura et Mauranne
Citation
Francis Marche
Qu'aucune voix ne semble s'élever pour réclamer a minima la démission de Collomb constitue le signe, ou le symptôme, qu'il n'y a plus d'opposition politique en France. Que l'opinion ne connaît plus d'exutoire politique à son expression. C'est cela, le totalitarisme. L'Etat macronien réalise cette prouesse dont Poutine ou Chavez n'ont jamais fait que rêver d'accomplir.

Attentat de Marseille - Interview exclusive de Gérard Collomb : "Je promets la vérité aux familles"

Si Collomb-Nosferatu avait promis de dire la vérité avant de s'en coller une, je me serais donné la peine de lire l'interview.
08 octobre 2017, 08:53   Re : Laura et Mauranne
''Dit autrement, il ne peut y avoir de patrie sans patriarcat. ''

Certes, mais l'expression consacrée est bien ''la Mère Patrie''.
08 octobre 2017, 09:18   Re : Laura et Mauranne
Sans commentaire (et sans qu'on m'enterre):

[www.laprovence.com]
08 octobre 2017, 10:56   Re : Laura et Mauranne
Je crois que Thomas Rothomago a raison. Si l'on supprimait aux Français toutes les drogues qu'ils ingurgitent, ils seraient beaucoup plus réactifs à la tragédie qui leur pend au nez. N'oublions pas le rôle qu'a joué le whisky dans la victoire de l'envahisseur sur les Indiens d'Amérique.
Et je maintiens avec Francis que la propagande est si envahissante, si totalitaire qu'elle joue aussi un rôle déterminant. Aucune idéologie à ce jour, si importants qu'aient été à certaines époques les moyens utilisés pour la propagande, n'a bénéficié comme l'idéologie remplaciste de ceux, colossaux, mis à sa disposition par les médias audio-visuels modernes et leur omniprésence.
08 octobre 2017, 10:56   Re : Laura et Mauranne
Sophie Wahnich,
L'impossible citoyen.
L'étranger dans le discours de la Révolution française


08 octobre 2017, 11:15   Re : Laura et Mauranne
Le pouvoir est filtrant. L'exercice du pouvoir est fait de blocage des idées mais ce blocage n'est pas une censure brutale et caricaturale, il est l'application d'un filtre sur le réel. Voir le paysage en rose est possible non par le recours à un pot de peinture rose mais par l'application d'un filtre. Le filtre est discriminant. La censure post-moderne est une forme de discrimination intelligente appliquée au réel.

Collomb à France Inter : les questions du public sont filtrées, la censure s'opère ainsi et se trouve renforcée et sérieusement garantie par l'évitement des vraies questions chez la journaliste qui s'adresse à lui. La radio d'Etat est filtrante. La doxa y percole comme le café à travers le filtre de papier :

Vidéo sur le site La Provence :

[www.laprovence.com]

Ici, la propagande ne dit pas ce qu'il faut penser, elle n'est pas prescriptive, elle ne vise pas un public d'enfants en âge scolaire : elle agit en filtrant ce qu'il ne faut ni dire ni penser. La propagande agit par le négatif : elle est la négation officielle, assumée, "libre" comme peut le paraître ici la journaliste Léa Salomé, du mal-penser.
08 octobre 2017, 12:16   Re : Laura et Mauranne
Comment vaincre la censure ? La recette Combaz :

[www.bvoltaire.fr]
Utilisateur anonyme
08 octobre 2017, 12:19   Re : Laura et Mauranne
« Je crois que Thomas Rothomago a raison. Si l'on supprimait aux Français toutes les drogues qu'ils ingurgitent, ils seraient beaucoup plus réactifs à la tragédie qui leur pend au nez. N'oublions pas le rôle qu'a joué le whisky dans la victoire de l'envahisseur sur les Indiens d'Amérique. »

On en revient toujours à dé-responsabiliser les Français. Au fond, ce n'est jamais de leur faute : les drogues, les médias, le libéralisme, etc. Pauvres petits.

Les maghrébins ne sont pas les derniers à fumer du cannabis, et pourtant leur conquête se porte bien.


« Et je maintiens avec Francis que la propagande est si envahissante, si totalitaire qu'elle joue aussi un rôle déterminant. Aucune idéologie à ce jour, si importants qu'aient été à certaines époques les moyens utilisés pour la propagande, n'a bénéficié comme l'idéologie remplaciste de ceux, colossaux, mis à sa disposition par les médias audio-visuels modernes et leur omniprésence. »

D'un autre côté, grâce à Internet, la ré-information n'a jamais été aussi présente, abondante et accessible. Encore une fois, simple question de responsabilité et de prise de conscience personnelles.
08 octobre 2017, 12:26   Re : Laura et Mauranne
A la faveur de l'une de ces digressions folles dont Pierre Hergat a le secret je m'avise de ceci, concernant Joséphine Baker : femme sans enfant, elle conçut le projet d'une sorte de laboratoire interracial qu'elle baptisa la Tribu Arc-en-Ciel. Elle et son mari adoptèrent douze mioches de toutes les races (il y avait même deux "Jaunes" qu'elle pêcha au Japon) en vue de faire la démonstration d'une fraternité universelle, fraternité a-raciale s'entend, sur le domaine de leur château périgourdin. L'expérience fut moyennement concluante et le centre fut fermé en 1968.

Sur une page web consacrée à cette affaire, on peut lire ceci :

Tous les enfants de la fratrie sont élevés dans le respect de leurs origines et de leurs religions, ce qui suppose plusieurs précepteurs capables de leurs enseigner leurs cultures respectives. A l'adolescence, des troubles de l'identité et des problèmes d'intégration touchent ces enfants de star très médiatisés.

Ca ne vous rappelle rien ? Mais si mais si allons... femme sans enfant, déterminée à expérimenter "la fraternité universelle" sur son territoire. Allez, le descriptif du prix qui vous sera généreusement attribué si vous trouvez la réponse devrait vous mettre sur la voie :

Un week-end à Berlin par autocar Macron.

La page en question s'intitule "vivre un idéal de fraternité universelle" : [www.canal-u.tv]
08 octobre 2017, 12:35   Re : Laura et Mauranne
Tous les esprits un peu avertis s'accordent sur cette évidence qu'il est desormais devenu presque impossible à l'art, par ex., de se soutenir comme activité supérieure, ou même comme activité de compensation à laquelle on puisse honorablement s'adonner. Les causes de ce dépérissement sont diverses, mais force est de constater (pas d'accord avec T. Dee) que tous les moyens d'expression connus confluent dans un mouvement général de propagande embrassant tous les aspects, en perpétuelle interaction, de la réalité (réalité sociale, ou sociétale, on appelle ça comme on veut).
D'autre part Internet n'a, au moins jusqu'ici, toujours pas renversé le pouvoir remplaciste. Il ne l'a même pas ébranlé.
08 octobre 2017, 12:37   Re : Laura et Mauranne
Les maghrébins ne sont pas les derniers à fumer du cannabis, et pourtant leur conquête se porte bien.

Bien vu. Pourtant, je me suis laissé dire que les effets du cannabis n'étaient pas les mêmes sur les conquis que sur les conquérants. Soyons brutal et simple : les Yankees massacreurs d'Indiens ne crachaient pas sur le whisky eux non plus, mais les effets de la boisson sur celui qui tient la crosse de la carabine automatique est tout autre que sur ceux qui se trouvent à l'autre bout du canon. L'alcool prit dans de mauvaises conditions, comme tous les psychotopes cannabis compris, a un effet depresseur, délétère et addictif caractéristique bien décrit par la littérature médicale.

Ceci aussi : se pourrait-il que les personnes âgées, disons de plus de 65 ans, en France, soient majoritairement plus lucides sur la situation politique et sociale du pays et plus prêtes à ouvrir la bouche sur la question parce que ces vieilles générations n'ont majoritairement jamais têté le chichon ou vécu des journées entières, parfois des semaines, dans l'unique préoccupation de s'en procurer, ça ou d'autres substances narcotiques, comme cela est si fréquent chez les plus jeunes ?
08 octobre 2017, 12:44   Re : Laura et Mauranne
Cher Francis, à la manière de la théorie des cordes, on peut même relier tous les files entre eux:

Appel de brigitte bardot pour josephine baker

Réaction de josephine baker a l'appel de brigitte bardot

08 octobre 2017, 12:51   Re : Laura et Mauranne
Toujours sur la théorie de fils et des cordes, Pierre :

Joséphine Baker et Angela "Mutti" Merkel sont marquées, en hermétique orientale, du même sceau 午 (qui se dit wu). Leur rapport à l'humain est le même. La pulsion scopique de Merkel en 2015 fait écho à celle de Baker lançant son projet de "Tribu Arc-en-Ciel" en 1955. Les résultat de l'expérience sont et seront identiques.

Moins elles sont capables d'avoir des enfants, plus elles se lancent à corps perdu dans l'hubris mère universelle. C'est ce type d'hystérie (et là je suivrais Trystan Dee) que nous subissons dans sa transcription politique depuis que Merkel a décollé du sol il y a deux ans.
Utilisateur anonyme
08 octobre 2017, 13:16   Re : Laura et Mauranne
« Ceci aussi : se pourrait-il que les personnes âgées, disons de plus de 65 ans, en France, soient majoritairement plus lucides sur la situation politique et sociale du pays (...) ? »

Il y aussi qu'ayant connu la France d'avant, elles s'en laissent moins conter que le trentenaire ou l'adolescent qui a appris à la télévision et dans son manuel d'Histoire-Géographie Hatier que « la France a toujours été un pays d'immigration », entre autres balivernes.
Utilisateur anonyme
08 octobre 2017, 13:28   Re : Laura et Mauranne
« D'autre part Internet n'a, au moins jusqu'ici, toujours pas renversé le pouvoir remplaciste. Il ne l'a même pas ébranlé. »

Internet n'est qu'un outil, il ne peut renverser quoi que se soit. C'est à la population de prendre ses responsabilités, or elle ne le fait pas, parce qu'elle est plutôt satisfaite de son sort.
08 octobre 2017, 16:52   Re : Laura et Mauranne
Mais enfin ce que vous dites, cher Trystan Dee, revient à n'accorder à la propagande aucun rôle. On se demande bien, alors, pourquoi dans tant de pays, à commencer par le nôtre, tant d'argent et de moyens lui ont été et lui sont plus que jamais consacrés.
Utilisateur anonyme
08 octobre 2017, 17:25   Re : Laura et Mauranne
Elle a joué et joue encore un rôle capital, qui pourrait en effet le nier ?

Mais s'arrêter à elle et y revenir sans arrêt me semble un peu léger, d'autant que la contre-propagande est aisément disponible. Il y a donc d'autres explications, d'autres éléphants dans la pièce — peut-être même sont-ils plus gros.
08 octobre 2017, 18:07   Re : Laura et Mauranne
J'ai du mal à comprendre pourquoi mon argumentation ci-dessus à ce sujet (« Il n'est pas question de nier la propagande (...) mais de comprendre ce qui a engendré quoi. La propagande entretient et exalte un état d'esprit, exactement comme elle le faisait sous les dictatures fascistes et communistes, mais elles n'a, et pour cause, ni dans un cas ni dans l'autre mis en place le régime ; et, dans le cas communiste les régimes se sont effondrés malgré la propagande. ») est si transparente, comme inexistante dans la discussion. Cela mériterait une réfutation argumentée, qui ne répète pas seulement que la propagande est omniprésente, ce qu'évidemment personne ne nie.
08 octobre 2017, 18:12   Re : Laura et Mauranne
Marcel, je crois bien que dans le cas Macron, des médias (tous supports confondus), aux curés en passant par les 10000 maires de communes qui se sont prononcés dans les semaines précédant le scrutin final, la propagande a, concrètement et véritablement mis ce régime en place. Revoyez les événements de cette campagne électorale du printemps dernier : l'univers tout entier, possiblement jusqu'aux tribus de Papouasie-Nouvelle-Guinée, a appelé à voter Macron, sans que personne, jamais, ne sache dire pourquoi. Il n'y a pas eu complot, mais vague panurgique portée par la propagande incessante. Il en est sorti Macron à l'Elysée et son équipe de godillots sur les bancs de l'Assemblée.
08 octobre 2017, 18:18   Re : Laura et Mauranne
@Dee
la contre-propagande est aisément disponible
////

L. Ruquier s'adresse à des millions de personnes et il a le pouvoir absolu à l'intérieur d'un Système qui n'admet pas de réponse. Face à lui, Mr Moyen peut toujours balancer son paquet de chips sur son téléviseur, surfer sur Internet (sur les sites de "réinformation", sur la "fachosphère") si ça lui chante. Ruquier s'en moque. Mr Moyen n'a d'existence qu'en tant que récepteur.
08 octobre 2017, 18:21   Re : Laura et Mauranne
Ce type, qui a courageusement bravé le ridicule en invitant le public à le surnommer Jupiter (!) est au pouvoir sans une ombre d'opposition politique digne de ce nom (Mélenchon et ses groupes organisent une opposition à Jupiter qui n'est rien d'autre qu'une continuation à son opposition à Hollande ou avant lui à Chirac, et il ne nomme pas ce qui se passe, voire, il ne nomme que très rarement Macron, il continue de faire ce qui a failli marcher pour lui ces trois dernières décennies, en butinant des thèmes sociaux transbahutés des régimes précédents). Voyez les débats publics dans les médias (je ne parle pas de ceux de l'Assemblée nationale toute acquise à Jupiter) : les sujets qui seraient susceptibles de d'ébranler un tant soi peu les piliers du régimes sont soigneusement laissés de côté. Léa Salamé et ses gardes du corps sur ce plateau de France Inter où est interrogé Collomb est muette sur l'abandon par l'Etat des populations aux terroristes islamistes. L'éléphant est dans le studio, on le contourne avec art. C'est cet art du filtrage et du contournement de l'éléphant qui institue le journaliste vedette sous ce régime. Cet évitement de velours ne laisse de consterner dans ce pays où la parole choquante est censée plaire et passe pour une vertu.
08 octobre 2017, 18:54   Re : Laura et Mauranne
Il me semble que parmi les drogues citées plus haut qui contribuent à annihiler jusqu'à l'idée même idée de résistance au désastre, il y en a une que l'on oublie : le sexe. S'envoyer en l'air est devenu quasiment une injonction explicite et implicite. Pas un film qui n'ait sa scène torride durant laquelle on voit l'héroïne se jeter sur le mâle et le déshabiller pour se faire sauter. Et c'est désormais presque toujours également la femme qui est montrée en train de chevaucher l'homme. Ces poncifs cinématographiques fonctionnent non comme des révélateurs d'un état des choses mais comme prescripteurs de ce qui doit être désormais la norme. De même il n'y a pas un quotidien ou un hebdomadaire (et pas que féminins) qui n'y aille régulièrement dans la rubrique ''Bien être'' d'un article conseillant la bagatelle pour mieux se porter, mieux travailler, mieux digérer, être meilleur en maths, en jardinage ou au piano ou ou que sais-je encore. Ne parlons pas bien entendu de la publicité. La devise de l'époque semble être, entre autres : ''Hors du c...l point de salut. Baisez-vous les uns les autres, nous pensons pour vous !'' Soit le sexe comme nouvel opium du peuple.
08 octobre 2017, 19:17   Re : Laura et Mauranne
Eh bien je crois moi, au contraire, chère Cassandre, que l'avalanche pornographique omniprésente tue le sexe, par indigestion, par éradication de tout charme, de tout mystère et de tout interdit (sauf peut-être celui de l'inceste, mais ça va sûrement venir) au profit d'un barbouillage anatomique en gros plan. Du reste le sexe n'existe que par la différenciation, il est donc incompatible avec l'humanité qui s'installe, laquelle repose sur l'indifférenciation. La procréation artificielle étant à présent possible, rien ne s'oppose plus à la disparition du sexe (au sens ancien du terme).

Cela va d'ailleurs tout à fait dans le sens des désirs d'une grande partie des femmes, de la majorité d'entre elles probablement, qui ne prennent guère de plaisir à la chose en dehors de ce qui la précède immédiatement et encore durant une petite période de leur vie seulement, et qui ont toujours regardé les hommes comme des cochons obsédés qu'il fallait bien satisfaire ; elles seront, secrètement ou ouvertement, ravies d'être débarrassées de la corvée. Les autres nous rejoindront dans les catacombes.
08 octobre 2017, 19:28   Re : Laura et Mauranne
Francis, rien ne permet d'affirmer que la propagande précède la mutation anthropique dont nous commençons à vivre le résultat. Il est beaucoup plus logique et conforme à l'observation de l'analyser comme le signe, l'expression, la manifestation de ce qui advient, dans la presse comme dans l'ensemble de la société : sa mise en place est contemporaine de la mutation ; sinon, comment expliquer la disparition, dans les médias et le monde politique, des hommes de type ancien ?. Ce qui est vrai en revanche, c'est qu'ensuite la propagande est le moyen employé pour combattre les résistances et les dissidences subsistantes, mais elle est, vis-à-vis de celles-ci, tout à fait inefficace, voire contre-productive : songez aux exemples des syntagmes qu'elle emploie et qui sombrent vite dans le ridicule (jeunes, chance pour la France, déséquilibrés, etc.). Vous me direz sans doute : et les enfants, pétris par cette éducation ? Il est vrai qu'une fois installé, le système paraît inébranlable — mais on en a vu de semblables s'écrouler d'un coup et sans crier gare, nonobstant une propagande, un embrigadement et une éducation de tous les instants, du berceau à la tombe.
08 octobre 2017, 19:48   Re : Laura et Mauranne
@Meyer

Oui, mais l'avalanche migratoire omniprésente et la figure christique du migrant à toutes les sauces ne tue pas le migrant, par indigestion, par éradication de tout charme... Au contraire !
Utilisateur anonyme
08 octobre 2017, 21:01   Re : Laura et Mauranne
Le féminisme et son résultat direct, la fameuse “libération sexuelle” de la femme, ont entraîné une hausse incroyable de ce qu'il faut hélas appeler la putasserie, de l'attitude putassière chez les jeunes filles et femmes d'aujourd'hui — l'anglais dit promiscuity. Dès le collège, on les voit s'habiller, s'exhiber et se comporter de façon provocante afin d'attirer l'œil des mâles de valeur en se plaçant au mieux dans la hiérarchie des femelles.

Cet état de fait est bien entendu le résultat direct de l'autre grande victoire du féminisme, celle qu'il a remportée contre les pères en faisant éclater la famille. Quand il n'y a plus de pères, les filles se sexualisent beaucoup plus tôt, et souvent de la façon la plus criarde qui soit. Alcool, piercings et tatouages font aussi partie de ce tableau malplaisant.

Le patriarcat, l'horrible patriarcat, avait pour but et vertu essentiels d'empêcher ça.

De nos jours, les jeunes femmes, parfois encouragées en ce sens par l'exemple de leur mère célibataire, comprennent très tôt que leur appas vont leur permettre de mener, durant dix ou vingt ans, une vie facile qui les dispensera de fournir d'autres efforts que ceux des hanches. Cela nous a par exemple valu le phénomène des escort girls, ces jolies étudiantes de 18 à 25 ans qui gagnent rondement leur vie grâce à leur corps. Au départ, bien sûr, il y a toujours une histoire larmoyante de jeune fille pauvre qui doit payer ses chères études... Mais en réalité, c'est toujours l'occasion pour elles de mener une vie de sorties, de restaurants, de vêtements griffés, de chaussures onéreuses et de sacs à main luxueux. Ah, le féminisme... il prétendit lutter contre l'instrumentalisation et l'objectification des femmes par les hommes. Il aurait mieux fait de penser à préserver les femmes d'elles-mêmes. Les voici devenues, chacune, leur propre maquerelle.

Sans aller jusque là, n'importe quelle jeune femme d'aujourd'hui peut avoir, entre 16 et 30 ans, si elle est un peu jolie (mais à cet âge, ce n'est pas bien difficile), autant d'amants qu'elle le souhaite — il y en a une toute une file d'attente. Comme elle a le choix, elle sélectionne ceux qui sont bien placés dans la hiérarchie : argent, belle gueule et statut social font que 20% des hommes ont accès à ce groupe de femmes qui possèdent beauté, jeunesse et fécondité. Celles qui attirent vraiment les hommes. Et le fait est qu'elles ne s'en privent pas. C'est normal, l'âge de la fécondité est aussi, pour les femmes, celui du désir, et celui-ci n'est plus brimé par quoi que ce soit. Il est réel. Il existe. Elles aiment ça, vraiment. Elles aiment plus encore le fait de pouvoir “essayer” autant de garçons qu'elles le souhaitent. Leur jeunesse est alors une ivresse. La révolution sexuelle a bien eu lieu, et elle offre parfois des moments de grand bonheur, en marge de l'énorme destruction qu'elle opère.

Mais ensuite, après cette vie de fête et de sexe, quand nos déesses ont perdu de leur fraîcheur, elles décident soudain qu'elles sont finalement des femmes traditionnelles (sic) qui ne veulent rien d'autre dans la vie qu'une maison, un “bon mari” (re-sic) et, bien sûr, des enfants. Le défi consiste alors à passer du jour au lendemain de la putasserie à la monogamie rangée. Elles s'étonnent que ça fonctionne mal, que ce soit difficile. Il arrive parfois qu'aucun type valable ne veuille d'elles, et alors elles se demandent : « Mais où sont passés les hommes ??? » — les magazines féminins relayent ces plaintes amusantes. Mais si elles ne sont pas trop ravagées, elles trouvent tout de même un brave gogo à épouser, un type d'aujourd'hui, féminisé et travailleur, qu'elles méprisent mais qui fait ce qu'elles demandent : rapporter un salaire et fournir le sperme (il arrive aussi qu'il ne soit pas le père de l'enfant, ce dernier ayant été conçu en douce avec le patron de la boîte, voire avec un bad boy, for old times' sake). Et puis elles se lassent, et remplacent le mari par un autre mari, assez bête pour soutenir financièrement cette épave et ses bâtards. Il y en a même parfois un troisième, mais souvent c'est le gouvernement et les allocations pour mères célibataires qui prennent, en dernier ressort, la relève.

En société féminisée, l'état-providence est, in fine, le meilleur des maris.
(C'est lui, le mâle alpha !)

Bref.

Quant à la pornographie... On peut bien sûr en dire du mal, c'est facile, mais il faut tout de même dire qu'elle est pour bien des garçons et des hommes qui n'ont pas (encore) accès aux jeunes femmes un (triste) refuge, dans ce monde où les relations hétérosexelles sont devenues dangereuses, difficile, éphémères et compliquées, et en fin de compte décevantes. C'est aussi le dernier lieu où l'homme n'est pas moqué, castré, dominé par la femme — le dernier endroit de la terre où elle veut bien encore lui offrir quelque chose à titre gratuit. C'est du moins ce que laisse entendre le scénario.
09 octobre 2017, 05:22   Re : Laura et Mauranne
Marcel, la télévision, par exemple, quoi qu'elle montre, est prescriptrice d'attitudes et de philosophie de la vie. Certaines études ont dû être produites, il y a vingt ou trente ans déjà (Baudrillard ?) que je n'ai jamais eu le temps de lire mais, la conscience et l'attention sont si totalement prises et occupées, englobées chez le téléphage par ce qu'on lui montre, que ce qu'on ne lui montre pas s'en trouve ne pas exister, est proscrit de la pensée et de l'existence.

La "téléréalité" prescrit des comportements, des accoutrements, des tics de parole, elle moule la jeunesse dans une attitude face à la vie et aux autres. La propagande n'a nul besoin d'un ingénieux propagandiste : la télévision, par sa manière de filtrer le réel de toute façon (ce qui est montré est la seule nature montrable des choses, et ce qui n'est pas montrable n'a point droit de cité) est propagandiste en soi.

La télévision instaure un nouveau droit de cité (droit de citer aussi) des choses et proscrit, bannit des consciences tout ce qui n'a pas eu accès à ce droit de cité des choses. Le petit écran est un filtre du réel, et il fonctionne ainsi même sans montage, coupure, filtres étudiés, car filmer, c'est filtrer, toujours.

La propagande n'est pas la noix de crème chantilly sur la boule du sorbet, elle ne se surajoute pas en accompagnement de ce qui est mais elle instaure un réel filtré ; elle en devient la matière même, la fine fleur d'un existant exclusif et prescrit : à tous elle dit ce qu'il faut être à travers sa prétention à dire ce qui est.

La propagande (dans les émissions de TV débiles, sur la radio nationale France Filtre, dans la publicité, et tout le tombereau de déchets que sont les magazines sur papier glacé), en exaltant de la sorte la "mutation anthropique" que vous évoquez n'est pas la fanfare qui accompagne le mouvement du bataillon mais bien l'éclaireur de son parcours, le général qui dit la route qu'il faut suivre en la montrant aux hommes de troupe.
09 octobre 2017, 08:00   Re : Laura et Mauranne
Dans la vie politico-médiatique - "la vraie vie" - nous sommes dans une logique de propagande (Baudrillard dirait logique de la simulation) qui n’a évidemment rien en commun avec les faits et l’ordre de la raison.
Mais ce qui à mon avis caractérise le mieux le discours de propagande actuel, ce qui fait sa grande force, c'est le flottement, c'est la fluidité, c.a.d. l’impossibilité d’une position déterminée du pouvoir et du discours.

La propagande flotte, comme la monnaie, comme le langage, comme les théories.
09 octobre 2017, 08:40   Re : Laura et Mauranne
La "téléréalité" prescrit des comportements, des accoutrements, des tics de parole, elle moule la jeunesse dans une attitude face à la vie et aux autres.
///

La téléréalité est un lieu hyperréel, comme ce casino de Las Vegas offrant a chacun l’impression qu’il vit dans un monde merveilleux, où tous sont en train de jouer (tous veulent ressembler aux joueurs, quoi de plus naturel). Le décor n’est pas authentique, tout est copie, l’ensemble ressemble à un rêve. Le casino, en revanche, encaisse l’argent, et ça c'est bien réel.
09 octobre 2017, 11:15   Re : Laura et Mauranne
A lire Trystan Dee on finirait par croire qu'il il n'y a guère que le réchauffement climatique et les cyclones qui échappent à la responsabilité des femmes.
Utilisateur anonyme
09 octobre 2017, 11:20   Re : Laura et Mauranne
Les responsables, Madame, ce sont les hommes qui ont laissé s'installer cet état de fait.
09 octobre 2017, 11:48   Re : Laura et Mauranne
Pour Trystan Dee : Vous savez on dit des ''machos'' qu'ils affirment que les femmes sont toutes des putes... sauf leur mère. Je suppose que beaucoup d'hommes qui partagent les opinions de Tristan doivent penser aussi que toutes les femmes sont des ''phalophilles honteuses'' ou des castratrices... sauf leur mère.

Pour Marcel Meyer : Ah, mais, cher Marcel, je ne dis pas que cette propagande qui présente le dévergondage sexuel comme obligatoire, fonctionne, car de l'obligation finit par naître l'aversion pour la chose rendue obligatoire, même si l'on feint de se plier aux injonctions de l'époque sous peine d'encourir l'accusation infâmante, de ''passéisme'', de frilosité catho, ou pire encore. En effet, de nos jours le dévergondage sexuel est présenté comme une des marques du ''progressisme''( sauf, bien sûr, quand il s'agit de ménager l'islam). Contrairement à ce que dit Trystan Dee, combien de malheureuses jeunes filles doivent feindre l'empressement à se faire sauter et le plaisir qu'elles sont censées y prendre alors qu'elles vivent l'aventure comme une épreuve mais sans oser le dire ! Et je pense que les garçons aussi, fatigués par l'obsession de la performance sexuelle présentée comme le nec plus ultra du bonheur moderne doivent finir par éprouver, à force, la même aversion.
(message corrigé)
Utilisateur anonyme
09 octobre 2017, 12:06   Re : Laura et Mauranne
Encore une fois, Madame, vous n'avez pas compris le sens de mon propos. Je n'y peux rien si la société occidentale actuelle n'a fait que rendre plus précoce, vulgariser et caricaturer la sexualité de ses jeunes femmes. Celles-ci n'y sont pas pour grand chose ; n'ayant pas été élevées correctement, elles sont surtout à plaindre. Bien sûr, il y a des exceptions. Not all women are like that — qu'on se le dise. Surtout celles qui ont la chance d'avoir eu un père. Mais comme souvent, vous insistez sur les exceptions parce que la tendance générale, majoritaire, vous embête.

De même — mais ce n'est certes pas le cas dans nos contrées à notre époque — certaines formes d'organisation sociales très patriarcales renforcent l'instinct de domination masculine, avec tout ce que cela implique de dureté et de violence (seigneurs de guerre, harems, etc.)
(Je ne suis pas loin de penser que le retour, ces 50 dernières années, à un “patriarcat dur” en Afrique et en Orient est une réaction directe de ces peuples à la dégénérescence des rapports hommes/femmes en Occident. Ils voient notre putasserie et notre déliquescence à la télévision et se disent que, chez eux en tout cas, ils n'en veulent pas.)

Maintenant, vous pouvez me traiter de macho et de misogyne, bien sûr. Mais, sauf votre respect, c'est aussi bête et hors de propos que de qualifier de “racistes” ou de “fachos” les Français de souche qui s'émeuvent de ne plus se sentir chez eux dans leur propre pays.
09 octobre 2017, 12:37   Re : Laura et Mauranne
Hé bien, monsieur, vous ne m'avez pas comprise non plus, car je n'ai rien contre les braves et inoffensifs ''machos'' à la ''gauloise''. Je ne faisais que citer ce que l'on dit des machos en général et qui m'a toujours amusée. C'est dire que je n'avais aucunement l'intention de vous disqualifier en vous traitant de la sorte mais juste de plaisanter. Et je ne vous ai jamais, encore moins, traité de misogyne. Ce n'est pas à un vieux ''singe'' de 80 ans comme moi (tant pis pour l'écriture ''inclusive'' ) qu'on apprend à faire la grimace. En effet, je savais à l'avance l'objection que vous me feriez en pareil cas et que effectivement vous m'avez faite. D'ailleurs je ne me suis jamais sentie offensée par la mysoginie quand elle se montre spirituelle.
09 octobre 2017, 13:03   Re : Laura et Mauranne
(entre Tristan Dee qui écrit "appâts" comme l'anagramme de "papas", les embardées de Pierre Hergat dans la biographie de Joséphine Baker et Cassandre qui écrit "saut leur mère", on n'est pas sorti de l'auberge de ce fil, qui devait mériter mieux, ce qui ne m'exonère en rien de ma part de responsabilité dans l'affaire, bien entendu). Si quelqu'un a du nouveau sur la saisie de l'IGA par Collomb...
Utilisateur anonyme
09 octobre 2017, 13:32   Re : Laura et Mauranne
Sauf votre respect, mon cher Marche, il me semble qu'il n'y a rien à reprocher à appas...
Et c'est Trystan, pas Tristan.
09 octobre 2017, 14:01   Re : Laura et Mauranne
Non rien d'autre à reprocher à appas si ce n'est que cette orthographe était celle qui avait cours avant 1835, quand Chateaubriand était jeune homme, un peu comme enfans ou connoître, qu'on trouve sous ces formes dans les éditions originales des écrits de Madame de Staël, en effet.

Si vous y tenez chacun pourra ici écrire très-content ou pourquoi pas, remplacer les "s" par des "f" dans les syllabes internes des mots. Ca vous aura un chic...!
Utilisateur anonyme
09 octobre 2017, 14:07   Re : Laura et Mauranne
Voilà qui serait tout à fait in-nocent, effectivement.
09 octobre 2017, 15:56   Toute Belle aux oubliettes
Oh, je crains qu'il ne faille remonter encore plus loin pour satisfaire pleinement Monsieur Dee, sachant qu'à partir du roman courtois, il subodore que le ver est dans le fruit, comme il s'est plu à l'avancer.

En réalité, et c'est là le plus étrange des paradoxes, si j'ai bien compris, le programme de remise à leur place des femmes afin de contenir l'extraordinaire puissance de nuisance qu'elles abritent si on les laisse faire, n'est parfaitement réalisé que par les sociétés musulmanes et seulement elles.

Qu'une certaine forme de féminisation de nos sociétés soit condamnable, c'est certain. Mais comment faire marcher ensemble une volonté de remettre les femmes dans un rôle essentiellement reproducteur et une volonté de maîtriser la démographie ? En Egypte, par exemple, sous l'influence d'un islam plus orthodoxe que du temps de Ben Ali, la reprise sur les femmes du peu de pouvoir que les hommes avaient lâché s'est aussitôt traduite par une très notable remontée de la démographie qui promet de devenir très vite problématique.
Et pan sur le bec ! Pas Ben Ali en Egypte mais Hosni Moubarak, crois-je savoir. Pas d'"y" à Hosni.
@Dee

De même — mais ce n'est certes pas le cas dans nos contrées à notre époque — certaines formes d'organisation sociales très patriarcales renforcent l'instinct de domination masculine, avec tout ce que cela implique de dureté et de violence (seigneurs de guerre, harems, etc.)
(Je ne suis pas loin de penser que le retour, ces 50 dernières années, à un “patriarcat dur” en Afrique et en Orient est une réaction directe de ces peuples à la dégénérescence des rapports hommes/femmes en Occident. Ils voient notre putasserie et notre déliquescence à la télévision et se disent que, chez eux en tout cas, ils n'en veulent pas.)
/////


Au risque de me faire lyncher j'avoue que ce clin d'œil au "Männerbund", très présent dans l'islam, n'est pas du tout pour me deplaire...
09 octobre 2017, 16:18   Re : Toute Belle aux oubliettes
Et comment expliquez-vous que tous ces pays musulmans, sans exception, qui ont su mettre les femmes au pas et à leur place de pondeuses en série soient si nuls, nuls, nuls, dans absolument tous les domaines ?
09 octobre 2017, 16:28   Re : Toute Belle aux oubliettes
Je reste quant à moi profondément attaché à ce que la civilisation française a produit de plus original, probablement, la courtoisie, justement, la galanterie, le marivaudage, l'érotisme joyeux, un jeu entre le masculin et le féminin, entre l'homme et la femme radicalement étranger à la féminisation désexualisée et dévirilisée que nous subissons. Je ne vois pas la moindre continuité entre les deux, bien au contraire et du reste, les féministes conséquentes d'aujourd'hui ont horreur de tout ce qui peut rappeler cela et s'il faut trouver des racines historiques à leur état d'esprit il faut le chercher dans le puritanisme anglo-saxon bien plutôt que dans le roman courtois. C'est un point sur lequel je diverge absolument d'avec Trystan Dee.
Je corrige et j'en profite, si vous permettez, pour sortir une partie de cette discussion, que je trouve assez malvenue, à l'enseigne des deux jeunes filles assassinées.
09 octobre 2017, 16:34   Re : Toute Belle aux oubliettes
Ouf ! Cher Marcel, ça soulage de vous lire. Je partage mot pour mot ce que vous avez écrit.
C'est bizarre : certains anti féministes sont tenté par l'islam comme le sont certaines... féministes.
09 octobre 2017, 17:16   Re : Laura et Mauranne
Je partage votre sentiment Thomas.
Utilisateur anonyme
09 octobre 2017, 18:22   Re : Laura et Mauranne
Trystan, que ne défendez-vous vous vos "appas" avec plus de vigueur puisque c'est la seule orthographe correcte s'agissant des charmes féminins?
Utilisateur anonyme
09 octobre 2017, 18:22   Re : Laura et Mauranne
Je suis tenté par l'Occident qui a donné Madame de La Fayette, Germaine de Staël, Jane Austen, Emily Brontë, Virginia Woolf, etc.

Celui qui produit à la pelle des Raquel Garrido et des Marlène Schiappa me désole. Mais pas autant que le fait que Cassandre puisse croire que je suis « tenté par l'islam ». (J'espérais sincèrement ne pas lire cela, mais bon, il faut toujours que quelqu'un me sorte ça...)
Utilisateur anonyme
09 octobre 2017, 18:23   Re : Laura et Mauranne
« Trystan, que ne défendez-vous vous vos "appas" avec plus de vigueur puisque c'est la seule orthographe correcte s'agissant des charmes féminins? »

Je suis comme les femmes, cher Eric Beckford, j'ai de temps en temps besoin de white knights pour me seconder dans mes “combats”.
09 octobre 2017, 19:04   Re : Laura et Mauranne
''Mais pas autant que le fait que Cassandre puisse croire que je suis « tenté par l'islam ». (J'espérais sincèrement ne pas lire cela, mais bon, il faut toujours que quelqu'un me sorte ça...)''
Encore raté : Ce n'est pas vous que je visais. D'ailleurs je ne visais personne particulièrement, je parlais en général.
Utilisateur anonyme
09 octobre 2017, 19:51   Re : Laura et Mauranne
M'ouais...
09 octobre 2017, 20:30   Re : Laura et Mauranne
Parce que vous croyez que je me gênerais peut-être pour vous dire ce que je pense ?
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter