Le site du parti de l'In-nocence

Journal

Envoyé par Serge Diot 
11 janvier 2020, 09:06   Re : Journal
Valeurs Actuelles reproduit aujourd’hui un article de Charlie Hebdo daté de 1977 qui faisait l’apologie de la pédophilie.
J’apprends aussi que Philippe Val a signé la pétition pour la libération des prévenus dans l’affaire du “Coral”.
Toute une époque!
Mais attention, prudence, Valeurs Actuelles est un journal d’extrême droite d’après France Inter.
11 janvier 2020, 10:05   Re : Journal
Carlos Ghosn a réactualisé une jolie expression:
“se faire la malle”.
14 janvier 2020, 13:24   Re : Journal
Concernant Fred Hughes dont il est question dans l'entrée du jour (lundi 13 janvier), on peut lire, en excusant les fautes de français et d'orthographe de l'auteur, la page 44 de cette thèse en ligne. Utile peut-être à ceux qui, comme moi, ne connaissaient pas l'origine de ce personnage.

Au passage, au risque de me faire rabrouer, une fois encore, je confesse avoir été mal à l'aise en lisant le Journal, du fait des révélations qu'il fait sur le défunt, à savoir sa contamination par le VIH, alors que l'intéressé la démentait de son vivant. Question éthique : a-t-on "moralement" le droit de rendre publique cette information sur une personne, sitôt après son décès, quand, de son vivant, elle souhaitait conserver le secret ?
14 janvier 2020, 21:34   Re : Journal
Pellet, vous êtes vraiment un infâme. Un infâme qui se permet de parler éthique et morale (...des autres, of course) en tortillant du cul (que j'imagine minuscule autant que l'autre bulbe, le rachidien.)
14 janvier 2020, 22:51   Re : Journal
Infâmes les culs minuscules ?... Bizarre. Au troisième stade de leur développement, les syphilis non traitées peuvent provoquer des accès de démence. Au demeurant, cette publicité inattendue concernant mon popotin me réjouis plutôt. Je suis même heureux d'être encore assez vivant pour en profiter.

Sinon, le législateur partage mon infamie : concernant le secret médical, il consacre un droit au respect post-mortem, les dérogations au principe étant très restrictives.

Voir l'alinéa 3 du paragraphe V de l'article L 1110-4 du code de la santé publique (CSP) : "Le secret médical ne fait pas obstacle à ce que les informations concernant une personne décédée soient délivrées à ses ayants droit, son concubin ou son partenaire lié par un pacte civil de solidarité, dans la mesure où elles leur sont nécessaires pour leur permettre de connaître les causes de la mort, de défendre la mémoire du défunt ou de faire valoir leurs droits, sauf volonté contraire exprimée par la personne avant son décès."

Mais bon, hein, les volontés et la pudeur de ceux qui ne sont plus là pour les défendre, les non-infâmes s'en tamponnent le coquillard (pas du tout minuscule lui).
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter