Le site du parti de l'In-nocence
02 mai 2018, 00:10   Un fou


Je disais ici il y a quelques jours que le pays était sans opposition politique à Macron et ses troupes.

Voilà ce que publie sur Twitter l'homme censé être le chef de file de l'opposition en France. Cet homme est un dingo. Il est pire encore que Renaud Camus. Le plus grave est qu'on ne sait pas s'il le sait. Renaud Camus assume sa dinguerie (sur Twitter). Mélenchon, lui, on hésite. Apparemment, aux dernières nouvelles, il entend bien que l'on prenne ses twits au sérieux, à l'absolu premier degré.

Personne n'est plus sérieux aujourd'hui dans ce pays, ce qui fait triompher la dinguerie au premier degré.

Ce type, Mélenchon, pourrait avoir été créé par Macron. Si Macron en avait pris l'initiative, s'il s'était fait concepteur et sculpteur de son opposition, de ses ciseaux et burins serait né Mélenchon. Macron est un génie par défaut. Les génies par défaut de concurrence (qui n'ont de concurrents que dans leur ombre animée, comme est ombre animée l'hologramme scénique Mélanchon) ont toujours été les plus redoutables dans l'histoire.
02 mai 2018, 00:19   Re : Un fou
Figure archétypale du totalitarisme : quand le chef de votre opposition vous est taillé sur mesure par le Ciel lui-même.

Quand on a, pour toute opposition politique à son pouvoir, un Jean-Luc Mélenchon, on sait avec certitude que l'on est l'élu des dieux.
02 mai 2018, 01:56   Re : Un fou
par le Ciel lui-même.

Dans un genre mineur, par le Siel aussi, et ses variantes. L'une d'elle, cet après-midi, hurlait près de chez moi "Europe-Soumission Frexit-la-Solution"

Macron peut se réjouir à la façon de Malraux, "Entre les souverainistes et nous, il n'y a rien"
02 mai 2018, 10:55   Re : Un fou
et ses variantes

Toutes les variantes ont comme commun dénominateur (le fou, inclus) d'avoir perdues la tête.

Michéa faisait un jour observer qu'après la révolution française, le parlement était composé de trois partis: les bleus libéraux, les blancs royalistes, les rouges partageux. L'alliance objective entre les bleus et les rouges fit disparaitre les blancs. Autrement dit, les supposés progressistes ont eu la peau des supposés réactionnaires.
Une fois le parlement réduit à deux, ne restait donc plus qu'à attendre que les bleus libéraux aient la peau des rouges partageux. La chose s'est donc faite en un peu plus d'un siècle, le temps sans doute que le libéralisme triomphant trouve à imposer l'image de réactionnaire aux partageux. Aujourd'hui, tout le monde est bleu.
Même l'extrême gauche est libérale. Michéa, encore lui, faisait observer que le parti NPA avait pris comme slogan lors des présidentielles: "tout est à nous", ce qui est typiquement un slogan de non-partageux. C'est dire à quel point les gens sont perdus. Et il s'étonnait encore en observant qu'à la même période où tout le monde devient subitement 'bleu', l'équipe de France de football qui était 'les tricolores' est subitement devenue 'les bleus'. Comme par hasard.
Ne reste donc plus que la formule de Wittgenstein: "dans un monde où tout est bleu, le bleu n'existe plus".
De quoi perdre la tête.
02 mai 2018, 11:02   Re : Un fou
Je crois, en effet, qu'il faut pathologiser le comportement et les dires de Mélenchon, rentier millionnaire des idéologies gauchistes et qui, pour exister, non plus politiquement mais médiatiquement, débloque très dangereusement à pleins tubes sur la place publique.

Ces propos irresponsables, mensongers et déformateurs de la réalité concrète sont ceux d'un hystérique souvent sur le point de basculer dans la psychose. Le problème, bien entendu, est que ce drogué à l'attention médiatique ne délire pas dans son coin : il est député, leader de l'opposition et il a terminé quatrième du premier tour de la dernière élection présidentielle.

Sa surenchère incantatoire et son attitude sournoise sont celles des pires esprits totalitaires d'hier et d'aujourd'hui. Le plus grave, ou le plus lamentable, c'est que ce péteux prendrait la poudre d'escampette s'il réussissait à mettre la France à feu et à sang... Révolutionnaire ? My ass...
02 mai 2018, 12:07   Re : Un fou
Mélanchon est dans son rôle. Il est même d'une parfaite logique quand il en vient à demander l'exclusion de Tsipras et Syria du groupe européen au sein duquel ils cohabitaient tous ensemble jusqu'à présent,

[www.ouest-france.fr]

au motif que les Grecs ont refusé de se suicider en sortant de la zone euro (après avoir perdu un an et après avoir laissé tomber l'île de Chios)

Ce qui est catastrophique, c'est que Mélanchon n'ait que des doublures à droite.

Les seuls à avoir compris que la solution au problème du GR passait par un renforcement de l'union des Européens, et à le mettre en avant dans leurs actions, sans chercher une alliance avec les idiots du "souverainisme" nationaliste, ce sont les militants de Génération Identitaire. Mais c'est plus une petite entreprise qu'un parti démocratique.
Un doctrinaire parfois un peu borné plutôt qu'un fou, me semble-t-il, monté en épingle par une forte personnalité, et qui croit sincèrement que les possesseurs de certains capitaux (les "capitalistes") sont, sinon intrinsèquement et nécessairement mauvais, du moins plus enclins au mal que les autres : cette dernière disposition se rencontre encore de nos jours, j'ai même une amie comme ça, qui depuis le jour où j'eus l'imprudence (et l'impudence) de lui avouer qu'il m’arrivait de boursicoter un peu, se mit illico à me regarder drôlement, avec défiance, un peu de mépris, et parfois le désir irrépressible que peuvent susciter les gestes bas.
À la décharge de Mélenchon toutefois, je crois me souvenir qu'il fut pratiquement le seul homme politique "important" à ne pas verser dans la pantalonnade des hululements à la mort de Joni, le chanteur de variétés, et qui interrogé sur ce sujet eut le front de répondre sèchement quelque chose du genre : « Mais qu'est-ce que vous voulez que ça me foute ? »
Cela seul pourrait l'absoudre de bien des défauts...
À-côtés la décharge de Mélenchon toutefois, je crois me souvenir qu'il fut pratiquement le seul homme politique "important" à ne pas verser dans la pantalonnade des hululements à la mort
///

Mouais. Il n'hesita pas à hurler avec la meute contre l'"extrême drouatre" pendant que M. Mehra, dont médias et politiques rêvaient tout haut qu'il fût un "facho blond aux yeux bleus", perpétrait ses crimes.
Un sale opportuniste aux dents jaunies, c'est tout.
07 mai 2018, 09:08   Re : Un fou
Citation

Un sale opportuniste aux dents jaunies, c'est tout.

On avait dit : pas le physique…
07 mai 2018, 10:10   Re : Un fou
Citation
Alain Eytan
À la décharge de Mélenchon toutefois, je crois me souvenir qu'il fut pratiquement le seul homme politique "important" à ne pas verser dans la pantalonnade des hululements à la mort de Joni, le chanteur de variétés, et qui interrogé sur ce sujet eut le front de répondre sèchement quelque chose du genre : « Mais qu'est-ce que vous voulez que ça me foute ? »
Cela seul pourrait l'absoudre de bien des défauts...

Ouais...Mais je ne peux m'empêcher d'y voir aussi renforcé et confirmé son côté totalitaire, méchant, arrogant et finalement pas du tout populaire (pris ici dans son sens le plus noble), tel un vulgaire et banal militant de l''extrême gauche.
Ces vils côtés étaient apparus spectaculairement lors de son passage à l'émission politique de la 2, dans laquelle il afficha ouvertement et sans vergogne tout son mépris à une intervenante qui osait le mettre face à certaines réalités, qu'elle avait douloureusement vécues.

Finalement Mélenchon ne savait pas si bien dire.
Car s'il est bien vrai que ces casseurs pointent à l'extrême gauche, il est tout aussi vrai que ceux-ci ont, en effet, des comportements que l'on attribue traditionnellement à l'extrême droite, celle-ci n'existant pratiquement plus en France, et, qu'en particulier, ce ne sont en rien de parfaits démocrates. Mais tout cela nous est bien entendu parfaitement connu.
Il est assez rigolo de voir défiler ses cohortes cagoulés, hurlant nous sommes antifascistes, alors que primo le fascisme a quasiment disparu des écrans-radars et, secundo, par leur tenue et leur comportement violent ces jeunes militants font tout de même plus penser au fascisme qu'un Emmanuel Macron.
07 mai 2018, 11:28   Re : Un fou
Ces vils côtés étaient apparus spectaculairement lors de son passage à l'émission politique de la 2, dans laquelle il afficha ouvertement et sans vergogne tout son mépris à une intervenante qui osait le mettre face à certaines réalités, qu'elle avait douloureusement vécues
///


Un type suffisant, ivre de lui-même et carrément odieux. Je crois me souvenir qu'il s'agissait de la fille de Régis Debray... Une jeune femme absolument ravissante, bien élevée, mais visiblement trop impressionnée par le numéro de cirque de l'amuseur Mélenchon.
07 mai 2018, 12:00   Re : Un fou
Peu de personnalités politiques, à vrai dire aucune, dans la France de 2018, ne dégage cet air méprisant, vindicatif de bileux cholérique, assez cultivé pour en alimenter sa suffisance, émettant à tue-tête cette voix et ce ton d'engeulade permanente dans des mimiques d'activiste boulangiste sur le retour, encravaté, le mors-au-dent, postillonnant et remontant les bretelles de la classe politique au pouvoir par une après-midi glauque du 6 février 1934, que ce Mélenchon. C'est à se demander s'il ne perfectionne pas la chose ses weeks-ends devant le miroir.
07 mai 2018, 12:08   Re : Un fou
Laurence Debray, née en 1976 à Paris, est une femme de lettres française. Fille de l'intellectuelle Elizabeth Burgos et de l'écrivain Régis Debray, elle est ancienne trader au New York Stock Exchange et une ancienne banquière. Wikipédia.

Rien de suspect dans tout cela: poufs et information.



Je le dis, il faudrait coller une perruque Louis XV a tous ceux qui passent à la télé et qui gagnent plus de 10.000€ par mois. Juste histoire de ne pas être dupe.
Après, ils pourraient toujours dire, ce qu'ils ou elles sont, et ce qu'ils ou elles veulent.
Ils pourraient même être guévaristes.
On peut très bien être dans les mots, guévariste et milliardaire, black bloc et centralien, etc. Mais avec une perruque sur la tête, les mots ne passent plus.

Le seul problème dans tout celà, c'est que Melenchon doit aussi savoir que le discours, la Télé, n'est en rien en rapport avec le réel. Il le sait, il en joue comme les autres. Et je ne crois pas que Mélenchon soit le plus fou de tous.

(En fait, plus je regarde la télé, plus j'aime Michéa. Qu'est-ce qu'il s'habille mal Michéa, mais qu'est-ce qu'il parle vrai. En général, c'est plutôt le contraire. )
07 mai 2018, 13:05   Re : Un fou
Fô dire qu'avec le Merluchon y'a d'quoi rester pantois !, sidéré par tant de mauvaise foi, de mensonges, de crasse idéologique, de déni et, disons-le, de schizophrénie. Car ce type est capable de prendre un air con et franchement étonné parce qu'on lui rapporte qu'ici ou là le nombre de cambriolages a triplé... alors que lui et ses potes sont d'accord pour faire rentrer chez nous chaque année quelques centaines de milliers de "specialistes" supplémentaires.
07 mai 2018, 18:05   Re : Un fou
C'est terrible à dire mais en vieillissant, il se prend à ressembler à Jacques Lacan. Je crois qu'il le fait exprès.

07 mai 2018, 18:45   Re : Un fou
De l'autre côté du Rhin aussi il y a plein de petits Mélenchon... De belles âmes "de gauche" toujours prêtes à vous dénoncer et à vous jeter en pâture aux chiens de garde du Système, vous et les vôtres. Mais c'est pour votre bien.


Article publié le 26.04.2018 (in les observateurs)


"Un politicien vert de Berlin dénonce aux Antifas un citoyen qui a osé le critiquer !

Un lecteur du Tagesspiegel s’est permis d’envoyer un courriel signé et muni de son adresse à un politicien des Verts de Berlin, après avoir lu que celui-ci avait menti dans une lettre de lecteur injurieuse à l’égard d’une autre lectrice qui critiquait les transports publics de la capitale, sans indiquer qu’il était politicien et en falsifiant son « curriculum vitae ». Le politicien vert avait prétendu avoir grandi à Berlin, alors qu’il venait du sud de l’Allemagne, en Forêt-Noire. Mécontent d’avoir été pris la main dans le sac, il a donné le nom et l’adresse de son correspondant, qui habite à Francfort, aux brigades « Antifa », le bras armé de l’extrême-gauche, connues pour leur brutalité
."
07 mai 2018, 20:21   Re : Un fou
D'où vient, à gauche et plus encore à l'extrême gauche, une telle inassouvissable propension à la délation ? J'aimerais savoir. Quelqu'un pourrait-il me répondre ?
07 mai 2018, 20:39   Re : Un fou
Réponse : l'inconfort devant le miroir.
09 mai 2018, 21:19   Re : Un fou
Citation
Francis Marche
Réponse : l'inconfort devant le miroir.

Une sorte d'angoisse immaîtrisable qui fait que l'on fuit sa propre image, ou tout simplement qu'on fait mine de ne pas la reconnaître.

Dans son Analyse des sensations E. Mach rapporte avoir cru voir monter dans son omnibus une personne inconnue, alors qu'il s'agissait du reflet de sa propre image, et s'être dit : "Qu'est-ce que cet espèce de pédant déchu qui monte là ?"
09 mai 2018, 21:45   Re : Un fou
Dénoncer est une sorte de fuite créatrice loin du miroir : c'est toujours soi qu'on dénonce aux autres, pour le grand profit de l'Autre.
10 mai 2018, 10:20   Re : Un fou
Citation
Pascal Mavrakis
D'où vient, à gauche et plus encore à l'extrême gauche, une telle inassouvissable propension à la délation ? J'aimerais savoir. Quelqu'un pourrait-il me répondre ?

N'oublions pas le devenir-balance d'Edwy Plenel qui, quand il dirigeait le Monde, campait littéralement chez les flics. Le journalisme dit d'investigation que pratique l'extrême gauche est appelé "journalisme de boîte aux lettres" : Mediapart ne fait rien d'autre que balancer sur la place publique ce que des balances lui balancent.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter