Le site du parti de l'In-nocence
Certes, il n'était pas de notre paroisse (si tant est que...) mais il publia tous les livres de Renaud Camus des années 1970 aux années 2000 et plus d'un passage des Journaux de notre auteur expriment la plus vive reconnaissance pour cet homme, non seulement éditeur, mais ami, admirateur et quasi mécène. Je crois que POL devait éprouver une sorte de fascination pour Renaud Camus qui était tout ce qu'il aurait voulu être lui-même (créateur d'une oeuvre, notamment), fascination qui ne se brisa que très tardivement pour des motifs politiques, et, au fond, peut-être jamais, malgré les apparences. On notera avec amusement que Renaud Camus n'est jamais cité parmi les découvertes de POL ou parmi les auteurs les plus fidèles alors qu'il suffit de consulter n'importe quel catalogue de "la POL" (comme dit RC) pour voir que quantitativement, déjà, l'auteur de Tricks, est l'un des plus importants.
Sur l'effaçage de Renaud Camus des tablettes de POL, on ne saurait mieux dire que l'effacé lui-même :


Renaud Camus‏
@RenaudCamus
Follow Follow @RenaudCamus
More
Deux disparitions dans le monde des Lettres : Paul Otchakovsky-Laurens et Renaud Camus
Deux disparitions ? Non, une seule.

(entrée du 5 janvier 2018)
Au même moment on apprend que Najat Vallaud-Belkacem va diriger aux éditions Fayard une « collection d’essais “consacrée aux batailles culturelles du progressisme”...


Devant tant de bassesses, le désir d'une récession culturelle brutale... ou du moins d'une période de latence, le temps de retrouver la saveur d'un vrai livre.
On pourra toujours se consoler en allant ingérer une bonne dose de haine de soi à Paris, au musée Delacroix.

Après Christine Angot l'automne dernier, c'est en effet au tour de Lilian Thuram — grand militant anti-raciste devant l'éternel — d'être le commissaire de cette nouvelle exposition.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter