Le site du parti de l'In-nocence
07 février 2020, 17:46   C'est pour quand ?
"Au sein de ces cités, tous les caïds sont déjà prêts pour un affrontement armé » selon Gérald Pandelon, Universitaire et avocat à la Cour d’appel de Paris"



[www.europe-israel.org]
17 février 2020, 19:31   Re : C'est pour quand ?
S'il ne tenait qu'aux caïds, probablement pour la Saint-Glinglin : le grand désordre est mauvais pour le bizness, et tout délinquant qui se respecte est avant tout un homme d'affaires qui veut faire prospérer sa boutique.
Rappelez-vous M le maudit : à la fin du film, précieux enseignement, on assiste à une quasi collusion des forces du bien et du mal, la puissance publique et la pègre, afin de mettre hors d'état de nuire M, l'élément perturbateur, le paria amok qui fout trop le boxon.
22 février 2020, 03:51   Re : C'est pour quand ?
Notre problème, et il est de taille, c'est que nous n'avons plus rien à opposer à la violence diversitaire, puisque le "monopole de la violence légitime" dont parlait Weber est aujourd'hui partout battu en brèche.
Clausewitz donnait déjà le nom de "petite guerre" à la guerre de partisans, à laquelle se rattache également le terrorisme. Violences sur la voie publique, violentes sexuelles, violences conjugales, la violence brutale (essentiellement d'origine extra-européenne, et dans une moindre mesure d'extrême gauche) est partout : elle éclate dans la rue, dans les écoles, dans les hôpitaux, dans les transports. Dans certaines banlieues elle est devenue un mode de vie, un style (le style Kaïra), une "vision du monde" et le seul language possible, aimable, respectable. Cela signifie qu’aux yeux d’un nombre croissant d’individus elle devient la norme. Face à cette violence les appels à la raison et au vivre-ensembleuuuhhh de la France petite bourgeoise ne peuvent que tomber dans le vide. Seule la force pourrait - non, aurait pu, briser la force. Mais c'est trop tard.
23 février 2020, 00:59   Re : C'est pour quand ?
« Mais l’âge de la chevalerie est passé. Celui des sophistes, des économistes et des calculateurs lui a succédé ; et la gloire de l’Europe est éteinte à jamais. »
— Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution en France (1790).
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter